Muppets TV
L'écran titre
Titre original :
Muppets TV
Production :
The Muppets Studio
Date de sortie France :
29 octobre 2006 - 31 décembre 2006
Genre :
Marionnettes
Création :
Cauet
Durée :
450 minutes

Liste et résumés des épisodes

1. Pascal Obispo et Adriana Karembeu
Genre : Episode télé
Série : Muppets TV
Saison 1 Épisode 1
Date de Sortie France : Le 29 octobre 2006
Durée : 45 minutes
Kermit reçoit Pascal Obispo et le convainc d'écrire une comédie musicale pour toute la troupe des Muppets TV. Pendant ce temps, Miss Peggy voit d'un mauvais œil l'arrivée d'Adriana Karembeu dans le studio...
2. Elie Semoun et Bob Sinclar
Genre : Episode télé
Série : Muppets TV
Saison 1 Épisode 2
Date de Sortie France : Le 5 novembre 2006
Durée : 45 minutes
Kermit reçoit Elie Semoun en petite forme. Il demande au docteur Benzen de lui administrer un remède. Pendant ce temps, Bob Sinclar forme les Muppets au maniement des platines...
3. Michaël Youn et Anggun
Genre : Episode télé
Série : Muppets TV
Saison 1 Épisode 3
Date de Sortie France : Le 12 novembre 2006
Durée : 45 minutes
Kermit reçoit Mickaël Youn qui est venu avec l'idée d'être formé par les Muppets pour devenir une star à Hollywood. Pendant ce temps, Miss Peggy demande conseil à Anggun pour séduire la grenouille chère à son cœur...
4. Liane Foly et David Douillet
Genre : Episode télé
Série : Muppets TV
Saison 1 Épisode 4
Date de Sortie France : Le 19 novembre 2006
Durée : 45 minutes
Non encore visionné
5. Lara Fabian et Titoff
Genre : Episode télé
Série : Muppets TV
Saison 1 Épisode 5
Date de Sortie France : Le 26 novembre 2006
Durée : 45 minutes
Kermit, constatant que son invitée du jour - Lara Fabian - est en retard, demande à une sosie, livreuse de pizza de son état, de prendre la place de la star. Pendant ce temps, Titoff donne des conseils beauté à Gonzo...
6. Florent Pagny et Florence Foresti
Genre : Episode télé
Série : Muppets TV
Saison 1 Épisode 6
Date de Sortie France : Le 3 décembre 2006
Durée : 45 minutes
Kermit reçoit Florent Pagny et constate qu'il veut réorienter sa carrière en devenant animateur télé. Pendant ce temps, Florence Foresti se présente à l'entrée du studio pour participer au show. Kermit lui apprend qu'elle s'est trompée de jour et la refoule...
7. Franck Dubosc, Lorie et Djibril Cissé
Genre : Episode télé
Série : Muppets TV
Saison 1 Épisode 7
Date de Sortie France : Le 10 décembre 2006
Durée : 45 minutes
Kermit reçoit Franck Dubosc et se désole vite de voir que son invité est un fan absolu de Fozzie qu'il voit comme un Maître de l'humour. Pendant ce temps, Lorie arrive au studio et cherche à savoir quel Muppet lui a adressé une lettre d'amour...
8. Laurent Voulzy, Miss Europe et Patrick Bosso
Genre : Episode télé
Série : Muppets TV
Saison 1 Épisode 8
Date de Sortie France : Le 17 décembre 2006
Durée : 45 minutes
Kermit reçoit Laurent Voulzy et lui demande d'écrire des "duos à plusieurs" avec tous les Muppets. Pendant ce temps, Patrick Bosso écume le studio en prenant des photos pour alimenter son blog consacré aux Muppets TV...
9. Mimie Mathy, Stéphane Rousseau, Nikos et Richard Cross
Genre : Episode télé
Série : Muppets TV
Saison 1 Épisode 9
Date de Sortie France : Le 24 décembre 2006
Durée : 45 minutes
Kermit reçoit Mimie Mathy et lui promet qu'elle va rencontrer le Père-Noël. Pendant ce temps, Stéphane Rousseau se trompe d'étage et débarque en coulisse tandis qu'Animal reçoit des cours de chant et d'élocution par les vrais profs de la Star'Ac...
10. Sébastien Cauet, Alexandra Rosenfeld, M. Pokora et Tina Arena
Genre : Episode télé
Série : Muppets TV
Saison 1 Épisode 10
Date de Sortie France : Le 31 décembre 2006
Durée : 45 minutes
Non encore visionné

La critique

rédigée par
★★★

Les marionnettes du Muppet Show affichent, à l’origine, une double nationalité, anglo-américaine. Elles apparaissent, en effet, pour la première fois sur le petit écran en 1976, conjointement sur les chaines de télévision CBS aux USA et ITV en Angleterre. Rapidement remarquées par les diffuseurs du monde entier, elles accèdent vite à une renommée internationale qui perdure encore aujourd’hui.

La première version de leur célèbre show comptabilise ainsi un total de 120 numéros. Il débarque en France dès 1977 et fait, alors, les beaux jours d’Antenne 2. Rediffusées à de multiples occasions, naviguant d’une chaine à l’autre, les aventures de Kermit, Peggy et compagnie marquent sans mal l’inconscient des téléspectateurs français qui leur conservent une place de choix dans leur mémoire télévisuelle.

En 1996, dans la foulée d’une tentative de renaissance outre-Atlantique du célèbre show sur la chaine ABC, une nouvelle version du Muppet Show, rebaptisée Muppets Tonight, débarque sur le petit écran français. Canal + se charge alors de sa diffusion et le propose, en clair, le samedi à 19h. Comme aux U.S.A., le téléspectateur n’accroche pas à l’émission. L’accueil est d’ailleurs à mille lieux du triomphe connu à la fin des années 70. L’audience ne décolle pas si bien que le show est stoppé net. L’échec est cinglant dans la mesure où, depuis leur première carrière à la télévision, les Muppets parviennent toujours à des scores tout à fait satisfaisants dans les salles obscures. Leurs films (Les Muppets, ça c'est du cinéma ! - 1979, La Grande Aventure des Muppets -1981, Les Muppets à Manhattan -1984, et Noël Chez les Muppets – 1992, L'île au Trésor des Muppets - 1996 et Les Muppets dans l'Espace -1999) trouvent, il est vrai, toujours le moyen d’attirer les foules, même si une érosion progressive des ventes de billets s’observe à chaque opus.

Le succès est-il déjà en train de quitter les Muppets ? Une chose est sure, la bataille autour de leurs droits d’exploitation n’a pas arrangé leurs carrières.

Alors que la construction de l'attraction Muppets Vision 3D du parc Disney-MGM studios à Walt Disney World en Floride n'est pas encore achevée, Jim Henson et la Walt Disney Company annoncent, en effet, en août 1989, le rachat, par cette dernière, de tous les droits et licences couvrant les Muppets. Hélas, un blocage juridique et le décès prématuré de Jim Henson, en mai 1990, rendent, moins d'un an plus tard, l'accord caduc. Cette situation, pour le moins instable, explique ainsi que Disney n'ait, en fait, produit que les quatrième et cinquième films des Muppets, à savoir : Noël Chez les Muppets en 1992 et L'île au Trésor des Muppets en 1996. Il faudra attendre, ensuite, prés de quatorze ans, en avril 2004, pour voir Disney mettre enfin la main sur le catalogue de Jim Henson et sceller à jamais la filiation entre Mickey et Kermit.

Très logiquement, la Walt Disney Company ressort donc sous son propre label les productions « Muppets », y compris celles aux qu’elle n’a pas participées, de prêt comme de loin, à l’élaboration, série télé comme films. La France fait toutefois figure d'exception puisque les droits de deux longs-métrages sont encore la propriété d'un éditeur obscur, Elephant Films - la question étant de savoir jusqu'à quand ? Pour rajouter à la confusion sur les droits attachés aux Muppets, il est d'ailleurs à noter que Buena Vista, le distributeur intégré de la Walt Disney Company, avait édité, en VHS, Les Muppets, ça c'est du cinéma ! au début des années 90.

Les Muppets, disposant désormais à plein du rouleau compresseur marketing de la firme de Mickey, peuvent sereinement envisager leur retour sur le devant de la scène. Contre toute attente, il se produit en France, sous forme de test. Philippe Lacco, Président de Disney France et Sébastien Cauet, animateur de télé en vogue, signent, en effet, un contrat d’adaptation du célèbre show de Kermit, destiné à être présenté sur TF 1, la première chaine française et européenne pour le critère de l’audience.

La genèse de cette version 100% française s’avère toutefois délicate. Des problèmes logistiques apparaissent très vite pour fabriquer les épisodes, à commencer par les marionnettes, elles-mêmes, qui manquent à l’appel. Un retard de livraison des déclinaisons « frenchies » retardent, il est vrai, les enregistrements. En outre, si la production est bien confiée à la société de l’animateur vedette, tous les textes et les sketches sont, au préalable, visés par Disney qui n’entend pas voir ses mythiques Muppets sombrer dans le trash ou le vulgaire. Enfin, la lourdeur de l’enregistrement de chaque numéro est tel que les plannings de production sont maintes fois chamboulés. Annoncée au printemps 2006, Muppets TV débarque finalement le 29 octobre 2006 pour dix épisodes. Si l’audience est au rendez-vous, le show doit revenir pour une saison complète cette fois-ci.

L’émission est bien sûr rajeunie. Déjà, elle est allongée et passe à trois quart d’heure hebdomadaires. Cette décision s'avèrera vite suicidaire tant le rythme des épisodes parait dur à tenir sur une si longue durée.  Ensuite, comme pour Muppets Tonight : exit le théâtre ! Kermit officie désormais sur un plateau télé où il reçoit deux invités de marque par numéros. Les voix des célèbres marionnettes sont également changées. Le casting de la grande époque (Micheline Dax, Roger Carel, Gérard Hernandez...) n'est, en effet, pas reconduit. Cauet, en personne, se charge du présentateur batracien, en lui conservant bien sûr son timbre légendaire, tandis que des membres de son équipe, Cartman et Miko, se muent, avec un talent indéniable, respectivement en Scooter et Animal. Si l'animateur a la bonne idée d'écarter sa comparse de toujours, Cécile de Ménébus, pour doubler Miss Peggy, il fait curieusement appel à un ami, journaliste de radio, Franck Sportis. Ce dernier, cherchant sans doute à se rapprocher de la voix originale de la marionnette, s'éloigne, malheureusement, de l'interprétation cultissime de Micheline Dax dont il n'a visiblement pas le talent. Miss Peggy perd alors indéniablement au change et voit, à l'évidence, sa capacité à rayonner largement entravée.

L’influence de l’animateur joue, en revanche, en positif dans le casting des invités : Kermit reçoit, en effet, la visite de personnalités, alors, en vogue en France. Elles se prêtent bien volontiers aux caprices des marionnettes et acceptent gentiment de rire d’elles mêmes. Les séquences, véritablement savoureuses, sont légions à l’exemple de la rencontre d’Adriana Karembeu avec Miss Peggy dans une cabine d’ascenseur ou l'affrontement du Jedi Mickaël Youn avec le Fozzie Vador...

La programmation de l’émission est double. Elle est proposée, non seulement, le dimanche en fin d’après-midi à 17h dans sa version complète avec une coupure de publicité en son milieu mais aussi sous la forme de pastilles d’humour « best-off » de cinq minutes, diffusées chaque jour de la semaine à 18h55. TF 1, soucieuse de ne pas vexer son animateur vedette, réserve donc à Muppets TV une exposition de choix. La chaine attend en retour une audience à la hauteur de l’effort consenti et, la moindre des choses, au moins égale à celle de l’émission très populaire que le show remplace, Vidéo Gag.

La Critique accueille fraichement le show. La réputation d'animateur trash de Cauet  inquiète, il est vrai, sur ses intentions et sa capacité à respecter l'âme de Kermit et ses amis. Muppets TV est, en substance, vu comme une bonne idée confiée à la mauvaise personne. Les Muppets ratent finalement leur retour. Le public est certes présent en nombre mais pas suffisamment pour couronner l’émission d’un succès. Sans être un accident industriel pour la chaine, Muppets TV voit son audience s’éroder peu à peu pour finir à son ultime épisode sur une moyenne d’audience inférieure à celle obtenue par Vidéo Gag sur la même période.

TF1, Cauet et Disney France, sans jamais l’annoncer, décide de ne pas reconduire l’expérience. L’animateur, qui a pourtant porté le projet de bout en bout, préfère lui se cacher derrière des problèmes de planning pour justifier la non-commande de nouveaux épisodes.

Muppets TV s’arrête donc au bout de dix émissions.

Si, pour leur retour à la télévision, Kermit et ses amis ont, à l’évidence, eu la bonne idée de choisir la France, le doute a longtemps été de mise quant à la capacité de Cauet à leur offrir un show de qualité. L’animateur, connu uniquement pour ses émissions abrutissantes, en télé et radio, faisait, en effet, peser sur les célèbres marionnettes le risque de sombrer dans la vulgarité, voire le trash.

Fort heureusement, en fan déclaré des Muppets, qui plus est, placé sous la surveillance de Disney, il s’est évertué à en conserver toute l’essence, sans jamais les trahir. Le show regorge, il est vrai, de séquences cultes entre situations cocasses et répliques savoureuses. De vrais rendez-vous sont ainsi installés, comme les passages des stars dans l'ascenseur, les parodies de séries américaines ou les histoires racontées par Clifford. Les synergies des personnages et leurs relations avec les invités, sont également, particulièrement réussies, à commencer par le jeu amoureux du couple le plus improbable du petit écran, Kermit et Miss Peggy. Enfin, les incontournables sont intelligemment conservés, au premier rang desquels les interventions des vieux cyniques, Statler et Waldorf. Le sourire est, par conséquent, omni présent tandis que le rire, certes plus rare, apparait, lui, à coups sûrs, à chaque émission.

Le principal reproche à faire à la série est, sans aucun doute, la longueur de ses épisodes. Le format de 45 minutes n’est visiblement pas adapté aux Muppets et plombe, au final, tout le programme. Si les fans ne voient pas, en effet, passer le temps, le grand public décroche, lui, systématiquement, à la coupure pub. Dès lors, la spirale de l’échec est engagée et l’hémorragie de téléspectateurs, chaque semaine, plus importante.

Dommage ! Muppets TV méritait certainement mieux que dix malheureux épisodes. Reste maintenant à espérer, en maigre lot de consolation, que Disney France se décide un jour à proposer l'intégralité de la saison en vidéo.