Geronimo's Revenge
(Texas John Slaughter)

Geronimo's Revenge (Texas John Slaughter)
L'affiche du film
Titre original :
Geronimo's Revenge
Production :
Disney
Date de sortie Angleterre :
May 1964
Genre :
Western
Réalisation :
James Neilson
Harry Keller
Durée :
77 minutes

Le synopsis

Geronimo, un indien rebelle, vouant une haine sans borne à John Slaughter, veut remettre les Apaches sur le chemin de la guerre...

La critique

rédigée par
★★★

Bien décidé à surfer sur le succès de la minisérie télé Texas John Slaughter, Disney reprend, pour elle, la solution inaugurée pour la première fois avec les films Davy Crockett, Roi des Trappeurs et Davy Crockett et les Pirates de la Rivière. L'astuce consiste ainsi à monter un simple conglomérat de certains épisodes d'une série télé en un long métrage de cinéma. Ce qui avait plutôt bien marché avec le trappeur, fonctionne à merveille pour le Texas Rangers ! Et pour cause : les épisodes de la minisérie Texas John Slaughter ayant été tournée sur la même base que ceux de Davy Crockett (en couleur - bien que diffusés à la télévision en noir et blanc - et d'une durée de 45 minutes), la création d'un long-métrage avec la matière de ce feuilleton prend des airs de promenade de santé.

Geronimo's Revenge est donc un montage de deux épisodes de la minisérie, Geronimo's Revenge et End of the Trail, diffusés à la télévision américaine, respectivement les 4 mars 1960 et 29 janvier 1961. Le processus d'adaptation pour le grand écran est réduit à sa plus simple expression puisqu'il se résume à combiner les deux aventures libérées de la présentation de Walt Disney et de l'introduction en forme de redite de la semaine précédente. Quelques scènes sont tout de même supprimées, histoire faire tenir 2 fois 45 minutes dans un long-métrage d’1h17. Mais les coupes sont, ici, ni significatives, ni choquantes. Ce qui étonne beaucoup plus, c'est, à la base, le choix scénaristique de faire un saut de six épisodes dans l'adaptation cinématographique. En effet, si Stampede at Bitter Creek était la combinaison des épisodes 5 et 6 de la série, Geronimo's Revenge, censé être sa suite, est, lui, la compilation des épisodes 13 et 14 alors même que les épisodes 7 à 12 sont assurément les plus réussis de la saga. Ces derniers pêchaient sans doute par le manque d’atouts "cinématographiques", dépourvus qu'ils sont de grandes scènes d'actions, tous axés sur le contexte familial et amical du héros. Dommage, car, à l'évidence, cette situation met à mal les spectateurs ayant découvert la série via les films de cinéma : difficile, en effet, dans ces conditions de se repérer parmi les personnages, en dehors de John Slaughter lui-même. Ainsi, par exemple, aucune explication n'est donnée sur le changement de femme du héros, entre Stampede at Bitter Creek et Geronimo's Revenge !

Geronimo's Revenge est donc le quatrième film de John Slaughters à voir le jour selon le même procédé. D'abord testé sur le marché anglais en mai 1964, où la série n'est jamais passée sur le petit écran, il rencontre un réel succès commercial. Enthousiaste, Disney le distribue dans les mois qui suivent dans les salles obscures à l'international.

Issu d'une démarche purement commerciale, Geronimo's Revenge présente l'avantage de proposer à l'étranger un accès partiel à une série télé de qualité, œuvre inédite sur ce marché. Si le long-métrage reste de bonne facture, il convient toutefois de regretter que l'histoire soit maltraitée par le bon scénaristique orchestré de manière un peu trop rude...

L'édition vidéo

Le film n'est édité, à l'heure actuelle, sur aucun support.