Cheetah Girls : Un Monde Unique
La jaquette
Titre original :
The Cheetah Girls : One World
Production :
Disney Channel
Date de sortie USA :
Le 22 août 2008
Genre :
Comédie musicale
Réalisation :
Paul Hoen
Musique :
David Lawrence
Durée :
90 minutes

Le synopsis

Les portes de Bollywood s’ouvrent pour les Cheetah Girls : si Chanel, Dorinda et Aqua voient, à juste titre, dans cette fabuleuse opportunité, la possibilité de réaliser enfin l’un de leur rêve, le défi engagé s’avère vite délicat à relever…

La critique

rédigée par

Succédant à Cheetah Girls et Les Cheetah Girls 2, et formant à eux trois une véritable saga, Cheetah Girls : Un Monde Unique est comme ses prédécesseurs un téléfilm de la collection des Disney Channel Original Movies produit tout spécialement pour le réseau de télévision, Disney Channel. Toutefois, contrairement à la trilogie High School Musical, il n’a pas été pas question ici de sortir le troisième volet au cinéma, tant les opus des Cheetah Girls ne bénéficient pas de la même aura que celle enveloppant les aventures de Troy et Gabriella… Et pour cause ! Cheetah Girls et Les Cheetah Girls 2 n’avaient en effet pas réellement brillé – c’est un euphémisme ! - par leur grande qualité ; le second parvenant tout juste à éviter l’incroyable médiocrité du premier. Cheetah Girls : Un Monde Unique était ainsi l’occasion rêvée de faire oublier les débuts calamiteux de la joyeuse troupe qui, transposée dans la féérie bollywoodienne, ne pouvait donner que le meilleur d’elle-même. Le projet est séduisant sur le papier… Son résultant est affligeant !

D’abord, le scénario manque à l’appel. Il se contente en effet d’un simple calque de l’histoire du second opus, s’appuyant comme lui sur l’idée d’une sollicitation de l’étranger pour redonner du souffle au récit. Les Cheetah Girls ont décidément bien du mal à n’exister que par elles-mêmes ! Oubliée cette fois-ci l’Espagne, bonjour l’Inde. Le choix des destinations est évidemment culturel et non commercial ; il ne s’agit pas de convoiter ici le marché émergent indien, comme ce ne fut pas, bien sûr, le cas quand il s’est agit auparavant de courtiser le public hispanophone… Quand, dès l’étape de la création, les impératifs du tiroir-caisse l’emportent sur la démarche simplement artistique, le spectateur peut s’attendre au pire, et en l’espèce, l’obtenir sans mal…
Les Cheetah Girls obtiennent donc leur visa pour la gloire à Bollywood et découvriront une fois sur place que la proposition qu’elles ont acceptée revient à les mettre en concurrence entre elles, niant ainsi leur qualité de groupe. C’est ballot ! Les raccourcis scénaristiques sont ainsi légions et plus affligeants les uns que les autres quand ils ne sont pas tout simplement imbéciles. Une des Cheetah découvre, par exemple, que le mystérieux jeune internaute avec lequel elle entretient depuis New-York un flirt virtuel, habite en fait l’Inde, et - au diable l’avarice - n’est rien moins que le fils du Maharadjah…

Le seul avantage du scénario, ubuesque à tout crin, est de se marier à merveille avec le casting qui relève visiblement du même qualificatif. Déjà, l’actrice la plus charismatique, Raven-Symoné, est absente. Trop occupée par sa propre carrière (de comédienne mais aussi de chanteuse en solo), son emploi du temps ne lui a, en effet, pas permis de se libérer pour Cheetah Girls : Un Monde Unique, lui préférant, au passage, le tournage d’un film cinéma, College Road Trip, qui se révélera finalement tout aussi affligeant. Elle se consolera peut-être en se disant que, quitte à jouer dans un navet, autant que cela soit pour le grand écran… Les trois autres actrices principales, elles, n’avaient à l’évidence rien de mieux à faire. Malheureusement, sans leur mentor, elles peinent toutes à exister et ne parviennent à aucun moment à rendre crédible leurs préoccupations existentielles. Leurs seules réussites communes restent l’art d’apparaitre insupportables. Le spectateur sort de leurs prestations épuisé par tant de bêtises et se remet difficilement des numéros proposés ; plus encore quand il s’aperçoit que les personnages secondaires sont pires (oui, c’est possible !) que les trois adolescentes apprenties chanteuses. Aucun second rôle ne tient son rang, oscillant, pour le meilleur, entre la catastrophe, et pour le pire, la calamité. Le summum de la scène ratée se trouve gentiment réservé pour les heureux possesseurs de l’édition DVD : la séquence de la chanson, Feels Like Love est en effet l’occasion de voir des acteurs secondaires pathétiques, incapables d’assurer un play-back synchrone. Dommage, la ritournelle n’était, pour une fois, pas mauvaise…

Baignant dans un tel environnement, les parties musicales ont du souci à se faire. L’absence de Kenny Ortega (High School Musical, Newsies - The News Boys, Les Cheetah Girls 2) se fait très vite durement ressentir au niveau des chorégraphies, mal maitrisées ou trop ambitieuses… Les chansons, quant à elles, ont le mauvais gout de s’inscrire toutes dans la même veine, et ce, contrairement à Camp Rock qui a eu, lui, la bonne idée d’explorer des univers différents à chaque ritournelle. D’ailleurs, si dans ce dernier, les séquences « chansons » étaient sympathiques mais les scènes parlées laborieuses, Cheetah Girls : Un Monde Unique réussit lui le tour de force d’ennuyer quelque soit le moment du film. Aucune scène, aucun jeu, aucun rebondissement ne sont en capacité de rattraper l’auditoire qui se voit dès lors plus devant un enchainement de clips que dans un film à l’histoire unifiée. Il faut dire que la pirouette scénaristique pour justifier le changement de tenues des filles, entre le moment où elles parlent et celui où elles dansent, est particulièrement indigeste : elles nous affirment tout simplement que le fait d’entonner la chansonnette les transporte dans un autre environnement, tenue comprise…

Scénario ridicule, acteurs innommables, parties musicales affligeantes, il ne reste au final que les décors pour tenter de sauver le film. Toutefois, à l’impossible, nul n’est tenu ! Quitte à s’imprégner d’un morceau d’Inde, autant choisir un film documentaire ou, pourquoi pas, une pure comédie musicale bollywoodienne.

Même si son audience n’a pas démérité avec 6.2 millions de spectateurs le soir de sa première sur Disney Channel USA, Cheetah Girls : Un Monde Unique se place en dessous du premier opus (6.5) et loin du second (7.8). Il n’est, dès lors, que le onzième record de la chaine… Le public commence visiblement à se lasser de ses sempiternels rendez-vous manqués avec les Cheetah Girls.

Navet insondable, Cheetah Girls : Un Monde Unique ne vaut pas le temps consacré à le visionner. A fuir sans regret.

L'édition vidéo

Jaquette Cheetah Girls : Un Monde Unique
Jaquette Cheetah Girls : Un Monde Unique
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2008
Zone 2 Simple 2009
Edition Blu-ray Disc
Zone A Simple 2008