Bistrot Chez Rémy
Vue d'ensemble
Date d'ouverture :
Le 10 juillet 2014
Type de restaurant :
Service à table
Musique :
Michael Giacchino

Le synopsis

Depuis la critique élogieuse du renommé Anton Ego, Linguini et Rémy ont pu tout deux rebondir suite à la fermeture de Chez Gusteau et ouvrir chacun leur restaurant, ceux-ci partageant la même cuisine. Ainsi, après l'ouverture de La Ratatouille pour les humains, Rémy inaugure, un 21 juin, son bistrot dédié aux rats, et ce, grâce à l'aide généreuse d'Ego lui-même. Au cœur d'un restaurant habillé de feuilles démesurées, entre des assiettes géantes, les convives s'installent donc sur des chaises de fortunes construites à partir d'objets de la cuisine. C'est prêt... Bon appétit !

L'expérience

Sorti de Ratatouille : L'Aventure Totalement Toquée de Rémy, le visiteur comprendra d'office pourquoi le restaurant fait partie intégrante de l'expérience globale. Il est, en fait, la suite logique de la trame narrative du parcours scénique. À la manière du Blue Lagoon Restaurant, chaque passager peut ainsi avoir un aperçu de ce que propose le restaurant, en passant devant la baie vitrée, située face au quai de débarquement. Cette dernière donne directement sur la grande salle du bistrot de Rémy.

L'entrée de l'établissement se situe, en revanche, sur le côté gauche de la place. Le bâtiment jouxte de la sorte l'attraction phare, et s'accorde à son style architectural.

Les gourmets sont invités à entrer pour se présenter dans le hall du bistrot. En attendant que leur table soit prête, ils pourront découvrir sur le mur les différents prix remportés par Auguste Gusteau tout au long de sa carrière, tels que la Fourchette d'or. Lorsque leurs yeux se tournent, ils se rendent compte que les différentes distinctions présentes sur le pan de mur principal sont celles de Rémy. La disposition des cadres renvoie l'idée d'une continuité entre le chef Gusteau et son fidèle disciple, qui prend fièrement la relève. Toon Studio oblige, plusieurs détails amuseront aussi les visiteurs, comme le trophée de la Volaille d'or, décerné à Rémy, et qui n'est, en fait, qu'une dinde dorée chancelant sur un socle.

Derrière le comptoir, les plus curieux pourront également admirer le premier pourboire de Rémy, un billet de cinq euros commenté par  l'intéressé. La salle principale, dans laquelle sont dirigés les convives, apparait d'emblée comme immense. C'est à partir de là que chaque individu se retrouve à la taille d'un rat. Pour accentuer cet effet, les concepteurs ont fidèlement recréeé le bistrot du petit chef, situé juste au dessus du restaurant La Ratatouille, ouvert par Colette et Linguini en toute fin de film. Des feuilles géantes et du lierre enguirlandé s'accrochent donc partout, sur les murs et les plafonds. Au centre, trône une imposante passoire transformée en lustre et dont les trous laissent pendouiller une dizaine de lumières.  

Il y a trois zones distinctes dans cette usine gustative. La première s'articule autour de ladite passoire en cuivre et du livre Tout le Monde Peut Cuisiner ! de Gusteau. Plus loin, la deuxième section propose des emplacements plus confinés où les clients peuvent s'installer entre des rangées d'assiettes disproportionnées. D'ici, les invités de Rémy ont aussi vue sur les ratmobiles. Enfin, la troisième partie du restaurant donne directement sur la Place de Rémy, avec une vitre panoramique au travers de laquelle il est possible d'admirer la fontaine et les bâtiments. À cet endroit, une bouteille de vin Chateau Ego cuvée 2007 fait office de poutre. C'est d'ailleurs cette zone qui rappelle le plus l'esprit des bistrots tricolores grâce à ses tomettes et sa vitre donnant sur l'extérieur.

Ici et là sont disposées des tables faites avec des couvercles de confitures Bonne Maman, déjà aperçus dans la salle réservée à la famille de Rémy. Sur ces mêmes tables, des ombrelles délicieusement kitsches de verres à cocktail font, par ailleurs, office de parasols. En prenant place, les visiteurs seront admiratifs devant les chaises ingénieusement constituées de deux bouchons de champagne (dossier et assise), reliés entre eux par les fils de fer, ceux-là mêmes qui proviennent de l'ouverture des bouteilles en verre. Pour les bambins, des tabourets en liège sont également mis à disposition.

Au cours de son repas, le visiteur aura tout le loisir de contempler les centaines de détails disséminés. Des cuillères chandeliers aux casseroles XXL en passant par les meubles de salle, tous les objets sont à regarder de près !

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 04 juillet 2014

Pièce majeure de La Place de Rémy, le Bistrot Chez Rémy est (et restera sans doute pour longtemps), le restaurant ayant la plus grande capacité d'accueil des deux Parcs de Disneyland Paris. Avec ses 370 couverts, ce vaste service à table peut donc accueillir, le midi comme le soir, des centaines de visiteurs dans un environnement surdimensionné. Ici aussi, les visiteurs sont réduits à la taille d'un rat. Le menu propose des plats typiques des bistrots de la Capitale française.

Tout d'abord, les changements décoratifs du restaurant évitent l'aspect cantine, que le projet aurait pu faire redouter sur le papier. La succession des sols, ainsi que la disposition des élements un peu partout rendent, en effet, chaque recoin unique. Exemple parfait du soin apporté aux détails, les chaises particulièrement originales sont le fruit d'un travail de longue haleine : il aura fallu aux Imaginieurs une dizaine de prototypes pour arriver à produire une assise réaliste et fonctionnelle. L'ensemble, est, esthétiquement, vraiment réussi, mais, comme bon nombre de grands restaurants du Resort, l'expérience du visiteur dépendra aussi de l'endroit où il sera placé. S'il souhaite se retrouver vraiment dans le bistrot de Rémy, il est conseillé de s'installer (si possible) vers le fond du restaurant. S'il recherche en revanche une ambiance plus aérée et lumineuse, il devra prendre la direction de la véranda.

Pour ce qui est de l'assiette, il ne s'agit pas de discuter des goûts de chacun, mais le système de menu unique à trois plats, mis en place dès l'ouverture pourra en rebuter certains. Une carte à peine plus étoffée aurait permis d'accueillir une cible plus large de clients. L'entrée, ou plutôt la petite salade imposée en guise d'entrée, parait bien légère et remplira à peine son rôle. 

L'initiative de Disneyland Paris, de proposer des produits frais et locaux est en revanche à saluer. Le Brie de Meaux, est, comme son nom l'indique, une production locale en partenariat avec un producteur de la région. La Ratatouille, quant à elle, à défaut d'être présentée comme le confit Byaldi du film, est préparée sur place, le jour même avec des légumes frais. Ils viennent en grande partie d'un potager planté spécialement pour le Bistrot Chez Rémy, près du Disney's Hotel Cheyenne. Il s'agit bien d'une première dans l'histoire du complexe ! Le vin proposé a été mis en bouteille spécialement pour Disneyland Paris. Rémy s'affiche d'ailleurs fièrement sur le contenant, ce qui rend ce cru Saint-Émilion totalement unique. Un autre service, jamais envisagé auparavant est désormais proposé pendant le repas. Un sommelier passera de table en table pour verser, aux clients l'ayant commandé à la carte, le fameux breuvage. Le champagne a droit d'ailleurs au même traitement. 

Au total, 80% des produits du restaurant sont d'origine française. Néanmoins, est-ce pour toutes ces exclusivités que le menu "entrée, plat, dessert et boisson" s'affiche à 40€, soit l'un des tarifs les plus chers des deux Parcs ? Et c'est là le principal point sensible de ce restaurant. Le rapport qualité-prix paraît légèrement surévalué, d'autant que les familles semblent, de part le thème et la jauge capacitaire, le public de prédiléction pour manger chez Rémy. Fort heureusement, cette erreur stratégique est atténuée par le choix des desserts, qui sont, pour le coup, légions ! Un certain nombre de classiques de la patisserie française sont ainsi à l'honneur, et les convives pourront donc finir sur une note gustative imposante, si toutefois ils ont été déçu par l'entrée décidément trop légère.

Le Bistrot Chez Rémy remplit parfaitement son rôle. Visuellement impressionnant, il augmente nettement l'offre de restauration du Parc Walt Disney Studios, qui ne comptait jusqu'alors qu'un seul service à table (Café des Cascadeurs) d'un acabit bien moindre, avant son l'arrivée le 10 juillet 2014. C'est également un évènement culinaire puisqu'il s'agit du premier restaurant ouvert dans un des deux Parcs depuis le Café des Cascadeurs. Par ailleurs, les restaurants disposant d'une salle, ouverts en dehors des inaugurations de Parcs entiers se comptent sur les doigts d'une main ; les deux seuls autres exemples étant Buzz Lightyear's Pizza Planet Restaurant (from the universe of Toy Story) en 1996 et Restaurant Agrabah Café en 1999.

Le Bistrot Chez Rémy ravira à la fois les fans du film d'animation, mais aussi tous les amoureux de Paris, qui y retrouveront certaines caractéristiques visuelles et gustatives typiques des brasseries parisiennes. Il est en revanche dommageable d'imposer, dans un si beau cadre, un choix si restrictif de plats cuisinés.

La disponibilité

Ce restaurant est toujours ouvert, à Toon Studio, dans le Parc Walt Disney Studios de Disneyland Paris.