Alice Comedies Vol.2

Titre original :
Alice Comedies Vol.2
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie France :
Le 17 janvier 2018
Distribution :
Malavida Films
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Walt Disney
Musique :
Orchestre de Chambre d’Hôte
Manu Chao
Durée :
40 minutes

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 17 janvier 2018

Après un premier volet qui a ravi les fans de Disney ainsi que les cinéphiles en 2016, Alice revient dans un nouveau programme de quatre autres courts-métrages, nommé fort à propos, Alice Comedies Vol.2.

En 2015, Malavida Films découvre que EYE, la cinémathèque néerlandaise, a retrouvé et nettoyé pas moins de 16 courts-métrages de la série Alice Comedies créés par Walt Disney. Bluffé par la qualité de la restauration mais également par l'inventivité et la fraîcheur des cartoons en eux-mêmes, le label projette d'en proposer quelques-uns dans les salles en France. EYE a, en effet, restauré et numérisé les différents courts-métrages à partir de leurs bobines nitrates tandis que Malavida Films a enrichi ce travail d’une restauration numérique effectuée par TITRA Film. Au final, la restauration est tout simplement époustouflante et les quatre nouveaux opus présentés dans ce deuxième volume atteste du superbe effort mené dans le traitement de l'image. Mis à part, peut-être la partie à prises de vues réelles de Jour de Pêche, le reste est, il est vrai, tout bonnement incroyable. De nombreuses imperfections liées à l’âge des œuvres ont ainsi pu être corrigées afin d’obtenir une copie d’une qualité rare pour des cartoons des années 1920. Le résultat offre un vrai plaisir pour les yeux mettant parfaitement en exergue la créativité et les prouesses des animateurs de l'époque.

L'une des étapes suivies par Malavida Films a été de franciser les cartons en leur inventant un titre français mais aussi en rajoutant des sous-titres soutenus par une voix off pour traduire notamment tous les mots et symboles qui apparaissent au fur et à mesure des aventures. Le processus est évidemment mis en place dans l'optique de rendre le programme facilement accessible aux jeunes enfants n'ayant pas commencé l'apprentissage de la lecture.

L'autre grosse ambition de Malavida Films est proposer une nouvelle bande son pour ces quatre cartoons à l'origine muets. Comme pour le premier volume, le label choisit de faire appel à l’Orchestre de Chambre d’Hôte pour sonoriser trois des quatre court-métrage du programme : Jour de Pêche, La Magie du Cirque et L'Ouest Moutonneux. Ici, Jean-Paul Raffit à la guitare électrique et Isabelle Bagur à la flûte traversière proposent un accompagnement légèrement moins avant-gardiste que celui du premier volet. Les effets musicaux sont, il est vrai, plus discrêts afin de laisser l'action et les images parler d'eux-mêmes. Mais la vraie surprise vient du quatrième cartoon, Alice Joueuse de Flûte, que le grand Manu Chao, figure majeure du rock français avec son groupe la Mano Negra, magnifie d'une musique épisodique qui suit parfaitement l'action et rend à merveille hommage aux talents des animateurs Disney.

Alice Comedies Vol.2 n'est pas qu'un simple travail de restauration. Épousant aussi une démarche pédagogique, il est ainsi proposé en version ciné-concert et en atelier jeune public avec le concours de l’ADRC (Agence pour le Développement Régional du Cinéma).
Trois créations sonores sont mises en place : une version ciné-concert avec un duo flûte traversière et guitare électrique de l’Orchestre de Chambre d’Hôte ; une bande originale enregistrée par l’Orchestre de Chambre d’Hôte et Manu Chao et, enfin, une version avec pastilles vocales (cartons et sous-titres lus pour faciliter la compréhension des tout-petits).

Si le premier volume faisait la part belle aux premières aventures d'Alice, Alice Comedies Vol.2 propose, lui, un éventail plus diversifié de la série de Walt Disney. Le spectateur retrouvera ainsi trois périodes et trois comédiennes sans compter que Julius le chat, l'ami d'Alice, apparaît ici dans les quatre aventures. Il est ainsi possible de retrouver le début de la série avec Virginia Davis (Jour de Pêche, Alice Joueuse de Flûte tous deux sortis en 1924) ; la série à son apogée avec Margie Gay mais également avec l'une des premières apparitions de celui qui deviendra Pat Hibulaire (L'Ouest Moutonneux diffusé en 1926) et enfin la série vers sa fin avec Lois Hardwick (La Magie du Cirque de 1926). De la sorte, parmi les quatre interprètes d'Alice, seule Dawn O'Day n'est pas présente dans cette rétrospective étant précisé que cette dernière est anecdotique puisqu'elle n'est apparue que dans un seul épisode Alice's Egg Plant en 1925. Les quatre courts-métrages  choisis s'avèrent, en outre, aussi divertissants qu'inventifs. Alors que l'animation a près d'un siècle d'existence, son visionnage est en effet grisant et passionnant. Le montage est d'ailleurs intéressant d'un point de vue historique car il révèle une grande évolution dans ce qu'il était possible de montrer à la jeunesse dans les années 20 du XXème siècle. Un certain cynisme et une morale à géométrie variable ne gênaient pas, il est vrai, les cinéastes. C'est bien simple : certaines idées ici développées ne pourraient plus être proposées à l'époque contemporaine !

Alice Comedies Vol.2 est encore plus jubilatoire que le premier volet. Sa qualité sonore impeccable alliée à une restauration visuelle époustouflante et son éventail bien plus complet de la série Alice Comedies en font, il est vrai, un programme réjouissant. Il s'agit tout simplement d'une compilation que les fans de Walt Disney comme les cinéphiles se doivent de saluer. Il est tellement rare que le patrimoine soit mis en lumière de si belle façon, à destination du grand public, qu'il faut soutenir l'effort.
Malavida Films signe ici un travail remarquable. Juste bravo !

L'édition vidéo

A venir...

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.