Liberty Arcade
Vue d'ensemble
Date d'ouverture :
Le 12 avril 1992
Type d'attraction :
Parcours scénique à pied
Crédit Photos :
Durée :
20 minutes
(selon l’allure souhaitée)

Le synopsis

Le long de Main Street, U.S.A., la superbe galerie couverte Liberty Arcade propose aux visiteurs une exposition exceptionnelle consacrée à la célèbre Statue de la Liberté.

L'expérience

Dans la jolie petite ville de Main Street, U.S.A., un événement spécial a été organisé afin d’inciter les visiteurs à s’attarder : une exposition permanente consacrée à la construction, l’inauguration et le symbolisme de la Statue de la Liberté de New York, l’icône américaine par excellence. L’histoire de ce monument a ainsi été retracée le long de Liberty Arcade, l’élégante galerie couverte qui s’étend parallèlement à la rue principale, et qui permet d’ailleurs d’accéder à certaines boutiques et restaurants du centre-ville.

Tout au long de la galerie, des lampes à gaz couronnant des colonnes de bronze teinté de vert-de-gris diffusent une lumière tamisée. Leur couleur est un hommage à la patine cuivrée de la Statue de la Liberté, dont la couleur originale a été modifiée par l’oxydation au fil des années. Chaque colonne est d'ailleurs ornée de la tête de Dame Liberté, ponctuant ainsi le thème central de l’exposition dont les habitants de la petite bourgade américaine sont si fiers. Des centaines d’ampoules électriques situées sur les arches du plafond participent à la mise en valeur des sculptures en fer forgé et accentuent le caractère événementiel de cet endroit unique en son genre. Il y a d’ailleurs treize arches en tout, faisant écho aux treize États fondateurs qui étaient d'anciennes colonies britanniques et qui se sont opposées à la Couronne en signant la Déclaration d'indépendance, pour former les États-Unis d'Amérique.

Pour accéder à Liberty Arcade, plusieurs entrées ont été aménagées : la première se trouve à gauche de Town Square, pour les visiteurs arrivant de la gare ou tous ceux de passage en ville résidant à l’hôtel ; la deuxième est située au fond de Flower Street, et débouche sur Liberty Court ; enfin, la dernière, signalée par un panneau vertical surmontée d’une reproduction de la Statue de la Liberté, est accessible depuis Crockett Road, vers Central Plaza.

Ces trois entrées font écho aux trois parties en lesquelles Liberty Arcade est divisée. La première est une exposition consacrée à la fabrication de la Statue de la Liberté telle qu’elle a été conçue par le sculpteur Frédéric Auguste Bartholdi et l’ingénieur français Gustave Eiffel. Des vitrines ont été installées le long du mur afin de présenter l’évolution de la construction. La première vitrine porte ainsi le titre de (1865-1871) Le Rêve de Bartholdi – Naissance de Dame Liberté. Elle est dédiée notamment à Édouard-René de Laboulaye, le sénateur français de la IIIème République qui a eu l’idée d’offrir aux États-Unis un monument pour commémorer le centenaire de l'indépendance américaine, que la France avait soutenue. Pour concrétiser l’amitié franco-américaine, c’est le sculpteur Bartholdi qui est choisi, et qui s’embarque pour les États-Unis afin de présenter son projet. Dans la vitrine, se trouvent ainsi les matériaux qui ont été utilisés lors de la construction, ainsi que les outils de sculpture, un portrait de la femme ayant servi de modèle pour le visage de la statue, et d’autres détails techniques cruciaux pour tout savoir sur celle qui apporte la lumière aux peuples.

Dans la deuxième vitrine intitulée (1875-1879) Le Grand Projet - Construction de Dame Liberté, un texte explicatif donne plus de détails sur les étapes de la construction de la maquette ainsi que la répartition des tâches : la statue étant construite en France, tandis que le socle est à la charge des États-Unis. Des clichés de l’assemblage des différentes parties de la statue, du haut de son buste à la fameuse torche qui la rend si emblématique, se trouvent ainsi dans la vitrine. Cette main tenant la torche est d’ailleurs l’une des premières parties de la statue à être exposée au grand public en 1876, ainsi que le précise le panneau. Une maquette miniature de la structure d’acier de la Statue de la Liberté est également exposée, ainsi qu’une portion de feuille de cuivre du monument : ce matériau montre que l’épaisseur de la Statue de la Liberté ne dépasse pas celle d’une pièce d’un centime ! Un tableau jouxte cette vitrine, dévoilant le chantier et la construction de cette dame collassale.

Une troisième vitrine, (1877-1886) Un Cadeau du Peuple - Dame Liberté devient Réalité, présente la dernière étape de la construction et de l’installation de la Statue de la Liberté à New York. La maquette du socle y est notamment présentée, accompagnée de textes racontant la collecte de fonds réalisée aux États-Unis afin de permettre la construction de ce monumental piédestal. C’est en 1886 que Dame Liberté est officiellement inaugurée par le Président Grover Cleveland, en présence d’un million de spectateurs venus à pied ou même en bateau. Un article de journal de l’époque relatant l’événement est, pour l'occasion, placardé dans la vitrine.

Derrière la troisième vitrine, peu avant d’atteindre le centre de Liberty Arcade, un joli comptoir avec un toit en vitrail a été installé pour proposer aux visiteurs des objets artisanaux en cristal, à la fois élégants et intemporels : bijoux, vaisselle, sculptures… Entre deux vitrines, les touristes explorant l’exposition peuvent ainsi faire une pause bienvenue pour éventuellement y acheter des souvenirs de leur séjour à Main Street, U.S.A.

La partie centrale de Liberty Arcade, quant à elle, est une rotonde, dont la forme hexagonale rappelle la forme géographique de la France. Appelée Liberty Court, son entrée située au 1450, Flower Street révèle un message accueillant sur une portion de métal doré : « VISITEZ DAME LIBERTÉ, Ce Cadeau Magnifique Offert Par le Peuple Français. REVIVEZ Son Incroyable Entrée Dans le Port de New York LE 28 OCTOBRE 1886. REDÉCOUVREZ La Beauté De Son Message De LIBERTÉ. ». Le même message est également traduit en anglais, appuyant à nouveau le thème de l’amitié franco-américaine : « SEE LADY LIBERTY, America's Magnificent Gift From the people of France. RE-LIVE The Breathtaking Spectacle of her Debut In New York Harbor ON OCTOBER 28, 1886. DISCOVER Her Eloquent Message Of FREEDOM. ». En levant les yeux, les visiteurs peuvent même apercevoir un superbe vitrail surplombant l’entrée de Liberty Court et représentant la Statue de la Liberté.

De l’extérieur, les lignes architecturales de Liberty Court rappellent celles de l’Independence Hall de Philadelphie, reconnaissable à son style géorgien ainsi qu’à sa toiture surmontée d’un clocher : c’est là qu’a été signée la Déclaration d’Indépendance des États-Unis en 1776, avec le soutien de la France notamment. De majestueux drapeaux américains à 45 étoiles et 13 bandes flottent dès lors majestueusement au-dessus de Liberty Arcade, ajoutant de l’emphase sur son caractère national et faisant écho à l'époque de l'inauguration de la Statue de la Liberté.

À l’intérieur, la rotonde de Liberty Court est ornée de drapeaux américains et de drapeaux français. Ainsi, cette pièce aux couleurs bleu, blanc et rouge est entièrement consacrée à l’inauguration de la symbolique statue. Même la mosaïque au sol permet aux visiteurs une immersion dans cette inauguration, car elle représente l’Upper Bay où baignent Ellis Island et Liberty Island, qui accueille la Statue de la Liberté. Aux murs, des publicités célèbrent l’arrivée de la Statue de la Liberté à New York, vantant notamment avec humour son apparence très parisienne et la surnommant « The First Lady », le titre habituellement donné à la femme du Président des États-Unis. Une autre publicité encourage à voir de plus près la torche de la Statue de la Liberté, qui culmine à environ 90 mètres au-dessus du port de New York. Une autre, enfin, évoque les feux d’artifices tirés depuis la rive et les bateaux, qui ont célébré cette inauguration et illuminé la Statue de la Liberté de mille lumières, lui conférant une dimension résolument festive et moderne.

Cette consécration de l’amitié franco-américaine est également symbolisée par un superbe tableau ornant un mur entier : Statue of Liberty Tableau, représentant Dame Liberté ou, ainsi que l’artiste la désigne, « le colosse de fer et de cuivre ». Sa date d’inauguration, le 28 octobre 1886, est mise en avant sur ce tableau. Les badauds les plus curieux, en s’approchant, verront qu’un passage se trouve derrière les grandes tentures rouges… Un texte écrit au mur annonce : « Step back in Time & Relive the Grand Spectacle - See the dedication of France's Gift to America - Auguste Bartholdi's famous statue of Liberty Enlightening the World as it happened in New York harbor on October 28, 1886. Join the cheers as 100,000 New Yorkers and 1,000,000 French citizens. ». Les visiteurs empruntant ce passage remontent, en effet, le temps et se retrouvent sur l’un des bateaux sur l’Hudson River, parmi la foule de spectateurs venus assister à l’inauguration. Les dialogues savoureux des spectateurs de cette cérémonie font écho aux informations exposées dans les vitrines du début de Liberty Arcade, ponctuant ainsi de manière ludique le savoir distillé pendant l’exposition. Cette animation est complétée par la diffusion du discours officiel du président américain Grover Cleveland, puis par la foule entonnant le célèbre hymne national français, La Marseillaise.

La troisième partie de Liberty Arcade, enfin, présente la Statue de la Liberté en tant que symbole international. Dans la quatrième vitrine, (1892-1956) Le Nouveau Colosse - La Liberté pour les Immigrants, sont exposés des photographies en noir-et-blanc représentant des familles, une valise ouverte remplie de quelques vêtements, des chaussures, un chapeau… Ces objets représentent les affaires des premiers émigrés européens ayant traversé l’Atlantique pour s’installer aux États-Unis. La Statue de la Liberté est ainsi devenue un symbole mondial de liberté et d’espoir, car elle fut pendant des années le premier visage que les immigrés voyaient en arrivant dans le port de New York. Un petit texte orné de l’année 1907 explique d'ailleurs qu’il s’agit là de l’année record au cours de laquelle un million d’immigrés sont arrivés aux États-Unis après leur passage obligatoire par Ellis Island. Une photo représentant le centre d’immigration d’Ellis Island appuie ces textes.

La cinquième vitrine, (1916-1965) La Liberté Éclaire le Monde - Dame Liberté, un symbole pour le monde entier, présente les premiers changements apportés à la Statue de la Liberté : l’installation du système d’illumination, les premiers travaux de rénovation, et surtout, l’officialisation de Dame Liberté comme monument historique en 1924, à peine 40 ans après son inauguration. La vitrine contient également des objets, notamment de collection, représentant la Statue de la Liberté : une assiette en porcelaine, une petite statue, un magazine d’époque… Autant de preuves que ce monument est aujourd’hui un symbole mondial, devenu incontournable !

Enfin, la sixième et dernière vitrine, (1981-1986) Renaissance de Dame Liberté - Restauration pour les cent ans de Dame Liberté, est consacrée au centenaire du monument sous l’égide du président américain Ronald Reagan notamment. Des clichés des travaux de rénovation sont exposés, montrant ainsi les échafaudages et le remplacement du premier flambeau par un nouveau modèle plus fidèle aux premiers dessins de Bartholdi. Le dernier panneau conclut l’exposition avec la cérémonie du centenaire célébrée le 28 octobre 1986, cent ans après l’inauguration de Dame Liberté.

Après avoir admiré Liberty Arcade, les passants émergent alors au bout de la rue principale sur Central Plaza et peuvent retourner flâner sur Main Street, U.S.A. en gardant cet esprit de liberté insufflé par l’une des plus grandes dames - au sens propre comme au figuré - témoin d’une amitié outre-Atlantique immuable et indéfectible.

La critique

rédigée par
Publiée le 23 mars 2019

La conception de Disneyland Paris au cœur de la France, bien qu’inspirée par ses prédécesseurs américains, n’est pas exempte de détails et d’attractions qui lui sont propres, et Main Street, U.S.A. ne déroge pas à la règle : cette version parisienne du Parc Disneyland a, en effet, la particularité de proposer deux arcades parallèles à la rue principale : Liberty Arcade et Discovery Arcade.

Si ces deux arcades ont été ajoutées aux plans du Resort européen, c’est d’abord pour des considérations météorologiques : lorsque les Imaginieurs travaillaient au développement du Parc Disneyland, ils ont dû prendre en compte le climat d’Île-de-France, plus tempéré et surtout, plus sujet aux intempéries que ceux de Californie ou encore de Floride. Le même problème avait d'ailleurs également été invoqué à Tokyo Disneyland, et la solution trouvée dans le Resort japonais fut de construire un toit pour couvrir intégralement World Bazaar. En apprenant le goût prononcé des Européens, et notamment des Français, pour les galeries couvertes, il est finalement décidé d’utiliser un tiers du budget prévu à l'origine pour un toit à la tokyoïte pour la création plus raisonnable de Liberty Arcade et Discovery Arcade sur chaque côté du Land ; l’argent non dépensé étant ainsi réattribué à la décoration de l’intérieur des restaurants et autres boutiques de Main Street, U.S.A. Il s’agit donc d’un choix à la fois judicieux, esthétique et économique, qui offre aux visiteurs du Parc Disneyland l'opportunité d’une balade en intérieur ou en extérieur.

Liberty Arcade, tout comme Discovery Arcade, ont donc été construites pour fournir au public des passages couverts permettant de traverser Main Street, U.S.A. au chaud et au sec. Elles permettent également de réguler le flot des visiteurs en décongestionnant la rue principale à l'ouverture et à la fermeture du Parc Disneyland. Mais Liberty Arcade possède une particularité : elle fait partie intégrante d’un réseau de chemins couverts permettant de traverser le Parc Disneyland dans toute sa longueur ! En sortant de Liberty Arcade, il est, en effet, possible d’emprunter Crockett’s Road menant à Fort Comstock, puis de prendre la direction d’Adventureland Bazaar avant d’arriver au Petit Pont Alpin, à cheval entre Adventureland et Fantasyland, au niveau du restaurant Au Chalet de la Marionnette. Ainsi, les visiteurs peuvent aller jusqu’aux attractions Pirates of the Caribbean et Peter Pan’s Flight à l'abris de la pluie ! 

Le design de Liberty Arcade et Discovery Arcade vient directement des premières idées de Walt Disney pour Disneyland à Anaheim : il avait en fait déjà imaginé construire des rues adjacentes à Main Street, U.S.A., et leur avait même donné les noms de Liberty Street et Edison Square, faisant référence à des thèmes forts des États-Unis : la liberté et le progrès. Si ces passages n’ont jamais été construits dans les Resorts américains, leur concept a finalement été une vraie inspiration pour Liberty Arcade et Discovery Arcade à Disneyland Paris.

L’ambiance musicale de Liberty Arcade et Discovery Arcade diffère du reste de Main Street, U.S.A., car la musique qui y est diffusée est un ensemble de compositions ragtimes de Scott Joplin, célèbre pianiste Afro-Américain contemporain de l’époque dans laquelle Main Street, U.S.A. se situe, ainsi que de l’inauguration de la Statue de la Liberté. Ces partitions sont interprétées par Gunther Schuller et le New England Ragtime Ensemble ; Schuller étant en outre un musicien né à New York en 1925, de parents allemands ayant immigré aux États-Unis, selon un destin correspondant parfaitement à l’un des thèmes de Liberty Arcade !

Située sur la gauche de l'entrée du Parc, Liberty Arcade s'étend logiquement tout le long de Main Street, U.S.A., de Town Square à Central Plaza. Elle est aussi accessible depuis Flower Street, par l’entrée disponible juste à côté de Dapper Dan's Hair Cuts. Cette galerie couverte permet aussi d’accéder à certaines boutiques du Land, telles qu’Emporium et Disney & Co, ainsi qu’au restaurant Casey's Corner. Des toilettes se trouvent également vers le centre de l’arcade.

Mais rien à Disneyland Paris n’est laissé au hasard ou a une fonction purement utilitaire : les deux arcades, loin de n’être que de simples passages abritant les visiteurs, sont également des symboles forts et précisément Liberty Arcade, qui par sa thématisation autour de la Statue de la Liberté, représente l’amitié franco-américaine, faisant écho à la nationalité du Parc Disneyland ainsi qu’à son emplacement au cœur de la France.

Liberty Arcade est donc plus qu’une simple arcade : elle est une véritable attraction de type parcours scénique à pied, prenant la forme d'une galerie couverte parallèle à Main Street, U.S.A. Sa construction linéaire permet ainsi de raconter de manière chronologique le lien qui s'est tissé entre la France et les États-Unis à travers la Statue de la Liberté, et sa construction dès 1865. Sa décoration, pensée dans les moindres détails, rend en effet un hommage vibrant à Dame Liberté, construite en France et offerte aux États-Unis par le peuple français, en signe d’amitié entre les deux nations, pour célébrer le centenaire de la Déclaration d’indépendance américaine en 1886. Dans la salle du diorama de Liberty Court, est même diffusée un extrait de l’hymne national français, La Marseillaise. L’exposition va jusqu’à relater les rénovations apportées à Dame Liberté au cours du XXème siècle, et s’achève sur la cérémonie du centenaire de ce monument emblématique, célébré le 28 octobre 1986. Il s’agit d'ailleurs là d’un franc anachronisme par rapport à l’époque de Main Street, U.S.A., mais parfaitement assumé : de la part des concepteurs du Resort, il s’agit d’un message fort renouvelant l’amitié des Américains pour les Français, à la suite de l’installation du Parc Disneyland à quelques kilomètres de Paris.

L’architecture même de Liberty Arcade rend d'ailleurs hommage à la France, car elle s’inspire du concept de galerie couverte typiquement français, dont la première du genre a été créée à Paris, au XVIIIème siècle, non loin du Palais Royal. Cette arcade, comme sa sœur Discovery Arcade, est ainsi unique au sein des différents Resorts du monde : certes, un passage couvert similaire existe à Tokyo Disneyland, mais il comporte quelques différences notables. D’abord, Tokyo Disneyland ne comporte pas d’arcades, mais un plafond à verrière de style victorien qui recouvre entièrement la rue principale du Parc japonais, appelée World Bazaar au lieu de Main Street, U.S.A. De plus, il n’a pas la même vocation pédagogique que Liberty Arcade, pensée comme une véritable exposition historique et dotée d’objets dignes d’un musée, comme les petites statuettes de la Liberté qui sont des exemplaires originaux qui furent distribués lors de l'inauguration de la Statue de la Liberté ou les photos visibles dans les vitrines qui sont de véritables artefacts venant du Statue of Liberty Museum et de la New York Library. Un autre hommage architectural à la France est d’ailleurs situé au premier étage de Liberty Court, à travers le vitrail représentant la Statue de la Liberté qui a été créé par des maîtres verriers selon une technique artisanale française transmise depuis le Moyen Âge. Enfin, ces éléments architecturaux se marient parfaitement avec les lampes à gaz fabriquées par Sugg Lightning, une entreprise britannique spécialisée dans l’éclairage depuis 1837 et fournisseur officiel de la famille royale. La société a ici emprunté le même design des lampes à gaz utilisées lors de l’Exposition Universelle de Chicago de 1893.

Avec ses vitrines rétro et son carrelage mosaïque, Liberty Arcade possède, en outre, un charme délicieusement désuet qui ne peut que ravir les visiteurs. Les nombreuses fresques qui la décorent, créées par Jim Michaelson, rappellent, en effet, le style grandiose des expositions universelles du XIXème siècle, plus particulièrement celle de 1876. Les peintures, elles, sont signées de Nina Rae Vaughn. Eddie Sotto, l'Imaginieur, qui a créé la version française de Main Street, U.S.A., expliquera ainsi l’inspiration derrière cette conception : « Nous avons passé des heures au Smithsonian Institute de Washington à étudier les reconstitutions de l'une des parties de cette Exposition Universelle, pour préparer le projet. ».

Liberty Arcade offre donc une balade agréable et pédagogique, et dissimule même une autre attraction au cœur de Liberty Court pour les visiteurs les plus attentifs, grâce à la discrète installation du diorama du Statue of Liberty Tableau, permettant de revivre inlassablement l’inauguration de ce symbole mondial. La pièce plongée dans la pénombre, les statues derrière les vitrines et l’ambiance sonore plongent les visiteurs au cœur de la cérémonie d’inauguration sur l’Hudson River : un petit secret bien gardé de Liberty Arcade, qui complète merveilleusement bien le thème de l’exposition !

Enfin, la représentation fortement américaine de Liberty Arcade est complétée par son emplacement même, qui mène tout droit vers Frontierland, le Land représentant le Far West américain. Elle permet donc de combiner la modernité de Main Street U.S.A., à l'Ouest plus sauvage des pionniers, et plus loin vers l'Amérique rurale et pastorale des premiers colons. 

Plus qu’une simple galerie couverte, Liberty Arcade est un véritable voyage dans le temps et une exposition passionnante rendant hommage à l’amitié franco-américaine. C’est une spécificité du Resort européen dont les visiteurs peuvent être fiers rappelant que, plus d’une centaine d’années plus tard, cette amitié est plus vive que jamais : cette fois, le cadeau vient des États-Unis et se traduit sous la forme d’un Parc où l’imagination et la réalité ne sont qu’une seule et même entité.

La disponibilité

Cette attraction est toujours ouverte, à Main Street U.S.A., au Parc Disneyland de Disneyland Paris.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.