Phénomènes
L'écran titre
Titre original :
Phenomenon II
Production :
Touchstone Television
Date de sortie USA :
Le 1er novembre 2003
Genre :
Comédie dramatique
Réalisation :
Ken Olin
Musique :
Michael Giacchino
Durée :
82 minutes

Le synopsis

Alors qu’une étrange lumière a envahi le ciel le jour de son anniversaire, George Malley se réveille le lendemain complètement transformé. Son Q.I. est décuplé tout comme sa force physique. Mettant sa mystérieuse transformation d’abord au service des siens puis de tous les habitants de sa petite ville, il voit peu à peu sa nouvelle popularité s’étioler face l’irrationalité de ce qui lui arrive. Quand le gouvernement commence à s’intéresser à son cas, il décide de fuir à San Francisco où il espère mener une vie normale...

La critique

rédigée par
★★

Phénomènes est un téléfilm produit tout spécialement pour la télévision, dans le cadre de l'émission de la chaîne américaine ABC, The Wonderful World of Disney (Le monde merveilleux de Disney). Il a été produit par Touchstone Television, l'ancien nom d'ABC Studios.

Phénomènes, malgré son titre anglais, n'est pas la suite de Phénomène, le film Touchstone, sorti en 1996, avec John Travolta dans le rôle titre. Il s'agit plutôt d’un remake pour le petit écran. Le titre français l’a d’ailleurs bien compris en lui rajoutant un pluriel lourd de sens. La trame est donc globalement similaire dans sa première moitié, à quelques détails près. George Malley, même s'il n'est pas très instruit, n'est ainsi pas l'attardé mental du long-métrage de référence tandis que sa romance est gentiment expédiée. La seconde moitié réalise elle un virage à 180° par rapport à l’original. L’action quitte, en effet, la ville natale pour se déplacer à San Francisco où la question de savoir comment utiliser ses pouvoirs ne se pose plus au héros qui les a assimilés complètement. La conclusion, pour sa part, est bien plus ouverte, laissant penser que le téléfilm a sans doute été construit comme le pilote d'une série, finalement avortée.

Côté casting, il y a peu à dire. Dépourvu du charisme de John Travolta, Christopher Shyer fait le minimum syndical dans le rôle de George Malley tout comme le reste de la distribution dont les prestations demeurent somme toute anecdotiques. L’ensemble apparait dès lors très confus ; tout ce petit monde tentant de tirer la couverture à soi, sans jamais convaincre ou amener de réelle cohérence. Dans la galerie de personnages, seuls le petit garçon autiste et la mère du héros parviennent ainsi à sortir du lot... Un peu léger pour tenir sur la durée !

Quel est le but de Phénomènes ? En tant que remake, il est globalement passable. En tant que pilote, il est carrément insipide. Envisagé indépendamment, il demeure néanmoins un téléfilm apte à occuper un dimanche pluvieux... Maigre consolation !

L'édition vidéo

Le téléfilm n'est édité, à l'heure actuelle, sur aucun support.