Thor
L'affiche du film
Titre original :
Thor
Production :
Marvel Studios
Date de sortie USA :
Le 06 mai 2011
Genre :
Fantastique
IMAX
Disney Digital 3-D
Réalisation :
Kenneth Branagh
Musique :
Patrick Doyle
Durée :
116 minutes

Le synopsis

Au royaume d’Asgard, l’impétueux Thor, fils d’Odin, s’apprête à succéder à son père quand la cérémonie d’intronisation est interrompue à la suite d’une intrusion extérieure.

Contestant l’autorité de son monarque paternel, il décide alors d'aller chercher querelle au peuple dont sont issus les intrus battant ainsi en brèche la Paix ancestrale négociée âprement entre les deux civilisations.

Autant déçu que mécontent des actes irréfléchis de son fils, Odin choisit de le bannir sur Terre…

La critique

rédigée par
★★★

Produit par Marvel Studios, une filiale appartenant à 100% à la Walt Disney Company, Thor est un film distribué par Paramount Pictures. Mélangeant habilement les éléments de la mythologie nordique aux codes des supers héros en passant par des effets spéciaux démentiels au service de personnages charismatiques et attachants, l'opus est assurément une bonne surprise. Il constitue ainsi un excellent moment de divertissement évitant le piège du kitch que la bande-annonce laissait pourtant présager...

Thor est à l’origine un personnage de fiction, super-héros, appartenant à l'univers de Marvel Comics. Créé par Stan Lee et Jack Kirby, il apparait pour la première fois dans Journey into Mystery #83 en 1962. Habitant d’Asgard, son statut divin est basé sur son homologue de la mythologie nordique. Après quelques mois d'hésitation, Stan Lee - le scénariste - développe autour de lui un univers qui lui est propre, lui adjoignant notamment des camarades directement issus des contes et légendes. Jack Kirby - le dessinateur - qui avait laissé un temps la série entre les mains de différents confrères, reprend le poste de manière régulière. Il imagine alors la plupart de ses personnages hauts en couleur (dont la belle Sif, guerrière énamourée de Thor) et construit un univers particulièrement visionnaire, offrant de jolies scènes cosmiques et autant de moments épiques. Le numéro 125 de Journey into Mystery marque enfin la reconnaissance de la popularité du personnage en prenant le titre de the Mighty Thor.

Le comics comme le film se base donc sur la mythologie nordique. Thor y est le fils du dieu souverain, Odin et de la personnification de la Terre, Jörd. Il est un très puissant guerrier, d'une force colossale inégalée. Outre ses poings, son arme de prédilection est un marteau de guerre à manche court appelé Mjöllnir qui lui revient toujours après chaque lancer ; l’outil présentant également la particularité de provoquer la foudre...

Avant le cinéma, Thor a fait de très nombreuses apparitions à la télévision notamment dans l’Animation. Il est apparu ainsi en caméo dans les séries animées marveliennes telles (dans les années 80) Spider-Man et Spider-Man and His Amazing Friends ; (dans les années 90) Fantastic Four, L'Incroyable Hulk et X-Men ; (dans les années 2000) The Super Hero Squad Show ; et enfin, (dans les années 2010) The Avengers : Earth's Mightiest Heroes.
Dans le genre des longs-métrages d’animation, Thor est au casting des (Les) Vengeurs Ultimate, Les Vengeurs Ultimate 2, Next Avengers : Heroes of Tomorrow, Hulk vs Thor, Planète Hulk. Un film lui est aussi spécialement consacré en 2011 sous le titre Thor - Légendes d'Asgard.
Sa déclinaison « Live » est, en revanche, bien plus chiche. Thor est ainsi à l’affiche d’un téléfilm de 1988, Le Retour de l'Incroyable Hulk, dont la trame s’inscrit à la suite de la série d‘Universal, L’Incroyable Hulk, stoppée en 1982.
Thor est donc la toute première production « Live » jamais centrée sur le héros divin de Marvel, tout support confondu, télé, vidéo et cinéma !

Curieusement, Marvel propose la réalisation du film à un artiste qui n’est, a priori, pas du sérail des comics : Kenneth Branagh. Homme de théâtre et de cinéma, producteur, interprète et réalisateur, il est né à Belfast en 1960. Le public le connait, entre autres, pour quatre magistrales adaptations cinématographiques de Shakespeare dont le fameux Henry V, pour laquelle il est cité à l’Oscar du meilleur réalisateur et du meilleur acteur et décroche le British Academy Award et le National Board of Review Award du meilleur réalisateur.
Recul aidant, le choix de Kenneth Branagh s’avère être un coup de maître. Son savoir-faire cinématographique dans un autre genre, finalement pas si éloigné que cela, apporte, en effet, à Thor son sens de l’épopée royale. Le réalisateur développe, il est vrai, de la plus belle des façons, une humanité sincère dans les relations père / fils. Surtout, il parvient à proposer deux films en un. Les scènes se situant à Asgard sont ainsi solennelles et emplies de sentiments épiques et chevaleresques tandis que celles se déroulant sur Terre sont teintées d’humour et d’autodérision. Kenneth Branagh fait, de la sorte, cohabiter les deux mondes tout en donnant une saveur particulière à l’ensemble ; distillant ça et là les enjeux dramatiques avec sa touche personnelle venue tout droit de sa connaissance de l’œuvre de Shakespeare et de sa volonté soignée de respecter les codes de Marvel.

Côté technique, le meilleur est au rendez-vous. Les mondes d’Asgard ou de Jotunheim paraissent, en effet, plus vrais que nature, assis tout deux qu’ils sont, sur un rendu aussi dépaysant qu’envoutant. Les effets spéciaux sont à ce titre spectaculaires tout comme les scènes d’actions impressionnantes à souhait. Seule l’utilisation de la 3D reste finalement contestable tant son apport au plaisir de découverte est somme toute négligeable. Le format IMAX joue en revanche à plein et offre une immersion totale, aussi bien dans les lieux divins que les décors terriens (la photographie des paysages du Nouveau Mexique vaut notamment le détour !).

Niveau casting, le sans-faute est atteint.
Chris Hemsworth est, à n’en pas douter, parfait dans le rôle de Thor. Si sa stature gigantesque colle à merveille au personnage, la qualité de son jeu n’est pas en reste. Il n’est pas, en effet , le gros-bras dépourvu de cervelle que ses muscles peuvent laisser présager. Au contraire, il est un personnage subtil et complexe, gagnant en maturité au fil du récit. Délaissant peu à peu son gout de la fanfaronnade et sa propension à la suffisance, prenant conscience des choses et des enjeux qui se trament, il devient un personnage terriblement attachant, tour à tour, drôle et émouvant, robuste et fragile...
Natalie Portman est Jane Foster, la belle qui va faire chavirer le cœur du super-héros. Dit comme cela, son rôle peut passer pour quantité négligeable. Et pourtant ! Après, sa remarquable prestation dans Black Swan, l’actrice revient dans un genre (la science-fiction) qui a fait sa notoriété. Elle est ainsi dans un rôle qui n’est pas sans rappeler celui tenu dans la seconde trilogie de Star Wars. Fort de son savoir-faire, elle rend son personnage attachant, en jouant parfaitement cette ingénue, qui, passionnée par les phénomènes paranormaux et malmenée par la vie, s’attend à tout trouver, sauf l’amour...
Anthony Hopkins est un Odin plein de sagesse qui inspire autant le respect que la crainte. L’acteur, à la carrière impressionnante a, en effet, les ressources suffisantes pour endosser le rôle de ce Dieu suprême, pris dans les tourments de ses obligations peu compatibles de père et de roi. Le spectateur ressent alors parfaitement sa colère, sa douleur ou son désarroi...
Tom Hiddleston joue, quant à lui, Loki, le frère de Thor. Il assume ici un rôle délicat, balloté entre les sentiments ambigus qu’il ressent à l’endroit tout spécialement de son frère (dont il jalouse le statut d’ainé) et la révélation qui bouleverse son existence même...
Thor bénéficie bien évidement de compagnons de route aux personnalités bien marquées : Sif, la guerrière jouée par Jaimie Alexander ; les trois combattants Volstagg, Hogun et Fandral (Ray Stevenson, Tadanobu Asano, Joshua Dallas) ; ou encore Heimdall, le gardien du pont Bifröst, interprété par le charismatique Idris Elba.

Soucis de cohérence aidants, Thor s’inscrit dans la démarche globale lancée depuis quelques opus déjà par les studios Marvel. Ayant repris seul la production de ses films, le label construit, en effet, un univers cohérent dans le but de relier les uns aux autres. Déjà, la fin d’Iron Man 2 comportait une scène où l’agent du S.H.I.E.L.D., Phil Coulson, arrivait sur les lieux du cratère formé par le marteau, Mjöllnir et annonçant par la même l’arrivée imminente de Thor. Thor fait de même et distille de nombreuses allusions (à rebours celle-là) à L'Incroyable Hulk et Iron Man sans oublier de cligner des yeux vers The Avengers, le long-métrage à venir, basé sur la réunion des quatre héros que sont Iron Man, Hulk, Thor et Captain America.

Excellente surprise qui légitime le choix de Kenneth Branagh de construire une œuvre bipolaire (à la fois film épique et film de super-héros décomplexé), Thor offre un divertissement sincère et ambitieux. A savourer sans retenu !

L'équipe du film

1960 • ....
Réalisateur

L'édition vidéo

Jaquette Thor
Jaquette Thor
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2011
Zone 2 Simple 2011
Editions Blu-ray Disc
Zone A Simple 2011
Zone B Simple 2011
Editions Blu-ray Disc 3D
Zone A Simple 2011
Zone B Simple 2011