À la Une

— 23 juillet 2019 —
— 22 juillet 2019 —
— 16 juillet 2019 —
 
Florilège de l'été : les meilleurs articles de 2019
— 20 août 2019 —
— 20 août 2019 —
— 20 août 2019 —
— 20 août 2019 —

Le Fil Info

— 19 août 2019 • 21H08 —
Matthieu Baudry
Disney+ s'exporte déjà à l'international— 19 août 2019 • 21H08 — Matthieu Baudry —

À moins d'une semaine de la D23 Expo 2019, The Walt Disney Company a présenté les plans de développement à l'international de sa nouvelle plateforme de vidéo à la demande, Disney+. Prévue pour un lancement le 12 novembre 2019 aux États-Unis, le service de SVoD sera disponible à la même date dans deux autres pays, au Canada et aux Pays-Bas. Le 19 novembre 2019, ce seront les Australiens et les Néo-zélandais qui auront accès à la plateforme Disney+.
Dans le même temps, The Walt Disney Company a annoncé aujourd'hui qu'elle avait signé de multiples accords avec Apple, Google, Microsoft, Roku et Sony, afin de distribuer l'application Disney+ sur les plateformes et les appareils connectés de ces compagnies. Les consommateurs auront dès lors accès au service de SVoD de Disney via des appareils aussi divers que l'iPhone, l'iPad, l'Apple TV, les smartphones Android, la Xbox One ou encore la PlayStation 4 et les téléviseurs connectés de la marque Sony.

La compagnie de Mickey souhaite proposer rapidement à l'international son nouveau service, son ambition étant de le distribuer dans la grande majorité des pays du monde d'ici deux ans. À titre de comparaison, l'abonnement mensuel à Disney+ coûtera 6.99 dollars aux États-Unis et 6.99 euros (ou 69.99 euros pour un abonnement annuel) aux Pays-Bas. Si aucune date de lancement dans l'Hexagone n'a encore officiellement été annoncée, ces nouvelles concernant la distribution de Disney+ à l'international interviennent cependant une semaine après la nomination de Luke Bradley-Jones aux postes de Vice-Président Senior et de Manager Général de Disney+ en Europe et en Afrique. Bradley-Jones, qui sera chargé notamment de préparer et d'assurer la distribution de la plateforme sur les deux continents, entrera officiellement en fonction dès le début de l'année 2020.

— 17 août 2019 • 18H46 —
Karl Derisson
Mort du réalisateur Richard Williams— 17 août 2019 • 18H46 — Karl Derisson —

Le monde de l'animation est en deuil suite au décès, le vendredi 16 août 2019, de l'animateur et réalisateur canadien Richard Williams à l'âge de 86 ans.

Né le 19 mars 1933 à Toronto, Richard Williams débute sa carrière à la fin des années 1940 en travaillant pour les studios UPA. Installé en Espagne en 1955 puis en Angleterre, il lance alors la réalisation de The Little Island, son premier moyen-métrage autofinancé et couronné en 1958 par le BAFTA du Meilleur Film d'animation. Après Love Me, Love Me, Love Me, A Lecture on Man, et The Dermis Probe, il réalise en outre A Christmas Carol, l'adaptation de l'oeuvre de Charles Dickens qui remporte en 1971 l'Oscar du Meilleur Court-métrage d'animation. Richard Williams signe également les génériques animés de nombreux longs-métrages comme Le Forum en Folie, Casino Royale, La Charge de la Brigade Légère ou encore Le Retour de la Panthère Rose.

En 1977, Richard Williams supervise son premier long-métrage animé, Raggedy Ann and Andy: A Musical Adventure puis collabore à la production de Ziggy's Gift récompensé par un Emmy Award. Il est alors engagé par les studios Disney qui le nomment directeur de l'animation de Qui Veut la Peau de Roger Rabbit. Assurant la création des séquences animées depuis ses studios londonien, Williams décroche alors deux Oscars, le premier pour sa contribution aux effets visuels du film et le second pour sa contribution spéciale à la réalisation du long-métrage. Il prête par ailleurs sa voix à Droopy dans le cartoon Bobo Bidon.

Devenu incontournable dans le milieu de l'animation, Richard Williams signe en 1995 ce qui reste comme son film le plus cher, Le Voleur et le Cordonnier, un projet inspiré des 1001 Nuits démarré en 1964 dont la production fut plus que chaotique. Vingt ans après le début de sa réalisation, l'oeuvre, autofinancée par Williams, ne dispose en effet que de vingt minutes complètement achevée. Suite au succès de Qui Veut la Peau de Roger Rabbit, le réalisateur signe alors un accord avec Warner Bros. qui, effrayée par le dépassement des délais et la concurrence représentée par Aladdin, décide de suspendre la production. Richard Williams est alors dépossédé de son film, récupéré par The Completion Bond Company qui délocalise la réalisation en Corée du sud. Le film enfin terminé sous la direction de Fred Calvert est finalement acheté par Disney par l'intermédiaire de sa filiale Miramax. Le film est alors remonté et certaines scènes modifiées pour sa discrète sortie dans les salles.

Réalisateur des courts-métrages Circus Drawing et Prologue nommé aux Oscars, Richard Williams est également l'auteur du livre Techniques d'Animation pour le Dessin Animé, l'Animation 3D et le Jeu Vidéo publié en 2001 et considéré par beaucoup comme la Bible des animateurs.

— 15 août 2019 • 19H23 —
Matthieu Baudry
Toy Story 4 atteint le milliard de dollars— 15 août 2019 • 19H23 — Matthieu Baudry —

Toy Story 4 vient tout juste de franchir la barre du milliard de dollars de recettes au box-office mondial. Il est le cinquième film de l'année produit par une filiale de The Walt Disney Company à dépasser ce seuil astronomique, après Avengers : Endgame, Captain Marvel, Aladdin et Le Roi Lion. Il s'agit bien là d'une année record pour le studio de Mickey, qui règne en maître incontesté sur le box-office, mais également sur l'industrie cinématographique dans son entièreté ; jamais, en effet, un studio n'avait encore réalisé de tels scores sur une année complète, et encore moins sur une période de huit mois. Les sorties de Maléfique : Le Pouvoir du Mal, de La Reine des Neiges II et de Star Wars : L'Ascension de Skywalker, d'ici la fin de l'année, achèveront de faire de 2019 une année décisive et brillante pour The Walt Disney Company.

Il est à noter que, si Spider-Man : Far From Home a lui aussi dépassé le milliard de dollars au box-office mondial, les recettes du film reviennent néanmoins à Sony Pictures.

— 13 août 2019 • 16H42 —
Matthieu Baudry
Jeph Loeb parle du futur de Marvel Television— 13 août 2019 • 16H42 — Matthieu Baudry —

Alors que Marvel Studios, le 20 juillet 2019, a dévoilé durant le San Diego Comic Con le planning de la Quatrième Phase du MCU – qui inclut notamment cinq séries qui seront disponibles sur la plateforme Disney+ –, le vice-président exécutif de Marvel Television, Jeph Loeb, a donné quelques indications quant aux futurs projets du studio télévisé.
En effet, les séries proposées sur la plateforme de vidéo à la demande Netflix, Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage, Iron Fist, The Defenders et The Punisher se sont toutes vues annulées les unes à la suite des autres, peu de temps après l'annonce en fanfare de l'arrivée de Disney+ sur le marché de la SVoD. De même, les séries Legion (FX) ainsi que The Gifted (FOX) ont elles aussi été annulées, l'ultime épisode de Legion ayant d'ailleurs été diffusé à la télévision hier soir. Enfin, Les Agents du S.H.I.E.L.D. (ABC), a été renouvelée pour une septième et ultime saison, qui sera diffusée dans le courant de l'année 2020. Et si la série de la plateforme Hulu, Runaways, a été renouvelée pour une troisième saison, dont la diffusion débutera le 13 décembre 2019, Freeform, elle, n'a toujours donné aucune information quant à la potentielle troisième saison de Cloak & Dagger ; un épisode crossover, faisant se rencontrer les héros des deux programmes, a toutefois été annoncé comme faisant partie de la troisième saison de Runaways.

C'est donc dire qu'après l'arrêt de ces nombreux projets, tous plus ambitieux les uns que les autres, les séries télévisées Marvel sont en passe d'entrer dans une nouvelle ère. Alors que Marvel Studios produit pour la première fois des séries télévisées, Marvel Television, elle, a d'ores et déjà annoncé que deux nouvelles séries allaient être diffusées prochainement sur Hulu, Ghost Rider et Helstrom, et d'autres projets animés sont également en cours de développement, dont les séries sur Howard the Duck et un programme centré sur Tigra et Dazzler.
En plus de ces projets alléchants déjà annoncés précédemment, Jeph Loeb s'est confié hier en exclusivité au site Deadline, pour présenter les ambitions et les projets à venir de Marvel Television. Loeb a ainsi établi un distinguo entre les différentes catégories de super-héros que les (télé)spectateurs suivent depuis maintenant plus de dix ans. Selon lui, les « Héros Marvel » sont alors ceux qui sauvent l'univers, et qui ont été vus aussi bien dans les films estampillés Avengers que dans les séries Agent Carter ou Les Agents du S.H.I.E.L.D.. Les « Marvel Knights », ou les « Héros de la Rue », sont quant à eux ceux qui oeuvrent avant tout à se sauver eux-mêmes, en même temps que leur quartier ; ils sont alors représentés par les héros des séries Netflix. Enfin, Loeb, qui est revenu sur la performance de Tom Holland dans le rôle de Spider-Man, a dressé une ultime catégorie, celle des « Jeunes Adultes », dont les personnages de Runaways ou de Cloak & Dagger sont les dignes représentants.

Si donc, Marvel Studios semble prendre en charge la première catégorie de héros décrite par Loeb, les super-héros qui sauvent l'univers, le vice-président a laissé échapper quelques détails quant aux projets futurs de Marvel Television, et notamment de leur envie de développer bien plus largement des histoires présentant des héros des rues et des jeunes héros. En plus d'évoquer un projet pour l'instant tenu secret, destiné à la chaîne ABC et qui aura pour héros un personnage féminin, Loeb a insisté sur le fait qu'il souhaitait voir son partenariat avec la chaîne FX se développer : « FX reste une très grande priorité pour nous, car nous pouvons y raconter des histoires auxquelles personne ne s'attendrait, et John Landgraf [le président de FX et de FX Productions], est un véritable visionnaire. Nous les comprenons et ils nous comprennent. C'est quelque chose que nous estimons beaucoup. »

Interrogé à propos des projets Ghost Rider et Helstrom, Jeph Loeb a précisé que les séries ne relèveront pas du genre de l'horreur, mais davantage de la terreur. À la manière de Frank Castle, alias The Punisher, les personnages seront bien des (anti-)héros, craints de tous, mais oeuvrant pour une certaine forme de justice. Ces personnages, apparus notamment dans une même équipe au sein de la série de comics Les Esprits de la Vengeance, intégreront un cycle que Jeph Loeb appelle « Adventure into Fear ». Marvel Television souhaite en tout cas ne pas transformer ces programmes en « festival de scènes gores ». D'autres projets, pour l'instant tenus secrets, sont d'ores et déjà prévus après ces deux séries. Bien qu'avare de détails, Loeb a finalement annoncé que Marvel Television allait également travailler sur la production de séries destinées à être proposées sur la plateforme Disney+.

— 12 août 2019 • 12H38 —
Matthieu Baudry
Le Roi Lion (2019) enchaîne les records— 12 août 2019 • 12H38 — Matthieu Baudry —

Le Roi Lion (2019) vient de dépasser La Reine des Neiges au box-office mondial, ce qui fait dès à présent de lui le plus gros succès de tous les temps pour un film d'animation. Pour rappel, Le Roi Lion, le film original de 1994, était resté durant près de dix ans le premier film d'animation au box-office mondial, avant d'être détrôné par Le Monde de Nemo en 2003.
Le long-métrage de 2019, qui a dépassé La Belle et la Bête (2017), est également le plus gros succès pour un film du label Disney, tous genres confondus. Le Roi Lion vient en outre de surpasser les recettes de Star Wars : Les Derniers Jedi, et il devrait dépasser d'ici un jour ou deux les scores réalisés par Black Panther. Cela le placera derrière Star Wars : Le Réveil de la Force et les films estampillés Avengers, faisant par là même de lui le sixième plus grand film distribué par Walt Disney Studios Motion Pictures.
En date du 11 août 2019, Le Roi Lion a réalisé 1 milliard 334 millions de dollars de recettes au box-office mondial.

Autres Dépêches

L'Actualité Disney

— 20 août 2019 —
Longs-métrages Disney à la télévision
— 20 août 2019 —
Diffusion aujourd'hui à 20H45
— 20 août 2019 —
Diffusion aujourd'hui à 21H05
— 20 août 2019 —
Prochains films en salles
— 20 août 2019 —
Actuellement au cinéma
— 20 août 2019 —
Les Faussaires de Manhattan
Actuellement au cinéma
— 28 août 2019 —
Wedding Nightmare
Prochainement au cinéma
— 18 septembre 2019 —
Ad Astra
Prochainement au cinéma
— 20 août 2019 —
Planning des futurs DVD et Blu-ray
— 23 août 2019 —
Prochainement en DVD, BD, BD 3D et 4K
— 21 août 2019 —
Prochainement en DVD et 4K
— 21 août 2019 —
Prochainement en DVD et 4K
— 21 août 2019 —
Prochainement en DVD et 4K
— 21 août 2019 —
Prochainement en DVD et 4K
— 20 août 2019 —
Disponible en DVD et BD
— 20 août 2019 —
Expositions et autres évènements
— 20 août 2019 —
Prochaines rénovations

La Foire aux Questions

19 août 2019 • 14H00
Courriel
Séries

Q : Je me permets de vous contacter car vous avez une grande connaissance de l'intégralité du fonctionnement de Disney. En fait, malgré mes 18 ans, je suis une grande fan de la série Andi, diffusée sur Disney Channel depuis 2017. Cependant, cette dernière a été annulée après la troisième saison cette année, à mon grand regret.

J'aimerais comprendre les raisons de cette annulation selon vous, car la série est quand même l'une des plus populaires de la chaîne à l'heure actuelle si je ne me trompe pas, alors que Camp Kikiwaka a été renouvelée. De plus, elle a un caractère assez historique pour Disney Channel, car elle bouleverse les codes des studios. Est-ce à cause des audiences ? Du casting ? Ou des protestations de certaines associations aux États-Unis ? J'espère vraiment que votre oeil d'expert m'aidera à comprendre l'annulation de cette série télévisée. Lola

R : Les séries de Disney Channel sont calibrées pour durer trois saisons maximum même si certaines exceptions existent comme Les Sorciers de Waverly Place ou, comme vous le dites, Camp Kikiwaka.
C'est en fait une règle éditoriale que s'impose Disney Channel pour être sure de rester en phase avec son public qui, majoritairement adolescent, grandit avec ses séries et a l'habitude détester le lendemain ce qu'il a adoré la veille.
Le casting (qui grandit également) veut aussi souvent passer à autre chose et développer sa carrière en dehors (Rares en son sein y réussissent d'ailleurs).

Andi n'échappe donc pas à la règle. Ses trois saisons démontrent que la série a été un succès. Les associations US de type La Manif Pour Tous, qui ont tenté de l'entraver, n'ont aucune prise sur Disney Channel qui a l'habitude des appels au boycott de la part de ces structures qui sont en réalité une minorité qui hurle mais ne représente pas grand monde...

Bref, la seule vraie raison de l'arrêt d'Andi est que la série a tout simplement fait son temps.
Rien de plus, rien de moins.

Laurent Armand-Zuniga
Autres Questions

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.