Dingo en Vacances

Dingo en Vacances
L'affiche
Titre original :
Two Weeks Vacation
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 31 octobre 1952
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Jack Kinney
Durée :
6 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Dingo passe des vacances agitées...

La critique

rédigée par
Publiée le 04 juin 2019

Dingo en Vacances montre, comme son titre le laisse supposer, comment Dingo profite de ses grandes vacances. Dans ce cartoon, il sera particulièrement remarqué les décors de toute beauté signés de l'artiste Art Riley.

Si durant les années 40, le personnage de Dingo est principalement connu pour ses hilarantes démonstrations sportives dans les cartoons de type « How to… »., les années 50 vont être pour lui l'occasion de connaître une évolution notable. Il incarne en effet désormais l'Américain moyen tandis que ses cartoons vont permettre aux studios Disney de décortiquer « l'american way of life » notamment via des parodies de la société de consommation ou des relations humaines. Preuves de leurs qualités et grandes finesses, ces moqueries de l'époque sonnent tellement justes, qu'elles n'ont toujours pas pris une ride, des décennies plus tard !

Tout le monde le sait : les vacances commencent dès la veille au travail quand les heures de labeur défilent pour sonner enfin la délivrance. Souvent, l'employé est déjà la tête dans les nuages en train d'imaginer ce qu'il va bien pouvoir faire lors de ce repos bien mérité. C'est exactement ce qui arrive à Dingo en tout début de Dingo en Vacances. Dès sa fin de service, il prend sa voiture et part sur les autoroutes du soleil avec la bonne surprise de se voir gêné par une caravane qui roule à deux à l'heure, lui gâche la vue et qu'il n'arrive bien sûr pas à doubler. Mais comble de malchance, son pneu crève (encore une fois par la faute de cette fichue caravane qui a laissé tomber une bouteille de lait sur la chaussée). Dingo est alors obligé de s'arrêter dans un garage local qui va lui réparer tout... sauf sa roue, et, en plus, pour une somme astronomique ! Et quand le pauvre touriste lui dit qu'il s'est trompé de diagnostique, à peine retourné et le garagiste est déjà parti pour deux semaines de vacances laissant le pauvre bougre changer sa roue tout seul.

Dingo reprend la route espérant rattraper le temps perdu. Sur le chemin, il rencontre un auto-stoppeur sans le sous. Un gag amusant se produit alors : ce dernier parle avec un accent snobinard et dénigre la voiture du pauvre Dingo trouvant qu'elle n'est pas assez bien pour lui au point de refuser d'y monter et de continuer à faire du stop. Dingo n'en a toujours pas fini avec la malchance et retrouve la caravane... qui lui fait faire une sortie de route, l'envoyant se percher en haut d'un arbre ! La nuit arrivant, l'aspirant-vacancier essaye alors de trouver un hôtel avec des chambres de libres. Il tombe enfin sur la perle rare quand la caravane lui passe devant et prend la dernière disponible. Pire encore, il tombe en panne d'essence et se retrouve contraint de pousser sa voiture. Il arrive finalement dans un hôtel paraissant un joli cottage qui se révèle finalement n'être qu'un attrape touriste où la devanture en carton-pâte cache une cabane délabré avec un lit dont le sommier est une planche de bois et dont la fenêtre est située juste à côté d'un chemin de fer. Impossible de dormir : Dingo préfère continuer sa route. Mais même de nuit, il retrouve cette fichue caravane. Il parvient à la doubler pour se faire finalement arrêter par la police. Il trouve alors l'endroit idéal pour des vacances de tout repos en pension complète : la prison !

Dingo en Vacances est un cartoon sympathique qui se moque des voyages en voiture lors des transhumances des grandes vacances.

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

Poursuivre la visite

1939 • 2007

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.