The Secret of Boyne Castle
(Guns in the Heather / The Spy-Busters)

The Secret of Boyne Castle
L'écran titre
Titre original :
The Secret of Boyne Castle
Production :
Walt Disney Television
Date de sortie USA :
Le 9 février 1969 (première partie)
Le 16 février 1969 (deuxième partie)
Le 23 février 1969 (troisième partie)
Genre :
Suspense
Date de sortie cinéma Angleterre :
Juillet 1969
Réalisation :
Robert Butler
Musique :
Buddy Baker
Durée :
139 minutes

Le synopsis

1. The Secret of Boyne Castle - Part 1
Emission : Walt Disney’s Wonderful World of Color
Épisode 1
Date de Sortie USA : Le 9 février 1969
Réalisé par : Robert Butler
Durée : 50 minutes
Rich Evans, étudiant américain en Irlande, et son ami Sean sont kidnappés par des espions russes qui sont à la poursuite de Tom, le frère de Rich, qui est lui-même agent secret américain...
2. The Secret of Boyne Castle - Part 2
Emission : Walt Disney’s Wonderful World of Color
Épisode 2
Date de Sortie USA : Le 16 février 1969
Réalisé par : Robert Butler
Durée : 50 minutes
Tentant d’échapper aux espions russes, Tom, Rich et Sean sont poursuivis à travers la campagne irlandaise. Leur but est d'atteindre le Boyne Castle où un collègue de Tom a laissé un message...
3. The Secret of Boyne Castle - Part 3
Emission : Walt Disney’s Wonderful World of Color
Épisode 3
Date de Sortie USA : Le 23 février 1969
Réalisé par : Robert Butler
Durée : 50 minutes
Arrivé au Boyne Castle, Tom est capturé par les Russes et son machiavélique leader, Kersner. Son seul espoir est alors que Rich et Sean arrivent à trouver l'information avant les bolchéviques...

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 17 août 2015

The Secret of Boyne Castle est un téléfilm diffusé dans le cadre de l'émission de la chaîne américaine NBC, Walt Disney's Wonderful World of Color.

En 1961, Walt Disney claque la porte de la chaîne ABC après sept années de bons et loyaux services au cours desquelles il présente le show Disneyland. Refusant de se faire enfermer dans un genre, il décide, en effet, de rejoindre NBC qui lui offre de nouvelles et grandes opportunités pour développer son savoir-faire naissant en matière d'œuvres de télévision. Le papa de Mickey dispose désormais non seulement d'un budget plus conséquent mais aussi d'une très large autonomie dans le choix de ses programmes là où, justement, ABC lui imposait la production de westerns à la Davy Crockett. Le transfert d'une chaîne à l'autre offre également aux productions télé de Disney l'avantage de la couleur. Ni une, ni deux, l'émission Disneyland se mue en logiquement nommée Walt Disney's Wonderful World of Color, dès septembre 1961. L'une des toutes premières conséquences visibles de l'arrivée sur NBC est la disparition progressive des séries à nombreux épisodes (Texas John Slaughter...) au profit de téléfilms de qualité, limités à deux ou trois parties (Le Prince et le Pauvre, Escapade in Florence...).

The Secret of Boyne Castle est une minisérie sur un thème très fréquent à l’époque mais qui a complètement disparu depuis la chute du bloc soviétique, surtout dans les fictions de la jeunesse. Les suspenses autour des agents secrets et autres espions étaient en effet légion quand les Etats-Unis et l’URSS étaient en pleine Guerre Froide, époque où l’espionnage était affaire courante chez les deux camps. Les membres de la CIA et du KGB, respectivement les agences d'intelligence américaine et soviétique, ont ainsi déployés des talents d’ingéniosité pour répondre aux ordres des gouvernements successifs et autres forces politiques de leur pays. Leurs objectifs allaient de l’assassinat à la déstabilisation de régimes dangereux en passant par la récupération d'informations vitales et secrètes. Ainsi, les espions sont devenus des héros pour la jeunesse occidentale de l’époque, l’exemple le plus symbolique étant surement James Bond tandis que le Soviétique constituait toujours le méchant parfait.

The Secret of Boyne Castle a une ambiance très différente de ce qui pourrait être proposé aujourd’hui. Déjà, le téléfilm prend son temps. Sur ces trois parties, la minisérie installe peu à peu son histoire et va à fond dans le thème principal : la poursuite dans la campagne irlandaise afin d’échapper à de dangereux espions. La bonne idée est assurément d’avoir filmé la grande majorité des scènes extérieures en Irlande amenant beaucoup d’authenticité à l’ensemble. Il y a d’ailleurs une visite dans un pub avec l’exécution d’une petite danse locale, exemple de la volonté des productions Disney de l’époque, d’inviter au voyage et de faire découvrir différentes cultures. Ainsi, les héros se baladent et les téléspectateurs aussi. L’ambiance du téléfilm est en revanche assez pesante de par sa musique grave qui accentue le danger couru par les trois héros. Les méchants sont, en effet, réellement inquiétants, armés et dangereux, avec un chef qui use du camouflage et autre déguisement et reste souvent dans la pénombre. Pour autant, preuve que les œuvres pour enfants étaient alors plus responsables qu’aujourd’hui, quasiment aucun coup de feu n’est tiré. Tout est dans la suggestion. A l’époque contemporaine, l’inverse se produirait : le rythme serait rapide avec des coups de feu dans tous les sens mais une ambiance légère, plein d’humour et une musique entrainante. The Secret of Boyne Castle propose ainsi une vision toute différente des films d’espionnage quasi impossible à retrouver dans les années 2000.


Côté casting, The Secret of Boyne Castle propose trois têtes d’affiche vraiment sympathiques.
Kurt Russel, chouchou des studios de Mickey dans les seventies, assume le premier rôle dans ce téléfilm. Il y incarne Rich Evans, un jeune américain qui fait ses études en Irlande. Pris par hasard dans l’aventure, découvrant que son frère ainé est en réalité un membre de la CIA, il s’engage en vrai patriote dans la réussite de ses aventures. Sans aucune crainte, il va tout faire pour combattre les espions russes. L'acteur participe chez Disney à un premier téléfilm en 1967 dans Willie and the Yank ; The Secret of Boyne Castle étant ainsi sa deuxième et dernière production télévisée pour le label. Il reste pourtant surtout connu au sein des studios aux grandes oreilles pour ses rôles au cinéma : Demain... des Hommes (1966), The One and Only, Genuine, Original, Family Band (1968), L'Ordinateur en Folie (1969), Un Singulier Directeur (1971), Pas Vu, Pas Pris (1972), Charley et l'Ange (1973), Superdad (1974) et L'Homme le Plus Fort du Monde (1975). L'acteur prête également sa voix au cartoon de 1970, Dad, Can I Borrow the Car ?, ainsi qu'à la voix adulte de Rouky dans Rox et Touky en 1981. Une fois adulte, et star confirmé, il est à l'affiche des films Captain Ron (1992) du label Touchstone Pictures, Tombstone (1994) du label Hollywood Pictures, et de Miracle (2004) et L'École Fantastique (2005) du label Disney.
Patrick Dawson participe lui à sa première production télévisée. Il tient le rôle de Sean, le meilleur ami de Rich qu’il suit dans ses aventures un peu par hasard mais avec amitié et conviction.
Glenn Corbett campe, pour sa part, Tom Evans, l'espion américain. Il s’agit de l’adulte de l’équipée et celui qui a logiquement le plus la tête sur les épaules. L’acteur est principalement connu pour ses rôles à la télévision notamment dans des séries comme Route 66 ou Star Trek..

Côté réalisation, c’est Robert Butler qui est derrière la caméra. Le réalisateur est un habitué des productions Disney. Il débute sa carrière au sein du studio de Mickey en 1965 via les deux premières parties de la minisérie Kilroy. The Secret of Boyne Castle est ainsi sa seconde œuvre pour le label. Suite à cela, il est promu et devient responsable de films cinéma, avec pour la plupart, le jeune Kurt Russel en tête d’affiche : L'Ordinateur en Folie (1969), Un Singulier Directeur (1971), Le Don Quichotte de l'Ouest (1971) et Pas Vu, Pas Pris (1972). Ici, il fournit un travail correct mais passe-partout. Il arrive tout de même à dégager une certaine atmosphère inquiétante notamment dans les scènes se déroulant au sein des vieilles ruines irlandaises qu’il s’agisse du château ou de la crypte.

The Secret of Boyne Castle est une minisérie d’espionnage pour jeune public d’un autre temps. Sympathique mais un peu datée, au rythme lent, elle permet tout de même de voir le jeune Kurt Russel sur le point d’exploser en tant qu’égérie Disney.

The Secret of Boyne Castle a une droit à une sortie cinéma à l'international, en particulier en Angleterre où il débarque en salles en juillet 1969, en première partie d'une combinaison avec Un Amour de Coccinelle. Le film, d'une durée ramenée à 89 minutes par rapport à la série, prend le titre de Guns in the Heather. Ce montage est proposé lors de la rediffusion à la télé américaine le 1er janvier 1978, sous un nouveau titre : The Spy-Busters.

L'équipe du film

1933 • ....
Producteur

L'édition vidéo

Le téléfilm n'est édité, à l'heure actuelle, sur aucun support.