A Boy Called Nuthin'
L'écran titre
Titre original :
A Boy Called Nuthin'
Production :
Walt Disney Television
Date de sortie USA :
Le 10 décembre 1967 (1ère partie)
Le 17 décembre 1967 (2ème partie)
Genre :
Western
Réalisation :
Norman Tokar
Musique :
George Bruns
Richard M. Sherman
Robert B. Sherman
Durée :
90 minutes

Le synopsis

En l'an 1900, Richie quitte la ville de Chicago pour s'installer à Big Sun, une petite ville de l'ouest, chez son oncle Lester. Il s’aperçoit bien vite que la vie campagnarde est loin d’être aussi idyllique qu'il ne se l'était imaginé...

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 16 mars 2014

A Boy Called Nuthin' est un téléfilm diffusé dans le cadre de l'émission de la chaîne américaine NBC, Walt Disney's Wonderful World of Color.

En 1961, Walt Disney claque la porte de la chaîne ABC après sept années de bons et loyaux services au cours desquelles il présente le show Disneyland. Refusant de se faire enfermer dans un genre, il décide, en effet, de rejoindre NBC qui lui offre de nouvelles et grandes opportunités pour développer son savoir-faire naissant en matière d'œuvres de télévision. Le papa de Mickey dispose désormais non seulement d'un budget plus conséquent mais aussi d'une très large autonomie dans le choix de ses programmes là où, justement, ABC lui imposait la production de westerns à la Davy Crockett. Le transfert d'une chaîne à l'autre offre également aux productions télé de Disney l'avantage de la couleur. Ni une, ni deux, l'émission Disneyland se mue en logiquement nommée Walt Disney's Wonderful World of Color, dès septembre 1961. L'une des toutes premières conséquences visibles de l'arrivée sur NBC est la disparition progressive des séries à nombreux épisodes (Texas John Slaughter...) au profit de téléfilms de qualité, limités à deux ou trois parties (Le Prince et le Pauvre, Escapade in Florence...).

A Boy Called Nuthin' est le premier téléfilm dont Walt Disney n'a pas assuré l'introduction dans l'émission Walt Disney's Wonderful World of Color. Il est néanmoins construit comme tous les longs-métrages disneyens de l'époque que cela soit pour le petit ou le grand écran. Le schéma classique veut en effet que le (télé)spectateur suive un jeune garçon qui, ayant perdu sa famille, se voit déraciné en partant vivre chez un parent éloigné où il devra apprendre à cohabiter. Il est rajouté à cela un animal (le plus souvent, et comme ici, un chien) plus que maladroit qui va mettre sans dessus dessous la vie du jeune garçon et accessoirement la maison à sac. Cela crée ainsi un cocktail idéal pour un divertissement familial. Dans A Boy Called Nuthin', le téléspectateur appréciera en particulier certaines scènes qui changent un peu de l'ordinaire, notamment la relation entre l'oncle et son voisin qui n'arrêtent pas de se crier dessus mais qui, en fait, s’estiment réellement. Une séquence savoureuse voit d’ailleurs le premier se faire avoir comme un bleu par le second (l’un dit noir pour prouver que l’autre va dire blanc), et en rire bien volontiers. Il se dégage à l’évidence de tout l’opus une ambiance bienveillante et sereine, typique des téléfilms Disney des années 60.

Pour son casting, A Boy Called Nuthin' fait appel à un jeune acteur qui n'en est pas à son premier rôle mais qui fait là ses premiers pas chez Disney : un certain Ron Howard. Si ce dernier reste mondialement connu pour sa participation à la série générationnelle Happy Days, il travaillera ensuite pour le label de Mickey dans le téléfilm Smoke (1970) et le film de cinéma Le Pays Sauvage (1971). Abandonnant sa carrière d’acteur, il passe derrière la caméra en réalisant son premier long-métrage en 1984, inaugurant par la même occasion le label Touchstone avec Splash. Il signe plus tard d'autres succès comme La Rançon (1996) ou Da Vinci Code (2006)....

Comme pour le casting, où ils jouent à l’évidence la sécurité, les studios Disney font appel, pour la réalisation, à Norman Tokar, un grand habitué qui a déjà signé pour eux, au cinéma, Compagnon d'Aventure (1962), Sam, l'Intrépide (1963), Les Pas du Tigre (1964), Calloway, le Trappeur (1965), Quatre Bassets pour un Danois (1966), Demain... des Hommes (1966), Le Plus Heureux des Milliardaires (1967), Le Cheval Aux Sabots d'Or (1968), Un Raton Nommé Rascal (1969), Les Boatniks - Du Vent Dans les Voiles (1970), 3 Etoiles, 36 Chandelles (1972), Le Gang des Chaussons aux Pommes (1975), La Folle Escapade (1976), La Course au Trésor (1978) et Le Chat Qui Vient de l'Espace (1978) ; et pour la télévision, Sammy, Le Phoque (1962), Kilroy (1965) et A Boy Called Nuthin' (1967). Le réalisateur livre ici un téléfilm charmant à l'image de tous ses longs-métrages mettant en avant un enfant...

Quelques chansons se font entendre dans A Boy Called Nuthin'. Composées par les frères Sherman (alors compositeurs officiels des studios Disney, déjà à l’origine des chansons de Mary Poppins ou du (Le) Plus Heureux des Milliardaires), la ritournelle How Many Cows Can a Cowpoke Punch ? entonnée par Forrest Tucker (qui joue l'oncle Lester) est celle qui ressort le plus, essentiellement d’ailleurs parce que son air est repris durant tout le film.

A Boy Called Nuthin' est un téléfilm charmant, d'un autre âge, avec l'innocence et la naïveté typique des productions Disney familiales des années 60. Délicieux en somme !

L'équipe du film

1914 • 1983
Compositeur

L'édition vidéo

Le téléfilm n'est édité, à l'heure actuelle, sur aucun support.