Bruton
Date de création :
Le 27 septembre 1947
Nom Original :
Lumpjaw
Créateur(s) :
Apparition :
Cinéma
BD
Parcs

Le portrait

rédigé par
Publié le 24 février 2015

En 1947, les studios Disney sortent sur les écrans américains Coquin de Printemps, film d'anthologie regroupant deux moyens métrages, Bongo, Roi du Cirque et Mickey et le Haricot Magique qui, bien que prévus pour être des longs-métrages indépendants, sont combinés par soucis de rentabilité après les années creuses de la Seconde Guerre mondiale. Si la deuxième partie du film, inspirée du conte Jacques et le Haricot Magique, met en scène les légendaires Mickey, Donald et Dingo, la première séquence, écrite d'après l'œuvre de Sinclair Lewis, présente quant à elle des personnages totalement inédits : l'ourson Bongo, sa fiancée Lulubelle et un antagonisme bestial, l'ours sauvage Bruton.

Bruton apparaît dans l'histoire après que Bongo, perdu au cœur de la forêt, soit tombé sous le charme de Lulubelle, une jolie petite oursonne. Observés par d'autres ursidés, la romance des deux amants est interrompue par l'arrivée fracassante de Bruton. La musique devient inquiétante. « La forêt frissonne, la terre résonne ». Hormis Bongo et sa dulcinée, tous les ours tentent de fuir par n'importe quel moyen devant l'avancée de ce qui s'annonce comme un grand danger. Même les oiseaux prennent leur envol. Ouvrant un tronc d'arbre en deux, Lumjaw apparaît ! La bave au lèvre, il devient fou furieux en voyant les deux amoureux.

Cherchant à faire bonne figure, Bongo tente alors de se faire connaître auprès de son rival, lui qui est une grande vedette de cirque connue de tous. Un poing dans la figure plus tard, l'ourson devient la cible des attaques violentes de Bruton, fou de rage. Le combat cesse lorsque Lulubelle s'interpose entre les deux ours. Elle baffe alors Bongo pour lui faire part de ses sentiments car c'est ainsi que les ours sauvages déclarent leur amour. Mais malheureusement, c'est Bruton qui reçoit l'une des gifles. Hypnotisé par celle qu'il pense être sous son charme, le grizzly change alors complètement d'attitude. Des cœurs sortant de ses yeux, il saute, danse et vole de bonheur avant d'emporter sa maladroite fiancée. Le méchant sanguinaire devient un amoureux transis !

Mais sa folie meurtrière reprend bientôt le dessus. Bongo, qui vient de comprendre pourquoi Lulubelle lui a mis des claques, ressurgit dans la clairière pour exprimer à son tour ses sentiments. Mais Bruton n'est pas décidé à perdre sa fiancée. Le combat reprend. Et les autres ours prennent la fuite une nouvelle fois. Mais contrairement à la première confrontation, l'ours de cirque prend le dessus, combattant sans relâche son rival avec l'aide de son tricycle jusqu'à le mettre K.O..  Projeté dans la rivière, Bruton termine sa course au fond d'une cascade. La terreur de la forêt n'est plus, pour le plus grand bonheur des ours.

Méchant mineur et surtout peu connu, Bongo, Roi du Cirque n'ayant pas connu la même carrière que le segment consacré à Mickey et le Haricot Magique, Bruton s'inscrit dans la liste les animaux sauvages utilisés en tant qu'antagoniste, à l'instar de Monstro dans Pinocchio, du loup dans Pierre et le Loup, du rat dans La Belle et le Clochard, ou plus récemment de Sabor dans Tarzan. « Fourbe, cruel et sanguinaire », celui qui est présenté comme « le plus méchant des ours de la Terre » ne répond qu'à son instinct est incontestablement un rival dangereux, capable de tuer par pure jalousie. D'autant plus que sa carrure est imposante. Mâchoire prononcés, yeux rouges perçants, épaules larges, il est capable d'arracher les arbres et de soulever des blocs de pierre énormes. Bongo, du haut de sa petite taille, fait figure de gringalet à côté de lui.

Mais la force ne fait pas tout. Et au final, Bruton fait également partie de ces adversaires sans cervelles, de ces bouffons qui, faute de réfléchir, sont inévitablement vaincus, à l'image de Lucifer, de Félicia, de Joanna. Surtout, sa stupidité en fait un personnage finalement savoureux, très drôle, un beau méchant de comédie, dans la même veine que ceux des cartoons de Tex Avery et même des premiers courts-métrages de Walt Disney. Complètement ridicule, à sauter et danser d'amour au creux des bois, Bruton perd toute crédibilité. En bon imbécile, il n'est jamais capable de faire dans la demi-mesure. Apportant l'élément dangereux de la séquence, il sert finalement aussi toute la dimension comique.

 

Nommé Lumpjaw en version originale et Bruton dans la première version française, le méchant, anonyme dans le second doublage, apparaît dans l'histoire Little Bear Bongo de Sinclair Lewis publiée en 1930 dans le magazine Cosmopolitan avec des dessins réalisés par José Segrelles. Scénarisée par Lewis lui-même, le texte n'a cependant pas soulevé un grand enthousiasme auprès des animateurs qui ont un temps envisagé que le méchant soit habillé avec un gilet et un chapeau melon, idée non retenue afin de renforcer son caractère sauvage. Ward Kimball semble s'être chargé de l'animation de la confrontation entre le redoutable grizzly et le petit Bongo. Membre du groupe des Neuf Vieux Messieurs, il a entre autres animé Jiminy Cricket, Pecos Bill, Lucifer, Tweedle Dee et Tweedle Dum ou encore le Chapelier Toqué et le Lièvre de Mars.  

  

Bruton fait par la suite une toute petite carrière dans la bande dessinée. Plusieurs albums édités par Dell racontent en effet les histoires de Bongo and Lumpjaw. Par ailleurs, il apparaît à Walt Disney World, sur une affiche de l'attraction The Barnstormer Featuring the Great Goofini mettant en scène Dingo, vaincu par le gigantesque ours.

C'est le "plus méchant ours de la Terre"... Mais un méchant finalement fort méconnu. Dommage.