Sa'luk
Date de création :
Le 13 août 1996
Nom Original :
Sa'luk
Apparition :
Vidéo
Voix Originale(s) :
Jerry Orbach
Voix Française(s) :
Alain Dorval 

Le portrait

rédigé par
Publié le 15 juillet 2015

Au milieu des années 90, les studios Disney se lancent dans une politique de production de suites de leurs meilleurs classiques destinées au marché de la vidéo. Aladdin, le classique de 1992, est le premier à y passer avec Le Retour de Jafar. Malgré la qualité plus que médiocre du film, le succès est au rendez-vous et Walt Disney Television Animation commence la réalisation d'une autre aventure, Aladdin et le Roi des Voleurs. Pour succéder au terrifiant Jafar, les scénaristes incluent dans l'histoire le mythe des quarante voleurs. Cependant, exit Ali Baba. Le héros des (Les) 1001 Nuits est remplacé par Cassim, le roi des voleurs. Et le rôle du méchant de service est confié à un certain Sa'luk.

Sa'luk fait partie de la bande des quarante voleurs dirigée par Cassim, le père d'Aladdin. Enorme bonhomme, musclé et robuste, il accepte cependant mal cette condition. En effet, le méchant estime que Cassim assure un leadership bien trop mou. Cruel et sanguinaire, il ne cache d'ailleurs pas son envie d'éliminer son roi pour prendre sa place, le menaçant régulièrement de mort. Sa'luk apparaît à l'écran en même temps que la compagnie des voleurs qui pénètre dans la cité d'Agrabah en plein émoi. C'est en effet le jour des noces entre Aladdin et Jasmine et des dignitaires de toutes les régions du monde sont rassemblés au palais. Caché dans un papier en osier, Sa'luk est chargé par Cassim, infiltré sur un toit du palais, de faire diversion. Rien de plus simple pour le colosse qui, d'un coup de griffes, provoque la furie des éléphants qui, terrifiés, défoncent portes et murs et ruinent les festivités. Alors que les invités paniquent, les voleurs commettent leurs larcins pendant que leur roi tente en vain de s'emparer de l'oracle, artefact magique capable de répondre à toutes les questions et de révéler l'emplacement de la Main de Midas qui change tout en or.

Mais le plan tourne mal. Aladdin empêche le roi des voleurs de quitter Agrabah avec le sceptre magique. L'opération des brigands est un échec. Néanmoins, elle permet à Aladdin de découvrir les pouvoirs de l'oracle et de se lancer à la recherche de son père qu'il croyait mort. C'est en s'introduisant dans la caverne des quarante voleurs que le héros découvre que le roi, Cassim, est en réalité son paternel. Aladdin fait au passage la connaissance de Sa'luk qu'il empêche d'embrocher son père. Afin que son fils intègre les rangs des quarante voleurs, ce dernier lui propose alors de relever le Grand Défi. Pour entrer dans le club, Aladdin devra éliminer l'un de ses membres. Et Sa'luk est celui qu'il doit combattre. Pendant cette nuit d'orage, Aladdin subit donc les assauts violents du méchant qui le balance du haut d'une falaise. Parvenant à se glisser contre la paroi, Aladdin arrive finalement à faire basculer son nemesis. Chacun croit alors que Sa'luk est mort.

Mais le titan n'est pas si facile à éliminer. Survivant à sa chute ainsi qu'à une attaque de requins, Sa'luk réchappe à cette lutte à mort. Souhaitant se venger de Cassim et de ses compagnons, il décide de les dénoncer à Razoul, le chef des gardes du sultan, à qui il révèle la clé permettant d'ouvrir le repaire des quarante voleurs, « Sésame, ouvre-toi ! ». Mais le plan ne se déroule pas comme prévu. Bien que la majorité des brigands soit derrière les barreaux, le roi des voleurs n'est pas arrêté. Sa'luk décide donc de retourner dans la cachette afin de prendre le contrôle des quelques voleurs encore dans la place. Pendant son numéro musical, il parvient à leur faire prêter allégeance, leur promettant de retrouver leurs vies de larcins passées. Ensemble, Sa'luk et ses quelques hommes mettent la main sur Cassim et Iago puis se mettent à la recherche de l'Île fugitive sur laquelle la Main de Midas est cachée.

L'ultime affrontement se déroule dans l'une des salles de l'Île fugitive, en réalité une énorme tortue portant sur sa carapace le palais abritant la Main de Midas. Prévenu par Iago, Aladdin assomme son ennemi, libère son père et trouve le trésor. Mais alors que Cassim est sauf avec la main magique, son fils doit une nouvelle fois affronter Sa'luk. Le méchant propose un marché simple au roi des voleurs : son fils contre l'objet enchanté. Plus rusé que son adversaire, Cassim la lui jette immédiatement, Sa'luk s'en emparant à pleine main. Grossière erreur pour celui qui touche alors la Main de Midas et se change irrémédiablement en or. Transformé en statue, le méchant est vaincu.

Sa'luk est certainement le plus fort et le plus redoutable brigand de la bande des quarante voleurs. Passionné par sa vie de larcins et peu enclin à faire des prisonniers, il ne rêve que de rapines, de meurtre et de désolation. En cela, il ne comprend pas l'attitude de Cassim qu'il juge trop modérée. Teint grisâtre, crâne chauve, barbe mal rasée, fine moustache recourbée, sourire carnassier. Tout sur son visage laisse entrevoir la cruauté. Montrant ses muscles sous un simple gilet, il porte en outre un poing américain d'où sortent trois griffes en or. Brandissant l'arme devant le nez de ses ennemis, chacun imagine qu'il sait en faire usage pour se faire respecter. Seul Cassim semble insensible à ses menaces, ce qui exaspère un peu plus encore le méchant bien décidé à éliminer le roi.

Sa'luk est une brute épaisse et il le revendique. Sa'luk est fort et il en est pleinement conscient. Sûr de lui, il se présente lui-même comme l'un des meilleurs dans son domaine. Beau manipulateur, il sait trahir les siens pour mener à bien ses plans et éliminer Cassim. Sa'luk est dangereux car il ne recule devant rien. Et sa force est un atout de taille. Capable de tuer un requin à mains nues et de battre ses compagnons les plus costauds, rien de semble pouvoir déstabiliser cette « montagne ». Sa'luk est un assassin comme rarement Disney en a mis en scène.

Dans la version originale, Sa'luk est interprété par Jerry Orbach. Acteur et chanteur, le comédien est notamment à l'affiche de films comme Dirty Dancing et au générique de la série télévisée New York, Police Judiciaire. Chez Disney, il est connu pour avoir donner sa voix à Lumière, le chandelier de La Belle et la Bête. En Français, le méchant est joué par Alain Dorval, l'un des doubleurs les plus connus dans l'Hexagone. Dorval est en effet la voix de Sylvester Stallone, de Nick Nolte, ainsi que de Pat Hibulaire.

Sa'luk est, à l'image d'Aladdin et le Roi des Voleurs, un méchant bien terne. Car si le film se veut meilleur que l'infâme (Le) Retour de Jafar, il reste qualitativement très moyen. Et l'animation de son principal antagoniste pêche vraiment à tous points de vue. Un méchant raté et vite oublié...