À la Une

NOUVEAU — 24 février 2020 —
NOUVEAU — 24 février 2020 —
— 23 février 2020 —
— 23 février 2020 —
— 22 février 2020 —
— 21 février 2020 —
— 20 février 2020 —
— 20 février 2020 —
— 19 février 2020 —
Historique des Mises à Jour

Le Fil Info

— 18 février 2020 • 09H52 —
Laurent Armand-Zuniga
La gestion du catalogue de Disney+ en France— 18 février 2020 • 09H52 — Laurent Armand-Zuniga —

Disney+ arrive en France le 24 mars 2020. La plateforme, dont la commercialisation sur les box est opérée en France par le Groupe CANAL, intensifie depuis quelques jours sa communication dans l’hexagone et vient notamment d’ouvrir son fil Twitter. Elle en profite donc pour répondre aux questions des internautes. Et au détour d’une réponse, des informations sont données sur la gestion du catalogue. 
Ainsi, par exemple, la série The Mandalorian sera bien présente dès l’ouverture mais il est précisé qu’elle sera dévoilée au rythme d’un épisode par semaine, comme cela a été le cas lors du lancement de Disney+ en novembre 2019 sur le territoire américain. Disney+ a, en effet, très tôt expliqué que, contrairement au leader Netflix, elle ne souhaite pas mettre en ligne d’un coup l’intégralité d’une série mais entend étaler sa révélation sur un rythme hebdomadaire. Cette pratique a l’avantage de feuilletonner le programme qui, s’il marche, redevient chaque semaine le centre d’intérêt des réseaux sociaux, là où la révélation d'une série, en un coup d'un seul, crée l’événement et déchaîne les passions puis, comme un feu de paille, voit l'attention brutalement retomber.

La position de Disney+ se défend et apparaît même tout à fait cohérente. Où le bât blesse, c’est sur la spécificité qui vient du lancement décalé de la plateforme dans de nouveaux pays dont la France. Autant dévoiler la saison 2 de The Mandalorian à un rythme hebdomadaire sera logique, épousant là la pratique suivie par la maison-mère américaine ; autant, pour la saison 1, ça l’est beaucoup moins. La série est en effet déjà dévoilée dans son intégralité, il serait donc judicieux de la proposer en intégralité permettant au public français de la « rattraper » sans languir. C’est d’autant plus pertinent qu’elle est disponible par ailleurs sans difficulté dans un pays qui s’est fait le champion du téléchargement illégal et autres VPN.

Il est décidément incroyable de voir que les grands acteurs du marché audiovisuel n’ont toujours pas compris que la richesse de l’offre légale et la facilité à son accès sont le premier des antidotes au piratage…

— 10 février 2020 • 15H54 —
Laurent Armand-Zuniga
Les effets du RGPD sur Chronique Disney— 10 février 2020 • 15H54 — Laurent Armand-Zuniga —

Chronique Disney est désormais conforme aux obligations découlant du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Désormais, en effet, le site affiche un bandeau qui permet à ses visiteurs de choisir la gestion des traceurs qu’ils souhaitent se voir appliquer.

Il peut ainsi tous les accepter, tous les refuser ou les personnaliser. Une fois qu’il a formulé son choix, le bandeau disparaît pour une durée de treize mois maximum. Il réapparaît toutefois si l’internaute vide le cache de son navigateur. Le même internaute peut également se rendre sur la page Mentions Légales pour modifier ses décisions, à tout moment, via le bouton « Gestion des cookies ».

Cette conformité totale au RGPD - Chronique Disney n’a pas en effet cherché à éviter ses obligations - présente un inconvénient majeur : la mesure d’audience du site (via Google Analytics) devient impossible puisque tous les internautes ayant choisi de refuser les cookies « Google Analytics » sortent du comptage. Il ne sera donc plus possible de présenter les résultats d’audience avec cet outil puisque le panel d’étude est artificiellement réduit ; Chronique Disney utilisera désormais les statistiques de fréquentation directement extraites du serveur pour suivre l'évolution de sa fréquentation.

Cet effet collatéral du RGPD n’a fort heureusement pas de conséquences directes sur l’existence même de Chronique Disney puisque le site vit sur les deniers de ses créateurs et demeure totalement dépourvu de publicités. Son audience n’est donc pas liée à la commercialisation d’espaces publicitaires. De même, il ne contient aucun programme d’affiliation à une boutique en ligne (du style Amazon ou shopDisney), si bien que le refus de cookies ne vient pas faire effondrer ses recettes, puisqu’il n’en a pas.

Il n’empêche, avec la mise en place d'une conformité totale au RGPD, tous les sites gratuits qui vivent de la publicité ou de l’affiliation jouent leur survie. Le début de la fin du web gratuit ? L’avenir le dira mais le pessimisme est tout de même de rigueur. 
Chronique Disney reste, lui, sur un modèle totalement philanthropique qui, pour le moment, le met à l'abri de ces turbulences. Depuis 20 ans. Jusqu'à quand ? Impossible de répondre...

— 10 février 2020 • 12H17 —
David Scordia
Le palmarès des Oscars 2020— 10 février 2020 • 12H17 — David Scordia —

Cette nuit a eu lieu la traditionnelle cérémonie des Oscars (qui a consacré Parasite en tant que meilleur film), diffusée sur ABC, la chaîne de Disney.

Voici les récompenses suprêmes qui ont été attribuées à des productions Disney.

— 09 février 2020 • 16H02 —
Thibaut Ange
Disney & les Oscars : bilan avant la 92e Cérémonie— 09 février 2020 • 16H02 — Thibaut Ange —

La 92e Cérémonie des Oscars se tient dimanche 9 février 2020 au Dolby Theater de Los Angeles. Avant d’en découvrir le palmarès, voici les informations essentielles à connaître sur les productions de The Walt Disney Company primées par l'Académie.

  • Pixar Animation Studios est le studio ayant remporté le plus de fois l'Oscar du meilleur film d'animation

Depuis la création de l'Oscar du meilleur film d'animation en 2002, treize films de Pixar Animation Studios ont été nommés dans cette catégorie et neuf l'ont remporté. Les Walt Disney Animation Studios ont été nommés sept fois dans cette catégorie et ont gagné la statuette trois fois. En dix-huit ans, l'Oscar n’a pas été remis à l’un des deux studios à six reprises (en 2002 avec Shrek, en 2003 avec Le Voyage de Chihiro, en 2006 avec Wallace et Gromit : Le Mystère du lapin-garou, en 2007 avec Happy Feet, en 2012 avec Rango et en 2019 avec Spider-Man : New Generation).

Les Walt Disney Animation Studios savent déjà qu’ils pourront faire une croix sur cette récompense en 2020, puisque La Reine des Neiges II n’a pas été retenu parmi les nommés. Le film Pixar Toy Story 4 est en lice pour la statuette, face à Klaus (Netflix), Dragons 3 : Le Monde Caché (DreamWorks Animation), J’ai Perdu mon Corps (Xilam) et Monsieur Link (20th Century Fox International).

  • Dix-neufs films de labels de The Walt Disney Company ont remporté l'Oscar du meilleur film

Trophée le plus convoité des Oscars, la statuette récompensant le meilleur film est décernée chaque année depuis la première Cérémonie en 1929. Elle est remise au producteur du film, l’Oscar du meilleur réalisateur étant une autre catégorie. Cinq à dix films peuvent être nommés dans cette catégorie. Depuis 1929, 19 films issus de labels de The Walt Disney Company ont remporté l’Oscar du meilleur film : dix films de 20th Century Studios, un film de Selznick International Pictures, quatre films de Miramax Films et quatre films de Searchlight Pictures.

Cette année, neuf films concourent pour la récompense suprême, dont Jojo Rabbit (Searchlight Pictures) et Le Mans 66 (20th Century Studios). Ils sont opposés à The Irishman, Joker, Les Filles du Docteur March, Marriage Story, 1917, Once Upon a Time… in Hollywood et Parasite.

  • Trois films d'animation ont déjà été nommés pour l'Oscar du meilleur film

Trois films d’animation ont, à ce jour, reçu une nomination pour l’Oscar du meilleur film (aucun ne l’ayant emporté). En 1992, La Belle et la Bête est le premier film d’animation à être nommé dans cette catégorie. S’il s’incline face au (Le) Silence des Agneaux, le Grand Classique des Walt Disney Animation Studios repart toutefois avec deux autres statuettes, celles de la meilleure musique de film et de la meilleure chanson originale pour Beauty and the Beast.

En 2010, le film Pixar Là-Haut figurait parmi les dix films nommés pour l’Oscar du meilleur film. Tout comme Avatar et Inglourious Basterds notamment, il s’incline face à Démineurs. Avec quatre autres nominations, Là-Haut remporte deux trophées, celui du meilleur film d’animation et celui de la meilleure musique de film. L’année suivante, en 2011, c’est un autre film d’animation Pixar qui se retrouve nommé pour l’Oscar du meilleur film. Toy Story 3 ne remporte pas la statuette, qui est revenue à Le Discours d’un Roi. Le troisième volet des aventures de Woody et Buzz remporte malgré tout l’Oscar du meilleur film d’animation et celui de la meilleure chanson pour We Belong Together.

En 2020, aucun film d’animation ne figure parmi les neuf films nommés pour l’Oscar du meilleur film.

  • Walt Disney est la personne ayant remporté le plus d'Oscars à titre personnel

Au cours de sa vie, Walt Disney s’est vu décerner pas moins de vingt-six Oscars à titre personnel, faisant de lui, encore à ce jour, la personne la plus récompensée par l’Académie. Quatre Oscars d’honneur lui ont été remis, en 1932 pour la création de Mickey Mouse, en 1939 pour Blanche Neige et les Sept Nains reconnu comme « une innovation cinématographique significative qui a charmé des millions de gens et inauguré un nouveau terrain de divertissement pour le dessin animé », et en 1942, pour son exceptionnelle contribution envers l’avancement de l’utilisation du son dans les films cinématographiques, accompagné de l’Irving Thalberg Memories Award saluant « la grande qualité de nombreuses productions toutes accomplies par un seul producteur ».

Nommé à cinquante-neuf reprises, Walt Disney a également reçu vingt-deux statuettes en tant que producteur pour des productions en compétition : douze Oscars du meilleur court-métrage d'animation, cinq Oscars du meilleur court-métrage sur deux bobines, deux Oscars du meilleur film documentaire, deux Oscars du meilleur court-métrage documentaire et un Oscar du meilleur court-métrage.

  •  Titanic est le film du catalogue Disney ayant remporté le plus d'Oscars

Titanic (1997, 20th Century Studios) reste à ce jour le film plus récompensé aux Oscars avec onze victoires et quatorze nominations. D’autres films parmi le catalogue Disney figurent parmi les plus primés par l’Académie : Le Patient Anglais (1996, Miramax Films) avec neuf victoires pour douze nominations, Cabaret (1972, ABC Studios) et Slumdog Millionnaire (2008, Searchlight Pictures) avec huit victoires pour dix nominations ou encore Shakespeare in Love (1998, Miramax Films) avec sept victoires pour treize nominations.

Le film de Walt Disney Pictures le plus primé est Mary Poppins (cinq victoires pour treize nominations) tandis que le film Touchstone Pictures ayant été le plus récompensé est Qui Veut la Peau de Roger Rabbit (trois victoires et un Oscar spécial pour six nominations).

Du côté des films d’animation, aucun film des Walt Disney Animation Studios et des Pixar Studios n’a, à ce jour, remporté plus de deux statuettes. La Belle et la Bête (six nominations), Là-Haut et Toy Story 3 (cinq nominations chacun) se détachent des autres primés.

Depuis Star Wars : Un Nouvel Espoir (1977), aucun autre film de Lucasfilm, Ltd. n’a fait mieux que sept victoires et onze nominations. Pour Marvel Studios, c’est Black Panther (2018) qui se distingue avec trois victoires pour sept nominations.

Pour la Cérémonie de 2020, les films Disney les plus nommés sont Jojo Rabbit (Searchlight Pictures) avec six nominations, Le Mans 66 (20th Century Studios) avec quatre nominations et Star Wars : L’Ascension de Skywalker (Lucasfilm, Ltd.) avec trois nominations.

  • Trente chansons de films du catalogue Disney ont remporté l'Oscar de la meilleure chanson

A ce jour, trente chansons issues de films de labels appartenant à The Walt Disney Company ont été récompensées par l'Oscar de la meilleure chanson originale : Quand On Prie la Bonne Étoile (Pinocchio) en 1941, You'll Never Know (Hello, Frisco, Hello) en 1944, It Might as Well Be Spring (La Foire aux Illusions) en 1946, Zip-A-Dee-Doo-Dah (Mélodie du Sud) en 1948, Three Coins in the Fountain (La Fontaine des Amours) en 1955, Love Is a Many-Splendored Thing (La Colline de l'Adieu) en 1956, Chem Cheminée (Mary Poppins) en 1965, Parler aux Animaux (L'Extravagant Docteur Dolittle) en 1968, Raindrops Keep Fallin' on My Head (Butch Cassidy et le Kid) en 1970, The Morning After (L'Aventure du Poséidon) en 1973, We May Never Love Like This Again (La Tour Infernale) en 1975, It Goes Like It Goes (Norma Rae) en 1980, Let the River Run (Working Girl) en 1989, Sous l'Océan (La Petite Sirène) en 1990, Sooner or Later (Dick Tracy) en 1991, La Belle et la Bête (La Belle et la Bête) en 1992, Ce Rêve Bleu (Aladdin) en 1993, L'Amour Brille Sous les Étoiles (Le Roi Lion) en 1995, L'Air du Vent (Pocahontas, une Légende Indienne) en 1996, You Must Love Me (Evita) en 1997, My Heart Will Go On (Titanic) en 1998, Toujours dans mon Cœur (Tarzan) en 2000, Si Je Ne T'Avais Pas (Monstres & Cie) en 2002, Al Otro Lado Del Río (Carnets de Voyage) en 2005, Falling Slowly (Once) en 2008, Jai Ho (Slumdog Millionaire) en 2009, The Weary Kind (Crazy Heart) en 2010, We Belong Together (Toy Story 3) en 2011, Man or Muppet (Les Muppets, le Retour) en 2012 et Libérée, Délivrée (La Reine des Neiges) en 2014

Cette année, trois chansons issues de films Disney sont en lice pour remporter cet Oscar : Dans un Autre Monde (La Reine des Neiges II), J' Peux Pas Te Laisser (Toy Story 4) et I'm Standing With You (Breakthrough).

— 06 février 2020 • 10H44 —
Laurent Armand-Zuniga
Le coronavirus et Disneyland Paris— 06 février 2020 • 10H44 — Laurent Armand-Zuniga —

Le Parisien revient ce matin sur la psychose autour de la menace de la propagation du coronavirus dans un article consacré au Numéro Vert mis en place le 1er février 2020 par le ministère de la Santé pour répondre aux interrogations (non médicales) que se pose la population française. 

Parmi les questions que reçoivent les agents, revient notamment « Puis-je aller à Disneyland ? ».

Chronique Disney voit dans la récurrence de la formulation de cette crainte la conséquence de plusieurs informations qui s’entrechoquent. Déjà, naturellement, première destination touristique d’Europe, le Resort français reçoit une clientèle internationale dont une part est évidemment asiatique, d’ailleurs principalement japonaise et non pas chinoise. Mais l’amalgame est total.
Ensuite, le grand public a appris la fermeture des Resorts chinois*, d’abord Shanghai Disney Resort puis Hong Kong Disneyland Resort, la confusion s’est sans doute produite dans l’esprit des gens les moins attentifs.
Enfin, il y a évidemment une part de bêtise naïve qui emporte tout sur son passage.

*Au sujet de ces fermetures, The Walt Disney Company, a publié hier un « avertissement sur résultat » anticipant les importantes conséquences sur les comptes de Disney Parks, Experiences and Products, la branche Parcs de la firme de Mickey.

Autres Dépêches

L'Actualité Disney

— 24 février 2020 —
Longs-métrages Disney à la télévision
— 24 février 2020 —
Diffusion aujourd'hui à 20H50
— 24 février 2020 —
Solaris
Diffusion aujourd'hui à 22H35
— 24 février 2020 —
Prochains films en salles
— 24 février 2020 —
Actuellement au cinéma
— 24 février 2020 —
L'Appel de la Forêt
Actuellement au cinéma
— 04 mars 2020 —
En Avant
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Togo
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Fourchette se Pose des Questions
C'est Quoi un Ami ?
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
La Belle et le Clochard
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
L'Envol
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Le Monde selon Jeff Goldblum
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Noëlle
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Timmy Failure
Des Erreurs Ont Été Commises
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Stargirl
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
High School Musical : La Comédie Musicale - La Série
Saison 1
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
The Mandalorian
Saison 1
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Star Wars : The Clone Wars
Saison 7
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
La Légende des Trois Caballeros
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Renée
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Wind
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
La Vie en Lumière
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Cycles
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Flaques d'Eau
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Programme d'Échange
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Downtown
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Jing Hua
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Juste une Pensée
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Va Chercher !
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Zenith
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Goutte de Pluie
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Ju-Jitsu
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Un Élephant à la Maison
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Un Éclair dans la Bouteille
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
La Course
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Quel Toupet
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Il Était une Fois les Imagineers
Les Visionnaires Disney
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Projet Héros
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Sous les Feux de la Rampe
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Une Journée à Disney
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Pixar en Vrai
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Expanding the Universe
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Dimanche en Famille
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Fourchette se Pose des Questions
C'est Quoi l'Argent ?
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Chien d'Aveugle en Devenir
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Fourchette se Pose des Questions
C'est Quoi l'Art ?
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Fourchette se Pose des Questions
C'est Quoi le Temps ?
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Fourchette se Pose des Questions
C'est Quoi l'Amour ?
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Fourchette se Pose des Questions
C'est Quoi un Ordinateur ?
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Fourchette se Pose des Questions
C'est Quoi un Leader ?
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Fourchette se Pose des Questions
C'est Quoi un Animal de Compagnie ?
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
High School Musical : La Comédie Musicale - La Série
Les Coulisses
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Fourchette se Pose des Questions
C'est Quoi le Fromage ?
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Fourchette se Pose des Questions
C'est Quoi "Lire" ?
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Shop Class
Prochainement au cinéma
— 24 mars 2020 —
Disney’s Mariages de Rêve
Saison 2
Prochainement au cinéma
— 24 février 2020 —
Prochainement sur la plateforme
— 24 février 2020 —
Planning des futurs DVD et Blu-ray
— 24 février 2020 —
Disponible en DVD, BD, BD 3D et 4K
— 24 février 2020 —
Expositions et autres évènements
— 24 février 2020 —
Prochaines rénovations

Les Anniversaires du Jour

— 24 février 2020 —
60ème anniversaire de sa sortie
— 24 février 2020 —
70ème anniversaire de sa sortie
— 24 février 2020 —
81ème anniversaire de sa sortie
— 24 février 2020 —
Dans les 15 prochains jours

La Sélection du Patrimoine

— 24 février 2020 —
— 24 février 2020 —
— 24 février 2020 —
— 24 février 2020 —
— 24 février 2020 —
— 24 février 2020 —
— 24 février 2020 —
— 24 février 2020 —
— 24 février 2020 —

La Galerie de Portraits

— 24 février 2020 —
— 24 février 2020 —
— 24 février 2020 —
— 24 février 2020 —
Yax

La Foire aux Questions

— 19 février 2020 — Facebook —
Gwen
Les abus des cartes pour personnes prioritaires ?— 19 février 2020 — Facebook — Gwen —

Les cartes pour personnes prioritaires : je ne sais pas si vous avez déjà fait un article sur ce point, mais c'est une vraie catastrophe !
Je suis moi-même handicapée en raison d'une sclérose en plaques. Je me déplace régulièrement avec un déambulateur, voire un fauteuil roulant. Ce que je dénonce aujourd'hui et que je ne comprends absolument pas, c'est la nouvelle carte de priorité... Il y a encore quelques années, ces fameuses cartes étaient délivrées aux personnes justifiant un handicap ''réel'', si je puis me permettre. Il leur fallait montrer non seulement une pièce d'identité, mais SURTOUT un document officiel, soit de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées), soit de la COTOREP. La plupart du temps, il s'agit des cartes verte, bleue ou orange signifiant le degré d'handicap. Ce qui paraît tout à fait logique en soi.
Mais alors... Quelle ne fût par ma surprise en juillet 2018 quand une personne avec une entorse au poignet s'est vue remettre la précieuse carte de priorité ! Comment une entorse au poignet empêche-t-elle de faire la queue dans les attractions ??!! Mais ce n'est pas le pire... En mai 2019, la personne devant moi dans la looooongue file d'attente du City Hall a royalement bénéficié du sésame du handicap grâce à un simple certificat médical d'un médecin généraliste pour…. Attention.. Une allergie au LACTOSE !!!
Comment appelez-vous cela autrement que d’un détournement manifeste de procédure ?! Et j'en ai vu bien d'autres encore... Quand est-ce que Disneyland Paris fera plus attention à ce genre de chose ? Quand est-ce que les contrôle seront plus stricts ? 

La politique volontariste de Disneyland Paris pour faciliter l’expérience des visiteurs souffrant de handicaps n’est pas contestable. Disneyland Paris, comme tous les Resorts Disney à travers le monde, a en effet clairement mis en place des outils pour aider le quotidien de ses visiteurs handicapés. Et à Paris, comme à Orlando ou Anaheim, des dérives existent et sont évidemment insupportables.
Mais il faut aussi prendre conscience que gérer à un guichet une personne qui se sent en situation de se voir considérée comme handicapée dans le Parc n’est pas chose aisée et il se peut donc que certaines très habiles pour ne pas dire malhonnêtes passent au travers de la vigilance des Cast Members en charge d’attribuer ou pas les précieux sésames. De là à penser que c’est une généralité, il y a un pas que nous ne franchissons pas et nous avons confiance dans le professionnalisme des employés Disney.
Mais une chose est sure, comme vous, nous espérons que les contrôles soient sur ce sujet vraiment stricts. Le handicap est tout sauf un jeu et laisser des personnes qui en sont dépourvus profiter de facilités indues dessert la cause des personnes handicapés. Car, il ne s’agit en aucune manière, pour les personnes handicapées, d’obtenir des « privilèges » mais juste de bénéficier d’outils leurs permettant de rendre un peu plus supportable les effets de leur handicap sur leur visite. La jalousie matérialiste n’a pas de place dans ce débat.

Laurent Armand-Zuniga
Autres Questions

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.