À la Une

— 23 juillet 2019 —
— 22 juillet 2019 —
— 16 juillet 2019 —
 
Florilège de l'été : les meilleurs articles de 2019
— 23 août 2019 —
— 23 août 2019 —
— 23 août 2019 —

Le Fil Info

— 23 août 2019 • 19H29 —
Geoffrey El Islami
Les nouveautés du panel Parks de la D23 Expo 2019— 23 août 2019 • 19H29 — Geoffrey El Islami —

Du 23 au 25 août 2019, la D23 Expo 2019, immanquable convention de fans Disney à travers le monde, délivre des informations tambours battants depuis l’Anaheim Convention Center sur tous les départements de The Walt Disney Company. Bob Chapek, Président de Disney Parks, Experiences and Products dévoile quelques informations concernant les nouveautés dans les Resorts Disney du monde entier. En voici la teneur :

  • Walt Disney World Resort
    • À EpcotJourney of Water, Inspired by Moana est un parcours interactif dans l’univers de Vaiana, La Légende du Bout du Monde, où une eau magique prend vie et interagit avec les visiteurs.
    • Dès octobre, dans le nouveau Odyssey Events Pavilion d'Epcot, les visiteurs découvriront la nouvelle expérience nommée Walt Disney Imagineering presents the Epcot Experience dévoilant sans cesse les nouveautés du complexe à travers des expositions renouvelées.
  • Disneyland Paris 
  • Disneyland Resort
    • À Disney California Adventure, le nouveau Land Marvel se nomme Avengers Campus et verra son histoire connectée avec les autres quartiers généraux des Avengers des Resorts Disney du monde entier.
  • Hôtels Disney
    • Le vaisseau intergalactique Halcyon, cœur du nouvel hôtel Star Wars: Galactic Starcruiser, emmène les visiteurs pour une virée immersive de deux nuits dans l’univers de la célèbre saga, à quelques encablures de Star Wars: Galaxy’s Edge à Disney’s Hollywood Studios.

— 23 août 2019 • 15H04 —
Matthieu Baudry
Une série-documentaire sur les Cast Members— 23 août 2019 • 15H04 — Matthieu Baudry —

Durant plusieurs jours, le fameux projet tenu secret de The Walt Disney Company annoncé par la D23 Expo 2019 a embrasé internet, les fans du monde entier avançant les théories les plus folles. Dans la nuit de jeudi à vendredi, The Walt Disney Company a finalement levé le voile sur ce mystère, en présentant One Day at Disney, un projet transmédial qui est le fruit d'une collaboration entre Disney Publishing Worldwide et Disney+. Une série-documentaire et un livre seront alors conjointement proposés à partir du 3 décembre 2019, la première sur la plateforme Disney+, le second en librairie.

One Day at Disney, la série de 52 épisodes, s'ouvrira notamment par un documentaire long qui se focalisera sur les métiers des très nombreux artisans de la magie Disney. Pour l'occasion, le long-métrage se proposera de présenter la carrière et le rôle de nombreux employés de The Walt Disney Company à travers le monde. Sont déjà annoncés, par ordre alphabétique :

  • Eric Baker, un imaginieur qui a largement contribué à la création de Stars Wars : Galaxy's Edge, le nouveau Land de Disneyland Park et de Disney's Hollywood Studios.
  • Ashley Girdich, qui est notamment Responsable des Projets de Développement en robotique chez Walt Disney Imagineering.
  • Eric Goldberg, un animateur de génie de Walt Disney Animation Studios, qui a notamment travaillé sur les films Aladdin, Pocahontas, une Légende Indienne ou encore Hercule.
  • Mark Gonzales, un Cast Member qui travaille sur l'attraction Disneyland Railroad à Disneyland Resort.
  • Grace Lee, l'illustratrice en chef de Disney Publishing Worldwide.
  • Zamavus "Zama" Magudulela, un comédien sud-africain qui incarne actuellement Rafiki dans la comédie musicale Le Roi Lion, à Madrid.
  • Ryan Meinerding, Chef du Développement Visuel au sein de Marvel Studios, qui a notamment travaillé sur Les Gardiens de la Galaxie et Avengers : Endgame.
  • Natalie Mylniczenko, une vétérinaire de Walt Disney World Resort.
  • Jerome Ranft, un artiste et sculpteur au sein de Pixar Animation Studios.
  • Robin Roberts, co-présentatrice depuis 2005 de l'émission d'ABC, Good Morning America. Robin Roberts sera d'ailleurs sacrée Disney Legend lors de la D23 Expo 2019.

Suite à la diffusion de ce documentaire, le 3 décembre 2019, ce seront plus de 50 pastilles, dont la durée oscillera entre 4 et 7 minutes, qui seront au total proposées sur Disney+, chacune mettant en scène un.e employé.e de The Walt Disney Company, invité.e à partager de quelle manière il ou elle contribue à la magie Disney.

One Day at Disney, le livre, se veut être une expérience complémentaire à la série-documentaire éponyme. Le 21 février 2019, près de 80 séances photos ont alors eu lieu sur cinq continents pour capturer, l'espace d'un instant, l'image de centaines d'artisans de la magie. Des photos de Shangai Disneyland Park, d'ESPN, de Pixar Animation Studios, du plateau de tournage de la série Modern Family ou encore des travaux préparatoires de The Mandalorian, la série de Jon Favreau, ainsi que beaucoup d'autres, sont au programme de ce Beau-Livre de 224 pages, écrit par Bruce Steele, qui sortira également le 3 décembre 2019.
Plus d'informations sur ces projets seront données demain, le samedi 24 août 2019, durant la D23 Expo 2019.

— 21 août 2019 • 03H26 —
Geoffrey El Islami
Des plats végétariens et végans au succès fou— 21 août 2019 • 03H26 — Geoffrey El Islami —

Manger à Disneyland Paris a toujours été un chemin de croix et les politiques successives quant à la fermeture d’établissements renommés mais trop peu rentables n’ont pas arrangé la situation. Cependant, une chose est sûre : l’offre culinaire est bel et bien là montrant que le Resort parisien est à la hauteur de la réputation gastronomique de son pays hôte et sait même écouter les évolutions de consommation de ses visiteurs : dès lors, l’offre végétarienne et/ou végétalienne n’est pas à bouder tant elle fait succomber nombre de papilles. Voici donc une sélection de mets savoureux garantis sans produits animaux qui ont su rencontrer leur public : palais au garde à vous !

Au Walt’s - an American Restaurant, institution de Main Street, U.S.A. est proposé un menu entièrement végan, le Vegan Gourmet, incluant une entrée (salade de légumes rôtis à la moutarde de Meaux et tofu mariné), un plat (riz vénéré aux petits pois et morilles, fèves de soja et carottes) et un dessert (sponge cake au rhum fruits du moment et sirop d’orgeat). À Thunder Mesa, sous les bruits assourdissants du train fou dévalant la Big Thunder Mountain, le Last Chance Café accueille les cowboys avec un plat tex-mex végétarien. Au Parc Walt Disney Studios, Studio Catering Co. sur la Terrasse Perrier est le royaume des falafels et glaces végétalien•ne•s.

Les saisons et autres événements sont aussi l’occasion d’élargir l’offre culinaire pour végétariens et végétaliens. Ainsi, le Festival du Roi Lion et de la Jungle inclut une déclinaison végane à base de sauté végétal à la tomate riz cassé, banane plantin, salade de légumes crus et cuits le tout accompagné d’une sauce aigre-douce aux cacahuètes. Le Rendez-Vous Gourmand de Disneyland Paris - Millésime 2019 n’est pas en reste avec son chalet Vegan Kitchen et son célèbre dhal aux lentilles et ses perles de chia aux framboises. Enfin, les chefs sont en pleine préparation de fins d’année afin de concocter des plats végétariens et végétaliens à tomber pour Noël et le Nouvel An !

— 19 août 2019 • 21H08 —
Matthieu Baudry
Disney+ s'exporte déjà à l'international— 19 août 2019 • 21H08 — Matthieu Baudry —

À moins d'une semaine de la D23 Expo 2019, The Walt Disney Company a présenté les plans de développement à l'international de sa nouvelle plateforme de vidéo à la demande, Disney+. Prévue pour un lancement le 12 novembre 2019 aux États-Unis, le service de SVoD sera disponible à la même date dans deux autres pays, au Canada et aux Pays-Bas. Le 19 novembre 2019, ce seront les Australiens et les Néo-zélandais qui auront accès à la plateforme Disney+.
Dans le même temps, The Walt Disney Company a annoncé aujourd'hui qu'elle avait signé de multiples accords avec Apple, Google, Microsoft, Roku et Sony, afin de distribuer l'application Disney+ sur les plateformes et les appareils connectés de ces compagnies. Les consommateurs auront dès lors accès au service de SVoD de Disney via des appareils aussi divers que l'iPhone, l'iPad, l'Apple TV, les smartphones Android, la Xbox One ou encore la PlayStation 4 et les téléviseurs connectés de la marque Sony.

La compagnie de Mickey souhaite proposer rapidement à l'international son nouveau service, son ambition étant de le distribuer dans la grande majorité des pays du monde d'ici deux ans. À titre de comparaison, l'abonnement mensuel à Disney+ coûtera 6.99 dollars aux États-Unis et 6.99 euros (ou 69.99 euros pour un abonnement annuel) aux Pays-Bas. Si aucune date de lancement dans l'Hexagone n'a encore officiellement été annoncée, ces nouvelles concernant la distribution de Disney+ à l'international interviennent cependant une semaine après la nomination de Luke Bradley-Jones aux postes de Vice-Président Senior et de Manager Général de Disney+ en Europe et en Afrique. Bradley-Jones, qui sera chargé notamment de préparer et d'assurer la distribution de la plateforme sur les deux continents, entrera officiellement en fonction dès le début de l'année 2020.

— 17 août 2019 • 18H46 —
Karl Derisson
Mort du réalisateur Richard Williams— 17 août 2019 • 18H46 — Karl Derisson —

Le monde de l'animation est en deuil suite au décès, le vendredi 16 août 2019, de l'animateur et réalisateur canadien Richard Williams à l'âge de 86 ans.

Né le 19 mars 1933 à Toronto, Richard Williams débute sa carrière à la fin des années 1940 en travaillant pour les studios UPA. Installé en Espagne en 1955 puis en Angleterre, il lance alors la réalisation de The Little Island, son premier moyen-métrage autofinancé et couronné en 1958 par le BAFTA du Meilleur Film d'animation. Après Love Me, Love Me, Love Me, A Lecture on Man, et The Dermis Probe, il réalise en outre A Christmas Carol, l'adaptation de l'oeuvre de Charles Dickens qui remporte en 1971 l'Oscar du Meilleur Court-métrage d'animation. Richard Williams signe également les génériques animés de nombreux longs-métrages comme Le Forum en Folie, Casino Royale, La Charge de la Brigade Légère ou encore Le Retour de la Panthère Rose.

En 1977, Richard Williams supervise son premier long-métrage animé, Raggedy Ann and Andy: A Musical Adventure puis collabore à la production de Ziggy's Gift récompensé par un Emmy Award. Il est alors engagé par les studios Disney qui le nomment directeur de l'animation de Qui Veut la Peau de Roger Rabbit. Assurant la création des séquences animées depuis ses studios londonien, Williams décroche alors deux Oscars, le premier pour sa contribution aux effets visuels du film et le second pour sa contribution spéciale à la réalisation du long-métrage. Il prête par ailleurs sa voix à Droopy dans le cartoon Bobo Bidon.

Devenu incontournable dans le milieu de l'animation, Richard Williams signe en 1995 ce qui reste comme son film le plus cher, Le Voleur et le Cordonnier, un projet inspiré des 1001 Nuits démarré en 1964 dont la production fut plus que chaotique. Vingt ans après le début de sa réalisation, l'oeuvre, autofinancée par Williams, ne dispose en effet que de vingt minutes complètement achevée. Suite au succès de Qui Veut la Peau de Roger Rabbit, le réalisateur signe alors un accord avec Warner Bros. qui, effrayée par le dépassement des délais et la concurrence représentée par Aladdin, décide de suspendre la production. Richard Williams est alors dépossédé de son film, récupéré par The Completion Bond Company qui délocalise la réalisation en Corée du sud. Le film enfin terminé sous la direction de Fred Calvert est finalement acheté par Disney par l'intermédiaire de sa filiale Miramax. Le film est alors remonté et certaines scènes modifiées pour sa discrète sortie dans les salles.

Réalisateur des courts-métrages Circus Drawing et Prologue nommé aux Oscars, Richard Williams est également l'auteur du livre Techniques d'Animation pour le Dessin Animé, l'Animation 3D et le Jeu Vidéo publié en 2001 et considéré par beaucoup comme la Bible des animateurs.

Autres Dépêches

L'Actualité Disney

— 23 août 2019 —
Longs-métrages Disney à la télévision
— 23 août 2019 —
Diffusion aujourd'hui à 20H45
— 23 août 2019 —
Diffusion aujourd'hui à 02H30
— 23 août 2019 —
Prochains films en salles
— 23 août 2019 —
Actuellement au cinéma
— 23 août 2019 —
Les Faussaires de Manhattan
Actuellement au cinéma
— 28 août 2019 —
Wedding Nightmare
Prochainement au cinéma
— 18 septembre 2019 —
Ad Astra
Prochainement au cinéma
— 23 août 2019 —
Planning des futurs DVD et Blu-ray
— 30 août 2019 —
Prochainement en DVD, BD, BD 3D et 4K
— 23 août 2019 —
Disponible en DVD, BD, BD 3D et 4K
— 23 août 2019 —
Disponible en DVD et 4K
— 23 août 2019 —
Disponible en DVD et 4K
— 23 août 2019 —
Disponible en DVD et 4K
— 23 août 2019 —
Disponible en DVD et 4K
— 23 août 2019 —
Disponible en DVD et BD
— 23 août 2019 —
Expositions et autres évènements
— 23 août 2019 —
Prochaines rénovations

L'Anniversaire du Jour

— 23 août 2019 —
17ème anniversaire de sa sortie
— 23 août 2019 —
Dans les 15 prochains jours

La Foire aux Questions

23 août 2019 • 18H32
Courriel
Films d'Animation

Q : J'ai une question pour vous : au cours d'une discussion absolument lambda avec ma mère, et qui n'avait rien à voir avec Disney, on a fini par se demander pourquoi Peter Pan avait les oreilles pointues comme un elfe : n'est-il pas sensé être un petit garçon humain à la base ?

Je n'ai trouvé aucune explication sur internet. Alors ? Raison particulière ou simple choix esthétique ?
J'espère que vous aurez une petite réponse pour moi (et ma mère). Caroline

R : La raison n'a jamais été donnée.
Dans le roman, rien n'indique que ses oreilles sont pointues dès lors que c'est un garçon humain.
Dans le film d'animation de Disney, rien n'indique que c'est un garçon humain. L'origine du personnage étant inconnue, cela lui donne donc un petit air magique. Il est ainsi permis de penser à un choix des animateurs pour sous-tendre un aspect surnaturel... 

Laurent Armand-Zuniga
Autres Questions

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.