Edgar
Date de création :
Le 11 décembre 1970
Nom Original :
Edgar
Créateur(s) :
Frank Thomas
Milt Kahl
Julius Swendsen
Apparition :
Cinéma
Voix Originale(s) :
Roddy Maude-Roxby
Voix Française(s) :
Jean-Henri Chambois

Le portrait

rédigé par
Publié le 04 septembre 2014

A l'inverse de Maléfique, de Cruella d'Enfer ou de Madame Mim, Edgar n'est pas un méchant dans l'âme. Serviteur dévoué, poli et guindé, il n’inspire en effet pas la crainte et ne constitue en rien une menace. Mais l’appât du gain va changer la donne : des circonstances bien précises vont le transformer en méchant...

Edgar est donc le majordome de Madame Adélaïde de Bonnefamille, riche et vieille parisienne qui adore ses chats par-dessus tout. Préparant son testament aux côtés de son notaire, son vieil ami Georges Hautecourt, elle prévoit ainsi de léguer sa fortune à ses  adorables félins. Et lorsque ceux-ci disparaîtront à leur tour, l'argent ira finalement à son serviteur dévoué, Edgar. Le testament est rédigé, scellé, secret... Mais c’est sans compter sur l’oreille baladeuse d’Edgar qui entend toute la conversation. Persuadé de toucher le pactole à la mort de sa maîtresse, il découvre ainsi qu’il n’est en fait que le second bénéficiaire de l’héritage après les chats et leur progéniture. Et cette idée le révulse, d'autant que les matous ne vont cesser de se multiplier. Dès lors, s’il veut mettre la main sur le magot, il doit agir. Il doit se débarrasser des chats au plus vite afin de n’être plus que le seul héritier de « Madame » et devient dès lors le méchant des Aristochats.

Méchant de circonstance, Edgar n’est donc motivé que par l’argent. Il ne peut néanmoins se résoudre à tuer de ses mains les chats. Il échafaude alors un plan très simple : les kidnapper puis les perdre dans la campagne et espérer qu’ils ne réapparaîtront jamais. Mais le majordome est un homme tellement empoté que ce qui est simple dans son esprit l’est bien moins dans la réalité. Son side-car fait un vacarme de tous les diables, il se retrouve devant un commissariat de police, il descend malgré lui dans l’escalier du métro et surtout, il réveille deux chiens, Napoléon et Lafayette, bien décidés à chasser cet intrus. Malgré toutes ces embuches, Edgar parvient tout de même à abandonner Duchesse et ses petits au cœur de la campagne. Satisfait, il regagne Paris et la maison bourgeoise de Madame de Bonnefamille, savourant déjà sa victoire avec du champagne.

Mais Edgar n’est pas au bout de ses peines. Son larcin fait déjà la une de la presse lorsqu’il se rend compte qu’il a laissé des indices partout. En effet, dans la précipitation, il a abandonné son chapeau melon, son parapluie et le panier de son side-car sur les lieux du crime... Son plan monté à la va-vite tourne au désastre. Il doit dès lors retourner sur place pour récupérer le tout. Mieux encore, il n’a jamais envisagé que les chats puissent rentrer à la maison. Et lorsque ces derniers réapparaissent, il change son fusil d’épaule. Cette fois, le plan est clair. Puisque la campagne n’est pas assez éloignée pour perdre les félins, il les enverra à Tombouctou !

Véritable maladroit, Edgar n’est à l'évidence pas un méchant dans l’âme. A la différence de Cruella d’Enfer qui n’exclut pas de tuer les chiots dalmatiens, le majordome n’envisage jamais la mort pour Duchesse, Marie, Berlioz et Toulouse. Il n’éprouve en réalité aucune cruauté. Il est tout bonnement incapable de les éliminer. Edgar est davantage un bouffon, voire un idiot qui ne comprend pas que, même si la fortune de « Madame » va à ses chats, c’est bien lui qui en profitera directement, dès lors qu’il garde un œil sur les matous. Edgar est ainsi un personnage comique, un méchant malgré lui poussé par les circonstances et sa propre bêtise à devenir mauvais. Ses plus belles scènes sont d’ailleurs de magnifiques moments de comédies ; de ses pirouettes dans les escaliers avec Monsieur Hautecourt à ses escapades nocturnes dans la campagne, où il est aux prises avec Napoléon et Lafayette. Et que dire d’Edgar se dandinant dans sa chambre en caleçon rayé, tout content d’avoir échafaudé un plan qu’il pense parfait !

  

Edgar est animé par deux animateurs de légende, Frank Thomas et Milt Kahl. Tous les deux membres des Nine Old Men, ils sont assistés de Julius Swendsen. A l’origine, le majordome devait être accompagné d’une bonne, Elvira. Mais sa complice est finalement supprimée du scénario. Dans la version originale, il est doublé par l’acteur britannique Roddy Maude-Roxby tandis qu'en France, c'est Jean-Henri Chambois, la voix du Dodo dans Alice au Pays des Merveilles et du Capitaine Crochet dans Peter Pan, qui l'interprète.

Edgar reste un personnage mineur dans la longue liste des méchants de Disney. Mais il est cependant l'un des plus drôles. Son plus gros crime est en fait de n'avoir pas su attendre pour toucher les millions de "Madame"...