Miss Tick - Dessin d'Henrieke
Dessin d'Henrieke
Date de création :
Décembre 1961
Nom Original :
Magica De Spell
Créateur(s) :
Carl Barks
Apparition :
BD
Télévision
Jeux Vidéo
Voix Originale(s) :
June Foray
Voix Française(s) :
Claude Chantal

Le portrait

Publié le 08 octobre 2016

Les Rapetou, Archibald Gripsou ou Crésus Flairsou... Balthazar Picsou a décidément de nombreux ennemis qui en veulent à son argent. Mais la plus dangereuse est assurément la sorcière Miss Tick qui veut récupérer son sou fétiche, la pièce marquant le début de sa fortune. Le personnage est ainsi la seule méchante d'envergure de l'univers de Donaldville et, au-delà, la méchante la plus emblématique créée dans l’univers des bandes dessinées Disney. Pas étonnant ainsi qu'elle est soit si populaire parmi les fans Disney, en particulier en France et en Italie.


La Bande à Picsou

Miss Tick (Magica De Spell en anglais) est donc l’une des pires ennemies de Picsou. Cette sorcière vivant sur les bords du Vésuve ne rêve, en effet, que d'une chose : s'emparer du sou fétiche du milliardaire afin de le faire fondre dans le magma du volcan pour le transformer en amulette. Elle pense que ce bijou magique lui permettrait d'obtenir à la façon de Midas la capacité de changer les objets en or, et devenir ainsi elle-même très riche. A la différence de beaucoup de monde, Miss Tick ne croit pas que la fameuse pièce a permis à Picsou de devenir riche ; elle croit l’inverse : c’est avant tout la chance et la pugnacité au travail du milliardaire qui ont donné le pouvoir magique à la pièce. Pour parvenir à ses fins, elle n’hésite jamais à avoir recours à des armes redoutables à commencer par les bombes à plofs qui étourdissent ses adversaires mais aussi des filtres d'amour et même l’hypnose…

La dernière grande création de Carl Barks


Carl Barks

L’artiste Carl Barks, surnommé le Maître des Canards, est donc à l’origine de la création de la sorcière. En cette année 1961, à cinq ans de la retraite, il imagine en effet trois de ses derniers grands personnages : la populaire magicienne Miss Tick, le milliardaire Crésus Flairsou et la moins connue, la secrétaire Miss Frappe.
Le dessinateur commence sa carrière chez Disney en 1935 comme intervalliste. Il travaille ensuite sur différents cartoons en qualité de scénariste. Notamment, il est en charge du succulent Donald se Camoufle. En 1942, il est missionné pour réaliser la bande dessinée Donald Duck Finds Pirates Gold sur le scénario qui fut envisagé dans un premier temps pour un long-métrage. Carl Barks va ainsi faire carrière dans le support B.D. et écrire et dessiner, jusqu'à sa retraite en 1966, des histoires mémorables sur le célèbre canard et sa famille. Il imagine tout un univers autour du palmipède malchanceux, à commencer par Balthazar Picsou (qui apparaît pour la première fois dans Christmas on Bear Mountain en 1947). Suivront le cousin chanceux de Donald : Gontran Bonheur (1948) ; les voleurs frères Rapetou (1951) ; l'inventeur Géo Trouvetou (1952) ; le machiavélique Gripsou (1956) ; la sorcière Miss Tick (1961). Ces personnages sont tellement inscrits dans l'inconscient collectif qu'ils inspirent des grands noms du cinéma, notamment Steven Spielberg, pour la scène de la boule de pierre dans Indiana Jones et les Aventuriers de l'Arche Perdue.


Première apparition de Miss Tick dans Uncle Scrooge #36

Miss Tick est avec les Rapetou, l’un des personnages de méchant qui apparait le plus dans l'œuvre de Carl Barks. C’est là une chose remarquable sachant qu'elle nait cinq ans seulement avant la retraite du Maître ! Gripsou et Flairsou n'ont pas eu droit, eux, à la même faveur... Miss Tick apparait donc pour la première fois en décembre 1961 dans la revue Uncle Scrooge #36. Pour créer sa magicienne, Carl Barks s'inspire des actrices Sofia Loren et Gina Lollobrigida mais aussi du personnage de Morticia Addams, la mère de la famille Addams, un personnage qui était à l'origine sujet d'une série de gags publiée dans le journal américain New Yorker. Le design de la sorcière Miss Tick est de la sorte juste fabuleux. Le premier de ses pouvoirs est d’ailleurs qu'elle est sexy en diable, disposant là d’un premier atout de taille sur les « hommes ». Elle se situe, en effet, à l'opposé de l'archétype de la sorcière au nez crochu et se baladant sur un balai. Carl Barks lui donne également la nationalité italienne, en hommage à Sophia Loren et au-delà à la « Femme Italienne », la décrète originaire de la baie de Naples logeant dans un petit chalet sur le mont Vésuve et lui donne pour seul ami et animal de compagnie, le corbeau Algorab. Pour se déplacer, elle prend… l'avion comme tout le monde ! Il est au passage très amusant de voir Barks lui donner des pouvoirs qui peuvent toujours s'expliquer plus ou moins scientifiquement, en tous les cas, dans les premières histoires. Une fois qu'elle trouve le livre de Circé, c'est-à-dire à partir de la cinquième aventure de Miss Tick, la donne change, en effet, puisqu’elle se voit adjoint par l'auteur (qui déteste pourtant les pouvoirs magiques, l'irrationnel ou la religion) de vrais dons magiques. Elle en devient alors plus inquiétante encore...

Le personnage acquiert une telle aura que Carl Barks l'utilisera neuf fois au total en quatre ans :

The Midas Touch
Rencontre Hystérique sous le Signe de Midas
Uncle Scrooge #36 - Décembre 1961
Dans cette première rencontre avec Picsou, la sorcière s’efforce de récupérer des pièces touchées par des millionnaires afin de les fondre en une amulette forgée dans le magma du Vésuve ; l’objet magique alors obtenu acquérant ensuite le pouvoir de lui apporter la fortune en transformant les objets en or comme dans la légende de Midas. Dans le feu de l’action et surtout par erreur, Picsou lui vend ainsi son sou fétiche. Se rendant compte de sa bévue et sentimentalement attaché à son premier sou, première pierre de son immense empire, il décide aussitôt de tout faire pour le récupérer... Dès cette première aventure, la sorcière a déjà toutes les caractéristiques qui feront d'elle un personnage populaire : sa cabane près du Vésuve, avec un corbeau en guise d'animal de compagnie... De même, pour attaquer ses ennemis, Miss Tick envoie des bombes à plof, sorte de fumée aveuglante qui immobilise.

Ten-Cent Valentine
Embrouilles à la Saint-Valentin
Walt Disney's Comics and Stories #258 - Mars 1962
Dans la deuxième histoire, Miss Tick envoie une carte de Saint-Valentin pour annoncer à Picsou qu'elle a l'intention de dérober son fameux sou fétiche. Elle utilise plusieurs déguisements pour cela, dont celui de la secrétaire du milliardaire, Miss Frappe, et n'hésite pas à utiliser un parfum magique pour envoûter Donald. Lors de la bataille finale, Riri, Fifi et Loulou ont l’idée de faire tomber une fausse pièce dans le hachoir faisant croire à la sorcière que le sou fétiche est détruit. La magicienne abandonne ainsi la poursuite pensant ne plus avoir de pièce à dérober...

The Unsafe Safe
Un Coffre-Fort Invulnérable
Uncle Scrooge #38 - Juin 1962
Picsou découvre que ses lorgnons sont faits dans un verre indestructible. Il décide donc de s’en servir pour la protection de son coffre si bien que les Rapetou et Miss Tick ne peuvent plus y pénétrer… Mais la sorcière n'a pas dit son dernier mot. En suivant Picsou en Afrique, elle remarque en effet que des oiseaux, les couiqueurs du Tanganyka, ont un cri tellement perçant qu'ils arrivent à détruire le verre pourtant indestructible des lorgnons du milliardaire. Elle ramène donc un spécimen à Donaldville, ouvre le coffre et s'empare du sou fétiche. Malheureusement pour elle, dans sa précipitation, son arme au bras censé envoyer des rayons hypnotiques est à cours de piles si bien que Picsou peut reprendre son bien in extremis...

Raven Mad
Le Corbeau Fou !
Walt Disney's Comics and Stories #265 - Octobre 1962
Miss Tick envoûte un corbeau afin d'aller voler le sou fétiche de Picsou qu'il expose dans un parc pour se faire un peu d'argent. Elle veut que celui-ci le dépose sur une fusée afin que la pièce aille fondre dans le soleil et que son pouvoir se distille via les rayons jusqu'à elle. Heureusement, Donald, déguisée en Miss Tick, arrive à désenvoûter l'oiseau qui retourne chercher le sou dans la navette avant qu'il ne soit trop tard. Mis à part le fait d'hypnotiser le corbeau, les pouvoirs de Miss Tick ne semblent pas avoir beaucoup évolué dans cette histoire. Au contraire même, puisqu'elle va utiliser un chewing-gum et une canne à pêche pour subtiliser, en vain, le sou au début de l’aventure. C’est à la suite d’une réaction de colère après avoir échoué qu’elle décide seulement d'utiliser le corbeau.

Oddball Odyssey
L'Excentrique Odyssée... sous le Signe de Circé !
Uncle Scrooge #40 - Janvier 1963
Miss Tick envoie une lettre envoûtée à Picsou où elle se fait passer pour une descendante de Circé, la fameuse magicienne de l'Odysée d'Homère qui avait piégé Ulysse. Elle promet ainsi au milliardaire trésors et merveilles s'il lui montre juste son sou fétiche. Sous le charme, il s'exécute quand heureusement Riri, Fifi et Loulou qui veillent au grain désenvoûtent leur oncle. Furieuse, elle se réfugie alors dans le temple qui s'avère être le vrai repère de la sorcière antique. Elle trouve de nombreuses formules et même une baguette magique qui change les gens en animaux. Elle va donc transformer les trois neveux en cochons, Donald en bouc puis en tortue et Picsou en âne. Elle arrive finalement à s'emparer du sou mais Picsou détruit la baguette ce qui rend l'apparence à ses neveux. Cette histoire marque un tournant dans la carrière de Miss Tick puisque la sorcière acquière ici de vrais pouvoirs magiques là où ils étaient jusque-là principalement dus à des inventions électromagnétiques ou chimiques.

For Old Dime's Sake
Miss Tick se Déchaîne !
Uncle Scrooge #43 - Juillet 1963
Miss Tick a profité des secrets de Circé pour apprendre la magie antique, notamment celle qui permet de contrôler la foudre et autre météore. Elle mène ainsi une attaque en règle du coffre à Picsou qui, malheureusement pour elle, résiste. Elle décide donc de prendre une autre approche en utilisant sa baguette pour se transformer d'abord en hôtesse de l'air puis en riche demoiselle avant de prendre l’apparence du maire de la ville et même de Picsou. Elle arrive à finalement rentrer dans le coffre mais Riri, Fifi et Loulou la reconnaissent au dernier moment et font échouer son plan. Dans cette histoire, un nouvel élément apparaît pour devenir ensuite récurrent : Picsou décide en effet de poster des espions à proximité de la maison de la sorcière sur le Vésuve afin d'être au courant des moindres faits et gestes de la magicienne.

Isle of Golden Geese
L'Île aux Oies d'Or
Uncle Scrooge #45 - Octobre 1963
Picsou veut retrouver l'île où naissent les oies recouvertes d'or. Pour cela, il achète tous les œufs disponibles sur le marché afin de savoir où elle se situe exactement. Mais la sorcière Miss Tick s'en rend vite compte et tente de dénicher les volatiles avant le milliardaire. C'est ainsi l’une des rares fois où elle n'est pas à la recherche du sou fétiche de Picsou et aussi la toute première où elle s'associe avec les voleurs de Rapetou. Carl Barks adapte ici à sa manière la fameuse Fable d'Ésope, L'Oie aux Œufs d'Or.

The Many Faces of Magica De Spell
Les Milles et Un Visage de Miss Tick
Uncle Scrooge #48 - Mars 1964
Miss Tick trouve une potion qui peut faire changer de visage celui qui en est aspergé. Si ce dernier regarde n'importe quel autre visage, le sien prend en effet l'apparence de la personne en face de lui. La sorcière revient alors à son but premier et saisit l’opportunité pour dérober le sou fétiche. Pour se mettre à l’abri du sort, Picsou s'enfuit au milieu de la jungle où vit un peuple sans visages. Il pense y être en sécurité mais malheureusement Miss Tick le retrouve et parvient à lui changer son visage quand elle se fait elle-même prendre à son propre piège ! Elle va ensuite chercher en vain un antidote alors qu'il suffit de se laver le visage au savon.

Rug Riders in The Sky
À la Poursuite du Tapis Volant
Uncle Scrooge #50 - Juillet 1964
Dans la dernière histoire de Miss Tick dessinée par Carl Barks, la sorcière et Picsou se disputent un tapis volant qui a la particularité de s'élever du sol quand il est mouillé… Picsou et ses neveux trouveront ainsi grâce à lui le trésor d'Aladin… Si Riri, Fifi et Loulou arrivent parfaitement bien à le conduire grâce aux précieux conseils du Manuel des Castors Juniors, la sorcière malgré ses pouvoirs magiques s’avère elle bien moins douée. Carl Barks s'inspire ici des Contes des Mille et Une Nuits ; sa magicienne se transformant d'ailleurs en Rokh, l'oiseau légendaire que rencontre Sinbad le marin.

Après avoir utilisé le personnage de Miss Tick de façon intensive, Carl Barks va ensuite le délaisser et s’en désintéresser totalement. Enfin, pas tout à fait. Après sa retraite en tant que dessinateur, il propose en effet tout de même un scénario où la sorcière affronte les Castors Juniors sous le titre Embouteillés qui sera dessiné en juillet 1971 par Tony Strobl puis en mars 1995 Daan Jippes. Ce traitement bien étrange n’empêche pas Miss Tick d’avoir un sacré impact aussi bien sur les lecteurs et que sur les autres auteurs de BD Disney. La sorcière va ainsi devenir une incontournable de Donaldville !

Miss Tick chez Don Rosa

Miss Tick est ensuite reprise par de nombreux auteurs, notamment, en Italie, sa patrie natale mais également au Brésil. Le dessinateur américain Don Rosa n’est lui, non plus, pas en reste.


Don Rosa

Keno Don Hugo Rosa nait le 29 juin 1951 à Louisville, dans le Kentucky. Sous le nom raccourci de Don Rosa, il débute dans son art en dessinant dans les années 1970 un certain nombre d'aventures avec des personnages de son invention. Mais il ne s'agit alors que d'un hobby ; sa principale source de revenus venant d'un autre métier. La B.D. prenant une place de plus en plus importante dans sa vie, il se porte bientôt candidat auprès d’un éditeur ayant annoncé son intention de publier de nouvelles histoires de Disney. Embauché, il s’emploie vite à démontrer qu’il ne pouvait y avoir meilleur candidat que lui pour imaginer des aventures inédites des canards. Sa première histoire Disney, Le Fils du Soleil (The Son of the Sun), met donc en scène Picsou : elle est réalisée pour le compte de la maison d'édition Gladstone et se voit publiée pour la première fois en juillet 1987. Le succès est immédiat : Don Rosa continue donc logiquement d'inventer d'autres histoires de Donald Duck et Picsou. En 1989, l’artiste se fâche et claque la porte de Gladstone à la suite de la décision de Disney de ne plus rendre les planches originales à leurs auteurs. Il passe, dès l’année suivante, chez la société Egmont qui publie les histoires Disney au Danemark, une société avec laquelle il collabore toujours actuellement. Il travaille parallèlement pour d'autres éditeurs européens notamment le français Disney - Hachette, via Picsou Magazine.


Miss Tick par Don Rosa

Don Rosa fait ainsi intervenir Miss Tick dans une demi douzaine d'histoires, sans compter les caméos.
Sa toute première histoire avec la sorcière est intitulée Sur un Plateau d'Argent et date de 1989. Il s'agit d'une histoire courte de dix pages très amusantes où Miss Tick envoie anonymement à Picsou un plateau d'argent, afin de bien exposer son sou fétiche. Mais il s'agit en réalité d'un ustensile magique qui est un portail permettant de passer d'un lieu à un autre. Quand le sou est posé sur le plateau qui se trouve dans le coffre du milliardaire, il arrive directement dans le chalet italien de la magicienne. A partir de là, les gags s'enchaînent et Donald et Picsou vont tout faire pour récupérer le précieux sou : ils parviennent finalement à faire craquer Miss Tick en lui envoyant par le biais de son plateau tout et n'importe quoi…


Miss Tick dans Sur un Plateau d'Argent
ppar Don Rosa

L'aventure la plus emblématique est assurément, Canards, Cents et Destinés !, considérée comme le chapitre 0 de La Jeunesse de Picsou. Il commence, en effet, à dessiner le récit en 1991 avant que son éditeur ne lui demande de travailler sur le passé du canard. Ne pouvant pas constituer le premier volet de la nouvelle série qu'il venait de commencer (pour une raison pratique puisqu’il mélange des éléments du présent avec ceux du passé), il faut donc attendre quatre ans pour que l'auteur finisse les douze chapitres prémiums et revienne enfin sur cette histoire. Construit à la façon de Retour vers le Futur, Miss Tick plonge ainsi dans le passé pour aller dérober le sou fétiche de Picsou avant qu'il ne le gagne. Mais voilà : elle oublie un peu vite que, si elle lui vole la pièce, elle ne deviendra jamais le sou fétiche du milliardaire et perdra donc ses pouvoirs. Elle se voit alors contrainte et forcée de donner elle-même au jeune Balthazar Picsou, le sou fétiche qui le rendra riche. Le comble de l'humiliation pour la sorcière !


Miss Tick dans Canards, Cents et Destinés !
ppar Don Rosa

Même si Miss Tick n'y apparait que dans les deux dernières planches, Le Trésor de Crésus publié en 1995 est une autre histoire formidablement réussie. Picsou y part encore une fois à la recherche d'un trésor, et pas moins que celui de Crésus, l'homme considéré comme le plus riche de tous les temps ! La conclusion vaut d’ailleurs son pesant d'or notamment par les répercussions qu’elle implique. Picsou trouve en effet le trésor le plus précieux de Crésus : sa première pièce ! Comme pour lui, le milliardaire antique conserve un attachement particulier à son tout premier sou. Picsou le remet alors à Miss Tick dans l’idée qu'elle puisse créer une amulette qui transformerait les objets en or grâce cette fameuse pièce. Il y voit deux avantages : si cela marche, la sorcière n'essaiera plus de lui dérober son propre sou fétiche et si cela échoue, cela signifierait que lui, Picsou, est plus riche que Crésus et par voie de conséquence, l'homme le plus riche que la Terre n'ait jamais porté !

Au-delà du papier…

En dehors de la bande dessinée, Miss Tick affiche une carrière assez discrète. Elle a tout de même droit à une version animée dans La Bande à Picsou, la série de 1987 où elle apparaît dans huit épisodes. Elle est alors doublée par June Foray en anglais et par Claude Chantal en français. Étonnamment, les créateurs de la série lui donne un accent germanique alors que le personnage est d’origine italienne ! Elle sera présente dans sept épisodes de la Saison 1 et un seul de la Saison 3. Malheureusement, elle est totalement absente du film et des téléfilms dérivés de la série…

Bien Mal Acquis ne
Profite Jamais (1987)
LL'Ombre de Miss Tick s'en
Va en Guerre (1987)
Main Mise sur la Harpe
(1987)

Sa première apparition animée a donc lieu le 21 septembre 1987 dans Bien Mal Acquis ne Profite Jamais où elle transforme les Rapetou en Riri, Fifi et Loulou afin de mettre la main sur le sou fétiche de Picsou. Dans L'Ombre de Miss Tick s'en Va en Guerre (28 septembre 1987), elle envoie son ombre s'emparer du sou fétiche de Picsou. Dans Main Mise sur la Harpe (20 novembre 1987), elle convoite cette fois-ci la harpe magique d'Hélène de Troie. Dans Le Miroir Magique de Miss Tick (30 novembre 1987), elle utilise un miroir pour essayer de dérober encore et toujours le sou fétiche du milliardaire. Dans Picsou dans le Futur (1er décembre 1987), elle envoie Picsou dans le futur dans une réalité où elle s'est emparée du sou de son ennemi mais aussi de son entreprise. Dans Le Sou Fétiche de Picsou (4 décembre 1987), Gontran est carrément hypnotisé par Miss Tick dans l’idée de voler le sou fétiche de son oncle. Dans Peur de Son Ombre (14 décembre 1987), elle utilise les peurs de Picsou pour tenter de lui dérober son sou fétiche. Enfin, dans Le Coffre-Fort Incassable (15 novembre 1989), elle trouve un moyen de détruire la protection du coffre de Picsou mise en place par Géo Trouvetou. Cet épisode est en réalité une adaptation de l'histoire de Carl Barks avec la magicienne, Un Coffre-Fort Invulnérable, à la différence près que les personnages de Géo Trouvetou et de Robotik ont été rajoutés pour la télévision.

Le Miroir Magique
de Miss Tick (1987)
Picsou dans le Futur
(1987)
Le Sou Fétiche de Picsou
(1987)

Enfin, Miss Tick apparait une dernière fois en animation, en caméo dans la série Myster Mask, spin-of de La Bande à Picsou, au sein de l’épisode L'Affaire des Doubles Zéros (24 février 1992).

Peur de Son Ombre
(1987)
Le Coffre-Fort Incassable
(1989)
Myster Mask
(1992)

Au-delà de la télévision et de la bande dessinée, Miss Tick affiche une petite carrière en jeu vidéo. Elle apparait tout d’abord en 1989 dans le jeu, adapté de la série télé, DuckTales sur NES. Elle est ensuite la méchante principale du jeu The Lucky Dime Caper starring Donald Duck chez SEGA sorti en 1991. Elle intervient également - mais à la marge - dans Mickey's Racing Adventure sorti chez Nintendo en 1999, Donald Duck : Goin' Qu@ckers*! chez Ubisoft en 2000 et Disney TH!NK Fast par Disney Interactive Studio en 2008. Enfin, elle reprend son rôle dans DuckTales Remastered par Capcom sorti en 2013, version améliorée de la version de 1989.

The Lucky Dime Caper
starring Donald Duck (1991)
Donald Duck
Goin' Qu@ckers*! (2000)
DuckTales Remastered
(2013)

Les corbeaux de Miss Tick


Algorab

Si Carl Barks s’est éloigné des archétypes pour l’apparence de Miss Tick, autant pour son animal de compagnie, il choisit l’espèce qui représente le mieux les sorcières : les corbeaux ! Le volatile apparaît ainsi dès la première histoire Rencontre Hystérique sous le Signe de Midas bien qu’il ne soit alors encore qu’un simple élément de décor, muet. Pas d’évolution notables dans les histoires Un Coffre-Fort Invulnérable, L'Excentrique Odyssée... sous le Signe de Circé ! et Miss Tick se Déchaîne ! où seulement son apparence se modifie légèrement. C’est donc dans L'Île aux Oies d'Or que Carl Barks fait muer le corbeau. Il lui donne la parole et un nom, Ratface, qui sera traduit Algorab en français. Il revient ensuite avec les mêmes capacités dans Les Milles et Un Visage de Miss Tick. Dans ces deux histoires, il semble en plus être intelligent et joue même un rôle secondaire dans l’histoire.


Evolution d'Algorab chez Carl Barks

Carl Barks utilisera pourtant un autre corbeau avec le personnage de Miss Tick dans l'histoire Le Corbeau Fou !. Il s’agit ici de Randolph, un oiseau appartenant à Riri, Fifi et Loulou, et qui a la capacité de prononcer un seul mot : « nevermore ». Il s’agit d’une référence au poème de l’auteur américain Edgar Allan Poe, The Raven. En 1965, le dessinateur Jim Fletcher attribue quant à lui dans l’histoire Le Sortilège de Cléopâtre ! (Cleopatra's Spell), non pas un mais deux corbeaux à Miss Tick ! En anglais, ils se nomment Ed & Al, leurs noms étant une nouvelle fois un clin d’œil à (Ed)gar (Al)lan Poe. Si Ed disparait rapidement au fil des histoires, Al persistera. Il est d’ailleurs consternant de noter qu’en français les traducteurs n’ont pas fait la différence entre Al et Ratface, puisque les deux portent le nom d’Algorab.

Randolph
par Carl Barks
Ed & Al
par Jim Fletcher
Poe
dans La Bande à Picsou

Dans la série La Bande à Picsou, Miss Tick est également accompagnée d’un corbeau. Pourtant, il ne s’agit pas du même personnage qu’Algorab créé par Carl Barks. Dès le premier épisode où elle apparaît, Bien Mal Acquis ne Profite Jamais, elle complote en effet avec un corbeau répondant au nom de Poe. Il s’avère qu’il s’agit là de son frère qui a été transformé en volatile non anthropomorphe mais qui garde la capacité de parler, et porte même en coquetterie un chapeau. Miss Tick veut d’ailleurs s’emparer du sou fétiche afin de fabriquer une amulette qui lui donnerait le pouvoir de rendre son apparence normale à son frère, et accessoirement de devenir la maîtresse du monde. Là encore, le nom du personnage est une référence à Edgar Allan Poe.

L'entourage de la sorcière


L’entourage de Miss Tick

Parmi les auteurs à avoir le plus enrichi l’entourage de Miss Tick, l’auteur américain Jim Fletcher est le plus prolifique. Né à Des Plains dans l’Illinois le 9 janvier 1930, il sort diplômé de Chicago Art Institute en 1954. Il rentre au sein des studios Disney en tant qu’intervalliste et débute sur La Belle au Bois Dormant. Il travaille également durant sa carrière auprès des studios d'animation comme UPA, Warner Bros, Hanna-Barbera, Marvel Productions ou Hyperion Studios. Durant les années 60, il dessine des comics pour la Western Publishing et le Studio Program de Disney. Il utilise principalement les personnages de Picsou, Donald, Riri, Fifi et Loulou mais aussi Madame Mim, Bibi (Frère Lapin) ou les Trois Petits Cochons.


Jim Fletcher

Le Studio Program de Disney est le fruit d’une politique éditoriale qui s'étale de 1962 à 1990 et qui se voit lancée par la maison mère Disney à destination exclusive des marchés européens et latino-américains pour couvrir leurs besoins en histoires nouvelles qui augmentent continuellement alors même que la production d'histoires américaines en comic books est insuffisante. La plupart de ces histoires est ainsi écrite par des scénaristes américains, tandis que les dessins proviennent, eux, d'artistes de différentes nationalités : américaine comme Tony Strobl puis italienne avec notamment Romano Scarpa et enfin sud-américaine pour, par exemple, Jaime Diaz Studios. De nombreux nouveaux personnages sont alors utilisés intensément comme celui de Flairsou créé par Carl Barks mais employé par lui dans une seule histoire ; d’autres sont carrément introduits comme l’entourage de Miss Tick enrichi par Jim Fletcher.

Miss Tick et Madame Mim
par Jim Fletcher
Mamie Balai
par Jim Fletcher

Après la création d’Ed & Al, l'autre grande idée de l’auteur est assurément d’avoir réuni deux des plus célèbres sorcières de Disney : Miss Tick, la création de Carl Barks, et Madame Mim, la sorcière de Merlin l'Enchanteur. La rencontre se produit ainsi le 10 août 1965 dans Miss Tick n’Est pas Aidée ! (Madam Mim Meets Magica De Spell). Les deux deviendront ensuite des associées dans plus de 250 histoires. L’année suivante Jim Fletcher crée Mamie Balai, la grand-mère de Miss Tick, dans Un Sou pour Trois Sorcières (A Lesson From Granny) ; un nouveau personnage qui apparaitra ensuite dans un vingtaine d'histoires. Toujours en 1966, l’auteur imagine Samson Net, l’apprentie sorcier et élève de Miss Tick et de Madame Mim dans A New Kind of Hex et le fait revenir dans une quinzaine de récits. Enfin, en 1967, Séraphin et Séraphine Sorcerette, les gentils enfants d’une de ses amies sorcières, apparaissent dans l’histoire Le Sortilège Sous... Estimé ! (Send Two Kids to Do a Witch's Job). Si le frère ne sera vu finalement que dans quatre histoires, Séraphine, elle, est proposée dans plus d’une quarantaine.

Samson Net
par Jim Fletcher
Séraphin et Séraphine Sorcerette
par Jim Fletcher

En 1995, l’auteur italien Giorgio Cavazzano rajeunit et modifie grandement l’entourage de la sorcière avec l’histoire, Amelia e la Pietra Pantarba. Il en profite pour introduire Rosolio, un prétendant à Miss Tick mais aussi rajeunir l’apparence de Mamie Balai en lui donnant une épaisse chevelure blonde et en lui faisant porter des lunettes, une robe verte avec un médaillon autour du cou. Il rapatrie également un personnage créé dans une bande dessinée tirée de La Bande à Picsou, Minime, la nièce de Miss Tick.


Miss Tick, Minime, Rosolio et Mamie Balai
par Giorgio Cavazzano

Miss Tick est une méchante emblématique de l’univers de Donaldville. Charismatique à souhait, cette sorcière, de par son mauvais caractère mais aussi sa beauté envoutante, est tout bonnement une ennemie parfaite pour Picsou et Donald. La création du personnage, que les fans de comics Disney continuent toujours d’adorer, est clairement une belle et grande réussite de Carl Barks.