Le Dernier Chupacabra

Titre original :
The Last of the Chupacabras
Production :
Disney
Date de mise en ligne USA :
Le 28 mai 2021 (Disney+)
Genre :
Fantastique
Réalisation :
Jessica Mendez Siqueiros
Musique :
Renee Goust
Durée :
13 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Une Américaine d'origine mexicaine, seule au monde, invoque sans le vouloir une créature ancestrale pour la protéger et lui tenir compagnie...

La critique

rédigée par
Publiée le 28 juin 2021

Le Dernier Chupacabra est un court-métrage étonnant de la nouvelle collection de Disney+, Launchpad.

La plateforme Disney+ est une opportunité pour promouvoir et proposer des œuvres différenciantes. La série de courts-métrages Launchpad est de celles-là. Il s'agit d'un programme chapeauté par Mahin Ibrahim, directrice de la diversité et de l'inclusion chez Disney, ayant pour but de donner sa chance à de jeunes créateurs issus de la diversité américaine. Six ont été sélectionnés parmi plus de 1100 candidatures lors de la première salve ; leurs histoires prenant pour thème la découverte. Chacun des metteurs en scène a alors été suivi par un mentor venu de l'une des filiales de The Walt Disney Company dont Disney+, Lucasfilm, Ltd., Marvel Studios, Pixar, Walt Disney Animation Studios et Walt Disney Studios Motion Picture. Leurs courts-métrages cherchent ainsi à être à la fois émouvants, provocants ou divertissants tout en apportant un point de vue singulier sur les États-Unis contemporains. Le projet a tellement plu à la Direction des studios qu'une deuxième salve sur les thèmes de la connexion et de l’interaction est déjà lancée.

La réalisatrice Jessica Mendez Siqueiros est une artiste américano-mexicaine qui a des origines à la fois indigènes (de la région du désert de Sonora) mais aussi européennes. Forte de cette double culture, elle essaye le plus possible dans ses œuvres de promouvoir le folklore des Mexicains vivant dans le sud-ouest américain et de le faire découvrir à ceux qui ne s'intéressent pas à cette diversité. Elle tente dans Le Dernier Chupacabra de poursuivre dans cette approche. L'histoire de Chepa, une vieille femme mexicano-américaine, dernière vendeuse ambulante de tamales (des papillotes amérindiennes préhispaniques), est plutôt touchante. Cette dernière essaye en effet de faire vivre ses anciennes traditions dans son quartier mais ne sert finalement que d'attraction à des touristes qui lui jettent des pièces sans vraiment s'intéresser à elle tandis qu'elle-même n'arrive pas à briser la glace avec sa voisine d'origine chinoise. Au final, cette vieille dame se retrouve bien seule si bien que la mémoire de ses traditions s'éteindra avec elle... Le bus de touristes dénonce d'ailleurs certains de ses propres concitoyens qui passent à côté des gens en leur accordant à peine un regard superficiel sans jamais réellement s'intéresser aux personnes qu'ils rencontrent.

Comme son titre l'indique, Le Dernier Chupacabra fait intervenir un animal folklorique de son pays. Le Chupacabra est une créature légendaire qui se nourrit en suçant le sang des animaux de ferme, comme les chèvres ou les vaches, leur faisant des trous dans le cou mais sans les faire souffrir. Son nom mexicain signifie d'ailleurs « suceur de chèvre ». Son apparence varie en fonction des lieux mais généralement il est représenté sans poils avec les yeux rouges, deux trous pour les narines et une bouche avec des crocs saillants vers le haut. Dans le court-métrage, un soir, la vieille dame prie après qu'un tremblement de terre a fait bouger sa maison. Sans le vouloir, son imploration va provoquer un évènement extraordinaire. Une marionnette de Chupacabra qu'elle avait confectionnée se transforme, en effet, en créature vivante et devient son animal de compagnie. Le Chupacabra va alors lui permettre de se faire enfin remarquer de son voisinage tout en la sortant de sa solitude.

Au final, malgré une idée assez originale, Le Dernier Chupacabra a du mal à passionner son auditoire. Chepa, jouée par Melba Martinez, est certes sympathique mais son histoire manque peut-être d'une touche d'émotion. Heureusement, d'un point de visuel, le court-métrage se démarque vraiment. D'abord, l'attention aux détails dans les décors est à souligner. La maison de la vieille dame est ainsi une vraie mine d'or faisant honneur à la culture mexicaine ; le désordre qui y règne mettant particulièrement en évidence que Chepa ne reçoit plus grand monde chez elle et qu'elle n'a plus besoin d'être méticuleuse. Mais le clou du spectacle est sûrement le petit côté fantastique que propose le court-métrage avec la présence du Chupacabra. Réalisé via une marionnette dont les manipulateurs ont été enlevés numériquement lors de la post-production, il affiche une apparence colorée et artisanale qui résonne bien avec le thème mexicain mais aussi avec la personnalité de la vieille dame. Il s'agit là sûrement de l'élément le plus marquant du petit film même si le personnage en lui-même manque peut-être de personnalité.

Le Dernier Chupacabra est un court-métrage bâti sur une bonne idée rehaussée d'un effort salutaire mené sur les visuels. Son récit pèche en revanche d'une absence d'entrain.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.