Clones
L'affiche du film
Titre original :
Surrogates
Production :
Touchstone Pictures
Date de sortie USA :
Le 25 septembre 2009
Genre :
Science-fiction
Réalisation :
Jonathan Mostow
Musique :
Richard Marvin
Durée :
90 minutes

Le synopsis

Sur terre, la physiologie de la société a radicalement changé depuis que la technologie des clones s'est propagée partout. Désormais, tout un chacun reste confiné chez lui et vit son existence au travers du filtre d'un double technique parfait. Tout est sous contrôle et l'humanité vit paisiblement. Un crime d'un nouveau genre vient pourtant chambouler toutes ces belles certitudes. Un clone est, en effet, assassiné en pleine rue et à travers lui, l'humain qui le télécommandait.

Deux agents du FBI sont immédiatement saisis de cette épineuse affaire qui, si elle devait se répéter, remettrait en cause tout l'équilibre de la nouvelle société...

La critique

rédigée par
★★

Ambitieux : Clones est à l'évidence -sur le papier du moins- un film au propos ambitieux. Basé sur un scénario d'une richesse incroyable avec un panel de possibilités enthousiasmantes, il s'inscrit, en effet, dans la lignée des films de science-fiction anticipative dont le récit s'appuie sur l'avènement d'une technologie bouleversant radicalement le mode de vie des hommes et dont les ramifications produisent des ratés susceptibles de nuire à l'humanité toute entière. Les robots omniprésents se détournent de leur mission première (à la suite d'un bogue ou par malveillance) et se doivent d'être contrés. Minority Report et I-Robot sont ainsi les plus beaux exemples du genre. Le premier a atteint le rang envié de film culte grâce au talent (décidément irrésistible) de son réalisateur, Steven Spielberg, et à la qualité du scénario adapté de la nouvelle éponyme de Philip K. Dick, célèbre auteur américain de SF. Le second, moins réputé mais tout autant méritant, se base lui sur le maître de la science-fiction américaine, Isaac Asimov.

Clones s'appuie, pour sa part, sur l'adaptation du comic book Surrogates (le titre original du film), créé par Robert Venditti et Brett Weldele. Alors qu'il débarque sur les écrans, un second volume atterrit d'ailleurs chez les libraires (Surrogates : Flesh and Bone) et s'emploie à retracer les évènements antérieurs au premier tome.
La réalisation du long-métrage est, elle, confiée à Jonathan Mostow, connu dans le genre pour son travail sur Terminator 3 : Le Soulèvement des Machines. Il livre ici, et comme à son habitude, des scènes d'action très efficaces et bien filmées. En revanche, certains de ses choix artistiques sont plus que discutables. Les engins motorisés, par exemple, détonnent trop par rapport à l'environnement. Alors même que les extérieurs sont, somme toute, très futuristes, les engins motorisés pêchent, il est vrai, par un manque d'imagination criant. Voitures, hélicoptères, motos ont ainsi l'air de sortir du concessionnaire du coin alors même que tout le reste a fait un puissant bon technologique. Est-ce à dire que l'industrie automobile serait, dans le futur, la seule à n'avoir pas fait sa révolution ? Juste pas crédible ! Sur ce registre, Jonathan Mostow aurait sans doute été mieux inspiré s'il avait concentré ses efforts sur les intérieurs, jouant sur une atmosphère plus angoissante et moins clinquante.

Le même reproche peut d'ailleurs être fait sur le traitement de la déshumanisation des clonés. Le sujet est juste effleuré alors qu'il y aurait gagné à être traité en profondeur. Robert Venditti et Brett Weldele ne sont visiblement pas du rang d'un Isaac Asimov, qui, dans Face aux Feux du Soleil, analyse le thème avec la rigoureuse finesse qui caractérise son œuvre tout entière. Ici, la psychologie des personnages est accessoire et jamais le spectateur n'est invité à s'y attarder. Aucun intervenant n'a droit à un traitement digne de ce nom : le docteur Lionel Canter, l'inventeur des Clones ; le Prophète, l'opposant politique ; Maggie Greer, la femme du héros, et même ce dernier Tom Greer ou son acolyte Peters se contentent de passer dans le film avec plus ou moins de bonheur. Quant aux personnages secondaires, ils sont aux abonnés absents tant ils sont transparents...

Difficile, pour les acteurs, de briller dans ces conditions ! Bruce Willis est d'ailleurs le seul de tous à livrer une prestation honorable. A une nuance près : à trop vouloir bien faire, il arrive à jouer faux. Il faut dire qu'il n'est pas aidé par les scénaristes qui l'obligent, une fois de plus, à camper un flic maltraité professionnellement, blessé dans sa vie familiale par un drame (la perte de son fils, bien sûr, unique !) à l'origine de l'anéantissement de son couple. Un deal vu, revu et maintes fois digéré !!! Partant de là, tous ses contacts avec les autres personnages donnent dans le téléphoné à tout crin. Clones s'enfonce alors dans le pathétique absolu.

Avec un budget avoisinant les 80 millions de dollars, le film est un échec retentissant au box-office mondial. Il ne rapporte ainsi que 38 millions aux Etats-Unis et 122 dans le reste du monde. Un véritable flop ! Seule la France lui accorde un succès d'estime, frôlant le million de spectateurs. Un score acceptable pour le long-métrage tant la science-fiction n'est pas un genre très en vogue dans l'hexagone. Le prévisible échec de Clones a, par ailleurs, une répercussion dans l'organigramme de la Walt Disney Company tout entière : il précipite, en effet, un peu plus le départ de Dick Cook, alors responsable des studios de la firme. L'ayant initié, il quitte ses fonctions une semaine seulement avant sa sortie américaine...

Décevant en tout points, ne tenant aucune de ses (pourtant nombreuses) promesses, Clones est un film raté, surfait et ennuyeux...

L'édition vidéo

Jaquette Clones
Jaquette Clones
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2010
Zone 2 Simple 2010
Editions Blu-ray Disc
Zone A Simple 2010
Zone B Simple 2010