Un Chien Peut en Cacher un Autre

Un Chien Peut en Cacher un Autre
L'écran titre
Titre original :
The Shaggy Dog
Production :
Walt Disney Television
Date de sortie USA :
Le 12 novembre 1994
Genre :
Comédie
Réalisation :
Dennis Dugan
Musique :
Denis M. Hannigan
Durée :
90 minutes

Le synopsis

Jeune prodige scientifique, Wilby Daniels est aussi et surtout un timide maladif qui l’empêche d’avoir une vie sociale et amoureuse digne de ce nom. Résolu à tout essayer pour améliorer sa situation, il met au point une formule magique susceptible de le métamorphoser en Don Juan. L'expérience échoue... Et le voilà désormais transformé en chien !

La critique

rédigée par
★★★

Un Chien Peut en Cacher un Autre est un téléfilm diffusé sur la chaîne américaine ABC. L'émission hebdomadaire de Disney ayant été supprimée, il revêt la simple mention A Disney Special.

Un Chien Peut en Cacher un Autre est un remake, réalisé pour la télévision en 1994, d'un long-métrage de cinéma tourné en noir-et-blanc en 1959. Intitulée Quelle Vie de Chien ! (The Shaggy Dog) et plébiscitée par le public à sa sortie, cette comédie de référence, qui ressort au cinéma, en 1967 couplée avec Monte là-d'ssus, bénéficie depuis lors d'une inaltérable popularité. Il faut néanmoins attendre dix ans pour voir Disney lui offrir une première suite, en 1976, toujours destinée au grand écran, sous le titre d'Un Candidat au Poil. Un troisième opus remet le couvert, dans le même délai, en 1987 mais pour la petite lucarne cette fois-ci : The Return of the Shaggy Dog (Chien Malgré Lui !). Enfin, vient 2006 et son ultime remake, de retour au cinéma, sous le titre de The Shaggy Dog, dont la traduction française (Raymond) laisse perplexe !

Un Chien Peut en Cacher un Autre reprend globalement la trame du film originel. Les seules différences se trouvent, au delà de l'époque contemporaine, dans le fait que le musée est détenu par le père de Wilby (qui lui n’est plus simple postier) et que le méchant de service est un bandit international (et non un espion russe). Globalement sympathique, le récit souffre pourtant de deux handicaps notables : les modifications apportées ont tendance à rendre moins crédible le père et la menace contre Wilby tandis que l'histoire placée au milieu des années 90 perd de son innocence apparaissant, contrairement au film de 1959, par trop désuète pour son époque. Les effets spéciaux sont, dans cette optique, à souligner non pour leurs réussites mais leurs constructions. La scène de transformation en chien est ainsi le fruit d’un bricolage habile, mélange de déguisement, de marionnette et de morphing par ordinateur à mille lieux de l'infographie à outrance disponible depuis. Enfin, côté casting, la présence de Scott Weinger dans le rôle principal mérite attention : pas pour la qualité de sa prestation (convenue à souhait) mais pour son statut de voix américaine d'Aladdin.

Téléfilm sympathique, Un Chien Peut en Cacher un Autre souffre toutefois d’un récit qui, placé dans les années 90, ne fonctionne pas vraiment.

L'édition vidéo

Le téléfilm n'est édité, à l'heure actuelle, sur aucun support.