Donald Forgeron

Donald Forgeron
L'affiche
Titre original :
The Village Smithy
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 16 janvier 1942
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Dick Lundy
Durée :
7 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Donald est maréchal-ferrant...

La critique

rédigée par
Publiée le 05 février 2020

Donald Forgeron est un cartoon qui voit Donald pratiquer un métier qui visiblement ne lui convient pas...

Le court-métrage commence d'ailleurs par un joli clin d'oeil sur cette idée incongrue de voir Donald maréchal-ferrant. L'image dévoile, en effet, au loin un entrepôt d'où il est possible d'entendre un artisan travailler le métal. Au fur et à mesure que la caméra avance, une ombre apparaît et montre un homme musclé aux larges épaules. Sauf qu'il s'agit, en réalité, d'un effet d'optique puisque le colosse n'est autre que le canard. Il essaye alors de convaincre l'auditoire qu'il est le volatile de la situation mais ne parvient qu'à démontrer toute sa maladresse et la faiblesse de ses biceps.

Donald reprend ensuite son travail alors qu'il est en train de fabriquer une roue en métal pour une calèche. Il la fait rouler ensuite jusqu'à l'essieu, non sans faire son intéressant en dansant à l'intérieur, puis fixe le tout. Sauf que la roue a du jeu, nécessitant déjà d'être redressée avec un maillet ; mais voilà, au fur et à mesure qu'il tente d'arranger son ouvrage, la roue gondole de plus en plus. Finalement, elle est tellement instable qu'elle envoie valdinguer le canard sur le mur et brise son essieu. Le maréchal-ferrant en herbe choisit alors... de passer à autre chose !

Donald s'occupe ainsi de la tâche figurant sur son planning de la journée : installer de nouveaux sabots à Jenny, une jeune ânesse. Un gag se met alors aussitôt en place ; le canard se comportant non comme un maréchal-ferrant mais comme un chausseur : il s'assoit sur un tabouret typique où le client pose son pied (ici son sabot) puis prend une règle pour mesurer la pointure de la chaussure (ici le fer à cheval). Jenny fait un petit 2½AA, ce qui lui vaut un compliment de Donald qui la fait rougir. Il lui propose ensuite différents modèles dont des chaussons français. Il est d'ailleurs amusant de voir que tous les fers ont un côté féminin humanisé avec des talons. Mais aucune référence ne lui plait et l'ânesse commence à se refermer comme une huître. Donald, désormais excédé, choisit pour elle, bien décidé à lui poser les fers coûte que coûte.

Évidemment Jenny ne s'en laisse pas conter et manœuvre pour échapper à la corvée. Et dans l'exercice, le pauvre Donald se fait avoir plusieurs fois, notamment quand il confond son enclume avec l'animal ou quand, tirant sur une ficelle qu'il prend pour la queue de l'ânesse, il reçoit un tonneau d'anciens fers sur la tête. Toujours contrariée, Jenny s'assoie et décide de ne plus bouger. Le canard n'arrive ainsi pas à la déplacer, cassant même son plancher dans sa tentative. Il essaie ensuite d'utiliser l'une des planches brisées pour faire levier et soulever l'ânesse, mais là encore il se fait envoyer valser. Finalement, en dernier recours, il imagine la faire éternuer avec la fumée de son four histoire de lui faire soulever son arrière train. Et s'il croit arriver finalement au bout de ses peines, Jenny, par réflexe, lui assène une ruade et l'envoie voltiger dans les airs : Donald se retrouve alors coincé lui-même au dessus de son four, enfumé à son tour... et éternuant.

Donald Forgeron montre que le métier de maréchal-ferrant n'est décidément pas fait pour le canard.

Les personnages

1934
Cinéma

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.