Super Star Wars

Super Star Wars
L'écran titre
Titre original :
Super Star Wars
Date de sortie USA :
Le 1er novembre 1992
Pegi :
Déconseillé aux moins de 7 ans
Langue :
Anglais
Type de jeu :
Plates-formes
Multijoueur :
Aucun
Développeur :
Sculptured Software
Musique :
Paul Webb
Jeux testé sur :
Super Nintendo
Également disponible sur :
Wii
PlayStation Vita
PlayStation 4

Liste des niveaux

Dune Sea
Tatooine I
Outside Sandcrawler
Inside Sandcrawler
Land of the Sand People
Land of the Banthas
Tatooine II
Mos Eisley
Cantina Fight
Escape From Mos Eisley
Death Star Hanger Bay
Rescue of the Princess
Tractor Beam Core
The Death Star

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 16 décembre 2017

Il y a quelques années, dans une galaxie pas si lointaine, Star Wars : Un Nouvel Espoir redéfinissait pour de bon les codes du space opera et de la science-fiction au cinéma. Devenu culte dès sa sortie dans les salles en 1977, le long-métrage de Georges Lucas a très rapidement attiré la convoitise des compagnies de jeux vidéo, qui voyaient alors dans cet univers si riche des possibilités techniques et vidéoludiques quasiment infinies. Alors que le jeu vidéo est en plein essor à la fin des années 70 et surtout au début des années 80, les studios cinématographiques ne mesurent pourtant pas encore le potentiel de cette véritable révolution technologique en devenir, si bien que nombre de jeux sortiront durant ces premières années en s'inspirant officieusement des plus grands succès du cinéma. C'est ainsi que, dès 1977, la première adaptation vidéoludique (non licenciée) de l'univers de Star Wars sort discrètement sur la RCA Studio II, une console très vite oubliée. Le jeu consiste alors simplement à tirer sur les vaisseaux ennemis, sur un écran noir et... c'est tout !
L'année suivante, un nouveau jeu non licencié, baptisé Star Wars sort sur l'ordinateur Apple II, et si le système et l'objectif sont les mêmes que pour le précédent titre, le tout est beaucoup plus soigné. Rebelote en 1979 avec un troisième jeu sur arcade, cette fois intitulé Star Fire, qui s'inspire lui aussi énormément de l'univers de Star Wars, au point de reprendre par exemple le design des vaisseaux chasseurs TIE !

En 1982, Lucasfilm Ltd. prend finalement conscience du potentiel énorme de l'univers vidéoludique, au point que la compagnie crée sa propre boîte d'édition et de développement : LucasArts. Pourtant, et si LucasArts commence immédiatement à éditer nombre des jeux inspirés des films cultes de sa maison-mère, dont Labyrinthe et, surtout, la saga Indiana Jones, la compagnie naissante ne commencera à proposer ses propres jeux Star Wars qu'à partir des années 1990. À cela, une raison très simple : LucasArts voit effectivement le jour en 1982 alors que les droits d'adaptation des deux premiers films Star Wars ont, quant à eux, été vendus aux compagnies vidéoludiques, dont la principale à l'époque est Atari, quelques années plus tôt ! Une quantité astronomique de jeux Star Wars sortiront dès lors durant les années 1980, et ce, sur tous les supports de l'époque, sans que LucasArts n'y participe en aucune façon. Les plus emblématiques de ces opus sont ainsi très certainement les trois jeux d'arcades, sortis entre 1983 et 1985, tous édités dans les salles par Atari.
En 1991, LucasArts récupère les droits et se lance donc officiellement dans la course en éditant un premier jeu, Star Wars, sur NES et Master System, deux consoles en fin de carrière. Les critiques reçoivent alors tièdement le titre, notamment à cause de sa difficulté extrême. L'année d'après sortira également Star Wars : The Empire Strikes Back, une adaptation de Star Wars : L'Empire Contre-Attaque, qui souffrira des mêmes problèmes que son aîné. Ces deux jeux, très imparfaits, auront tout de même le mérite d'être les premiers jeux d'aventure s'inspirant de l'univers de George Lucas à être disponible mondialement. En effet, une autre adaptation éditée par Namco, baptisée là encore sobrement Star Wars, et qui réunissait en un seul jeu (et encore une fois très mauvais !) plusieurs éléments de la première trilogie, avait déjà vu le jour en 1987 sur NES, mais se voyait réservée au seul public japonais.

C'est donc en 1992 et 1993 que sortira sur les marchés européen et nord-américain Super Star Wars, édité sur la nouvelle console de Nintendo, la Super NES. Les critiques sont alors unanimes, et les louanges quant à la qualité du jeu pleuvent. Il faut dire qu'après les semi-échecs que furent ses premiers jeux sur NES, LucasArts n'avait qu'une envie : profiter des possibilités techniques de la Super Nintendo pour offrir enfin aux joueurs une aventure digne de ce nom ! Super Star Wars est ainsi un jeu d'action « Run and Gun » (qui se traduit par « Courir et Tirer »), une catégorie qui emprunte beaucoup au genre du Beat 'em up, un type de jeu très populaire des salles d'arcade dans les années 90, et qui consistait à mettre K.O les vagues d'ennemis qui déferlaient à l'écran : Streets of Rage (édité par Sega) en est d'ailleurs probablement l'exemple le plus populaire. Le principe du Run and Gun en est donc une variante, puisqu'il s'agit cette fois pour le joueur d'avancer dans le jeu non pas en se battant à mains nus, mais en utilisant tout un arsenal d'armes à feu mis à sa disposition.

Super Star Wars se compose ainsi d'une quinzaine de niveaux, qui proposent au gamer de parcourir les lieux les plus emblématiques aperçus dans Star Wars : Un Nouvel Espoir. Les déserts de Tatooine, l'intérieur d'un véhicule Sandcrawler, la cité et la Cantina de Mos Eisley, et, évidemment, L’Étoile Noire, sont tous de la partie, chacun des niveaux proposant un environnement plus beau et détaillé que le précédent. Le joueur devra dès lors arpenter chacun des lieux tout en se défaisant des nombreux ennemis sur son passage. Le tout est évidemment entrecoupé de nombreuses cinématiques, qui reprennent les scènes clés du film, tout en expliquant au candidat néophyte les grandes lignes du scénario de Star Wars : Un Nouvel Espoir. Le fan de la saga, lui, n'aura aucun soucis à se faire, tant il sera en territoire connu, le jeu se voulant en effet le plus fidèle possible à son matériel d'origine. En plus de visiter quantité de décors aperçus dans le film, le gamer aura également à plusieurs reprises l'occasion de tester ses compétentes de pilote, en manœuvrant un Land Speeder ainsi qu'un vaisseau X-Wing. À ce titre, Super Star Wars est le tout premier jeu édité sur Super Nes à proposer un mélange entre des niveaux en vue de côté et des phases de pilotage à la troisième personne !

Fort d'une présentation parfaitement maîtrisée et ingénieuse, Super Star Wars met les petits plats dans les grands pour garantir l'immersion complète du joueur. Ainsi, dès l'apparition de l'écran-titre, le mythique thème de la saga, composé par John Williams et parfaitement restitué par la puissance de la console, se fait entendre, le gamer étant alors invité à sélectionner un niveau de difficulté : facile, courageux, ou Jedi. Une fois son choix effectué, il assiste à la reconstitution de l'ouverture des films Star Wars, devenue emblématique avec les années. Le jeu reprend alors scrupuleusement le texte introduisant le spectateur de Star Wars : Un Nouvel Espoir à la situation géo-politique du film, en le faisant peu à peu disparaître vers l'horizon. Une idée proprement géniale, appuyée par une première cinématique qui reprend, là encore, la première scène du film, dans laquelle le vaisseau de la princesse Leia est intercepté par le Destroyer de l'Empire.
Une fois cette introduction, proprement parfaite, achevée, le joueur débute sa partie au milieu de la Mer des Dunes, en incarnant Luke Skywalker. Arrivé environ à la moitié du jeu, après la bataille dans la Cantina, il aura également l'occasion de jouer avec Chewbacca ou Han Solo dans chacun des niveaux, un ajout plus qu'appréciable. Les trois personnages auront alors des caractéristiques propres : Luke pourra par exemple manier le sabre laser en plus de son arme principale, alors que Chewbacca dispose pour sa part d'une barre de vie grandement accrue, tout en faisant le sacrifice de sa vitesse et de son agilité. Han Solo, lui, est certainement le personnage le moins intéressant à incarner, car s'il est certes plus rapide que son ami Wookie, il ne dispose ni d'arme secondaire, ni de résistance supérieure à celle de Luke. Il faut toutefois noter que les deux contrebandiers et pilotes du Faucon Millenium débutent avec une arme légèrement plus puissante que celle de Luke.

Le joueur dispose donc d'une arme principale, le pistolet blaster, qu'il pourra améliorer tout au long de son périple, le plus souvent en ramassant les armes laissées par ses ennemis une fois vaincus. Cinq niveaux sont alors disponibles : le blaster d'origine qui tire des lasers, une version améliorée et plus puissante qui lance des flammes, un lance missiles à tête chercheuses, une arme dont les projectiles rebondissent sur les murs, et enfin, le plus puissant, un canon à plasma. Si les bonus permettant d'augmenter rapidement la puissance du blaster sont assez nombreux dans chaque niveau, le joueur perdant une vie sera immédiatement pénalisé en voyant son arme revenir au niveau le plus faible. Cette rétrogradation de l'arme, qui intervient souvent au pire moment, participe indéniablement à rendre Super Star Wars particulièrement difficile. En outre, certains niveaux flirtent parfois avec le concept du « Die and Retry » (littéralement, « Mourir et Réessayer »), un mécanisme de gameplay qui peut parfois se montrer terriblement frustrant. Finalement, certaines phases de plateformes, dans lesquelles le joueur doit millimètrer ses sauts tout en se débarrassant des ennemis qui l'assaillent de tous les côtés de l'écran, s'avèrent bien souvent ardues. L'absence de sauvegarde ou de mots de passe achève finalement de conférer à Super Star Wars sa réputation de jeu terriblement difficile. Il faut dès lors replacer le titre dans son contexte : au début des années 90, rares étaient en effet les opus à disposer d'un système permettant de sauver sa progression, et quantité de titres compensaient alors leur durée de jeu limitée par une difficulté particulièrement élevée. Néanmoins, une fois que le gamer maîtrisera correctement la physique du jeu et connaîtra l'emplacement des pièges disséminés ça et là, rejouer à Super Star Wars sera une sinécure.

Si le gameplay de Super Star Wars pourrait donc être perfectible, nul doute que le joueur se sentira en revanche immédiatement transporté dans l'univers de George Lucas, et ce, dès ses premières minutes de jeu. Impératif du Run and Gun, la quasi-totalité des créatures présentées dans Star Wars : Un Nouvel Espoir, tenteront ici de se dresser en travers de la route de Luke Skywalker et de ses amis. En ce sens, la première partie du film voit son scénario légèrement modifié pour s'adapter davantage à l'expérience vidéoludique. C'est ainsi que le joueur, qui incarne Luke durant tous les niveaux se déroulant sur Tatooine, se chargera d'exterminer une très large partie de la population des Jawas afin d'aller récupérer R2-D2 ! De même, les rencontres avec C-3PO et Obi-Wan Kenobi différent légèrement entre le film et le jeu. Ces différences scénaristiques ne portent toutefois nullement atteinte à l'histoire d'origine, mais sont nécessaires pour s'adapter au principe du Run and Gun qui, par essence, foisonne d'ennemis.
Les Jawas ne seront bien évidemment pas les seuls antagonistes dont Luke devra se charger, puisque toutes les créatures que le joueur rencontrera seront bien décidées à entraver sa progression : les Tuskens, les Banthas et bien évidemment les Stormtroopers seront alors de la partie. Nombre de monstres viendront en plus s'ajouter à cela, des vers des sables en passant par des rapaces, des scorpions et des robots lanceurs de missiles. En résulte dès lors un jeu terriblement dynamique, où les exposions fusent de toute part, pour le plus grand plaisir du joueur, qui n'aura guère de répits durant sa partie. La majorité des niveaux se termine en outre par des affrontements contre des boss qui, pour certains, auront déjà été aperçus ou mentionnés dans les films de la première trilogie Star Wars. Qu'il s'agisse de mettre en déroute un redoutable Sarlacc dans le désert de Tatooine, des Rats Womp ou encore des machines redoutables à la solde de l'Empire, le gamer devra systématiquement faire preuve d'adresse et de stratégie pour venir à bout de toutes ces créatures.

En plus de retrouver ses personnages et créatures préférés dans Super Star Wars, le joueur pourra également profiter des superbes musiques de John Williams, dans des versions réarrangées par Paul Webb, qui signe ici la partition du titre en tirant pleinement partie de la puissance de la console 16-bits. S'il est à déplorer que les musiques soient si peu nombreuses, il est pourtant certain que le gamer prendra toujours un immense plaisir à les écouter, tout particulièrement le thème accompagnant le niveau de la bataille de la Cantina, qui est un véritable chef-d’œuvre en la matière. La direction artistique de Super Star Wars est d'ailleurs très certainement sa principale force ! À la musique et aux décors et graphismes magnifiques pour l'époque s'ajoutent ainsi un travail de qualité sur les bruitages, que ce soit ceux des explosions, des tirs lasers, des cris des ennemis et des grognements de Chewbacca. Cerise sur le gâteau, quelques voix pourront même être entendues, admirablement digitalisées, chose plutôt rare pour un jeu du début des années 90 ! Le gamer ne se lassera ainsi certainement pas d'entendre Obi-Wan Kenobi lui dire « Use the Force, Luke ! », pendant qu'il se débat à coups de sabre laser contre des ennemis par dizaines.

Outre les quelques difficultés amenées par un gameplay un peu capricieux, il manque véritablement à Super Star Wars deux éléments pour en faire un jeu véritablement parfait : le premier est ainsi la possibilité d'incarner Leia Organa dans au moins un niveau, ne serait-ce que dans les couloirs de l'Étoile Noire, alors qu'il était possible de combattre avec la princesse dans le jeu sorti l'année précédente sur NES. Ensuite, et c'est sans doute là l'élément le plus préjudiciable, le joueur trouvera certainement dommage d'être privé d'un combat épique entre Obi-Wan Kenoby et Dark Vador. Car si, là encore, les deux jeux précédemment sortis sur NES, le premier au Japon en 1987 et le second mondialement en 1991, permettaient à Luke d'affronter le Seigneur Sith en prenant des libertés quant au scénario de Star Wars : Un Nouvel Espoir, Super Star Wars expédie pour sa part le duel en une seule toute petite cinématique. Le joueur trouvera cependant rapidement consolation dans le dernier niveau du jeu, The Death Star. Se déroulant en deux temps, le gamer devra d'abord y piloter un X-Wing pour détruire un maximum de tourelles et de vaisseaux TIE à la surface de l'Étoile Noire avant de s’engouffrer dans ses tranchées, pour tirer ses torpilles au moment opportun, exactement comme dans le film. Un vrai concentré d'adrénaline pour le joueur !

Dès sa sortie, à l'hiver 1992, le jeu est auréolé par le succès. Super Star Wars est d'ailleurs si bien reçu par le public que deux suites seront immédiatement développées pour la Super Nes, Super Star Wars: The Empire Strikes Back en 1993 et Super Star Wars: Return of the Jedi l'année suivante, respectivement basées sur les deuxième et troisième films de la trilogie originale. Le magazine Electronic Gaming Monthly, l'une des références de la presse écrite consacrée au jeu vidéo à une époque où internet en était encore à ses balbutiements, sacrera Super Star Wars meilleur jeu d'action/aventure de l'année, en même temps qu'elle lui décernera le titre de meilleur adaptation vidéoludique d'un film en 1992.
Le jeu, devenu culte avec le temps, n'a pas pris une ride. Pour preuve, Nintendo le ressort dans sa version originale le 10 août 2009, sur la console virtuelle de la Wii. Plus récemment encore, Super Star Wars est proposé en version dématérialisée sur le PlayStation Store depuis le 17 novembre 2015, dans des versions compatibles avec la PlayStation 4 et la PlayStation Vita. Ce portage a d’ailleurs ceci d’intéressant qu'il propose au joueur des options de sauvegarde, un tableau des scores et un système de trophées, en même temps qu'une prise en main améliorée grâce aux manettes contemporaines. Il était également possible de se procurer le titre comme bonus à l'achat de certains packs de Star Wars : Battlefront sur PlayStation 4 démontrant là encore que Super Star Wars est véritablement l'un des jeux majeurs des studios LucasArts.

Malgré plusieurs problèmes de gameplay qui desservent quelque peu le titre, Super Star Wars est donc devenu au fil des années un véritable jeu culte, qui mérite largement sa place au panthéon des meilleurs opus du débuts des années 90. Premier grand succès pour LucasArts et tour de force artistique sur tous les points, le titre propose en outre un système de score correspondant au nombre d'ennemis achevés durant la partie, augmentant de facto sa rejouabilité. Le gamer devra cependant faire preuve de patience - ou utiliser la Force ! -, pour venir à bout du titre une première fois, pour ensuite s'amuser véritablement à augmenter son score d'une partie à l'autre, avec un plaisir sans cesse renouvelé !

Les Plus
• L'une des premières vraies aventures épiques dans l'univers de Star Wars
• Une rejouabilité plus qu'appréciable
• Une direction artistique absolument parfaite
• Les ennemis très diversifiés et les combats de boss, souvent stratégiques
Les Moins
• Une difficulté frustrante durant les premières parties
• L'impossibilité d'incarner Leia ou Obi-Wan Kenobi
• Des sauts parfois un peu hasardeux

Poursuivez votre visite

Nos Réseaux Sociaux