À la Une

Le Fil Info

— 04 avril 2020 • 02H41 —
Matthieu Baudry
COVID-19 : La sortie des films Disney chamboulée— 04 avril 2020 • 02H41 — Matthieu Baudry —

Alors que la pandémie de COVID-19 continue de faire des ravages à travers le monde, très nombreux sont les pays qui ont adopté des mesures de confinement dans le but de freiner le virus et protéger ainsi au mieux la population. Naturellement, dans ces conditions, les commerces ainsi que les lieux publics non essentiels ont été fermés, et parmi ceux-ci, les Parcs Disney et les cinémas. Conséquence directe de cette fermeture des salles obscures, de très nombreux films programmés pour le printemps et l'été 2020 ont vu leur sortie repoussée à une date ultérieure. Dans ces conditions, The Walt Disney Company a communiqué un nouveau planning de sortie des longs-métrages produits et/ou distribués par ses multiples filiales. Il convient toutefois de prendre ce calendrier avec des pincettes tant que la crise sanitaire n'est pas enrayée et les salles obscures, sur le point de rouvrir.

Les films dont la date de sortie est reportée

  • Mulan (Disney) : Prévu initialement pour le 27 mars 2020, le film est désormais annoncé pour le 24 juillet 2020.
  • Free Player (20th Century Studios) : Prévu initialement pour le 03 juillet 2020, le film est désormais annoncé pour le 11 décembre 2020.
  • Bob's Burgers: The Movie (20th Century Studios) : Prévu initialement pour le 17 juillet 2020, le film est désormais annoncé pour le 09 avril 2021.
  • Jungle Cruise (Disney) : Prévu initialement pour le 24 juillet 2020, le film est décalé d'un an ; il est désormais annoncé pour le 30 juillet 2021.
  • The French Dispatch (Searchlight Pictures) : Prévu initialement pour le 24 juillet 2020, le film est désormais annoncé pour le 16 octobre 2020.
  • Morbius (Marvel Entertainment) : Prévu initialement pour le 31 juillet 2020, le film est désormais annoncé pour le 19 mars 2021.
  • Le cinquième volet de la saga Indiana Jones (Lucasfilm Ltd.) : Prévu initialement pour le 09 juillet 2021, le film est désormais annoncé pour le 29 juillet 2022.

Coup de théâtre au milieu de toutes ces sorties repoussées, Artemis Fowl (Disney), qui était prévu pour sortir dans les salles obscures le 29 mai 2020, sera finalement proposé directement sur la plateforme Disney+, sa sortie au cinéma étant purement et simplement annulée. Si aucune date n'est pour l'heure annoncée, Ricky Strauss (President, Content & Marketing, Disney+), avance toutefois que le film sera une parfaite addition à la plateforme pour la période estivale.Le film était prévu en IMAX 3D, il est donc difficile de savoir si les spectateurs en profiteront un jour, ne serait-ce que la conversion 3D.

La Phase IV du Marvel Cinematic Universe complètement chamboulée

Forcément, avec un planning prévu sur plusieurs années de films et de séries interconnectés et qui se doivent d'être visionnés par le public dans un ordre précis, le Marvel Cinematic Universe est particulièrement affecté par ces reports de dates de sortie.

  • Black Widow (Marvel Studios) : Prévu initialement pour le 1er mai 2020, le film est désormais annoncé pour le 06 novembre 2020.
  • Eternals (Marvel Studios) : Prévu initialement pour le 06 novembre 2020, le film est désormais annoncé pour le 12 février 2021.
  • Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings (Marvel Studios) : Prévu initialement pour le 12 février 2021, le film est désormais annoncé pour le 07 mai 2021.
  • Doctor Strange in the Multiverse of Madness (Marvel Studios) : Prévu initialement pour le 07 mai 2021, le film est désormais annoncé pour le 05 novembre 2021.
  • Thor: Love and Thunder (Marvel Studios) : Prévu initialement pour le 05 novembre 2021, le film est désormais annoncé pour le 18 février 2022.
  • Black Panther II (Marvel Studios) : Le film conserve sa date de sortie initiale, le 06 mai 2022.
  • Captain Marvel 2 (Marvel Studios) : Jusqu'alors dépourvu de date de sortie officielle, le film est désormais annoncé pour le 08 juillet 2022.

Il est enfin à noter qu'aucune information n'a encore été donnée quant à la sortie des séries du Marvel Cinematic Universe proposées sur Disney+. En effet, au début du mois de mars 2020, le tournage de scènes du (Le) Faucon et le Soldat de l'Hiver à Prague a été annulé précipitamment suite à la pandémie. Quelques jours plus tard, ce sont les tournages de WandaVision et de Loki qui ont à leur tour été suspendus. En raison des retards de tournage et de la nécessité de sortir ces séries entre les films auxquels ils sont peu ou prou connectés, il est possible que ces oeuvres subissent, elles aussi, un report de sortie. Pour rappel, Le Faucon et le Soldat de l'Hiver est, pour l'heure, attendue pour le mois d'août 2020, WandaVision, pour décembre 2020 et Loki, au début de l'année 2021.

Les films repoussés sans nouvelle date de sortie

Plusieurs films, produits et/ou distribués par 20th Century Studios et Searchlight Pictures n'ont, pour l'heure, pas trouvé de nouvelle date de sortie.

  • Les Nouveaux Mutants (20th Century Studios), prévu à l'origine pour sortir le 3 avril 2020.
  • Affamés (Searchlight Pictures), prévu à l'origine pour sortir le 17 avril 2020.
  • The Personal History of David Copperfield (Searchlight Pictures), prévu à l'origine pour sortir le 8 mai 2020.
  • La Femme à la Fenêtre (20th Century Studios), prévu à l'origine pour sortir le 15 mai 2020.

Plusieurs films conservent leur date de sortie initiale

Enfin, plusieurs films produits et/ou distribués par les filiales de The Walt Disney Company conservent, pour l'heure, leur date de sortie originale. Il va sans dire que ces sorties sont intrinsèquement liées à l'évolution de la pandémie de COVID-19 et sont donc susceptibles d'être elles aussi repoussées à une date ultérieure. Parmi ces films, il faut citer Soul (Pixar Animation Studios), qui, pour l'heure, est toujours annoncé pour une sortie le 19 juin 2020, The One and Only Ivan (Disney), prévu pour le 14 août 2020, The King's Man : Première Mission (20th Century Studios), prévu pour le 18 septembre 2020, Raya et le Dernier Dragon (Walt Disney Animation Studios), le 25 novembre 2020 ou encore West Side Story (20th Century Studios), le 18 décembre 2020.

— 01 avril 2020 • 12H46 —
Frédéric Bègue
Fancy Nancy Clancy intègre un personnage autiste— 01 avril 2020 • 12H46 — Frédéric Bègue —

À l'occasion de la Journée Mondiale de Sensibilisation à l’Autisme (le 2 avril 2020), la série Fancy Nancy Clancy dévoilera un épisode inédit aux États-Unis intitulé Nancy’s New Friend (Le Nouvel Ami de Nancy). Nancy y essaie de devenir amie avec le cousin de Lionel, Sean. Mais ce dernier ne réagit pas comme elle s’y attendait. Et pour cause, Sean est autiste. Lionel donne donc à Nancy des conseils afin qu’elle puisse se rapprocher de Sean sans que cela ne le dérange.

Matt Hoverman, l’un des auteurs de Fancy Nancy Clancy, explique avoir eu l’idée d’écrire cet épisode après avoir découvert la vidéo d’un jeune garçon autiste, George Yionoulis, réalisé à destination de ses camarades de classe pour les aider à comprendre ce qu’est l’autisme. Chose notable, histoire de s'assurer que les personnes autistes soient représentés avec justesse, il a fait appel à des organismes américains tels que Autism Speaks ou encore RespectABILITY pour consulter en amont l’épisode et en valider le propos.

Il s'agit là d'un grand pas pour la représentation de l’autisme chez Disney. Ce type de personnage est en effet généralement présenté dans des médias pour adolescents ou adultes mais rarement pour enfants, à l'exemple de Good Doctor avec Shaun Murphy ou encore du (Le) Monde de Riley avec Isadora qui révèle avoir un syndrome d’Asperger. Or, l'excellent documentaire Life, Animated – Une Vie Animée sur la vie d’Owen Suskind, avait déjà prouvé à quel point l'univers de Disney pouvait être un élément essentiel pour aider les personnes, qu'elles soient neuroatypiques ou non d'ailleurs, à mieux appréhender leur rapport au monde.

Aujourd’hui, en plus de représenter au mieux les minorités, notamment LGBTQI+, Disney participe grandement à sensibiliser son public à tout le panel de différences. Il est ainsi aussi bienvenu que naturel de voir un dessin animé pour enfants à large audience briser le tabou de l'autisme. Fancy Nancy Clancy offre ici une belle opportunité d’expliquer aux chères têtes blondes comment se lier d’amitié avec un enfant neuroatypique et montrer que ce sont les différences qui rendent chacun exceptionnel.

— 22 mars 2020 • 12H53 —
Alexandre Chierchia
Évolution tarifaire chez Panini Comics— 22 mars 2020 • 12H53 — Alexandre Chierchia —

Il semblerait que Panini Comics ait écouté ses lecteurs, puisque l'éditeur a communiqué récemment sur une évolution (à la baisse) massive de sa grille tarifaire. Quatre axes principaux se démarquent :

  • Une nouvelle collection : MUST HAVE, héritière de la défunte ligne Marvel Event. Dans un format encore non défini, deux prix seront proposés : 15€ pour les ouvrages de moins de 300 pages et 22€ pour les autres. Elle présentera les récits cultes de la Maison des Idées et commencera dès juin 2020 avec quatre titres : Civil War, Spider-Verse, Old Man Logan, Avengers : La Séparation, à condition bien entendu que la situation actuelle ne repousse pas ces sorties. Le rythme de publication sera ensuite de deux comics par mois.
  • Autre nouvelle collection : Marvel-Verse, des anthologies de 112 pages dans un format raccourci (15x23cm), à un prix de 5,95€ ! Les premiers personnages ciblés sont Black Widow et Morbius.
  • Les intégrales vont voir leurs grilles tarifaires être indexées sur leurs paginations, ce qui n'était pas le cas avant. Les paginations supérieures à 248 pages restent à 35€, Les albums en-dessous jusqu'à 216 pages seront à 32€ et ceux encore plus faibles afficheront un prix de 30€.
  • Dans le même esprit, la collection Omnibus évolue. Les pavés de moins de 500 pages seront à 50€, ceux entre 501 et 700 pages à 60€ et pour les plus épais au-delà de 700 pages, le prix restera à 70€. La mise en place est attendue dès juillet avec la sortie de La Mort de Spider-Man.

— 21 mars 2020 • 22H30 —
Laurent Armand-Zuniga
Disney+ en France repoussé au mardi 7 avril 2020— 21 mars 2020 • 22H30 — Laurent Armand-Zuniga —

The Walt Disney Company - France, par la voix de sa Présidente Hélène Etzi, annonce ce soir sur Twitter sa décision de reporter l’ouverture dans l’hexagone de Disney+ au 7 avril 2020. Il s’agit, explique-t-elle, de répondre «  à la demande du Commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton de soutenir l’effort collectif pour le bon fonctionnement des infrastructures haut débit. ».
Curieusement, Disney conserve la date du 24 mars 2020 pour le lancement de Disney+ dans tous les autres pays européens en réduisant simplement la qualité de résolution de 25% pour soulager les réseaux mais reporte donc de 15 jours l’ouverture du service en France.

Pourquoi cette subite différence de traitement ? Plusieurs raisons sont susceptibles de l'expliquer sans que l'une ne soit réellement plus forte que les autres.

Il est possible d’abord d’y voir une sanction déguisée contre le groupe Canal+, détenteur exclusif en France de la distribution de Disney+ sur les box, qui s’est attiré récemment les foudres du CSA et de ses concurrents (Orange, Groupe TF1, Groupe M6...) en annonçant unilatéralement la mise en clair de sa chaîne phare au mépris total de la chronologie des médias qu’il défend pourtant habituellement avec ardeur tant il profite des avantages qu’elle lui rapporte... Depuis la mise en clair de Canal+, tous les services de vidéo à la demande des concurrents ont en effet vu leur utilisation s’effondrer tandis que les chaînes privées gratuites de la TNT dénoncent une concurrence déloyale, elles qui n’ont pas le droit de diffuser des films de cinémas les mercredis, vendredis et samedis sans parler des années à attendre avant de pouvoir programmer un film récent...

Il peut ensuite être vu dans l’action de lobbying d’Orange et de Free pour inciter le gouvernement français à obtenir le report du lancement de Disney+, un moyen pour ces FAI de se rappeler au bon souvenir de Disney France en démontrant qu’ils ont une force de frappe indéniable et que le choix d’avoir confié l’exclusivité de distribution de Disney+ au Groupe Canal n’était pas forcément la meilleure des solutions.

Autre raison, mais conjoncturelle celle-là : impactée par le confinement décrété en France lundi pour une entrée en vigueur mardi midi, Disney France n’a peut-être pas eu le temps de se retourner pour réorganiser le fonctionnement perenne de ses équipes pendant la période de crise sanitaire. Le report du lancement de Disney+ s’est alors imposé de lui-même...

Enfin, Orange apporte une justification technique liée à la structure même de l'organisation du flux de Disney+. Contrairement à Netflix par exemple, Disney n'a en effet pas pensé la logistique de sa plateforme localement mais s'appuie de l'étranger vers la France si bien que les ressources d'acheminement sont bien plus lourdes que celles de son concurrent, pourtant large leader du marché. Or, en ces temps de surconsommation d'internet liée au confinement des gens et au recours en masse au télétravail, faire supporter au réseau global, sans bien le penser et l'organiser, un flux de l'envergure de Disney+ relève de la folie. Et réapparaît ici sous-jacente l'idée de l'erreur originelle de The Walt Disney Company - France d'avoir snobé les FAI majeurs pour la distribution de sa plateforme comme si la concentration entre les mains d'un seul opérateur qui n'est par ailleurs pas administrateur ou propriétaire de réseau atteignait ses limites... Ce à quoi la firme de Burbank s'empresse de répondre que seul le réseau français nécessite une organisation spéciale pointant à mots à peine voilés une supposée faiblesse...

Au final, une seule chose est sure : le report du lancement de Disney+ en France n'est pas glorieux.

— 19 mars 2020 • 16H26 —
Alexandre Chierchia
Le secteur du comics et le confinement— 19 mars 2020 • 16H26 — Alexandre Chierchia —

Retour sur les conséquences du confinement pour le secteur des comics.

Les librairies ont fermé, les principaux comic shop aussi, et seuls restent disponibles la vente par correspondance, les grandes surfaces disposant d'un rayon culturel et Amazon.
Mais chacun a ses propres limites. Les services de livraison sont saturés, Amazon vient de repousser les dates d’envoi de certains produits, dont les comics. Et pendant ce temps, les libraires se demandent comment survivre.

Mais c’est toute la chaîne du livre qui va devoir être solidaire. Panini Comics, éditeur de Marvel en France, vient de suspendre les prochaines sorties et de repousser la publication de la check-list de mai 2020. Afin de ne pas favoriser les boutiques en ligne notamment, mais aussi de s’organiser avec le décalage des sorties cinéma comme Black Widow.
Des initiatives locales apparaissent aussi, comme pour la boutique Comics Zone basée sur Lyon, qui propose à la vente le double sketchbook des artistes Paul Renaud et Olivier Vatine. Une vente exclusive à la boutique, organisée grâce aux dessinateurs ; l’achat permet même de participer à un tirage au sort pour gagner un dessin de Paul Renaud.
Le Free Comic Book Day est une journée importante pour l’industrie, ayant lieu le premier samedi du mois de mai tous les ans depuis 2002 aux États-Unis et 2014 en France. En effet de nombreux, si ce n’est la totalité, des éditeurs proposent des comics gratuits afin de faire découvrir au plus grand nombre ce média, mais aussi de faire du teasing sur les prochains grands événements de leurs univers. Retombées de la crise sanitaire mondiale, la fête est décalée sur le continent américain à cet été, sans date précise. La France suivra-t-elle ? Difficile à dire pour le moment.
Enfin, il faut souligner que le 19 mars 2020, Bruno Le Maire, Ministre de l’économie, s’est dit prêt à discuter d’une éventuelle ré-ouverture des librairies. Un sujet tendu et qui tiraille les professionnels, la plupart ne voulant pas voir leurs chiffres d’affaires sacrifiés au pied d’Amazon notamment, mais refusant aussi de faire courir des risques à leurs employés et leurs clientèles.

Autres Dépêches

L'Actualité Disney

— 05 avril 2020 —
Longs-métrages Disney à la télévision
— 05 avril 2020 —
Diffusion aujourd'hui à 21H05
— 05 avril 2020 —
Prochains films en salles
— 05 avril 2020 —
Catalogue présent sur la plateforme
— 05 avril 2020 —
Planning des futurs DVD et Blu-ray
— 05 avril 2020 —
Expositions et autres évènements
— 05 avril 2020 —
Prochaines rénovations

Les Anniversaires du Jour

— 05 avril 2020 —
80ème anniversaire de sa sortie
— 05 avril 2020 —
18ème anniversaire de sa sortie
— 05 avril 2020 —
Dans les 15 prochains jours

La Galerie de Portraits

La Foire aux Questions

— 01 avril 2020 — Facebook —
Anaïs
Pourquoi la fermeture de Disney XD et CINEMA ?— 01 avril 2020 — Facebook — Anaïs —

Pourquoi Disney ferme-t-elle les chaînes de télévision Disney XD et CINEMA et pas Disney Channel et Junior ?

Il est possible de voir dans ses deux fermetures, deux raisons distinctes même si les deux relèvent de la fin d'une époque.

Pour Disney XD, la chaîne est tout simplement victime de l'effondrement globale de l'audience des chaînes jeunesse ; les jeunes ne regardant en effet plus la télévision de façon linéaire mais en replay pour ne pas être dépendants d'une grille et consommer leurs programmes quand ils le veulent.
Avec trois chaînes jeunesse (quatre avec Disney Channel+1), Disney estime que son offre en télévision linéaire est trop grande et surtout n'est plus rentable.
Disney XD est donc la première à passer à la trappe. La prochaine sera sans doute Disney Junior qui redeviendra ce qu'elle était avant : à savoir, un simple bloc de programmes au sein de la grille de Disney Channel.

Disney Channel n'est, quant à elle et pour le moment, pas menacée, sans doute parce que la symbolique de sa fermeture serait très difficile à défendre et digérer. Le signal donné serait, il est vrai, terrible ! Cela peut certes changer mais pour le moment, c'est clairement ce qui la sauve. En revanche, Disney n'affiche plus pour Disney Channel l'ambition qui fut un temps d'en faire la chaîne jeunesse numéro 1 dans tous les pays où elle était présente. Elle se fait ainsi toute petite et, désormais exclusive aux Offres Canal, ne doit en réalité son équilibre financier qu'aux redevances payées par l'opérateur ; le Groupe CANAL+ déboursant la coquette somme d'un milliard d'euros sur cinq ans pour, grosso modo, avoir tout Disney (chaînes, plateforme et catalogue) en exclusivité sur ses bouquets TV.

Pour Disney CINEMA, la situation est un peu différente : la chaîne, dont l'audience n'a jamais vraiment décollé, est juste la victime directe du lancement de Disney+ perdant sa vocation à diffuser le catalogue cinématographique de Disney, désormais accessible sur la plateforme. Elle allait, en effet, faire doublon si bien que Disney n'a pas longtemps réfléchi pour éliminer ce qui aurait pu constituer, dans la tête d'un abonné recevant Disney CINEMA, un frein à souscrire à Disney+...

Laurent Armand-Zuniga
Autres Questions

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.