Robert Walker
Date de naissance :
1961
Lieu de Naissance :
Toronto, au Canada
Date de Décès :
Le 01 avril 2015
Nationalité :
Canadienne
Profession :
Animateur
Réalisateur
Artiste de Layout

Le portrait

rédigé par
Publié le 03 avril 2015

Certains artistes des studios Disney, passés et présents, ont connu une gloire telle qu'aujourd'hui encore, leur nom résonne dans l'esprit des fans voir du public moins averti. Les Neuf Vieux Messieurs ou Mary Blair, et plus récemment Glen Keane, Andreas Deja ou Eric Goldberg, sont des figures connues de l'animation. Mais dans l'ombre, se cache une armée de talents que personne ne connaît vraiment et dont les noms se déroulent le long de génériques qu'aucun spectateur ne lit. Parmi ces personnes marquantes des studios Disney, se trouve Robert Walker, disparu le 1er avril 2015 dans un anonymat presque entier...


Robert Walker (à droite) lors d'un voyage de recherche en Alaska durant la production de Frère des Ours. 

Robert (Bob) Walker est né en 1960 ou 1961 à Scarborough, dans la banlieue de Toronto, au Canada. Suivant sa famille à Kitchener, dans l'Ontario, ainsi qu'à London, il s'installe finalement à Ottawa. Après des études classiques, il intègre la St Lawrence de New York où il apprend l'art. Se tournant vers l'animation sur les conseils d'un ami, il passe par le Sheridan College d'Oakville, au Canada. Après trois ans d'études, il débute sa carrière chez Atkinson Film Arts, un studio d'animation d'Ottawa où il reste pendant cinq ans. Là, il collabore à la production de la série Les Amis Ratons ainsi que sur quelques programmes spéciaux, notamment des publicités avec Smokey The Bear. L'artiste Jean Morel se souvient notamment à quel point il fut bien accueilli et aidé par celui qui devait devenir l'un de ses amis. Rapidement, Walker se prend de passion pour le layout. Doué pour le dessin, il est en effet fasciné par l'idée d'assembler dans un même cadre espaces, personnages et objets et de travailler sur l'enchainement des nombreux plans qui composent une séquence. Ce qui intrigue Bob Walker, c'est moins la force d'un dessin que la subtilité présente dans la fabrication d'une scène.

    

Lorsqu'en 1989, il entend parler de l'intention de Disney d'installer une division animation en Floride, Robert Walker, alors âgé de 28 ans, quitte le Canada et postule aux côtés de nombreux autres artistes. Il est ainsi engagé le 17 avril de cette année, en même temps que Chuck Williams et Aaron Blaise, qui devient rapidement l'un de ses meilleurs amis. Alors que Williams entame une carrière de producteur et que Blaise entre dans le département animation, Walker intègre l'équipe du layout dirigée par Jim Biehold. A ce poste, il collabore à la production de Lapin Looping, puis à celle de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous, La Belle et la Bête, Aladdin, Panique au Pique-Nique et Le Roi Lion, aux côtés d'Aaron Blaise. Au milieu des années 1990, il prend du galon en devenant chef du département layout, poste qu'il occupe au moment de la production de Mulan, film sur lequel il travaille encore avec son ami Blaise, ainsi que d'Hans Bacher qui conçoit les décors du film. Bob Walker participe en outre au voyage d'étude organisé en Chine avec la productrice Pam Coats, le réalisateur Barry Cook, le directeur artistique Ric Sluiter et l'animateur Mark Henn. Le but est de s'imprégner de l'ambiance du pays. Embarqués sur un vol pour Pékin dès le 17 juin 1999, les artistes parcourent le pays pendant plusieurs semaines, Walker se souvenant avoir été impressionné par les différents paysages, si différents de tout ce qu'il connaît en Amérique du Nord, notamment les montagnes et l'architecture de la Cité Interdite. Il mentionne également le marché coloré de Yangshao, une vision si étrangère qu'il lui semble être sur une autre planète ! L'animateur de Mushu, Tom Bancroft, raconte qu'il lui arrivait souvent d'avoir de nouvelles idées pour son personnage, obligeant Walker, qui pestait avec humour, à recommencer son travail avec professionnalisme et sans jamais se plaindre.


Page de layout créée par Robert Walker pour Mulan

Au début de l'année 1998, alors que la production de Mulan se termine, Bob Walker souhaite s'éloigner de ce quotidien propre à la réalisation du film d'animation. Il pense alors rejoindre un autre projet, mais au poste de concepteur visuel ; l'idée de dessiner et de produire des recherches graphiques lui plaîsant enormément. Il rejoint ainsi les équipes de Lilo & Stitch et travaille au layout pendant huit mois. A cette époque, il n'est pas rare que ses amis Chuck Williams et Aaron Blaise le prennent à part afin de le convaincre de les rejoindre sur leur projet commun. Blaise est en effet devenu réalisateur et il souhaite partager son poste avec quelqu'un. Pendant la tournée européenne de Mulan, c'est la productrice Pam Coats qui approche Bob Walker pour le convaincre de devenir co-réalisateur. Elle lui propose d'inscrire son nom dans la liste des personnes capables de tenir ce poste, tout en lui cachant bien qu'il n'y a aucun autre réalisateur potentiel que lui dans son esprit. L'artiste de layout hésite un moment. Il a constaté le niveau de stress de ses collègues à ce poste et il ne souhaite pas vivre une telle expérience. Sur les conseils de son père, qui lui dit dès le départ qu'en cas de refus, il risque de le regretter, Bob Walker accepte de collaborer avec son ami Aaron Blaise. Au printemps 2000, il devient réalisateur alors même qu'il ne se sent pas prêt pour ce job. Pam Coats, la productrice, lui trouve une qualité indéniable. Walker est calme et travaille dans un silence reposant, tout en étant quelqu'un de très performant.


Recherche graphique pour Frère des Ours

Robert Walker rejoint donc Williams, Blaise et l'animateur Broose Johnson déjà au travail sur le projet Shadow Bear depuis plusieurs mois. L'idée originale tourne autour de la naissance d'un enfant unique, Kodi, né aux premières lueurs du jour et qui possède un don extraordinaire : il peut se transformer à volonté en animal. Seule limite à ce pouvoir, si le soleil le touche alors qu'il a muté, il conservera pour toujours son apparence de bête. Orphelin de mère, morte en couche, il vit avec son père dans une grotte au fond d'un canyon. Mais cette vie devient rapidement pesante et désormais adolescent, il se rebelle contre son père. Il défie le patriarche en usant ostensiblement de son pouvoir de transformation. Révélant sa magie aux autres personnes du village, il est rapidement chassé dans la forêt. Là, il se change en ours pour grimper à un arbre et se voit malgré lui touché par les rayons du soleil. Impossible de retrouver sa vraie forme. Commence alors pour l'adolescent une initiation à sa nouvelle vie aux côtés d'un vieux grizzly. Une tempête de neige le mène un jour près de son ancien village, menacé par un volcan en éruption. Souhaitant sauver son père, il découvre son ancienne hutte déserte. Persuadé qu'il est mort, il prend conscience que le vieux grizzly qui l'accompagne n'est autre que son paternel, qui possède les mêmes pouvoirs que lui...


Recherche graphique pour Frère des Ours

Cette histoire est à la base du film Frère des Ours. Mais jugée un peu bancale, elle est modifiée à plusieurs reprises. Lorsque Bob Walker est nommé réalisateur, un nouveau script est rédigé par Lorne Cameron et David Hoselton. Il raconte la vie d'un père, Chilkoot, et de ses deux fils, Kenai et Sitka. Le patriarche est tué lors d'une confrontation avec un grizzly. S'en suit un conflit entre les deux frères. Pour s'émanciper de Sitka, Kenai décide de tuer un ours avant de se retrouver transformé lui-même en ursidé. L'histoire est assez proche du résultat final, mais autant Aaron Blaise que Bob Walker rencontrent des difficultés. S'estimant comme des poissons hors de l'eau, ils ne savent comment créer des scènes fortes. En janvier 2001, Steve Anderson devient responsable de l'histoire et modifie encore le script.


Recherche graphique pour Frère des Ours

Pour Frère des Ours, l'idée est de fabriquer un film réaliste remontant aux débuts de la civilisation. Pour les deux réalisateurs, cela passe nécessairement par une rencontre avec les ours et par une expérience dans les grands espaces. Comme à l'époque du (Le) Roi Lion et de Mulan, un voyage de recherches est organisé, avec des étapes en Californie, au Parc National de Séquoia et dans le Wyoming, à Yellowstone. En 1999 (alors que Walker n'est pas encore de la partie) puis en 2000, l'équipe se rend en Alaska pour découvrir le sud d'Anchorage, le Parc National des Fjords Kenai, le Parc National Denali et la rivière McNeil où les ours se rassemblent pour pêcher des saumons. Le peintre Jay Xiangyuan Jie, que Walker rencontre pendant la production de Mulan, est au passage recruté pour participer au développement visuel du film.

   

En avril 2008, Robert Walker est associé à un nouveau projet basé sur une histoire de Philip K. Dick. Prévu pour sortir à Noël 2012, il est intitulé King of the Elves et se déroule dans le delta du Mississippi. A la tête du film, Walker retrouve son ami Aaron Blaise, également nommé à la réalisation. Mais la production piétine et le film est finalement mis au placard...

La nouvelle de la mort de Robert Walker, qui s'est éteint dans son sommeil, est tombée le 2 avril 2015. Annoncée par un communiqué laconique publié sur la page de l'Animation Research Library, elle a soulevé une grande émotion parmi les artistes qui l'ont côtoyé. Sur les réseaux sociaux, ses collègues et amis se sont émus de sa disparition. Avec tristesse, Tony Bancroft lui rend notamment hommage, annonçant être sous le choc après avoir entendu la nouvelle de la disparition d'un artiste encore assez jeune, au départ prise pour un mauvais poisson d'avril... Il ajoute que Bob Walker était un artiste de grand talent et un cœur pur, aimé par tous, concluant en citant une phrase de Mulan qu'il a fait honneur à tous. Aaron Blaise, l'un des meilleurs amis de Walker, a appris sa mort quelques minutes avant de monter sur une scène d'Ottawa pour parler de son expérience chez Disney, notamment aux côtés de son défunt collègue... Il décrit la perte d'un ami cher, d'un superman, rencontré 26 ans plus tôt, et mentionne la chance qui fut la sienne de travailler avec lui...