Evermoor, L'Héritage Maudit
L'affiche
Titre original :
Evermoor
Production :
Disney Channel
Date de sortie Angleterre :
Le 17 octobre 2014
Genre :
Fantastique
Réalisation :
Chris Cottam
Musique :
Mark Russell
Durée :
90 minutes

Le synopsis

Tara Bailey, une adolescente américaine, emménage avec sa famille dans un village lugubre situé au fin fond de l'Angleterre dans un vieux manoir dont ils viennent d’hériter.

La critique

rédigée par
★★
Publiée le 11 décembre 2014

Evermoor, L'Héritage Maudit est un téléfilm délocalisé de la collection des Disney Channel Movies coproduit par Disney pour le réseau de chaînes, Disney Channel.

Evermoor, L'Héritage Maudit marque une grande première : celle du tout premier long-métrage télévisé, produit en dehors des Etats-Unis pour une diffusion mondiale, y compris sur le territoire nord-américain. Tourné en Angleterre, le téléfilm a, en effet, été financé par Disney Channel et produit par la société Lime Pictures. Le succès de Violetta, une autre production internationale télévisée, a visiblement donné des idées aux réseaux des chaines de Mickey. Pourtant et bizarrement, le téléfilm a d’abord été diffusé en mini-série de quatre parties de 20 minutes avant d’être proposé dans sa version téléfilm de 90 minutes. La première diffusion a ainsi eu lieu au Royaume-Uni à partir du 10 octobre avec une diffusion chaque semaine jusqu’au jour d’Halloween. Aux Etats-Unis, la mini-série a été diffusée par bloc de deux épisodes les 17 et 24 octobre tandis qu’en France, elle a débuté le 8 novembre avant d’être diffusée dans sa version téléfilm le 6 décembre.

Il n’empêche. Evermoor, L'Héritage Maudit est un téléfilm typique des productions de Disney Channel tournant autour d’Halloween. Il est construit à la façon des Sorcières d’Halloween, avec des histoires qui font modérément peur, des effets spéciaux colorés mais sommaires et des personnages somme toute caricaturaux. Ici toutefois, le décor du vieux manoir de l’Angleterre profonde permet de donner un petit piquant « médiéval » tout à fait bienvenu. L’histoire tournant autour du mystère des éverines, des sortes de magicienne lisant l’avenir dans un fil d’or de tapisserie à la manière des moires grecques, est en effet plutôt intéressante et parvient à tenir le spectateur en haleine. Ce constat fait, Evermoor, L'Héritage Maudit ne s’épargne pas les gros clichés à l’image de Tara qui décide de partir seule, la nuit, dans un vieux bâtiment abandonné et n’a pas, un instant, l’idée d’attendre le lendemain, pour profiter de la lumière du jour ou d’être accompagnée pour aller explorer ce lieu qu’elle sait hostile ! Pourtant, malgré ses facilités, le scénario tient relativement la route et plus encore quand le téléspectateur garde à l’esprit qu’il s’agit là d’un programme pour enfant...

Le gros problème d’Evermoor, L'Héritage Maudit est ailleurs : il est à rechercher assurément du côté de la mauvaise idée de vouloir surfer sur le succès international de Violetta. Alors certes et heureusement, la fiction n’est pas chantée mais l’héritage de la série argentine se retrouve bien dans les costumes et les coiffures des acteurs, et parfois même dans le jeu de certains personnages. Tout parait gros, poussif, exagéré et surjoué comme si désormais Disney Channel considérait son public adolescent comme incapable de comprendre toute subtilité. Le bilan est d’autant plus effarant que les Disney Channel Original Movies natifs eux des Etats-Unis ne sont pas déjà des modèles de finesse ; mais là, ils apparaissent comme la justesse incarnée face à cet Evermoor, L'Héritage Maudit aux relents de télénovela.

Il faut dire en outre que le casting n’est véritablement pas un atout.
Dans l’idée de rendre la galerie de personnages la plus internationale possible et en particulier de vendre la série aux déclinaisons anglo-saxonnes de Disney Channel, le rôle-titre de Tara est ainsi attribué à Naomi Sequeira qui, en plus d’être une chanteuse australienne, est surtout une présentatrice de la chaine Disney en Australie. Si elle s’en sort de façon plutôt convaincante, la jeune fille n’arrive pas jamais rendre son personnage totalement attachant.
A contrario et salutairement, le personnage de Seb, le fils du nouveau mari de sa mère, est, lui, bien plus intéressant. L’acteur anglais qui le porte, George Sear, est, en effet, bien plus convainquant en servant un mélange de geek, de scientifique et de mode rétro enthousiasmant.
Bella, la sœur jumelle de Seb est, à l’opposé, totalement insupportable. L’actrice Georgia Lock en fait, il est vrai, des tonnes et semble sortie tout droit d’un épisode de Violetta ! Censée incarner la méchante demi-sœur, jalouse de Tara, elle en devient une caricature à la limite du grotesque.
D’autres personnages ponctuent ensuite le téléfilm à l’image des parents et de leur jeune fils, du jeune homme dont Tara s’éprend, des éverines, sans oublier les domestiques du manoir… Tous sont plutôt anecdotiques et ne servent qu’à peupler artificiellement le téléfilm de suspects potentiels.

Evermoor, L'Héritage Maudit affiche un bilan mitigé. Si l’histoire et le rythme sont plutôt bien menés grâce à un suspense qui fonctionne, le téléfilm pêche par un casting médiocre et une production qui accumule certains travers de Violetta. Dommage.

L'édition vidéo

Le téléfilm n'est édité, à l'heure actuelle, sur aucun support.