Monsieur Loyal
Date de création :
Le 23 octobre 1941
Nom Original :
The Ringmaster
Créateur(s) :
Howard Swift
Apparition :
Cinéma
Jeux Vidéo
Voix Originale(s) :
Herman Bing
Voix Française(s) :
Fernand Rauzena (1947)
Jacques Dynam

Le portrait

rédigé par
Publié le 28 novembre 2015

Dans la longue liste des méchants de Disney, figurent de véritables crapules au sujet desquelles personne ne se pose de questions. La Reine, Madame de Tremaine, le Capitaine Crochet, Maléfique, Cruella d’Enfer, Shere Khan, Ratigan, Jafar, Scar, Shan-Yu ou Alameda Slim sont ainsi des canailles de la pire espèce. Mais pour certains antagonistes, l’analyse est plus compliquée. Tomaso Tetti-Tatti, Tante Sarah et même Edgar sont en effet loin d’être des scélérats dans l’âme mais plutôt des personnes involontairement poussées à la méchanceté par les circonstances. Monsieur Loyal, le principal ennemi de Dumbo, fait partie de ceux-là.

Monsieur Loyal entre dans l’histoire au moment où le cirque arrive en ville. Après une nuit de travail intense sous la pluie pour dresser le chapiteau, fanfare, artistes, clowns et animaux défilent derrière leur directeur en selle sur son cheval blanc, saluant les habitants. Dans la rue, la foule est extatique. Au départ amusé par l’éléphanteau paradant derrière sa maman, le public devient bientôt moqueur. Dumbo vient de se prendre les pattes dans ses oreilles trop grandes et de chuter dans la boue. Un bon bain plus tard, Madame Jumbo parvient à réconforter son petit. Mais ce moment de détente est stoppé net par l’arrivée des bardots venus visiter la ménagerie. Et les gamins bêtes et cruels commencent à se moquer des oreilles de Dumbo. Madame Jumbo lui vient en aide en mettant une bonne raclée à l’un des gosses. La panique gagne les visiteurs. Monsieur Loyal, averti par les cris, intervient. Fouet à la main, il tente de calmer la maman en colère qui le jette dans un bac d’eau. Humilié, celui qui ne peut retenir sa colère fait enfermer, loin de son petit, celle qu’il considère comme un « éléphant furieux »…

Le soir, le calme revenu, Monsieur Loyal fait part à son assistant Joe de son idée sensationnelle : une pyramide de pachydermes ! Il ne lui reste à trouver que l’apothéose du numéro. Désormais endormi, Timothée la souris se glisse près de son oreille et lui souffle l’idée d’utiliser Dumbo comme clou du spectacle. Persuadé d’avoir trouvé le concept lui-même, Monsieur Loyal met l’expérience en pratique dès le lendemain. Il se prépare à montrer au public ce qu’il présente comme « la plus extraordinaire, la plus fantastique, la plus colossale attraction jamais vue »… Sa pyramide d’éléphants montés sur une minuscule boule ! Mais l’exhibition tourne au fiasco. Dumbo, marchant sur ses oreilles, bouscule le ballon et fait chavirer les éléphantes. Dans leur chute, les animaux arrachent le pilier du chapiteau qui s’effondre sur un public paniqué.

Le train du cirque quitte la ville… Et, certainement sur les ordres de Monsieur Loyal, Dumbo est réduit à faire équipe avec les clowns… Placé au sommet d’un immeuble fait de carton-pâte en feu, l’éléphanteau maquillé et déguisé en nourrisson, n’est plus bon qu’à amuser la galerie avec les augustes habillés en pompiers qui se montrent cruels envers lui. L’humiliation est totale… Jours après jours, le même spectacle est rejoué, Dumbo trônant au sommet d’un faux immeuble toujours plus haut. Mais avec l’aide des corbeaux qui lui redonnent confiance avec l’histoire de la plume magique, il parvient à utiliser ses oreilles pour s’envoler. Monsieur Loyal, qui a provoqué l’infortune du petit, assiste médusé à son triomphe. Dumbo obtient sa revanche sur ceux l’ayant jusque-là opprimé, y compris Monsieur Loyal qui, dans sa fuite, chute dans un bac d’eau, peut-être le même que celui dans lequel Madame Jumbo l’avait jeté. La boucle est bouclée !

Monsieur Loyal est le directeur du cirque WDP. Gros bonhomme ventru, en veste rouge et culotte blanche, il ne quitte jamais son haut de forme, y compris pendant son sommeil. Crâne dégarni et moustache taillée, il est pompeux et orgueilleux. Véritable moulin à parole, au grand dam des éléphantes notamment qui, assemblées en pyramide, fatiguent, il gonfle tellement le torse lorsqu’il présente ses numéros qu’il n’est pas rare que son plastron lui revienne dans la figure.

Personnage comique, reprenant les canons de la caricature animée de l’époque, Monsieur Loyal peut-il être considéré comme un méchant ? La question peut se poser. C’est lui qui fait enfermer Madame Jumbo, cataloguée dans la catégorie des « éléphants furieux ». C’est lui qui humilie Dumbo en le confiant aux clowns. Il est indéniablement à l’origine des malheurs du petit éléphant. Cependant, il n’a pas vu que la maman ne faisait que défendre son petit. Il n’a pas vu les sales gosses martyrisant le pauvre petit pachyderme. Monsieur Loyal est donc malgré lui méchant du fait de son ignorance de la situation. N’ayant pas toutes les cartes en main, il prend une décision s’avérant néfaste qui n’aurait peut-être pas existé s’il avait assisté à toute la scène. Quant au sort de Dumbo, relégué au rang de clown, il ne s’agit pour Monsieur Loyal que de replacer le petit éléphant dont il ne sait que faire. La décision semble dépourvue de mauvaise intention, malgré le fait qu’elle demeure nuisible pour le héros. Monsieur Loyal tente de faire au mieux pour le bien-être de son cirque. Il acte en conséquence. L’Enfer n’est-il pas pavé de bonnes intentions ?  

Un temps envisagé comme un personnage plus petit et plus maigre, le grassouillet Monsieur Loyal est animé par Howard Swift. Pour Dumbo, l’artiste a également créé la séquence du cauchemar avec les éléphants roses. Devenu ensuite réalisateur, il a également pendant sa très courte carrière chez Disney dessiné Geppetto et les autruches de La Danse des Heures dans Fantasia.

Dans la version originale, Monsieur Loyal est interprété par Herman Bing, acteur d’origine allemande débutant sa carrière dans les années 1920. A l’affiche de La Veuve Joyeuse, Le Grand Ziegfeld, Aventure à Manhattan et La Huitième Femme de Barbe-Bleue, Dumbo est l’un de ses derniers films.

En France, le rôle est tenu en 1947 par Fernand Rauzena, la voix de Stan Laurel, du Sergent Garcia dans Zorro et de Tomaso Tetti-Tatti dans La Boîte à Musique. Lors du redoublage du film dans les années 1980, il est remplacé par Jacques Dynam, acteur de théâtre, de télévision et de cinéma, présent dans Fantômas et prêtant sa voix à Jerry Lewis, Eli Wallach, John Belushi, de l’ours dans L’Apprentie Sorcière, de Napoléon dans Les Aristochats, de Gruffi dans Les Gummi et d’Homard Boulevard dans la série La Petite Sirène.

Absent de toute autre production Disney, Monsieur Loyal prend sa revanche dans le jeu vidéo Le Retour des Méchants. Le joueur doit affronter le Capitaine Crochet, la Reine de Cœur, la Reine et Monsieur Loyal comme s’ils avaient gagné à la fin de leur film respectif. Le méchant oblige Dumbo à se produire, encore et encore. Le but du jeu est alors de bien placer les accessoires du cirque pour permettre au petit éléphant de ridiculiser Monsieur Loyal et recréer une fin heureuse.

Monsieur Loyal est également parfois visible dans certains parcs Disney au sein de spectacles et autres parades. Son effigie est notamment visible dans l'attraction Dumbo, the Flying Elephant à Walt Disney World, sur l'une des fresques ornant le socle des manèges ainsi que dans la salle de jeu attenante à la file d'attente dans laquelle l'une des activités consiste à faire tourner trois futs afin de reconstituer le corps du personnage.

Dumbo n'a pas véritablement d’antagoniste marquant. Monsieur Loyal ne figure dès lors pas au Panthéon des méchants de Disney.