Popop Duck - Dessin d'Henrieke
Dessin d'Henrieke
Date de création :
Le 02 août 1964
Nom Original :
Fethry Duck
Créateur(s) :
Dick Kinney
Al Hubbard
Apparition :
BD

Le portrait

Publié le 02 juillet 2014

Popop est le personnage type et particulièrement symbolique de la richesse de l'univers Disney en bandes dessinées. S’il est une création d'auteurs américains, il est plus connu, voire carrément populaire, dans le reste du monde en particulier au Brésil et en Italie sans oublier la France où il jouit d’un large capital-sympathie.

Un Duo pour un Beatnik

Le personnage de Popop Duck (Fethry Duck en anglais) est un personnage créé spécialement par le Studio Program. Il est le fruit d’une politique éditoriale qui s'étale de 1962 à 1990 et qui se voit lancée par la maison mère Disney à destination exclusive des marchés européens et latino-américains pour couvrir leurs besoins en histoires nouvelles qui augmentent continuellement alors même que la production d'histoires américaines en comic books est insuffisante. La plupart de ces histoires est ainsi écrite par des scénaristes américains, tandis que les dessins proviennent, eux, d'artistes de différentes nationalités : américaine comme Tony Strobl puis italienne avec notamment Romano Scarpa et enfin sud-américaine pour, par exemple, Jaime Diaz Studios. De nombreux nouveaux personnages sont alors utilisés intensément comme celui de Flairsou créé par Carl Barks mais employé par lui dans une seule histoire ; d’autres sont carrément introduits, le plus célèbre étant sans aucun doute le cousin Popop inventé par Dick Kinney et Al Hubbard.


Dick Kinney

Richard Kinney, aussi connu sous le nom de Dick Kinney, est né le 15 décembre 1916 dans l'Utah. Il s’attache très vite à suivre les traces de son frère, Jack Kinney, animateur depuis 1931 au sein des studios Disney. Il commence pourtant au sein des studios de Walter Lantz en tant qu'intervalliste avant d’intégrer Disney aux côtés de son frère. Il s'avère doué pour les scripts et va œuvrer notamment sur La  Boîte à Musique, Donald Chez les Ecureuils, Dingo Fait de la Gymnastique ou Brave Mécanicien. Il se spécialise ensuite principalement sur la série Dingo. Il quitte Disney en 1958, deux ans après sa participation à son dernier cartoon, Pas de Cow-Boy Sans Cheval. Par la suite, et jusqu'en 1975, il passera de studios en studios où il travaillera sur des personnages célèbres comme Woody Woodpecker (Walter Lantz), Dick Tracy (UPA), Mr Magoo (UPA), Popeye (King Features), Alvin et les Chipmunk (Format Films), Hector et Victor (Terry Toons) ou Tom & Jerry (Hanna-Barbera). Parallèlement, de 1963 à 1977, il remplit la mission de scénariste pour le Studio Program afin de fournir des histoires de bandes dessinées avec des personnages Disney pour le marché international. Il écrit ainsi plus de 200 histoires et invente les personnages de Hustler Duck, Catmembert, Moïse Lamouise, Sakapuss, Double-O-Duck, Mata Harrier, Captain Annie, Frères Aigles et bien-sur Popop Duck. Le brillant scénariste s'éteint à Glendale, en Californie le 24 mars 1985.


Al Hubbard

Allan Hubbard, né le 26 mai 1913, commence, pour sa part, sa carrière au sein des studios Disney en 1937 comme intervalliste notamment sur Pinocchio, Bambi et Dumbo avant de les quitter à la suite de la grande grève de 1941. Il se tourne alors vers le dessin de comics. En 1950, il rejoint ainsi Dell Publications qu'il ne quittera plus jusqu'à sa retraite à la fin des années 70. Il travaille ainsi sur des personnages de différentes licences comme MGM (Tom & Jerry), Warner Bros. (Sylvestre) ou Walter Lantz (Andy Panda) ; mais il est surtout célèbre pour ses bandes dessinées Disney. Il dessine, en effet, des histoires de Tic & Tac, Bambi, Jiminy Cricket mais aussi Scamp. Il est également connu pour ses adaptations sur papier des grands classiques Disney comme Peter Pan, La Belle et le Clochard, Le Livre de la Jungle et Les Aristochats. Pour autant, il tire sa popularité essentiellement de son travail collaboratif avec Dick Kinney avec lequel il crée Hustler Duck, Catmembert, Moïse Lamouise, Sakapuss, Double-O-Duck, Mata Harrier et Popop Duck.


Première apparition de Popop dans Topolino #453 (dessin Al Hubbard)

Le personnage de Popop incarne un beatnik, personnage anticonformiste de l'Amérique des années 50 et 60. Son apparence et son comportement ne correspondent pas, en effet, aux conventions de la société, ce qui provoque des situations comiques. Dans les histoires de Kinney, il est pourtant à l'origine un personnage extrêmement actif et touche-à-tout, dont la maladresse cause inévitablement des catastrophes en tous genres. Il devient très vite un excentrique toujours à la recherche de bien-être aussi bien alimentaire que psychologique. Il n'est ainsi pas idiot mais possède sa logique propre que Donald n'arrive décidément pas à cerner ! Au fil des histoires, les auteurs vont aussi faire évoluer son apparence. Il conserve son bonnet mais perd des cheveux au point de ne plus avoir que quelques mèches qui dépassent. La première apparition de Popop se produit ainsi dans l'histoire Un Cousin à l'Épreuve des Bombes (The Health Nut), écrite par Dick Kinney et dessinée par Al Hubbard. Elle est publiée dans le magazine italien, Topolino #453, le 2 août 1964 tandis que les lecteurs américains ne la découvriront que quarante ans plus tard, en 2003 !

Dick Kinney et Al Hubbard vont ensuite produire pas moins de cinquante histoires autour du Popop. Les plus emblématiques restent celles de la première année d'existence du personnage et méritent de revenir dessus.

The Health Nut
Un Cousin à l'Épreuve des Bombes !!!
Topolino #453 - 02 août 1964
Dans sa toute première apparition, Popop s'invite chez son cousin Donald afin de lui montrer, où plutôt lui imposer, une nouvelle façon de voir la vie comme il l'a lui-même appris dans un livre en vogue. Il met donc Donald au régime sec, constitué de longues marches à pieds et de nourritures saines à base de légumes bio et autre féculents. Sauf que Donald ne tient pas 24 heures et demande pour sortir de son calvaire à Donald Dingue d'écrire un livre qui contredirait celui du cousin Popop. Ce dernier, influençable à souhait, tombe dans le panneau et prend pour argent comptant le manuel de son oncle. Donald peut alors enfin reprendre sa vie normale...

It's Music ?
Un Tube Signé Popop
Topolino #462 - 11 octobre 1964
Dans cette cinquième histoire de Popop, le personnage rencontre pour la première fois Moïse Lamouise et son chien Sakapuss. Il s’invite chez Donald pour lui faire entendre sa nouvelle chanson avec laquelle il pense exploser tous les charts alors qu’en réalité c’est plutôt les oreilles qu’elle casse. Donald décide donc d’éloigner Popop de la ville et de l'emmener chanter à la campagne sauf qu’ils tombent sur un ermite du coin qui accueille la voix "mélodieuse" de Popop à grand coups de tirs de chevrotine. Il se met également à siffloter un air de country qui inspire finalement le cousin de Donald. Il tente alors d'enregistrer le vieil homme à l'insu de son plein gré pour reproduire la chanson lors d'un festival de musique...

Pop Goes the Art
Popop l'Envahisseur
Topolino #471 - 6 décembre 1964
Cette huitième histoire de Popop montre parfaitement le calvaire qu'il fait vivre au chat de Donald, Catmembert. Le personnage félin est en réalité apparu dans la même histoire que Popop, Un Cousin à l'Épreuve des Bombes !!!, puis est devenu, au fil des épisodes, son souffre douleur involontaire. Dans le présent récit, alors que le chat essaye de se remettre de sa dernière rencontre avec le cousin maladroit de son maitre, Donald entend un grand bruit dans son jardin. C'est Popop qui a décidé de ramener tout un bric-à-brac d'en l'idée d'en faire des objets d'art. Malheureusement, complètement tête en l'air, il ne va pas voir que le pauvre Catmembert s'est caché dans la pile de déchets. Bien vite, il apparaît que le seul moyen pour le chat et Donald de retrouver la quiétude est d’organiser une vente aux enchères des soi-disant chefs-d’œuvre. Et contre toute attente, Popop vend le tout pour un coquette somme !

La moitié des histoires de Dick Kinney et Al Hubbard sur Popop se concentre ainsi sur les deux premières années après sa création. La dernière histoire du duo est produite en 1969 ; Al Hubbard dessinant ensuite le personnage encore trois fois dans les années 70 : deux fois en 1971 et une dernière fois en 1974 dans Pouce, on Passe !.

Un Anticonformiste International

D'autres artistes vont également travailler sur Popop notamment Tony Strobl qui dessine sur lui pas moins de deux cents récits dont trois seulement paraissent aux États-Unis. Dans ce contexte, la première histoire à se voir éditée sur le sol américain avec le cousin de Donald est Popop le Grand Voyageur (Donald's Buzzin Cousin) publiée en janvier 1966 dans le comic Donald Duck chez Gold Key Comics. Après cela, il fait deux autres apparitions avant de disparaitre totalement du paysage BD de son pays d'origine. Il s’agit là de la raison principale qui explique pourquoi les fans américains ne connaissent pas ce personnage, très populaire ailleurs dans le monde. Il faut d’ailleurs attendre le début des années 2000 pour voir des férus américains de bandes-dessinées Disney comme David Gerstein s’employer à le faire redécouvrir à leurs concitoyens…


Première apparition américaine (dessin Tony Strobl)
dans Popop le Grand Voyageur (1966)

Mais le personnage va continuer à avoir un grande carrière en dehors des États-Unis. Au fil du temps, Popop évolue non seulement dans son apparence mais aussi dans son caractère. Du cousin new age, il devient le paresseux de la famille, encore plus maladroit et malchanceux que peut l'être Donald. Il accumule les petits boulots, pouvant être parfois embauché à des postes plus intellectuels. Il a ainsi été journaliste en travaillant pour le journal de son Oncle Picsou... Popop va, entre autre, acquérir une popularité incroyable au Brésil. Le personnage évoluera ainsi beaucoup dans le pays de José Carioca. Déjà, il rencontrera le perroquet puis a aussi droit à une petite amie répondant au nom de Ravigotte. Il se transforme même en vengeur masqué appelé Super Popop et se voit attribué un neveu du nom de Bichou. Popop accède à la consécration en ayant un magazine à son nom au Brésil, Peninha. La première série dure durant 56 numéros de septembre 1982 à octobre 1984. Après deux décennies de silence, le magazine revient durant 19 numéros de septembre 2004 à courant 2007.

Peninha #1 N°1 (1982)
Peninha #1 N°56 (1984)
Peninha #2 N°1 (2004)
Peninha #2 N°19 (2007)

En Europe, le personnage est aussi très populaire notamment en Italie ou au Danemark. Dans chacun des pays, il est ainsi le co-héros d'une série d'histoires avec un autre protagoniste du monde des canards. En Italie, Popop a droit à une série nommée Les Chroniques de la Baie où il forme un duo avec Toby Dick. Commencée le 10 juillet 2001 avec l'histoire Cap sur Duckport, la saga s'achève avec Le Trésor de L'Océano, le 20ème épisode publié le 23 août 2005. Cette série italienne, parue originellement dans Topolino, est traduite en France dans le bimensuel Mickey Parade Géant. Dans ces aventures, les deux compères mènent des enquêtes maritimes à partir de la petite ville de Duckport. Au Danemark, Popop partage la vedette avec Donald dans Les Hommes de l'A.N.P.E. alias Chasseurs de Monstres. Les deux héros sont membres de l'A.N.P.E., acronyme pour l'Agence de Non-Prolifération des Extra-Terrestres où ils doivent enquêter sur les phénomènes étranges que pourraient provoquer les aliens. Gare au Gobbleur, la première aventure de la saga qui en compte 25, est publiée le 11 septembre 2001 dans Jumbobog puis traduite en France dans Mickey Parade Géant en 2004.


Les Hommes de l'A.N.P.E. (2001 • 2016)
Dessin Flemming Andersen

Comme le personnage est quasi inconnu aux États-Unis, il n'est pas étonnant de ne pas le voir exister en dehors de ses aventures papiers. Il n'a ainsi jamais été proposé en animation, que cela soit à la télévision, comme au cinéma ; ni proposé dans un jeu vidéo. De même, il n'a pas, non plus, fait une apparition dans un parc à thème. Enfin, pas tout à fait... Dans la boutique Villa Donaldo Home Shop de Tokyo DisneySea, il est vue dans une attablée à côté de son oncle Picsou dans une grande fresque où toute la famille des Duck se voit peinte lors d'un banquet de la Renaissance.


Villa Donaldo Home Shop
à Tokyo DisneySea

La Dynastie de Donald Duck

Lorsque Don Rosa se met à imaginer son fameux arbre généalogique des Duck, suite notamment à sa superbe série, La Jeunesse de Picsou, il n'y inclue pas Popop ! Et ce, pour une raison très simple : il ne le connait pas (ou très peu) ! De plus, il n'a pas été créé par Carl Barks, l'auteur essayant toujours de coller à l'œuvre de son mentor. Néanmoins, Egmont, l'éditeur danois pour lequel il travaille, insiste pour voir Popop intégrer son arbre, vue la popularité du personnage en Europe. Don Rosa considère donc qu'Abner Duck est le frère de Popop Duck, le quatrième cousin de Donald, seul cousin à ne pas avoir été créé par Carl Barks !


Abner Duck par Carl Barks

Whitewater Duck, dit Abner Duck en Français, a, en effet, été, lui, créé par Carl Barks dans le court récit, L'Esprit de Famille (Log Jockey), en décembre 1962. Il s'agit donc d'un autre cousin de Donald après Gus Glouton et Gontran Bonheur. Il ne sera en revanche utilisé qu’une seule et unique fois par Barks. Il reviendra pourtant en bandes-dessinées : en 2002 dans Smarter Than The Toughies et en 2011 dans Too Many Donalds ; les deux fois dans un scénario de Lars Jensen mais dessiné, pour la première, par Daniel Branca et la seconde par Carlos Mota.


Barnabé Duck par Don Rosa

Abner et Popop sont donc les enfants de Barnabé Duck (Eider Duck en anglais), l'un des fils de Grand-Mère Donald, et Lulubelle Loufy. Carl Barks a, en réalité, juste cité le nom de Barnabé Duck dans une histoire de Carl Barks, Le Faucon Maté (Farragut the Falcon) en août 1944 sans jamais le dessiner ; son apparence étant due à Don Rosa tandis que Lulubelle Loufy est, elle, une pure création de Don Rosa. Ils sont présentés tous deux pour la première fois lors de la publication de l'arbre généalogique en 1993 qui marque d’ailleurs la seule apparition de Lulubelle puisque Don Rosa ne l'utilisera jamais dans ses histoires…

Autour de Popop

Popop a vu quelques personnages secondaires graviter autour de lui.


Super Popop

Le premier n'est autre que Super Popop, c'est à dire lui même déguisé en super-héros ! Super Popop apparait ainsi pour la première fois au Brésil en mai 1973, dans la bande-dessinée Mégapopop contre le Fantôme Noir (A Confederação Dos Fora-da-Lei), au sein du magazine Edição Extra. Il est alors spécialement créé pour l'histoire par Ivan Saidenberg et pour son dessin par Carlos Edgard Herrero. Le personnage nommé Morcego Vermelho en version originale brésilienne et The Red Bat en version anglaise a surtout été populaire dans son pays d’origine même s'il a fait quelques apparitions en France et en Italie. Récemment, il est d’ailleurs apparu dans la série italienne, Les Ultrahéros..


Moïse Lamouise

Popop va aussi avoir à faire à Moïse Lamouise. Il s'agit d'un ermite plus ou moins colérique qui en fait vivre de toutes les couleurs à Popop et son cousin Donald. Chose rare au sein du monde des canards, il s'agit d'un personnage complètement humain sans même un artifice comme une truffe de chien pour l'animaliser. Moïse Lamouise est, comme Popop, également dû à Dick Kinney et Al Hubbard : il apparait pour la première fois dans l'histoire Un Tube Signé Popop (It's Music?), le 4 octobre 1964 au sein du magazine Topolino.


Bichou

Enfin, Popop doit parfois s'occuper de son neveu Bichou, tout aussi maladroit que lui. Il nait en avril 1982, au sein du magazine brésilien Tio Patinhas, dans l'histoire O Furacão Branco E Preto, écrite par Gérson L. B. Teixeira et dessinée par Irineu Soares Rodrigues. Même si la paternité n'est pas officielle, il parait logique qu'il soit le fils d'Abner Duck, même si d'autres versions encore moins officielles circulent à son sujet...

Popop est le cousin encombrant de Donald. Maladroit, paresseux, anticonformiste, il est aussi vraiment sympathique et toujours positif. Son exubérance et sa joie de vivre en ont fait un personnages incontournable de l'univers des canards, du moins en Europe et au Brésil. Les fans américains commencent, eux, juste à l'appréhender pour leur plus grand plaisir...