Dossier » Télévision » Éditos
Télévision » Éditos

Disney Cinemagic
Le Disney Channel Rêvé des Fans !

L'article

Publié le 01 décembre 2007

En trois mois seulement d’existence, Disney Cinemagic a conquis le cœur des fans. La nouvelle chaine Disney a, en effet, réussi son pari : offrir à son public les programmes qu’il attend, 100% Disney ! Si l’objectif pouvait paraître simple à l’origine, il constitue, en fait, une véritable gageure en France.

La règlementation tricolore est telle aujourd’hui qu’elle ne permet pas, il est vrai, à Disney Cinemagic d’exister depuis l’hexagone.
La firme de Mickey a dû ainsi se résoudre à exiler sa nouvelle chaine pour échapper à la loi française applicable aux diffuseurs et comprenant notamment l’incroyable carcan des quotas d’œuvres tricolores ou la restriction, d’un autre temps, interdisant la programmation des films de cinéma à la télévision certains jours.
Dans l’état actuel de la législation, Disney ne peut pas, en effet, avoir, depuis la France, une chaine proposant uniquement des œuvres estampillées de sa célèbre signature. Elle est dans l’incapacité également d’être libre du choix de sa programmation et accepter ainsi ne pas diffuser de films de cinéma les mercredis et samedis toute la journée ainsi que le dimanche avant 18 heures.

Pour proposer au public français une chaine 100% Disney, offrant des long-métrages tous les jours de la semaine, y compris les week-ends, la Walt Disney Company a donc fait le choix de diffuser depuis l’étranger. Dommage...

Passé le constat désolant de la conséquence de l’hérésie législative nationale, vient le temps de se pencher sur la grille de Disney Cinemagic.
L’habillage de la chaine mérite tout d’abord une attention particulière. Soigné à souhait, il participe pleinement à sa mission d'invitation du téléspectateur à la magie Disney. Un seul coup d’œil suffit ainsi pour se savoir chez Mickey ! Reprenant les visuels des Grands Classiques, qu’elles restituent en 3D, les bandes-annonces et autres autopromotions portent, en effet, en elles, l’identification forte de Disney en s’appuyant sur ses représentations dans l’inconscient collectif. Seul le logo permanent, situé au bas de l’écran, coin gauche, heurte l’équilibre visuel de l’ensemble. Sa taille, hors norme, est au premier contact fort déplaisant. Elle se justifie en réalité économiquement. Difficile, il est vrai, pour les puristes de se contenter d’un enregistrement d’une œuvre diffusée sur la chaine et logotée à outrance, sans passer par la case d’achat de son DVD. Les faussaires adeptes de la revente de copie volée ont, quant à eux, du mal à taire le caractère pirate de l’œuvre dupliquée.

La grille de programmation offre, pour sa part, un véritable tour d’horizon du savoir-faire Disney. Les Grands Classiques sont ainsi présents, tout comme leurs suites vidéos. Les films « live » d’hier et d’aujourd’hui envahissent l’écran imitant, par la même, les cartoons historiques qui disputent, eux, leurs places à leur déclinaisons récentes. Les séries télé animées, venues de la consœur Disney Channel et remisées depuis, enchainent les épisodes tandis que les téléfilms « maison » trouvent de nouvelles fenêtres de diffusion. Tout le catalogue est mis à contribution, sans exception aucune. Disney Cinemagic sert, ainsi, chaque jour, un panorama complet des œuvres disneyennes, en proposant même à ses chanceux abonnés certaines productions jamais sorties en vidéo. Le régal est permanent et amène à satiété – ou presque – le fan du label au château enchanté. Et si par malheur, il vient à louper un programme, la très pratique chaine décalée Disney Cinemagic +1 est là en parfait filet de rattrapage. Le soin porté au plaisir du téléspectateur ne s’arrête d’ailleurs pas qu’à cette seule déclinaison puisqu’un canal HD ouvre ses portes pour offrir une réception optimale des œuvres.

Avec Disney Cinemagic, la firme de Mickey propose tout son catalogue au plus grand nombre. Que dire si ce n’est qu’il fait bon vivre à l’ère du numérique et que Walt Disney lui-même s’enthousiasmerait, à coup sûr, d’une telle (r)évolution !