Dossiers » Vie de Fans » Éditos
Vie de Fans » Éditos

Guillaume Roussel
Créateur de la Réplique de Disneyland Paris en LEGO

L'article

rédigé par
Publié le 10 décembre 2017

En octobre 2017, Chronique Disney part à la rencontre de Guillaume Roussel, un fan d’à peine 20 ans qui a la particularité d’avoir déjà une notoriété dans son domaine : le MOC LEGO. En effet, Guillaume construit des My Own Creation, c’est-à-dire des assemblages à l’aide des petites briques de la firme danoise tout seul, sans notice. Et s’il est à l’honneur sur le site, c’est qu’il s’est fait un point d’honneur de recréer (en partie) Disneyland Paris en LEGO.

[Chronique Disney] Pour avoir le projet de recréer une partie de Disneyland Paris en LEGO, ton lien avec l'univers Disney doit être fort ?

[Guillaume Roussel] Disney occupe une part importante de ma vie. Cette magie a longtemps bercé mon enfance avec tous les classiques et films d'animation Disney qui ont contribué à faire de The Walt Disney Company la plus grande entreprise de divertissement du monde. Cette admiration pour le monde imaginaire et pourtant si réel de Disney remonte à mars 2011 à l'occasion d'une sortie aux Parcs. J'avais auparavant effectué quelques visites mais étant très jeune à ce moment-là, cela n'avait pas particulièrement retenu mon attention. Je suis alors tombé en admiration devant tant de splendeur, d’imagination et de perfection. À l'occasion de cette visite, j'ai pu accéder aux deux Parcs et découvrir de nombreuses attractions pour la première fois avec notamment Big Thunder Mountain et Space Mountain : Mission 2 qui restent mes attractions de prédilection. Cette visite a été pour moi comme une révélation, un électrochoc... C'est cette visite qui m'a lancé dans la reproduction de Disneyland Paris en LEGO. Car ma passion ce sont d'abord et avant tout les LEGO.

[Chronique Disney] D'où te vient cette passion pour les LEGO ?

[Guillaume Roussel] Elle remonte à bien plus longtemps que mon admiration pour Disneyland Paris. Je ne pourrais vous dire depuis quand j'ai cette passion ; tout simplement parce que je l'ai toujours eue. Cet attrait pour ce jouet s'est progressivement transformé en passion au fil du temps et s'est accru avec de grandes étapes, dont ma participation active à des expositions LEGO depuis plus de deux ans. Cette passion pour les LEGO vient de mon père qui, lui aussi, en avait à son époque, notamment un petit circuit de train électrique. Voulant agrandir le réseau, nous nous sommes lancés dans la recherche de rails et de trains, puis dans tous les thèmes abordés par la petite brique en général. Cette recherche s'est considérablement accentuée aujourd'hui donnant suite à une collection de plusieurs centaines de boites englobant différents thèmes : City, Pirates des Caraïbes, Star Wars, Indiana Jones, western, etc. Cette augmentation du nombre de boites s'est accompagnée d'un stock de pièces de plus en plus conséquent. Au départ réparti dans des sacs, il s'est étoffé avec, aujourd'hui, plus de 700 casiers pouvant accueillir des centaines de milliers de pièces. Outre le simple fait de monter des boites et de suivre des plans, j'ai très vite pris le parti de la création ; mon stock me permettant de réaliser des structures de plus en plus imposantes au fur et à mesure. Ma première grosse création est ainsi celle d'un paquebot inspiré du Titanic à l'âge de huit ans. Je n'ai jamais eu de « dark age » (NDRL : le dark age correspond à la période où l'enfant/adolescent s’éloignera des LEGO, jugeant ceux-ci infantilisant). Cette passion a sans cesse évolué sans jamais s’estomper, bien au contraire, je dirais même qu'elle se renforce à mesure des expositions LEGO.

S'il y a bien une chose qui a participé à l'élaboration de mes MOCs (My Own Creations) ce sont les expositions qui ont complètement chamboulé toute ma vision du monde LEGO. Comme beaucoup de choses, ma participation aux expositions LEGO s'est faite d'une manière inattendue. C'est, en effet, à l'occasion d'une exposition au CREPS de Reims que j'ai pu, pour la première fois, visiter une de ces expositions. J'ai pu rencontrer sur place le président d'une association qui s'est montré très enthousiaste à la vue des quelques photos de mes MOCs que j'avais apportées et m'a demandé si j'étais intéressé pour exposer en novembre 2014. Ma première exposition en tant qu'exposant fut une révélation. J'avais apporté, pour l'occasion, mon Parc Disney qui était très différent et beaucoup plus simple que ceux que vous pouvez voir aujourd'hui, ainsi qu'une immense ville accompagnée d'un réseau de trains. L'ensemble de la maquette faisant une superficie de presque 30m² et nécessitant pratiquement une journée de montage. J'ai pu, à cette occasion, partager et discuter avec de nombreux membres passionnés comme moi, de tous âges et de toutes professions. Ce qui m'a tout de suite plu, c'est l'ambiance entre les exposants, qui fut très conviviale et je dirais même familiale. J'ai tout de suite compris que je venais de mettre un pied dans l'engrenage et que je poursuivrais dans cette voie. Les expositions m'ont apporté des moyens supplémentaires, c'est-à-dire grossir mon stock de pièces afin de réaliser des projets de plus en plus ambitieux, faute de quoi, une très grande partie de mes MOCS n'aurait probablement pas vu le jour.

[Chronique Disney] Comment est venue l’idée de construire une réplique de Disneyland Paris ?

[Guillaume Roussel] L'idée de construire un parc d'attraction en LEGO m'est venue assez tôt. Passionné de manière générale par les parcs d'attractions, je désirais moi aussi avoir des manèges complétant ma ville. Malheureusement, le catalogue LEGO ne proposait rien de la sorte et je devais donc recourir à la créativité. Le début de la construction du Parc Disneyland s'est fait seulement quelques années plus tard à la suite d'une visite aux Parcs Disney. Je me suis alors lancé dans une reproduction plus ou moins fidèle et avec le peu de moyens dont je disposais, d'un Parc s'inspirant de l'univers de Disney. En parallèle, j'ai commencé à m’intéresser de plus près à l'univers Disney, aux attractions et aux différents Parcs présents dans le monde ; cela concerne surtout Disneyland Paris, Magic Kingdom à Walt Disney World Resort et bien sûr Disneyland Resort à Anaheim. À mesure que le Parc se construisait, je me suis plongé plus profondément et me suis surtout intéressé à une profession dont j'ignorais totalement l'existence : les Imaginieurs Disney. J'ai lu plus d'une centaines d'articles en tout genre, aussi bien sur les attractions que sur la construction des Parcs ou encore le travail des Imaginieurs, sans oublier des heures de documentaires sur l'homme qui est à la base de tout ce monde merveilleux : Walt Disney. Le premier Parc évoluait sans cesse. Plus j’avançais, et plus je voulais en faire. Les deux seules contraintes étant le nombre de pièces (très insuffisant pour un projet de cette envergure) et le manque de place dans ma pièce, si bien que je ne pouvais plus agrandir mon Parc, m'obligeant à m'adapter à un espace délimité.

Alors que je débutais le projet du Parc Disneyland en 2011, je n'ai pu créer que quelque chose de présentable et de satisfaisant en 2015. Ce diorama se répartissant sur une surface de 7m² n'adoptait pas du tout le plan « en hub » des Parcs Disney principalement pour des raisons de pièces et de temps. C'était un diorama plus en longueur avec la représentation partielle de quatre des cinq principaux Lands du Parc, la zone de Discoveryland étant absente. La création de ce diorama m'a pris plusieurs mois (la création des attractions se faisant en fonction de mon vrac).

Ce diorama comptait principalement les éléments suivants :

  •  Main Street, U.S.A. : une version petite et minimaliste, constituée d'une place et quatre minuscules bâtiments.
  • Dumbo the Flying Elephant : des éléphants inspirés de la version de Disneyland Paris. La motorisation de ce manège m'a d’ailleurs donné du fil à retordre car le poids des éléphants était trop lourd pour provoquer un mouvement de montée/descente.
  • Mad Hatter's Tea Cups : vaguement inspiré de la version californienne avec l'utilisation de gâteaux à la place des tasses
  • Disneyland Railroad : la gare étant un croisement de celle de Main Street, U.S.A. au Disneyland Park de Disneyland Resort et de Disneyland Railroad - Fantasyland Station à Disneyland Paris.
  • "it's a small world" : avec une façade plus proche de la version originale de l'attraction.
  • Le Carrousel de Lancelot : je n'en ai eu aucun mérite. Ce carrousel étant un set officiel : le 10196.
  • Alice in Wonderland : inspirée de l'attraction éponyme présente au Disneyland Park de Disneyland Resort et du dessin animé de 1951, je voulais créer une attraction à mi-chemin entre un « dark ride » et l'attraction Alice's Curious Labyrinth de Disneyland Paris.
  • Snow White Apples : aucune inspiration de près ou de loin aux Parcs Disney.
  • Le Château de la Belle au Bois Dormant : c'est sans doute le MOC qui m’a demandé le plus de temps à l'époque. Ce château reprenant la forme du celui de Paris mais avec la couleur de celui de Floride. Il comportait aussi un intérieur aménagé ressemblant à celui de Disneyland Paris avec, notamment, une boutique et la reproduction du premier niveau avec la trémie centrale.
  •  Blanche Neige et les Sept NainsLes Voyages de Pinocchio et Peter Pan's Flight : juste quelques bâtiments représentant partiellement ces attractions.
  • Phantom Manor : j'ai seulement créé le cimetière, le manoir étant un set officiel : 10228.
  • Splash Mountain : je ne disposais pas d'assez de pièces et de place pour créer Big Thunder Mountain. Je me suis donc reporté sur Splash Mountain, attraction présente au Disneyland Park de Disneyland Resort et au Magic Kingdom de Walt Disney World Resort.
  • Adventure Isle : inspirée d'Adventure Isle à Disneyland Paris.
  • Le Jollyroger : reproduction de Captain Hook's Pirate Ship, le bateau du Capitaine Crochet, qui se trouve dans le Parc Disneyland à Paris.
  • Pirates of the Caribbbean : inspirée de l'attraction Pirates of the Caribbean à Disneyland Paris avec cependant une partie de l'attraction rappelant Jungle Cruise de Disneyland Resort.
  • Grande roue : c'est un set officiel, aucun rapport si ce n'est le rapprochement avec la grande roue de Disneyland Resort.


Intérieur du dôme avec circuit simplifié mais fonctionnel

Au fur et à mesure des expositions, je voulais réaliser quelque chose de plus réaliste, de plus grand, de plus Disney. Je me suis alors lancé dans un tout nouveau diorama en détruisant en quasi totalité l'ancien. Ce nouveau projet avait pour objectif de créer un diorama visuellement plus proche du Parc Disneyland, le plan a été changé pour adopter la configuration en hub des Parcs et un bon nombre des MOCs ont été revus ou changés. Parmi les plus grosses créations de ce nouveau projet, j'ai réalisé une gare copiée sur le modèle californien ; elle s'est accompagnée de nouveaux bâtiments pour Main Street, U.S.A. : City Hall et Emporium entre autres. Et enfin, la création d'un tout nouveau château bien plus proche du modèle parisien que la version antérieure. C'est sans doute le MOC qui m'a pris le plus de temps, plus de 400 heures au total. Ce château, s'il est pour moi le plus beau jamais construit dans un Parc Disney, est aussi le plus compliqué à reproduire car il a beaucoup de tours et de parties très différentes qui s'enchevêtrent les unes dans les autres. Le refaire en LEGO semblait alors très compliqué. Avant de me lancer dans sa construction à proprement parler, j'ai rassemblé un certain nombre d'images et de plans me permettant de mieux cerner ses formes. Au final, un MOC de plus de 10 000 pièces, entièrement modulaire et conçu pour être transporté d'expo en expo avec une bonne solidité de la structure.
Concernant maintenant le Parc Walt Disney Studios. À vrai dire, je n'avais pas du tout prévu de me lancer dans le deuxième Parc, le Parc Disneyland me demandant déjà un temps considérable. Je me suis concentré sur The Twilight Zone Tower of Terror - Un Saut dans la Quatrième Dimension, Cars - Quatre Roues RallyeStudio Tram Tour - Behind the MagicArmageddon : Les Effets -SpéciauxArt of Disney AnimationToy Soldiers Parachute Drop et RC Racer. L'ensemble de ce diorama a été construit en à peine un mois d'où la taille assez petite du Parc. Le plus dur a été la construction des deux attractions de Toon Studio liées à l'univers de Toy Story. En effet, en plus des moteurs traditionnels, elles nécessitent un système de programmation ; j'ai donc eu recours à la technologie Mindstorm (c'est la gamme robotique de LEGO). Ces deux attractions m'ont demandées une centaine de tests, en particulier pour RC Racer pour laquelle je devais résoudre le problème de la variation de vitesse de la voiture.

[Chronique Disney] Penses-tu pouvoir faire évoluer tes Parcs ou, au contraire, changer totalement de thème de prédilection ?

[Guillaume Roussel] À la question : est-ce que je vais changer de thème et démonter ce que j'ai construit ? Et bien la réponse est non, je ne changerai jamais de thème pour la simple raison que j'affectionne tout particulièrement ce thème. Cela ne veut pas dire pour autant que je présenterai toujours la même chose, la difficulté des expos LEGO étant savoir se renouveler d'année en année afin de toujours surprendre le visiteur et apporter toujours plus d'originalités dans ce qu'on présente. Parmi les grands projets que je réaliserai dans les trois prochaines année figurent Space Mountain et "it's a small world" (prévu en 2017), Pirates of the Caribbean en 2018 et le Disneyland Hotel de Paris pour 2019, je commence d'ailleurs déjà à rassembler des pièces pour ce dernier.

[Chronique Disney] Avec ton expérience, quel est ton avis sur la gamme officielle liée aux Parcs ? Notamment le LEGO Disney Castle et la série de mini-figurines ?

[Guillaume Roussel] La reproduction du Parc Disneyland en LEGO m'a posé une contrainte à laquelle je n'avais pas pensé : le manque de Personnages. Aussi, j'ai longtemps souhaité que LEGO sorte une série de figurines Disney, le format Friends me laissant dubitatif. Mon avis ? Je suis ravi ! J'ai immédiatement accroché, le mélange des têtes moulées et têtes normales en fonction des personnages est de bonne augure pour un résultat final plus que satisfaisant. J'espère que d'autres séries sont prévues dans les années à venir, le nombre de Personnages Disney étant presque infini, un Chapelier Fou serait génial !

J'ai longtemps souhaité que LEGO sorte un château Disney digne de ce nom, celui de la gamme Friends étant plus que minimaliste. Ce jour a fini par arriver avec l'annonce du set 71040 Disney Castle qui a immédiatement suscité un énorme intérêt pour la communauté AFOL et les fans de Disney. Le choix du château tout d'abord est très judicieux. Il paraissait évident que LEGO n'allait pas sortir la version française et la version californienne bien que très célèbre, elle n'était pas, je pense, suffisamment imposante. Le château de Walt Disney World Resort était un modèle parfait : une taille imposante, un symbole des Parcs Disney. Pourtant, dès les premières fuites des visuels officiels j'ai été déçu. Je m'attendais à une réplique plus fidèle du château présent dans le Parc, la façade avant étant plutôt bien respectée, l’absence de façade arrière m'a un peu refroidi, sans compter la couleur beige alors que celui du Magic Kingdom est blanc légèrement rosé. Je pense que tous les fans qui s'attendaient à une réplique parfaite de celui présent dans le Parc ont été déçus. Bien sûr, il ne fallait pas compter sur un château à l'échelle, celui-ci mesurant 57 mètres de haut, une maquette de 1,14 mètre n'était pas envisageable. Néanmoins, je pense que le but pour LEGO n'était pas de proposer une réplique parfaite mais plutôt de s'en inspirer et de proposer une boite qui soit avant tout symbolique avec une multitude de clins d'œil à l'univers de Disney et le job est rempli ! Hormis la sublime façade assez bien reproduite, l'intérieur, bien que très étroit dans les étages, offre de vraies possibilités de jouabilité qui, j'en suis sûr, comblera de joie n'importe quel enfant ou fan. Je pense que ce set se suffit à lui seul, nul besoin de l'agrémenter d'un décor pour avoir un résultat convenable ; c'est pourquoi il est parfait pour être exposé dans une vitrine ou sur un meuble. En revanche, je ne pense pas qu'il soit adapté pour un diorama, le dos du set n'étant pas très esthétique. Niveau plaisir de construction (et là je parle plus pour les fan de LEGO), de nombreuses reviews attestent d'une énorme réussite, des techniques variées, peu de répétitivité. De mon côté, c'est vraiment un super set du point de vue de la construction, peu de répétitivité, des techniques de construction diverses et variées et pour finir, un inventaire de pièce incroyablement diversifié.

NDLR : Toutes les photos sont issues du diorama de Guillaume Roussel et en particulier lors de sa dernière exposition pour Brick à Dole 2017. Les fans peuvent suivre son travail et son amélioration permanente sur sa page Disneybrick.

Poursuivez votre visite

Nos Réseaux Sociaux