Belle
Date de création :
Le 22 novembre 1991
Nom Original :
Belle
Créateur(s) :
James Baxter
Mark Henn
Randy Carthwright
Michael Cedeno
Lorna Cook
Ken Duncan
Renee Holt
Doug Krohn
Dorothea Baker
Kent Culotta
Margie Daniels
Teresa Eidenbock
Daniel Gracey
Karen Hardenbergh
Kaaren Lundeen
Apparition :
Cinéma
Télévision
Parcs
Jeux Vidéo
BD
Spectacle
Voix Originale(s) :
Paige O'Hara
Jodi Benson
Julie Nathanson
Voix Française(s) :
Bénédicte Lecroart
Interprète(s) :
Susan Egan (Beauty and the Beast - The Musical)
Lynsey McLeod (Sing Me a Story With Belle)
Emilie de Ravin (Once Upon a Time - Il Etait une Fois)
Keegan Connor Tracy (Descendants)
Emma Watson (La Belle et la Bête - 2017)

Le portrait

rédigé par
Publié le 22 mars 2017

Au milieu des années 1980, les studios Disney, en plein marasme, décident de revenir à un genre qu’ils avaient délaissés, le conte de fée animé, une première depuis la sortie de La Belle au Bois Dormant presque trente ans plus tôt. Mais à l’aube du XIXe siècle, hors de question de mettre en scène une charmante jeune femme frêle et naïve « à la Blanche Neige ». Les artistes de Disney suivent le tournant déjà pris dans les années 1960. La femme n’est plus une pauvre victime mais bien une actrice parfois sexy et surtout maîtresse de son destin. Si elle rêve du beau prince charmant, elle est désormais indépendante, forte et capable d’affronter la vie. Première du genre, Ariel, l’héroïne de La Petite Sirène, ouvre ainsi la voie à ces femmes modernes dont Belle est l’archétype parfait.

Premier rôle féminin du classique de 1991 La Belle et la Bête, Belle est une jeune femme épanouie vivant aux côtés de son père Maurice au cœur de la campagne française dans un charmant petit village très tranquille... Trop tranquille, en réalité, pour cet esprit libre qui rêve d’aventures et du grand amour. Vivant en total décalage avec la population locale, laquelle ne peut d’ailleurs s’empêcher de cancaner sur son passage, l’héroïne ne comprend pas, en effet, le peu d’intérêt de ses gens qui, autour d’elle, se sont englués dans la même routine sans se soucier réellement d’autre chose que de leur petite vie paisible. Aussi, ne trouvant aucune personne avec qui discuter, hormis son père et le libraire, Belle se plonge dans les livres, accentuant encore les commérages des bonnes gens qui, estimant qu’elle a toujours la tête dans les nuages, préfèrent l’ignorer. Seul Gaston, le bellâtre écervelé du coin, manifeste de l’intérêt pour la demoiselle, la plus belle du village qu’il souhaite intéressée à des « choses plus importantes » que ses simples lectures dont il ne comprend lui-même rien.

Mise à l’écart par les autres, Belle ne trouve refuge qu’auprès de son père, Maurice, qui lui aussi subit les médisances de la foule. Le vieil inventeur excentrique provoque, il est vrai, les ricanements de tous tant ses machines semblent loufoques. La dernière d’entre elle, une machine à couper le bois, est sa plus belle réussite et il espère devenir riche grâce à elle afin d’offrir à sa fille une vie meilleure. Pour ce faire, il doit encore aller à la foire et gagner le premier prix, abandonnant alors pour quelques jours sa chère Belle qui doit user de toute sa ruse pour repousser les avances de Gaston, bien décidé à l’épouser. Amusée après avoir humilié le goujat, la jeune femme déchante rapidement. Philibert, le cheval de la famille, est de retour. Mais Maurice n’est pas là. Il s’est passé quelque chose et elle part à son secours. Elle arrive par hasard devant les grilles d’un imposant château à l’intérieur duquel son père est incarcéré.

Cherchant à faire sortir le vieil homme de là, Belle se retrouve bientôt confrontée au maître des lieux… Une horrible bête à qui elle offre de prendre la place de son père. Désormais, c'est elle qui est retenue captive à l’intérieur de cette demeure lugubre. La Bête est cependant sensible au destin cruel de la jeune fille à qui elle offre une chambre plus confortable que son cachot et le droit d’aller où bon lui semble dans le palais, exception faite de l’aile ouest qui lui est interdite. Anéantie et ignorant que son père, moqué par la foule, est parti à sa recherche, Belle décide de ne rien céder à son hôte et de refuser ses invitations, provoquant la colère de la Bête. Elle trouve néanmoins un peu de réconfort auprès des domestiques Big Ben, Lumière, Madame Samovar et son fils Zip, tous transformés en objets au moment où la magie a changé leur maître en monstre. Assistant à un dîner extraordinaire au cours duquel les serviteurs lui montrent tout leur talent, elle se lance à la découverte des lieux, prenant le risque d’aller contre la volonté de la Bête en s’aventurant dans l’aile ouest. Là, elle aperçoit une rose mystérieuse. La fleur, scintillante, est magnifique. Soulevant la cloche qui la protège, Belle est sur le point de toucher les pétales quand le monstre, furieux, la chasse. La jeune femme prend alors la fuite et rompt sa promesse de rester au château. Elle part dans la forêt, ignorant encore que les loups rodent…

Belle est finalement sauvée par la Bête elle-même qui, éprouvée, s’effondre dans la neige. L’héroïne a alors le choix. Repartir chez elle et retrouver sa liberté, ou bien secourir celui qui vient de la protéger. Elle opte pour la seconde solution et ramène la Bête dans sa demeure. Grâce au talent des domestiques, naît alors une romance entre ces deux êtres que tout sépare. Belle, charmée, accepte de transiger au moment où la Bête, de son côté, change d’attitude pour conquérir le cœur de celle qui pourrait rompre le charme qui ensorcelle le château et tous ses habitants. Découverte de la bibliothèque, souper en tenue d’apparat, jeux dans la neige et une valse magique au cœur de la sublime salle de bal du château. La romance se met en place doucement sous l’œil complice des serviteurs qui espèrent qu’un amour naîtra de cette rencontre improbable.

Mais Maurice, à la recherche de sa fille depuis des jours, est seul dans le froid. Et Belle, en découvrant son père mourant, est sous le choc. Cette fois, c’est à la Bête de faire un choix. Garder son otage ou libérer celle qu’il aime. Belle est autorisée à partir secourir son vieux père. La Bête, désemparée, sombre dans le chagrin. De retour à la maison avec Maurice, l’héroïne pense pouvoir enfin retrouver sa vie d’avant. Mais c’est sans compter sur Gaston qui a mal digéré l’humiliation de la demande en mariage. Avec Le Fou, il a savamment orchestré sa revanche. Maurice, réputé pour être complètement aliéné, est embarqué par les hommes de main de Monsieur d’Arque, le directeur de l’asile. Belle doit alors prouver l’existence de la Bête aux villageois afin de libérer son père. Tous les deux sont alors emprisonnés dans leur propre cave au moment où Gaston et les hommes en colère prennent la route du château pour ramener la tête du monstre…

Finalement libérée par Zip, la petite tasse, Belle retourne au château afin de prévenir les serviteurs et leur maître de la terrible menace qui pèsent sur eux. Sur place, le combat a déjà commencé, tournant rapidement à l’avantage des domestiques. Seule la Bête, recluse dans l’aile ouest, est sur le point d’être tuée par Gaston. Le retour de l’être aimée ranime cependant sa raison de vivre et l’assaillant est finalement éliminé. La Bête, blessée, est sur le point de succomber lorsque Belle lui avoue enfin son amour. In-extremis, la malédiction est levée au moment où le dernier pétale de la fleur magique se détache. Le monstre retrouve son apparence de prince. Big Ben, Lumière, Madame Samovar sont également métamorphosés. Un doux baiser scelle l’union des deux amants qui, dans la salle de bal, valsent une nouvelle fois sous le regard de Maurice et des habitants du château. Tout est bien qui finit bien !

Au moment de concevoir le script de La Belle et la Bête et de définir le personnage de l’héroïne, les artistes de Disney ont pris quelques libertés par rapport aux œuvres originales. Dans le recueil de contes La Jeune Américaine et les Contes Marins écrit en 1740 par Madame de Villeneuve, celle qui est simplement surnommée « la belle enfant » est loin d’être aussi esseulée et stigmatisée que dans le film. Dans le texte, la jeune femme, de sang royal, est la fille d’un roi et d’une fée, cachée chez un marchand au milieu de six frères et cinq sœurs. Même constat chez Madame Leprince de Beaumont qui prend l’histoire en 1757. Cette fois, Belle est la cadette d’un riche marchand. Amoureuse des choses simples et des livres, elle est entourée par six autres enfants, trois fils et trois filles qui, contrairement à elle, sont toutes plus capricieuses et vaniteuses les unes que les autres. Elle accepte de prendre la place de son père dans les cachots de la Bête pour laquelle elle éprouve finalement un bel amour sincère…

Dans la première version du script écrite par Pete Young, Vance Gerry et Steve Hulett dès 1983, Belle est une jeune femme dans la veine des princesses de Disney. Comme Blanche Neige, elle sympathise avec les animaux qui deviennent ses guides et ses confidents au château. Trois ans plus tard, Phil Nibbelink et Steven E. Gordon livrent une nouvelle version de l’histoire très inspirée par La Belle et la Bête, le classique réalisé par Jean Cocteau en 1946. Jim Cox se penche ensuite sur le sujet en 1988 et place l’intrigue dans la France du XVe siècle. Belle est une jolie jeune femme vivant avec ses deux sœurs et autour de laquelle tournent trois prétendants. Prenant la place de son père, qui n’est au passage plus un marchand mais un inventeur, elle se retrouve chez la Bête et rencontre des objets enchantés. Sauvée d’une meute de loup par son geôlier, elle tombe sous son charme mais le château est bientôt attaqué par les sœurs et les soupirants qui souhaitent piller la demeure. Ils sont alors punis et transformés par magie en animaux.


Premiers concepts arts par Mel Shaw, Andreas Deja et Hans Bacher

L’arrivée chez Disney d’une nouvelle direction composée de Michael Eisner, Jeffrey Katzenberg, Frank Wells, Roy E. Disney et Peter Schneider change une nouvelle fois la donne. Gen LeRoy est chargé de reprendre le scénario de La Belle et la Bête. Il propose alors une histoire dans laquelle Belle est désormais un vrai garçon manqué qui tombe amoureuse du prince Christian changé en monstre par son cruel frère Anton. L’héroïne parvient finalement à éliminer ce dernier et à libérer l’être aimé. Mais Katzenberg n’est pas convaincu. Le récit est trop noir. Il rejette le script et confie le projet à la scénariste Linda Woolverton, au producteur Don Hahn et au couple de réalisateur Richard et Jill Purdum. L’intrigue est déplacée dans la France du XVIIIe siècle. Maurice est un marchand ruiné dont la sœur, Marguerite, vient d’investir la maison où vivent la petite Belle, sa sœur Clarice et le chat Charley. Souhaitant la marier avec le marquis Gaston, Marguerite ne voit pas d’un bon œil le départ de Belle chez cette Bête afin de prendre la place de son père qui, après avoir volé une rose, est retenu captif dans les cachots. Elle envoie alors Gaston attaquer la luxueuse demeure. L’histoire, plus étoffée, se rapproche des contes originaux. Le personnage de Belle est assez proche de celui présent dans les histoires de mesdames de Villeneuve et Leprince de Beaumont. Mais Katzenberg trouve cela une nouvelle fois trop sombre. Les personnages manquent de charisme. Un séjour dans la vallée de la Loire plus tard, les artistes de Disney revoient leur copie. Gary Trousdale et Kirk Wise, deux jeunes réalisateurs, prennent la tête du film. Linda Woolverton retravaille son script avec une armée d’auteurs, Roger Allers, Kelly Asbury, Brenda Chapman, Tom Ellery, Kevin Harkey, Robert Lence, Brian Pimental, Joe Ranft, Chris Sanders, Bruce Woodside et le vétéran Burny Mattinson, ainsi qu’avec le compositeur Alan Menken et surtout le parolier Howard Ashman dont le travail sur La Petite Sirène a fait sensation. Le personnage de Belle est alors totalement redéfini.

Belle, contrairement à Ariel, n’est plus une candide adolescente mais une jeune femme avisée d’une vingtaine d’années qui adore la lecture, un moyen pour elle de s’évader. Exit les frères et les sœurs. Seul le brave père, Maurice qui, au passage, redevient un inventeur farfelu, est encore de la partie. Les auteurs se débarrassent aussi du lignage royal présent dans certains contes. Belle est une jeune paysanne curieuse dont l’amour pour les livres la fait paraître complètement loufoque auprès de ses voisins. Jolie et intelligente, deux qualités attisant les jalousies, elle se distingue des autres grâce à son esprit libre et une imagination débordante qui lui permettent de sortir de la routine du quotidien et de rêver à un destin moins ordinaire. Soucieuse du bien-être de son père, qui prend également grand soin d’elle, et nourrissant une amitié profonde pour le libraire qui lui permet de découvrir de nouvelles histoires, elle espère un jour vivre une vie meilleure, croiser des gens aptes à la comprendre et pourquoi pas, comme dans ses romans, rencontrer un beau prince charmant. C’est grâce à cette ouverture d’esprit et à cet espoir qu’elle parvient à s’émerveiller en découvrant la magie qui enveloppe le château et à découvrir la vraie nature de la Bête, là où les autres habitants du village, superstitieux et crédules, n’y voient que sorcellerie et monstruosité. Très tendre, Belle est également une femme forte qui sait tenir bon et faire preuve d’une grande franchise. C’est ainsi qu’elle n’hésite pas à humilier Gaston, refusant au passage de vivre sous son joug et d’élever ses six ou sept enfants tout en se coltinant la cuisine et les tâches ménagères. Belle est aussi capable de hausser le ton et de tenir tête à la Bête, attendrissant ainsi son cœur de pierre.

L’animation de Belle est au départ confiée à Andreas Deja, l’animateur qui vient de donner vie au roi Triton dans La Petite Sirène après avoir supervisé Taram, la reine Mousetoria et Roger Rabbit. Imaginant représenter le personnage avec des formes généreuses, dans la veine des peintures de Boucher et Watteau, il se voit finalement proposer le rôle du méchant, Gaston, et laisse donc sa place à James Baxter et Mark Henn.

Travaillant aux studios Disney de Burbank, Baxter vient alors tout juste d’animer Jessica Rabbit dans Qui Veut la Peau de Roger Rabbit, Ariel dans La Petite Sirène et Joanna dans Bernard et Bianca au Pays des Kangourous. Il créera ensuite le singe Rafiki dans Le Roi Lion, Quasimodo dans Le Bossu de Notre-Dame et supervisera la partie animation d’Il Etait une Fois.

James Baxter
 
Mark Henn

James Baxter collabore avec Mark Henn, installé aux studios Disney de Floride où, après avoir collaboré à Rox et Rouky et Le Noël de Mickey, il est l’un des animateurs d’Eilonwy dans Taram et le Chaudron Magique, le superviseur de Basil et Olivia dans Basil Détective Privé, d’Oliver et Roublard dans Oliver & Compagnie, de Bernard et Bianca dans Bernard et Bianca au Pays des Kangourous. Également responsable de Jasmine, Simba, Pocahontas, Mulan, Fa Zhou, la vache Grace, la princesse Tiana, et de Winnie l’ourson dans le film de 2011, son nom figure au générique d’autres films comme Bambi 2, Bienvenue chez les Robinson, Dans l’Ombre de Mary - La Promesse de Walt Disney, La Reine des Neiges, Les Nouveaux Héros et Zootopie.

Au moment de créer Belle, James Baxter et Mark Henn se sont inspirés de Judy Garland, Romy Schneider ou encore d’Isabelle Adjani qui prête ses traits à l’héroïne sur une poignée de concept arts. Les animateurs ont également pu observer l’actrice Sherri Stoner, qui avait déjà servi de modèle au personnage d’Ariel lors du tournage des prises de vues de référence. Finalement, l’apparence définitive du personnage est trouvée par Roger Allers qui livre des dizaines de croquis sur lesquels il a représenté Belle avec le visage de l’actrice française Leslie Caron dont la carrière à Hollywood a décollé avec la comédie musicale Un Américain à Paris en 1951. Signant avec la MGM, la comédienne est alors apparue dans de nombreux classiques comme Lili et La Pantoufle de Verre de Charles Walters, Gaby de Curtis Bernhardt, Gigi de Vincente Minelli, Fanny de Joshua Logan et La Chambre Indiscrète de Bryan Forbes. Imaginant la jeune femme avec une démarche légère semblable au pas feutrés d’une ballerine, choix est également fait de l’affubler d’une robe bleue, une couleur rare dans la nature et qui tranche avec les costumes orange, marron ou verts des villageois.

Leslie Caron
Paige O’Hara
Bénédicte Lecroart

Dans la version originale, Belle est interprétée par l’actrice Paige O’Hara. Honorée par un Disney Legends Award en 2011, la comédienne originaire de Floride débute sa carrière à Broadway en 1983 avec le rôle d’Ellie May Chipley dans la comédie musicale Showboat. Également à l’affiche de The Mystery of Edwin Drood et Oklahoma, elle auditionne pour La Belle et la Bête et reçoit le rôle de Belle. En avril 2011, vingt ans après la sortie du classique animé, elle est remplacée par Julie Nathanson, l’actrice Jodi Benson ayant également ponctuellement prêté sa voix au personnage.

En France, Belle est doublée par Bénédicte Lecroart, qui prête également sa voix à Lady dans La Belle et le Clochard 2 : L’Appel de la Rue, Féline dans le troisième doublage de Bambi, à la Harpe dans le second doublage de Coquin de Printemps, à Wendy pour les chansons du second doublage de Peter Pan, ou encore à Marguerite dans le second doublage de La Mélodie du Bonheur.


La Belle et la Bête 2 : Le Noël Enchanté

En 1997, Belle est de retour dans la suite du grand classique de 1991, La Belle et la Bête 2 : Le Noël Enchanté, sorti directement en vidéo en 1997. Se situant durant l’hiver passé aux côtés de la Bête, l’histoire met en scène l’héroïne qui souhaite redonner vie au château en organisant de fabuleuses fêtes de Noël. Elle doit alors faire face au caractère bougon de son hôte et aux manigances d’un nouveau méchant, Maestro Forte, bien décidé à faire en sorte que le sort ne soit jamais brisé afin que la Bête mélancolique continue à être son confident. L’année suivante, en 1998, les aventures de Belle au château se poursuivent dans le piètre (Le) Monde Magique de La Belle et la Bête, « pilote » de la série avortée inspirée du film de 1991 dans lequel sont compilées quatre aventures inédites. En 1999, rebelote. Belle revient dans la compilation Belle's Tales of Friendship destinée à faire la promotion de la série Disney's Sing Me a Story with Belle, diffusée de 1995 à 1999 et dans laquelle la jeune femme, interprétée en chair et en os par Lynsey McLeod, tient une librairie où, avec son chat Harmony et le livre enchanté Big Book, elle raconte et chante à un groupe d’enfant les histoires de Ferdinand le Taureau, Elmer l’Elephant, Paul Bunyan, Goliath 2, Petit Toot, Morris, le Petit Elan, Lambert, le Lion Bêlant, Mickey et le Haricot Magique, Dingo et Wilbur, Le Vilain Petit Canard, Le Rival de Mickey, La Souris Volante, Johnny Pépin-de-Pomme, ou encore Winnie l’ourson et l’Arbre à Miel. Belle devait en outre apparaître dans le second volume de Disney Princesses - Les Histoires Merveilleuses et être la vedette d’une nouvelle histoire dans laquelle elle devait aider Zip, responsable de nombreux dégâts, à se réconcilier avec la Bête. Seule une chanson, You’ll Never Lose This Love, a été produite. Elle est visible sur internet.

Sing Me a Story with Belle
Disney’s Tous en Boîte
Princesse Sofia

Figurant parmi la liste officielle des princesses de Disney, l’héroïne apparaît dans certains épisodes de la série Disney’s Tous en Boîte et dans les téléfilms Mickey, La Magie de Noël et Mickey, le Club des Méchants. Elle est alors doublée par Jodi Benson. Elle est également présente dans l’épisode L’Hymne Royal de la série Princesse Sofia. Belle est aussi l’objet de nombreux caméos. Elle apparaît ainsi sur la scène de la 64ème cérémonie des Oscars en 1992 afin de dévoiler le nom du vainqueur dans la catégorie meilleur court-métrage d’animation. Elle fait ensuite une apparence furtive dans Le Bossu de Notre-Dame lorsque Quasimodo confie ses rêves de voir le monde dans la chanson Rien qu'un jour. La scène du bal durant laquelle elle valse avec la Bête est également détournée dans une bande annonce de Lilo & Stitch. Son ombre est visible dans Le Roi Lion 3 : Hakuna Matata lorsque les personnages Disney s’installe dans la salle pour voir le film avec Timon et Pumbaa. Des poupées de la princesse sont disséminées dans la chambre de la petite Morgan Philipp dans Il Etait une Fois. La Bête et elle sont enfin visibles dans The Adorable Couple, un épisode de la série Mickey Mouse.

Cérémonie des Oscars
Le Bossu de Notre-Dame
Bande annonce de
Lilo & Stitch
Mickey Mouse

Dans Once Upon a Time – Il Etait une Fois, Belle est interprétée par l’actrice Emilie de Ravin. Fille de Maurice, elle se voit offrir aide et protection par Rumpkestiltskin (Robert Carlisle) de qui elle tombe finalement amoureuse. Dans le téléfilm Descendants, l’héroïne est cette fois incarnée par Keegan Connor Tracy. Mariée à la Bête redevenue humaine et reine du Royaume enchanté d’Auradon, elle est la mère du jeune Ben (Mitchell Hope) bientôt amené à régner.

Once Upon a Time – Il Etait une Fois
Descendants

L’histoire de Belle est par ailleurs élargie dans différentes les livres et les bandes dessinées, notamment dans le roman Disney Princess: Royal Weddings qui raconte sa vie après le mariage avec le Prince, ou encore la série The New Adventures of Beauty and the Beast dont l’action se déroule avant le film de 1991. Les lecteurs découvrent alors une jeune Belle qui vit différentes aventures avec son père Maurice et les autres enfants du village. D’autres histoires sont également publiées dans la revue Disney Adventures ou encore dans des comics édités par Marvel et qui racontent la vie de la princesse au château durant sa captivité. Belle est également l’un des personnages du manga Princesse Kikala dans lequel Kikala, le prince Rei et la princesse Sylphy découvrent le monde de La Belle et la Bête. Enfin, Serena Valentino évoque le personnage dans le roman The Beast Within: A Tale of Beauty’s Prince centré sur la Bête.

Film, séries télévisées, livres, bandes dessinées, Belle est aussi présente dans pléthore de jeux vidéo, notamment l’adaptation du grand classique sur différentes consoles. Elle apparaît en outre dans le jeu Kingdom Hearts, dans lequel elle est capturée par les sbires de Maléfique qui la plonge, comme les autres princesses, dans un profond sommeil, puis ponctuellement dans Kingdom Hearts: Chain of Memories, dans Kingdom Hearts: 358/2 Days, et de manière plus importante dans Kingdom Hearts II. Belle est aussi l’une des protagonistes des jeux Disney Princess: Enchanted Journey et Kinect Disneyland Adventures.

Kingdom Hearts
Belle à Epcot

Dans les Parcs Disney à travers le monde, Belle fait partie des personnages les plus populaires avec qui les visiteurs peuvent faire une photo. À Disneyland Resort en Californie, elle apparaît dans la Mickey’s Soundsational Parade et la parade Paint the Night, ainsi que dans les spectacles Fantasy Faire et World of Color à Disney California Adventure. À Walt Disney World Resort, la princesse raconte des histoires au public dans le spectacle Storytime with Belle dont le concept a été transformé en parcours interactif au cœur des grands décors du film, Enchanted Tales With Belle. Les convives du restaurant Be Our Guest Restaurant peuvent aussi l’apercevoir alors qu’ils déjeunent ou dînent à l’intérieur du château de la Bête. Elle est en outre présente dans la Festival of Fantasy Parade et les shows Beauty and the Beast: Live et Fantasmic! au Parc Disney’s Hollywood Studios. Elle parcourt aussi les allées du pavillon français d’Epcot. À Disneyland Paris, Belle valse avec la Bête dans Mickey et le Magicien. Elle est l’une des protagonistes du spectacle Believe à bord du navire de croisière Disney Dream.


La Belle et la Bête - Le Musical

Le 18 avril 1994, Susan Egan endosse le rôle de Belle sur la scène du Palace Theatre de Broadway dans la comédie musicale La Belle et la Bête. Nommée pour le Tony Award de la meilleure chanteuse, celle qui prêtera sa voix à Mégara quelques années plus tard est ensuite remplacée par des dizaines d’actrices: Sarah Uriarte Berry (1995-1996, 2006), Kerry Butler (1996-1997), Deborah Gibson (1997-1998), Toni Braxton (1998-1999), Andrea McArdle (1999-2000), Suzanne Litzinger (2000-2002, 2003, 2006), Jamie-Lynn Sigler (2002-2003), Megan McGinnis (2003-2004), Christy Carlson Romano (2004), et Ashley Brown (2005-2006) et Anneliese Van der Pol (2007) qui joue le rôle pour la dernière fois à Broadway au Lunt-Fountanne Theater avant de le reprendre sur les planches du Pantages Theatre de Los Angeles en 2011. Dans la version française montée au Théâtre Modagor, la princesse est incarnée par Manon Taris.

En 2017, Belle est de retour sur grand écran dans le remake live du classique animé de 1991. Elle est alors interprêtée par l’actrice Emma Watson, révélée au public grâce au rôle d’Hermione Granger dans la saga cinématographique Harry Potter. Dans le film, Belle vit seule avec son père Maurice (Kevin Kline) qui, depuis la mort de sa mère, est devenu très protecteur. Souhaitant la préserver du monde extérieur, il lui confectionne alors des boîtes à musique afin qu’elle puisse voir le monde. Fervente lectrice, la jeune femme est également une géniale inventrice capable de bricoler des machines pour les tâches du quotidien. Comme dans le dessin animé, elle prend finalement la place de son père dans les geôles de la Bête.

"C'est vrai qu'elle ne ressemble à personne
Non, elle ne ressemble à personne
Cette fille ne ressemble à personne
C'est Belle !
"

La filmographie

▼ Aller en bas de la liste ▼
001
La Belle et la Bête
Animation 2D • Disney Digital 3-D
1991
Cinéma
1991
Cinéma
002
Jeunesse • 5 Saisons
1995 • 2000
Télévision
1995 • 2000
Télévision
003
La Belle et la Bête 2 : Le Noël Enchanté
Animation 2D
1997
Vidéo
1997
Vidéo
004
Le Monde Magique de la Belle et la Bête
Animation 2D
1998
Vidéo
1998
Vidéo
005
Animation 2D / "live"
1999
Vidéo
1999
Vidéo
006
Disney's Tous en Boîte
Animation 2D
2001 • 2003
Télévision
2001 • 2003
Télévision
007
Mickey, la Magie de Noël
Animation 2D
2001
Vidéo
2001
Vidéo
008
Mickey, le Club des Méchants
Animation 2D
2002
Vidéo
2002
Vidéo
009
Animation 2D
2007
Vidéo
2007
Vidéo
010
Once Upon a Time - Il Était une Fois
Fantasy
2011 • ....
Télévision
2011 • ....
Télévision
011
Princesse Sofia
Animation 3D
2013 • ....
Télévision
2013 • ....
Télévision
Saison 02
Saison 03
Saison 04
012
Mickey Mouse
Animation 2D
2013 • ....
Télévision
2013 • ....
Télévision
013
Descendants
Comédie musicale
2015
Télévision
2015
Télévision
014
La Belle et la Bête
Comédie musicale • IMAX • Disney Digital 3-D
2017
Cinéma
2017
Cinéma
015
Descendants 2
Comédie musicale
2017
Télévision
2017
Télévision
▲ Retour en haut de la liste ▲

Nos Réseaux Sociaux