Dossiers » Films d'Animation » Évènements Presse
Films d'Animation » Évènements Presse

Cars 3
Rencontre avec les Voix Françaises

L'article

rédigé par
Publié le 28 juin 2017

Cars 3 est le dix-huitième long-métrage d'animation de Pixar et propose de retrouver une nouvelle fois les célèbres voitures, onze ans après le premier épisode et six après le second. Dans le cadre de sa promotion, une conférence de presse avec les voix françaises du film a été organisée au Centre International de Karting d'Angerville, dans l'Essonne, en association avec Racing Kart Organisation (RKO). Ainsi, sont présents Guillaume Canet (Flash McQueen), Alice Pol (Cruz Ramirez), Cécile de France (Sally), Nicolas Duvauchelle (Jackson Storm) accompagnés de Boualem Lamhene, le superviseur artistique du doublage français. Après la conférence, les journalistes et intervenants sont invités à s'amuser ensemble en s'essayant au kart sur le circuit mis à leur disposition, l'occasion pour certains de découvrir les joies de la course automobile.

Boualem Lamhene commence par inviter chacun à évoquer sa réaction le jour où il a été appelé pour participer à la version française de Cars 3. Cécile de France se souvient avoir été ravie de cette opportunité de retrouver le personnage de Sally. Au téléphone, il lui a été dit que le personnage n'aurait que très peu de répliques dans ce nouveau volet et qu'il serait bien compréhensible qu'elle refuse. Cela ne lui serait pas venu à l'esprit car elle accorde de l'importance à la continuité des films de la saga et sait combien les enfants se rendent compte d'un changement de voix sur un même personnage. Nicolas Duvauchelle a été particulièrement fier de se voir proposer le rôle de Jackson Storm, étant fan de Disney depuis sa découverte de Rox et Rouky au cinéma. Alice Pol, elle, avait toujours rêvé de faire une voix pour Disney et son agent lui a conseillé de prendre contact directement avec Boualem Lamhene, ce qu'elle a fait. Elle a indubitablement bien fait car la voilà aujourd'hui titulaire du second rôle de ce nouveau film d'animation ! Enfin, Guillaume Canet s'estime heureux de retrouver le personnage de Flash McQueen au fil de ses évolutions. Il aime beaucoup l'exercice du doublage qui lui permet de faire passer des émotions uniquement au travers de sa voix, ce qu'il trouve très libérateur, l'angoisse de l'image qu'il peut renvoyer n'ayant pas sa place ici. Plusieurs années après, il apprécie aussi de se remettre dans la peau du personnage et d'en retrouver rapidement les intonations, une fois au studio. Il est par ailleurs ravi que cette saga lui permette de travailler sur des films qu'il peut montrer à ses enfants, le reste de sa filmographie étant bien moins familial.

En studio, un directeur de plateau de Disney Character Voices s'assure que les comédiens de doublage français respectent au maximum les intentions de la version originale. Comme le rappelle Guillaume Canet, ce rôle est essentiel bien qu'il puisse être parfois frustrant pour un comédien de devoir reproduire exactement ce qui est fait en anglais tant l'envie d'y apporter une touche personnelle se fait sentir. C'est grâce aux interventions de Boualem Lamhene qu'il est souvent possible pour eux de tenter des choses différentes et particulières à la version française. Au final, le Flash McQueen de Guillaume Canet s'avère différent du Lightning McQueen d'Owen Wilson, sans qu'il y ait trahison du personnage ; la version française étant peut-être même supérieure à l'originale...

L'enregistrement des voix se fait sur une période assez courte. L'ambiance est décontractée et chaque comédien vient travailler seul ; c'est un gain de temps car s'ils venaient à plusieurs en même temps pour se donner la réplique, cela avancerait moins vite, la faute aux rigolades et discussions les uns avec les autres. Son rôle étant limité dans ce film, Cécile de France a enregistré la voix de Sally en quelques heures. Guillaume Canet a réussi à doubler les quatre cents lignes de texte de Flash McQueen en un jour et demi seulement, ce qui est particulièrement rapide.

Alors que l'un des thèmes de prédilection du film est le rapport aux nouvelles générations, Guillaume Canet indique qu'il a lui-même beaucoup apprécié étant jeune d'être soutenu par des acteurs de la génération précédente. Ainsi, il fait à son tour preuve de bienveillance envers les jeunes qui se lancent dans le métier bien qu'il soit inquiet pour eux dans le contexte actuel : celui du cinéma éphémère où tout va trop vite et qui exhorte les comédiens qui débutent à vouloir faire tout très rapidement pour exister alors même que la route est longue et qu'il convient de savoir notamment prendre le temps de choisir ses rôles. C'est pour lui tout le message de ce nouveau film : ne pas démarrer en trombe mais perdurer sur la longueur. Flash McQueen évolue particulièrement dans Cars 3 et est confronté à des situations difficiles qui lui font perdre ses repères. Privé de son mentor, distancé par la nouvelle génération, il doit apprendre à lui tendre le bras pour s'assurer que ce qu'il a toujours aimé perdure de la bonne façon après lui. Pour cela, il lui faut accepter de n'être plus aussi performant qu'avant et de se consacrer à la transmission de son savoir. Comme le dit Guillaume Canet, l'aspect final de la carrosserie de McQueen reflètera sa façon d'accepter sa différence et rend également un bel hommage à son mentor, le regretté Doc Hudson. Enfin, ce nouvel opus est aussi l'avènement de Cruz Ramirez, ce qui ravit Alice Pol qui estime très important de trouver une héroïne dans un univers aussi masculin. Pour cette raison et bien d'autres, elle serait heureuse de montrer ce film à ses enfants si elle en avait.

Mais que conduisent les comédiens français dans la vraie vie ? Guillaume Canet a une Audi, Cécile de France une voiture familiale spacieuse, Alice Pol une Golf décapotable pratique pour faire déborder ses affaires mal rangées et Nicolas Duvauchelle, lui, n'a plus le permis !
Seraient-ils à l'aise à bord d'une voiture sans pilote ? Piètre conductrice, Alice signerait tout de suite et s'y sentirait plus en sécurité que lorsque c'est elle qui est aux commandes. Nicolas ironise sur le fait que ce serait moins drôle s'il n'y avait plus jamais d'accrochages. Guillaume pense que ça peut s'avérer très pratique à condition d'attendre encore que la technologie se perfectionne ; en tout cas, il s'imagine déjà pouvoir rentrer chez lui alcoolisé sans souci de transport !

À la question de savoir si un quatrième film est en projet, l'équipe francophone ne peut apporter de réponse, n'étant pas mise au fait des projets décidés aux États-Unis. Cela ne les prive pas d'espérer que ce soit le cas, Cécile de France se plaisant à imaginer ce que ce serait pour Flash et Sally de donner naissance à des bébés voitures. Comme le rappelle Boualem Lamhene, l'avantage des différents labels de Disney sur la concurrence est que les suites ne s'enchaînent pas d'une année sur l'autre mais se réfléchissent sur la durée avec la qualité pour mot d'ordre.

Nos Réseaux Sociaux