Atta Girl, Kelly !
L'écran titre
Titre original :
Atta Girl, Kelly !
Production :
Walt Disney Television
Date de sortie USA :
Le 5 mars 1967 (première partie)
Le 12 mars 1967 (deuxième partie)
Le 19 mars 1967 (troisième partie)
Genre :
Comédie dramatique
Réalisation :
James Sheldon
Durée :
139 minutes

Le synopsis

1. K for Kelly
Emission : Walt Disney’s Wonderful World of Color
Épisode 1
Date de Sortie USA : Le 5 mars 1967
Réalisé par : James Sheldon
Durée : 50 minutes
Kelly, une jeune femelle Berger Allemand, appelée à devenir chien d’aveugle, commence sa jeune vie d'assistance dans une famille d’accueil auprès du jeune Danny...
2. Dog of Destiny
Emission : Walt Disney’s Wonderful World of Color
Épisode 2
Date de Sortie USA : Le 12 mars 1967
Réalisé par : James Sheldon
Durée : 50 minutes
Kelly débute son entrainement de chien d’aveugle sous la direction de Matt, un jeune homme débutant dans le métier d’éducateur canin...
3. Love Is Blind
Emission : Walt Disney’s Wonderful World of Color
Épisode 3
Date de Sortie USA : Le 19 mars 1967
Réalisé par : James Sheldon
Durée : 50 minutes
Kelly devient le chien d'aveugle d'un nouveau maître, Evan Clayton...

La critique

rédigée par
★★★

Atta Girl, Kelly ! est un téléfilm diffusé dans le cadre de l'émission de la chaîne américaine NBC, Walt Disney's Wonderful World of Color.

Walt Disney a toujours eu un intérêt naturel pour le règne animal et une tendresse appuyée pour l'un de ses représentants, le chien. Sa série des True-Life Adventures témoigne, en effet, superbement de sa passion pour les animaux tout comme, indirectement, le nombre incroyable de ses fictions tournant autour de compagnons à quatre pattes. Parmi eux, le chien a sans aucun doute une place de choix. Le meilleur ami de l'homme est, il est vrai, très présent dans le catalogue Disney, que cela soit en animation (avec le personnage emblématique de Pluto ou des films de légende comme La Belle et le Clochard) ou en "live", dans le format des longs-métrages (Fidèle Vagabond) ou des courts (Cow Dog).
Alors que la maladie progresse et que la mort rode, Walt Disney lance la production, au cours de l'année 1966, d’un téléfilm en trois parties sur la plus belle représentation de l'intensité de la relation entre l'homme et le chien : les chiens d’aveugle. Il trouve même les ressources nécessaires pour enregistrer une introduction pour chacune des parties. Les épisodes seront présentés à la télévision une première fois, quelques mois après sa mort, respectivement les 5, 12 et 19 mars 1967 puis rediffusés les 14, 21 et 28 mai 1972.

L’histoire commune entre les chiens et les aveugles est somme toute assez récente. Naguère, aucune structure n'existant, la plupart des non-voyants se voyait, en effet, obligée de mendier pour survivre. Ils dressaient ainsi leurs chiens de manière empirique et leur apprenaient notamment à les conduire dans des lieux fréquentés ou aux portes des maisons bourgeoises pour obtenir l'obole des passants ou habitants.
Si au XVIIIème siècle, les pensionnaires aveugles d'un hôpital parisien traversaient déjà les rues avoisinantes aidés par des chiens éduqués à cet effet, c'est au cours de la Première Guerre Mondiale qu'apparait, en Allemagne, officiellement le chien-guide d'aveugle, spécialement dressé. A la fin du conflit, la Société du Chien Sanitaire, puis le SV, l'Association de Race du Berger Allemand, sont chargées, par le gouvernement allemand de former des chiens pour les aveugles de guerre. Plusieurs centres de dressage sont ainsi créés, celui de Potsdam devenant rapidement le plus important.
Une riche héritière américaine, Dorothy Harrison Eustis, qui étudie alors le comportement canin en élevant des Bergers Allemands près de Vevey, en Suisse, a la bonne idée d'effectuer une visite de l'école de Potsdam. Enthousiasmée, elle partage son engouement en publiant une série d'articles dans des journaux outre-Atlantique. L'un d'eux, publié en 1927 par le Saturday Evening Post et intitulé "The Seeing Eye" (l'œil voyant), connait un énorme retentissement.
En 1929, Dorothy Harrison Eustis de retour aux Etats-Unis, se décide à fonder l'école du "Seeing Eye" à Nashville (Tennessee) puis à Morristown (New Jersey) qui forme actuellement 200 chiens-guides par an. En un peu plus d'un demi-siècle, le "Seeing Eye" a fourni plus de 8 000 chiens, essentiellement des Bergers Allemands. Le Labrador et le Golden-Retriever, très bien représentés aux Etats-Unis, sont également utilisés par le "Seeing Eye" et les autres écoles américaines de chiens-guides.

Aujourd'hui, l'handicap de la cécité ne fait plus peur et l'aveugle n'est plus considéré comme un paria, du moins dans les pays riches, où il est pris en charge, en principe, par la solidarité nationale. Aveugle de naissance ou par accident, tout est fait pour que le non-voyant puisse s'intégrer à la société, en ayant la plus grande liberté de mouvements possibles malgré son handicap. Le chien-guide est un des éléments de cette politique d'intégration des aveugles ; bien plus qu'un vulgaire outil, ces "yeux au bout des doigts" est avant tout le compagnon fidèle d'une vie plongée dans la nuit.

Le tournage d'Atta Girl, Kelly ! s'est déroulé pour les extérieurs dans les vrais locaux de l’association des chiens aveugles "Seeing Eye" à Morristown ; les intérieurs ayant été, eux, filmés en studio pour d'évidentes raisons de commodité.
La minisérie s'attache donc à montrer le parcours d'un chien de sa prise en charge par l'école jusqu'à son attribution à son maître définitif. Au delà de ses aptitudes naturelles pour assister un aveugle, il doit, en effet, apprendre un ensemble important de règles et de commodités qui sont autant de tours de force pour lui. Tout d'abord, il doit être de bonne composition et afficher un caractère souple et avenant. Son tempérament joue, il est vrai, beaucoup dans la réussite de sa mission ultime. Il ne doit être, par exemple, ni fugueur ni peureux. D'un autre côté, une trop grande témérité est potentiellement préjudiciable aussi bien à lui qu'à son maître. Enfin, il doit faire preuve de capacités intellectuelles suffisantes pour absorber le savoir qu'il reçoit et parvenir ainsi à assister au mieux son maître. Au-delà de ces aspects raisonnables, le cœur d'une bonne relation entre un chien d'aveugle et son propriétaire reste avant tout l'amour. Car le chien doit être capable d'aimer indifféremment tous les hommes qu'il va être amené à gérer. Et dans sa carrière, sauf incident, il en connaitra deux avant son maître définitif. Autant, à chaque rupture, pour lui, de risques de dépression ! Le premier maître du chien est, en effet, d'abord sa famille d'accueil qui lui apprend la sociabilité ainsi que les règles de base. Son second maître est son instructeur qui instaure un climat de confiance pour lui inculquer toute la technique indispensable. Enfin, le troisième et dernier maître est la personne non voyante qui est appelée à partager avec lui tout le reste de sa vie. Pour que le duo fonctionne, l'amour, le respect et de la confiance mutuelle sont donc absolument indispensables.

Atta Girl, Kelly ! retranscrit à merveille le parcours de vie d'un chien d'aveugle. Utilisant pour cela la technique de la voix off, il n'en reste pas moins une fiction pleine et entière, et non un documentaire. Divertissant et émouvant, il bénéficie à plein du capital sympathie inné de Kelly !

Superbe hommage aux chiens d'aveugle, Atta Girl, Kelly ! est une minisérie réussie à découvrir sans hésiter. Les fans ont d'ailleurs une raison supplémentaire à la visionner dans la mesure où elle constitue l'une des dernières œuvres supervisées par Walt Disney lui-même...

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

Jaquette Atta Girl, Kelly !
Jaquette Atta Girl, Kelly !
Edition DVD Video
Zone 1 Simple 2009