Mickey et sa Surprise-Partie d'Halloween

Mickey et sa Surprise-Partie d'Halloween
Vue d'ensemble
Nom anglophone :
Mickey’s Halloween Treat in the Street
Date d'ouverture :
Le 1er octobre 2011
Date de fermeture :
Le 4 novembre 2012
Type d'attraction :
Spectacle
Durée :
20 minutes

Le synopsis

À l’occasion des célébrations d’Halloween, Mickey décide d’organiser une surprise-partie mémorable pour célébrer cette fête dans le rire et la bonne humeur. Tous les habitants du pays sont invités à se déguiser dans leurs plus beaux costumes et à le rejoindre sur la scène du Théâtre du Château.

L'expérience

Tandis que le soleil et la chaleur de l’été cèdent leur place à un temps plus gris et froid sur le royaume, une atmosphère plus lugubre s’installe aux quatre coins de la contrée. L’automne est là et, avec lui, le rappel qu'Halloween approche à grands pas. Afin de célébrer dignement cette fête, le bruit court que Mickey organiserait une surprise-partie où tous les visiteurs seraient conviés. Cette rencontre doit d'ailleurs se tenir sur la scène du Théâtre du Château. La curiosité et l’attrait d’une fête en compagnie de Mickey attirent alors beaucoup d’habitants et touristes de passage pour un rendez-vous qui s’annonce aussi amusant qu’effrayant.

Les invités s'approchent ainsi du théâtre à ciel ouvert et découvrent une décoration de saison des plus impressionnantes. Au centre de la scène, trône en effet une énorme citrouille qui semble prendre la forme d'une tête de souris, sculptée avec quatre trous : deux pour les yeux, un pour le nez, et le dernier en forme de croissant pour la bouche. Sur les côtés, des ronces jonchent le sol et montent sur les poteaux. De-ci, de-là, des citrouilles, bien plus petites, terminent de donner une couleur halloweenesque à la fête qui se prépare. « Boo to you! », entendent les badauds. Soudain, les paroles graves s'arrêtent et un orgue retentit. Pas de Mickey, l’hôte des festivités, à l’horizon mais une drôle de procession...

Au loin, des épouvantails vivants habillés d'un pantalon orange, d'une veste violette, de chaussettes bariolées et portant un chapeau vert gesticulent en effet dans tous les sens. La curieuse compagnie avance alors gentiment, en titubant comme si ses membres étaient ivres. Cette bande de huit épouvantails, plus amusante que effrayante, se dirige ainsi vers les escaliers bordant la scène. Toujours à deux doigts de tomber, ils grimpent difficilement et découvrent de plus près les décorations. Ils semblent s'en amuser, jusqu'à ce que, progressivement, ils se regroupent autour de leur chef. Ce dernier souhaite un bon Halloween au public et informe que la fête va bientôt commencer. Les autres épouvantails, à moitié courbés, balancent alors les bras et sautent de manière synchronisée. Une musique entraînante retentit et faisant face aux invités, tous commencent une danse endiablée. Mouvements des bras à droite, puis à gauche et au-dessus de la tête, jambe droite levée, puis la gauche, les épouvantails s'en donnent à cœur joie ! Au milieu de la chanson, ils se réunissent au centre de la scène et, d'un bloc, se dirigent vers la droite, puis vers la gauche, en balançant les bras.

Accaparé par ces saltimbanques de fortune, le public ne perçoit pas qu'un nouveau groupe emprunte le même chemin que les épouvantails et s'approche tranquillement. Tous déguisés pour la fête d’Halloween de l’année, ils saluent d’un geste de la main, les invités. À leur tête, l'initiateur de la fête, Mickey Mouse porte un pantalon noir avec des flammes oranges près des pieds et un gilet orange sous une veste violette. Une cape orange et violette, ainsi qu'un chapeau haut-de-forme, où une chauve-souris rouge est représentée, viennent compléter son déguisement. À ses côtés, Minnie revêt une robe mélangeant le rose et l'orange. Selon Mickey, elle est la plus jolie des Vampirella ! Plus loin, Daisy adopte un costume de sorcière orange et un chapeau pointu de la même couleur. Son ami Donald est lui vêtu d'un haut rouge et d'une coiffe en forme de cornes. Quel petit diablotin, ce canard ! Un cinquième invité est reconnaissable : Dingo et son costume de squelette. Deux personnages déguisés en fantômes se sont aussi invités aux festivités mais portent un masque cachant leur visage. La fine équipe rejoint alors les épouvantails dansants sur la scène et souhaite un joyeux Halloween au public. Prenant leurs places au centre de la scène, repoussant les épouvantails sur les côtés, Mickey et ses amis entrent eux aussi dans la danse.

Le numéro terminé, les amis se congratulent pour leur costume. Mais les deux personnages masqués les inquiètent et les épouvantails, Mickey, Minnie, Daisy et Dingo se cachent les yeux, terrorisés. Dingo est pourtant bien décidé à savoir qui se cachent derrière ces costumes de fantômes et s'approche d'eux : il s’agit, en réalité, de Tic & Tac, les écureuils farceurs ! Tous les invités étant désormais présents, la fête peut enfin commencer. Minnie propose alors de la débuter de la meilleure des façons : en dansant sur une musique entraînante, encourageant tout le monde à participer, les poings lancés en l'air tout en sautant frénétiquement ! Certains épouvantails descendent même auprès des invités pour les pousser à danser.

Une fois l'échauffement terminé, Mickey déclare adorer jouer avec ses amis, ce qui permet à Dingo, muni d’un cerceau, de prendre la parole et de proposer son propre jeu, « Shake your bones » (« Secouez vos os » en français), un jeu de hula hoop. Si le titre du jeu a échappé aux spectateurs, il se voit répété dans la chanson du même nom qui retentit lorsque les amis commencent à se déhancher. Mickey, Daisy, Minnie le font tourner autour du bras tandis que Donald tente de le faire tenir en équilibre sur son bec. C'est au tour de Donald de proposer son jeu. Il le souffle à l'oreille du chef des épouvantails, alors que Daisy s’empare d’un panier rempli de chauve-souris. Le leader déclare que c'est un super jeu et qu'ils ont besoin de chauves-souris. Les épouvantails se mettent en ligne et Daisy distribue les fameux mammifères volants noirs mais parmi elles, une seule est orange. Le jeu est assez simple : les épouvantails font passer les chauves-souris dans leurs mains au fil de la musique et, lorsque la musique s'arrête, le public doit trouver la chauve-souris orange.

Pour ce faire, ils doivent crier « Bat ! Bat ! Where is the bat ? ». Les règles émises, le jeu peut commencer. Sur un air musical répétant « It is a match! » (« Ça correspond ! » en français), les épouvantails commencent une danse relativement tranquillement. Lorsque le silence se fait, les épouvantails se mettent en ligne, mains derrière le dos. Le leader est lui perdu et demande l'aide du public pour trouver la chauve-souris orange. Les invités le guident vers l'épouvantail possédant la bonne. Après quelques tours, il est temps de corser le jeu en augmentant la vitesse. La partie suivante voit alors la musique s'accélérer, ainsi que les gestes des épouvantails. Mais il en faut plus pour réussir à berner un public des plus attentifs qui trouve une fois de plus la chauve-souris orange. Lors de la dernière partie de ce jeu de mémoire et d’attention, la musique et les mouvements accélèrent encore une fois. Alignés, les épouvantails attendent la désignation d'un des leurs par le public. Pendant ce temps, le diablotin Donald se glisse derrière eux. Le leader fait tourner tous les épouvantails les uns après les autres, mais aucun ne porte la chauve-souris orange. Mais où est-elle donc passée ? C'est ce sacré Donald qui l'avait… Quel farceur !

Pour le dernier jeu de cette surprise-partie d’exception, Tic & Tac se munissent de deux ballons blancs géants grimés en fantômes. Ils les lancent alors dans le public qui doit les faire rebondir avant que les ballons ne touchent le sol. Sur la scène, Mickey et ses amis dansent avec frénésie tandis que Tic et Tac inondent l’assemblée de leurs blagues. Après ce jeu plein de rebondissements, les spectateurs sont fin prêts pour dignement célébrer Halloween. Mais un seul n’a pas encore proposé de jeu : Mickey ! Minnie lui demande alors quel est son jeu favori. Pendant qu'il réfléchit, Dingo, Donald et Tic & Tac tentent de le convaincre que le leur était le plus amusant. Mais Mickey a déjà une idée bien arrêtée : ce qu’il préfère, c’est la célèbre tradition d’Halloween, Trick or Treat (« Un bonbon ou un sort » en français) ! À ces mots, toute la joyeuse compagnie lui réclame des bonbons. Soudain, Mickey et tous ses amis se lancent dans une nouvelle danse sur le rythme de « Boo To You Goofy’s Trick Or Treat Candy Hop ». À la fin de cette dernière danse endiablée, des jets d'étincelles sont projetés derrière la grosse citrouille. Les amis rigolent et se congratulent après cette chouette célébration. Portant des seaux remplis de bonbons, les épouvantails descendent de la scène distribuer les douceurs au public. Quelques secondes plus tard, Mickey et ses amis quittent aussi la fête.

La surprise-partie d’Halloween de Mickey est terminée. Les invités, contents d'avoir passé un bon moment, pas trop effrayant, mais très amusant par ses nombreux jeux, se dispersent le ventre rempli de sucreries vers de nouvelles aventures halloweenesques.

La critique

rédigée par Grégory Vauthier
Publiée le 29 octobre 2019

Faisant partie intégrante du folklore américain, la saison d’Halloween est devenue un moment phare de l’année pour le Resort parisien et ce, depuis sa première édition en 1997. Ainsi, les méchants Disney, les monstres et les êtres les plus terrifiants prennent possession des lieux : des fantômes envahissent Main Street, U.S.A., les habitants de Frontierland (renommé Halloweenland) cohabitent avec des épouvantails tandis que les méchants se contentent de rester à Fantasyland. Mais, parmi tous ces vilains, Mickey arrive à se faire une place de choix dès 2009 à travers quelques apparitions sur scène. Inauguré le 1er octobre 2011, le spectacle Mickey et sa Surprise-Partie d’Halloween reprend cette vision de la fête. Le temps de deux saisons d’Halloween, en 2011 et en 2012, le spectacle prend ainsi place sur la scène du Théâtre du Château à Fantasyland.

L’histoire débute en 2009, année de La Fête Magique de Mickey, mettant à l’honneur la célèbre souris de la firme aux grandes oreilles. Ambassadeur du Resort, il est dès lors normal qu'il soit aussi mis à l’honneur lors des célébrations d’Halloween en commençant par Place à la Fête… avec Mickey et ses Amis… et les Méchants Disney. Ce spectacle est dérivé de Place à la Fête... avec Mickey et ses Amis qui est donné toute l’année sur Central Plaza. Dans ce show, Mickey invite certains de ses amis les plus fidèles (Donald, Dingo, Pluto) à danser avec lui et plusieurs danseurs. Au fil du spectacle, d’autres personnages montent sur scène et proposent leurs propres pas de danse. Pour la saison d’Halloween, certains des méchants Disney obtiennent une séquence dans le show. Lors de la même saison d’Halloween 2009, le Parc propose une seconde édition de La Fête Pas-Si-Trouille de Mickey durant des soirées privatives, intitulée Le Spectacle Pas-Si-Trouille d’Halloween . Dans ce nouveau spectacle original, Mickey est le maître de cérémonie et accueille sur la scène de Central Plaza certains Personnages Disney : comme ceux des films Aladdin, La Belle et la Bête ou encore Blanche Neige et les Sept Nains. Tout va bien pour Mickey, jusqu’à ce que Maléfique apparaisse et prenne possession de la scène. Dès lors, la méchante invite certains des antagonistes des héros que Mickey a présentés.

Pour les célébrations d’Halloween de 2011, cette cohabitation entre Mickey et Maléfique disparaît au profit de deux spectacles distincts. Maléfique obtient son propre show sur Central Plaza, nommé La Fête Maléfique Disney d'Halloween, tandis que Mickey organise, lui, sa surprise-partie sur la scène du Théâtre du Château. Depuis la fin de Winnie l’Ourson et ses Amis en 2005, cette scène est utilisée parcimonieusement avec des spectacles comme Blanche Neige… une Romance Éternelle, ou Disney Dance Express. Cela se confirme avec les célébrations d’Halloween pour lesquelles elle est très peu prise en compte. À partir de 1997 et durant les premières années de ces célébrations, le lieu reçoit quelques décorations sur le thème de l’automne, comme des reproductions de citrouilles ou encore quelques ronces de Maléfique s’enroulant autour des poteaux de la scène. Mais en 2011, le lieu se voit doté d’une citrouille imposante de plus de deux mètres de haut et de cinq mètres de large. Cette citrouille qui reprend les traits de la tête de Mickey est une réplique de celle qui peut être aperçue sur Main Street durant Halloween Time au Disneyland Park de Disneyland Resort, en Californie. Un changement majeur toutefois : la citrouille parisienne a les yeux bien ouverts, là où sa version américaine fait un clin d’œil.

Le lien avec le Parc californien est encore plus fort, lorsque le spectacle Mickey et sa Surprise-Partie d’Halloween est comparé à Mickey’s Trick or Treat on the Street. Ce dernier est une parade qui traverse le Disneyland Park originel et qui fait quelques arrêts. Lors de ces interruptions, les personnages montent chacun leur tour sur un piédestal au centre du char et dansent sur une musique qui leur est propre. Ainsi, Mickey et sa Surprise-Partie d'Halloween reprend allègrement ce concept de la danse. L’exemple le plus frappant étant certainement le passage avec Dingo. Ce dernier, dans la parade, porte déjà son costume de squelette et danse sur Shake your Bones, la chanson utilisée dans le spectacle français. Mickey, Minnie, Donald et Pluto portent, quant à eux, d’autres costumes et utilisent une musique différente. De même, la chanson Trick or Treat on the Street annonce l’arrivée des personnages et du char, tandis que Boo To You Goofy’s Trick Or Treat Candy Hop conclut la parade. Deux différences majeures interviennent toutefois entre la parade et le spectacle. Que cela soit devant ou derrière le char, de nombreux personnages descendent Main Street, comme Woody, Jessie, Cruella d’Enfer. Ces personnages-là sont retirés du spectacle de Paris. La deuxième différence est l’insertion des différents jeux au sein du spectacle. Même si la plupart de ceux-ci semblent être un prétexte pour faire « danser » les personnages sur scène, il est indéniable que le jeu « Bat! Bat! Where is the Bat? » a lui un objectif différent : celui d’interagir directement avec les spectateurs.

Si Dingo garde son costume de squelette dans Mickey et sa Surprise-Partie d’Halloween, Donald porte, lui, un costume de diablotin rouge avec des cornes qu’il arborait déjà dans Les Méchants Disney font leur Halloween Show. Mickey, lui, adopte un costume violet et orange, aux couleurs de l’automne. Présente dans Les Méchants Disney font leur Halloween Show, Minnie change, pour sa part de tenue pour devenir une belle Vampirella, toute vêtue d’orange. La provenance de ce nom pose toutefois question. Vampirella étant l’héroine sexy d’un comics book américain, créé par Forrest J. Ackerman. Elle est en effet une vampire de la planète Drakulon qui arrive sur Terre et décide d’éliminer le démon qui y règne. Étrange référence pour un spectacle Disney ! Mais le costume de Minnie répond parfaitement à celui de Mickey qui reprend les traits vestimentaires d’un certain comte Dracula, ce personnage de légende issu de l’oeuvre de Bram Stocker, vampire rusé vivant en Transylvanie. Ses traits, son habillement et ses pouvoirs en ont fait l’archétype du vampire dans la culture populaire depuis la sortie du livre au XIXe siècle. À ces quatre personnes, viennent s’ajouter une Daisy sorcière, parée d’un costume et d’un chapeau orange, un Tic et un Tac habillés d’un drap blanc et d’un masque recouvrant leurs yeux pour les grimer en fantômes.

Mickey et sa Surprise-Partie d’Halloween se démarque aussi des autres productions halloweenesques proposées par le Parc Disneyland sur un point précis : l’interactivité du spectacle présenté. Avec cette surprise-partie, l’objectif est, en effet, de créer un spectacle immersif, durant lequel le public est invité à participer en dansant ou en jouant avec les Personnages Disney. Les interactions insérées tout le long sous la forme de jeux successifs et autres chorégraphies sur des musiques entraînantes sont, en réalité, les vrais atouts du show, contrebalançant la pauvreté de sa narration. La simplicité des jeux proposés par chaque personnage sur scène rend aussi cette communion plus facile. Que cela soit les danses de Minnie ou de Dingo, ou le cache-cache de la chauve-souris, le spectateur peut, en effet, très vite s’intégrer dans cette fête inédite.

Si les jeux sont les éléments fondateurs de cette animation, des points négatifs sont cependant à leur concéder. En choisissant une narration quasi inexistante pour le spectacle, les spectateurs ont l’impression de se retrouver face à une succession de petits jeux, prenants mais simplistes, plus qu’à un réel spectacle avec une histoire. Le concept des jeux peut également poser problème. De par leur simplicité évidente, ils visent sans équivoque un public plus jeune, avec des enfants qui retiendront facilement une chorégraphie simple ou qui trouveront une quelconque difficulté à retrouver une chauve-souris jouant à cache-cache. La durée de chaque jeu est également un élément à prendre en compte. Ainsi le « Bat! Bat! Where is the Bat? », durant lequel quatre parties sont jouées, est une séquence très longue et répétitive. Mise à part la vitesse qui évolue un tant soit peu entre les prises, il n’y a pas de changements majeurs et la difficulté semble rester la même. De fait, le public le plus adulte peut se lasser plus facilement d’une telle séquence dans le spectacle. Enfin, le rythme général de cette célébration en est considérablement impacté. Alors que le spectacle est relativement court - une vingtaine de minutes - il paraît relativement lent tant il est répétitif et scénaristiquement pauvre.

Nouveauté de la saison d’Halloween 2011, Mickey et sa Surprise-Partie d’Halloween a aussi la tâche de faire oublier Halloweenland qui disparaît cette année-là. Véritable tradition des célébrations de cette saison, Halloweenland était la transformation de Frontierland en véritable Land consacré aux citrouilles et aux hommes-citrouilles. Les spectacles et certaines célébrations de saison y étaient alors représentés. Pour compenser ce changement de scénographie, le retrait des scènes de Halloweenland qui reviennent toutefois dès 2012, Disneyland Paris met les petits plats dans les grands en proposant une décoration de la scène du Théâtre du Château conséquente et reprenant certaines des décorations utilisées les années précédentes dans Frontierland. Les ronces, mais surtout les citrouilles disposées sur la scène font ainsi penser à la décoration de Cottonwood Creek Ranch durant les Festivals Halloween Disney précédents. L’élément central, et de poids, est sans aucun doute cette immense citrouille en forme de Mickey qui peut s’illuminer de l’intérieur, en synergie avec le spectacle Mickey et sa Surprise-Partie d’Halloween. Du spectacle, il est à noter la cohabitation bien dosée des deux langues principales que sont l’anglais et le français. Les informations sont ainsi données une première fois dans une des langues par l’un des personnages, puis répétées dans l’autre langue par un autre intervenant. Mais ce « doublon » de répliques n’est pas problématique et l’intérêt du spectateur reste intact durant le spectacle.

Si le show a la lourde tâche de remplacer dans une certaine mesure Halloweenland, il y réussit relativement bien. Les plus jeunes trouvent leur compte et participent volontiers aux danses, comme aux jeux et n’hésitent pas à se ruer sur le point crucial du spectacle : la fameuse distribution de bonbons à la toute fin. Ce n’est dès lors pas une surprise de voir le spectacle renouvelé pour le Festival Halloween Disney de 2012. Même concept, mêmes Personnages avec les mêmes costumes, Disneyland Paris ne change pas une recette qui marche pour cette seconde édition. La seule différence qui peut être faite entre la version de de 2011 et celle de 2012 est l’entrée des différents Personnages. En 2011, les épouvantails, puis Mickey et ses amis, montaient sur la scène par le devant après avoir salué les spectateurs. Ce n’est plus le cas en 2012. Tous les intervenants entrent sur scène par l’arrière et l’interaction première avec les visiteurs n’existe plus.

S’intégrant parfaitement au sein du Festival Halloween Disney, Mickey et sa Surprise-Partie d’Halloween offre une animation colorée, amusante et rythmée portée par un hôte prestigieux aidé de ses amis. Par un décor impressionnant et de somptueux costumes, le spectacle propose, en outre, une interactivité qui ravit le plus jeune public. Seules la lenteur de certaines séquences et la simplicité des jeux peuvent en détourner une partie du public plus adulte n'y trouvant qu’un seul et unique niveau de lecture.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.