Deadpool
Date de création :
1991
Nom Original :
Wade Wilson
Créateur(s) :
Rob Liefeld
Fabian Nicieza
Apparition :
BD
Télévision
Jeux Vidéo
Cinéma
Voix Originale(s) :
Ryan Reynolds (X-Men Origins : Wolverine, Deadpool)
Will Friedle (Ultimate Spider-Man)
Nolan North (Hulk vs. Wolverine)
Voix Française(s) :
Bruno Choël (X-Men Origins : Wolverine)
Pierre Tessier (Deadpool)
Interprète(s) :
Ryan Reynolds (X-Men Origins : Wolverine, Deadpool)

Le portrait

rédigé par et Pierre Rapeau
Publié le 05 février 2016

L'industrie du comics évolue depuis sa création en suivant un certain schéma qui se répète inlassablement. Chaque personnage créé voit ainsi sa personnalité changer plus ou moins, gagner en importance et en profondeur en fonction du talent des scénaristes et de l'intérêt du public. Mais aussi passionnant qu'ils puissent être, ils peuvent tous être rangés dans des cases bien définies : du héros au grand cœur, allant au méchant pur et dur, en passant par l'antihéros torturé qui reste bon malgré lui.
Un personnage Marvel en particulier reste néanmoins inclassable : Deadpool !
De par son imprévisibilité et son originalité, il dépasse assurément toutes les conventions établies dans le monde des comics. 

Mercenaire clownesque, le personnage est un concentré de la violence tant à la mode dans les années 90 au sein de la culture populaire. Et pourtant, il apparait aujourd’hui presque comme une mascotte pour Marvel et se voit souvent placé au cœur de ses campagnes de communications pour ses publications papiers ; quand il n’est pas, en plus, en balade dans différents cross-overs avec les autres héros en plus de sa propre série. Ses papas, Rob Liefeld et Fabian Nicieza, sont donc les dignes représentants du comics des années 90 : du muscle partout, des femmes aux formes avantageusement disproportionnées, des dessins prenant une ou deux pages entières pour développer ici une scène d’action ou là une pose extravagante souvent au mépris de tout respect de l’anatomie humaine, ou plus loin encore, un décor un tant soit peu travaillé ou original.
Wade Wilson, alias Deadpool, existe ainsi comme une mauvaise blague. Au point que même son design et son nom de famille soient empruntés au célèbre tueur à gage (beaucoup moins déjanté) Slade Wilson alias Deathstroke de la Distinguée Concurrence, DC Comics !
Le personnage n’en finit pas en réalité de surprendre son monde. Il continue à développer son incroyable popularité alors même qu’il ne colle pas à la politique éditoriale contemporaine de Marvel Comics qui s’inscrit toujours plus dans la recherche de complexité narrative et de comics d’auteur, aux récits toujours plus cérébraux et triturés. Brut de décoffrage, Deadpool est dès lors totalement en décalage avec le reste de l’univers. Il est même cet incroyable personnage conscient d’être le héros d’un comics, brisant le quatrième mur à la moindre excuse et pouvant aller jusqu’à voyager dans le monde réel pour y abattre ses propres auteurs du moment ! Ce qui n’est qu’une marque de folie pour le reste des héros de l’univers Marvel est, pour lui, une proximité entre le personnage et le lecteur. Il est le recul qu’a besoin l’univers Marvel qui se prend trop souvent au sérieux : il est la claque dans le dos qui rappelle que toutes ces planches ne sont que du divertissement, sans toutefois immiscer cela de force puisque la démarche se limite aux séries où il apparait. Deadpool est ainsi à prendre pour ce qu'il est : un défouloir fun et jouissif aussi bien pour les lecteurs que les artistes à l'œuvre sur lui. 

Wade Wilson chez Marvel
Slade Wilson chez DC Comics

Deadpool est donc créé par Rob Liefeld et Fabian Nicieza. Le personnage apparait ainsi pour la première fois dans New Mutants #98, publié en février 1991. Orphelin connu sous le nom de Wade Wilson, il porte le nom de l'un des hommes qu'il tua alors qu'il servait en tant qu'assassin pour la CIA. Cancéreux, atteint par plusieurs tumeurs, il participe à l'expérimentation de l'Arme X, puis se voit doté par le professeur Killbrew d'un pouvoir d'auto guérison dérivé de celui de Wolverine. Il devient instable mentalement au cours du processus et voit sa peau ainsi que son visage partiellement détruits. Son pouvoir a, en réalité, un effet double : il considère son cancer comme "normal" et le guérit en même temps qu'il en accélère les effets ! Cette condition particulière est d’ailleurs probablement à l'origine de sa folie. Une folie grandissante au fil des années et qui devient l’une de ses marques de fabrique.
Pourtant, Deadpool n'est au départ qu'un "simple méchant", un peu loufoque certes, mais qui fait office d'ennemi à opposer aux équipes classiques. Il apparait ainsi dans plusieurs séries, croise la route d'autres personnages tout en ayant droit à deux mini-séries en son honneur : la première par Fabian Nicieza (son créateur) et illustrée par Joe Madureira, du nom de The Circle Chase, et la seconde, écrite par Mark Waid et dessinée par Ian Churchill nommée Sins of the Past.
Il faut ensuite attendre 1997 pour que le personnage gagne ses lettres de noblesse et sa psychologie définitive. Deux artistes décident en effet de le concevoir différemment. Le scénariste Joe Kelly et le dessinateur  Ed McGuinness estiment, il est vrai, que Deadpool mérite plus que sa situation d'assassin ennemi à opposer à Wolverine ou aux X-Men. Sachant pertinemment que la série Deadpool, dont ils ont désormais la charge, peut être annulée à n'importe quel moment, ils ne se mettent plus aucune limite. Le personnage tombe dans une folie, une schizophrénie et une violence excessive.

New Mutants #98
Deadpool : The Circle Chase #1

Le statut de Deadpool évolue également. Ni méchant, ni gentil, le personnage n'agit qu'en fonction de ses contrats, de ses humeurs, ou des voix qu'il écoute dans sa tête. Comme tout droit sorti de l’univers d’Alice au Pays des Merveilles, son comportement n'a plus aucune cohérence, ni logique. Il est ainsi capable de séquestrer pendant un temps, contre sa volonté, une vieille aveugle nommée Al pour disserter avec elle de ses théories folles et avec qui il entretient une étrange relation mère/fils. Il peut s'attaquer à Captain America sans véritables raisons, après avoir fait équipe avec Spider-Man, dont il confesse être un grand fan.  
Bien sûr, des fois, il se retrouve dans le camp des bons : mais, là aussi, rarement par bonté. Assassin fou, il est aussi quasiment invincible grâce à son pouvoir auto guérisseur. Il use ainsi d'une violence extrême contre ses ennemis et ses proies, ne renonçant à aucun moyen pour arriver à ses fins, même si cela doit passer par des blessures très graves dont il parvient toujours à se soigner. Sadique et psychopathe, il n'est pas rare qu'il perde un membre, qu'il se mutile volontairement, qu'il soit décapité, que ses tripes soient éparpillées ou que son corps soit marqué par des plaies par balles et autres brulures. Mais rien ne peut de toute façon en venir à bout ! Dès lors, il prend un certain plaisir à commenter avec sarcasme chacune de ses souffrances, pour le plus grand malheur de ses compagnons et ennemis, souvent exaspérés.
Deadpool, c’est littéralement le Pool de la Mort : soit un pari sur qui va mourir dans les douze prochains mois !

Deadpool : Sins of the Past #1
Deadpool Vol. 1 #1

L'autre grande particularité de Deadpool est son côté méta. Il est, en effet, le seul personnage Marvel conscient d'être un personnage de fiction ! Les auteurs expliquent ce phénomène comme étant un autre de ses pouvoirs. Il n'empêche. Cette capacité offre de nombreux moments cocasses. Le personnage s'adresse, il est vrai, au lecteur, insulte ses auteurs, rappelle à quelle page il se trouve… Il ne se prive pas non plus de faire comprendre aux autres personnages qu'ils sont dans un monde de papier comme par exemple, en disant à Spider-Man qu'il ne l'avait pas revu depuis son dernier comics ou en affirmant à son ennemi qu'il le battra facilement ayant lu toutes ses tactiques dans ses numéros précédents. Bien-sûr, les personnages le côtoyant n'y prêtent pas attention et mettent ses remarques sur le compte de sa folie...

Hulk vs. Wolverine
Ultimate Spider-Man

Malgré son immense popularité dans les comics, Deadpool n'apparait pas souvent dans d'autres médias. Juste un petit caméo dans la série X-Men de 1992, ainsi que Marvel Anime - X-Men ! Il faut attendre Ultimate Spider-Man pour qu'il obtienne une apparition plus conséquente, ainsi qu'un rôle dans le cartoon Hulk vs. WolverineÀ noter également sa présence dans de nombreux jeux vidéo mettant en scène des personnages Marvel, tels que Marvel : Ultimate Alliance et Marvel Super Hero Squad Online.
En 2009, il signe sa toute première apparition au cinéma sous les traits de Ryan Reynolds dans X-Men Origins : Wolverine... Et la déception est alors immense ! Le film ne respecte en rien le personnage. Sa personnalité est sacrifiée, comme le reste des personnages, pour proposer un banal récit de super-héros sans aucun intérêt. L’antihéros hyper bavard se retrouve sans bouche suite aux expériences de l’Arme X et n'est qu’un simple pantin téléguidé pour abattre Wolverine. Pathétique, il souffre, comme le reste du film, d'une aseptisation totale. Impossible dans un opus aussi bien pensant (pour ne pas dire niais) d'espérer une adaptation fidèle de ce personnage psychopathe, violent, psychotique, schizophrène, pervers, mégalomane, complètement imprévisible et ultra arrogant.
Il est dès lors permis de se demander si le moindre responsable derrière X-Men Origins : Wolverine connaissait le personnage avant de l’intégrer à l’histoire ! Le film restera de toute façon et définitivement comme un mauvais souvenir (une mauvaise blague ?) ; la critique unanime, l’élisant comme le pire volet de la saga X-Men tandis que sa vision de Wade Wilson est vue un crime de lèse-majesté opéré par la Fox qui rate là l'opportunité d'adapter sur grand écran l’un des personnages les plus populaires de Marvel ! Mais voilà, mine de rien, l’aventure signe un petit succès au box-office... Bien suffisant pour que la major n’abandonne pas l’idée de continuer à produire des films X-Men indépendamment de la saga principale.

Un projet d'adaptation de Deadpool est ainsi mis sur les rails, avec un seul et enthousiasmant mot d'ordre : rester fidèle au matériel de base ! Pourtant, la Fox reste réticente bien longtemps à l'idée d'offrir un long-métrage entier à ce personnage, et ce, malgré la grande implication de Ryan Reynolds, désireux de faire amende honorable auprès du public. Deux scénaristes l'entourent, Rhett Reese et Paul Wernick (Bienvenue à Zombieland), et l'acteur vante à qui veut l’entendre la qualité de l'histoire annoncée irrévérencieuse, violente, drôle et surtout, classé R, soit interdite aux moins de 17 ans non accompagnés aux États-Unis. Malgré la volonté du comédien et sa motivation pour lancer la production, le projet stagne donc encore deux ans...
Les choses avancent en 2011 quand la Fox décide de confier le projet à un jeune réalisateur, Tim Miller, qui a déjà travaillé sur les effets spéciaux d'X-Men, d'X-Men 2 ou Daredevil. Son rôle est de réaliser une courte vidéo test afin de convaincre la major. Au programme : Deadpool qui saute dans une voiture en marche, transperce la moitié de ses passagers et fait des blagues. La Fox n’est toujours pas convaincue et le dossier stagne. Mais c'est sans compter sur la détermination du public et des fans. Suite à la fuite de la vidéo-test, les réseaux sociaux s’emparent de l’affaire, s'animent et réclament la production tant attendue du long-métrage, bientôt rejoints par les scénaristes, Rob Liefield le créateur de Deadpool et Ryan Reynolds, toujours aussi impliqué. La Fox finit par se laisser convaincre du potentiel du film et officialise Deadpool en 2014 pour une sortie prévue en février 2016...
Le pari est risqué mais l’initiative est belle de la part d'un studio trop souvent critiqué pour sa frilosité teintée d’incompétence dans le traitement des comics dont elle entend pourtant conserver les droits d’exploitation.

Deadpool est... Deadpool ! Véritable OVNI du monde des comics, sa notoriété n'a de cesse de grandir tant il brise les codes du genre et se permet tout. Absolument tout !
Est-il le personnage le plus fou de l'univers Marvel ou au contraire le seul sain d'esprit ayant réalisé qu'il est un personnage de fiction, et que, dès lors, il peut tout se permettre puisque tout est faux ? Le débat fait rage…

La filmographie

001
Animation 2D • 5 Saisons
1992 • 1997
Télévision
1992 • 1997
Télévision
002
Marvel Anime
Animation 2D • Japon
2010 • 2011
Télévision
2010 • 2011
Télévision
003
Animation 2D
2009
Vidéo
2009
Vidéo
004
Fantastique • 20th Century Fox
2009
Cinéma
2009
Cinéma
005
Animation 2D • 4 Saisons
2012 • ....
Télévision
2012 • ....
Télévision
006
Animation 2D • Japon • 51 Épisodes
2014 • 2015
Télévision
2014 • 2015
Télévision
007
Deadpool
Fantastique • 20th Century Fox • IMAX
2016
Cinéma
2016
Cinéma