Hope Springs
L'affiche du film
Titre original :
Hope Springs
Production :
Touchstone Pictures
Date de sortie USA :
Le 5 septembre 2003
Genre :
Comédie
Réalisation :
Mark Herman
Musique :
John Altman
Durée :
98 minutes

Le synopsis

Brisé par l'invitation au mariage de sa fiancée Vera avec un autre homme, le britannique Colin Ware décide de s'exiler aux Etats-Unis et choisit de se rendre dans la petite ville de Hope, "espoir" en français. Il y rencontre des habitants chaleureux et tous un peu déjantés, notamment la jolie Mandy avec qui il entame une liaison. Mais voilà que Vera arrive en ville... le trio amoureux peut commencer !

La critique

rédigée par
★★★

Sympathique comédie romantique, Hope Springs laisse le temps aux personnages de se rendre attachants et de servir quelques scènes savoureuses, notamment Mandy et son envie compulsive de se dévêtir lorsqu'elle est de bonne humeur.

Cette adaptation du roman New Cardiff de Charles Webb est réalisée par Mark Hermann à qui Disney doit déjà Méli-Mélo à Venise sorti en 1992 sous le label Hollywood Pictures. Il réalise ensuite deux Miramax moins légers (Les Virtuoses en 1996 et Little Voice deux ans après). Après Hope Springs, il sera le réalisateur du Garçon au Pyjama Rayé, drame sur l'Holocauste vu au travers d'un enfant de soldat allemand...

Côté casting, le spectateur retrouve Colin Firth déjà vu chez Touchstone en 1997 dans Secrets et véritable habitué de Miramax (Le Patient Anglais, Shakespeare in Love, Le Journal de Bridget Jones et sa suite et L'Importance d'Être Constant) avant d'incarner bien plus tard Fred dans le Walt Disney Pictures Le Drôle de Noël de Scrooge puis d'obtenir - chez la concurrente The Weinstein Company détenue par les créateurs de  Miramax -  en 2011, l'Oscar du Meilleur Acteur pour son rôle dans Le Discours d'un Roi. Il livre ici deux facettes de son personnage : tantôt prompt à la dépression, obnubilé par son ex-fiancée Vera, artiste tourmenté à ses heures qui, pour oublier ses soucis, se lance pour défi de croquer les visages des habitants de Hope afin d'en faire une exposition ; tantôt homme heureux qui reprend goût à la vie grâce à Mandy et s'affirme face à une Vera manipulatrice mais qui ne saura toutefois jamais le rendre indifférent.

La jolie Mandy est, elle, interprétée par une Heather Graham rayonnante. Elle sait rendre son personnage d'aide-soignante pour personnes âgées attachant et fragile tant et si bien que Colin ne peut que tomber amoureux d'elle et le public fondre avec lui !

Enfin, Minnie Driver (déjà vue chez Disney dans Tueurs à Gages, Tarzan  - où elle est la voix de Jane -, Rouge à Lèvres et Arme à Feu, Princesse Mononoké - où elle est la voix de Lady Eboshi - mais aussi dans les Miramax Will Hunting et Ella au Pays Enchanté) apporte un peu de piment à cette doucereuse aventure en campant une Vera manipulatrice mais aussi diaboliquement désirable, suffisamment en tous les cas, pour rendre solide et crédible l'histoire d'amour qu'elle vit avec Colin. Sa façon de prendre de haut tous les habitants de Hope est ainsi drôle à souhait et la propulse sans mal, à l'instar de Sharpay dans High School Musical 3 : Nos Années Lycée, au rang d'irrésistible tête à claque.

Petite comédie légère, agréable et sans aucune autre prétention que celle de divertir et faire sourire, Hope Springs est un joli film à regarder sous la couette un dimanche après-midi, entre "copines" de préférence.

L'édition vidéo

Jaquette Hope Springs
Jaquette Hope Springs
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2004
Zone 2 Simple 2005