Dossiers » Parcs à Thème » Éditos
Parcs à Thème » Éditos

La Fin des FASTPASS

L'article

rédigé par Romain Chayot
Publié le 15 juillet 2021

Au détour d’un simple communiqué sur les nouveaux services numériques prochainement proposés par Disneyland Paris, une annonce, pourtant de taille, s'est glissée en catimini : la fin des FASTPASS gratuits !

Et logiquement, elle a fait l’effet d’une bombe. Il faut dire qu'elle ne signe pas moins que l'arrêt définitif d'un système dont le concept paraissait étrange lors de son instauration en 1999 mais qui, bon gré mal gré, avait fini par s’installer dans les us et coutumes des visiteurs des Parcs Disney : les fameux FASTPASS !

Le deal était simple : muni d’un ticket d’entrée, un visiteur pouvait réserver un créneau de retour lui permettant d’accéder à une attraction populaire via une file d’attente réduite. Il s’agit alors bien d’un système de file virtuelle, mais contrairement au Standby Pass, il avait le bon goût de ne pas se reposer sur une technologie numérique : au tournant du XXIe siècle, les smartphones n’étaient, il est vrai, qu’un doux rêve...

Le FASTPASS n'a ainsi jamais été qu'un simple service gratuit. Au fil des années, il s’est solidement érigé en totem : celui d’une journée dans les Parcs sans (trop d’) attente, d’une visite amusante mais aussi, pour certains, une prise de tête organisationnelle venue de l'obligation de jongler entre les prises de FASTPASS et les files d’attente normales. Quelque peu mystifié, ce précieux sésame - censé raccourcir le temps d’attente - s’avère vite en réalité dommageable pour les files d’attente classiques qui s’en retrouvent rallongées, en dommage collatéral. En moyenne, un visiteur gagne en realité bien peu avec ce système, voire même perd ! Philippe Gas, alors PDG de Euro Disney S.C.A., avait ainsi indiqué à l'époque qu’un visiteur lambda faisait sept attractions lors d’une visite, chiffre largement couvert par les seuls FASTPASS.

L’évolution de ce système en une version moderne et numérique était donc actée et surtout nécessaire à l’ère de la numérisation, où tous les services sont désormais réalisables en quelques clics. La gamme d'évolution potentielle était d'ailleurs puisable dans les autres Resorts Disney : le système FASTPASS+ à la Walt Disney World Resort avec des FASTPASS réservables à l'avance mais peu adapté au Resort parisien ou le Disney MaxPass de Disneyland Resort cherchant le compromis entre les deux mondes (il consiste en la prise de FASTPASS sur une application une fois dans les Parcs en payant un supplément pour la journée et permettant également de récupérer les photos dans les attractions).

Mais voilà, Disneyland Paris n’a au final retenu aucune de ces versions. Le Resort français a en effet choisi de rendre les FASTPASS payants supprimer les FASTPASS et d’instaurer le Disney Premium Access payant. Le visiteur ne rêve plus : Disneyland Paris rend payant un service qui était gratuit depuis plus de vingt ans ! Certains pourraient avancer qu’il ne s’agit là que d’un alignement de la destination sur les pratiques des autres parcs à thèmes qui font déjà payer depuis longtemps leurs coupe-files à l’instar d’Universal Resort Orlando et son Universal Express Unlimited ou encore, dans l'hexagone, le Parc Astérix et son filotomatix. D’autres encore se réjouiront de la disparition du système qui permettra à la file classique d’être de nouveau traitée convenablement.

Les opposants au système FASTPASS oublient pourtant son principal levier qui est de l’ordre du psychologique et du ressenti, permettant aux visiteurs, d’un jour ou plus, de se dire « je n’ai attendu que 15 minutes pour faire le Train de la Mine au lieu de 90 » ; ce ressenti allant de pair avec l’horrible sensation que Disneyland Paris profite lamentablement d’un moment de crise pour retirer un service gratuit jusque-là compris dans le billet d’entrée en le rendant payant sans aucune contrepartie.

Cette décidément horrible sensation que Disneyland Paris ne se préoccupe, encore une fois, que de son compte d'exploitation et jamais de l'expérience de ses visiteurs. Cette toujours horrible sensation que le terme de Guest se traduit désormais par client, et non plus par invité. Cette horrible sensation, enfin, d’être ouvertement pris pour des pigeons.

Le remplacement du FASTPASS à Disneyland Paris

Deux systèmes, entièrement numériques, viennent donc remplacer les FASTPASS.

  • Standby Pass : ce service gratuit permet d'utiliser l'application mobile pour obtenir un créneau de passage à une attraction afin de limiter le temps passé dans la file d'attente physique. Il est mis en place certains jours à certaines attractions en fonction de l'affluence et devient, dès lors, le seul moyen d'accéder à leurs files d'attente principales dont la durée sera théoriquement plus courte qu'elle l'aurait été sans ce système. Il est ainsi le remplaçant direct des FASTPASS avec la différence majeure qu’il sera obligatoire pour accéder à une attraction en cas de forte affluence.
  • Disney Premier Access : ce système permet d'acheter un accès rapide à un créneau horaire défini pour une attraction en passant par la file d'attente anciennement dédiée aux FASTPASS (qui ne seront plus proposés). Pratique, la réservation se fait directement depuis l'application mobile depuis n'importe quel endroit dans les Parcs. Au lancement, le Disney Premier Access sera proposé à partir de 8 € par personne et par attraction, le prix pouvant varier selon les jours et selon l'attraction. Il sera également possible de les acheter depuis des endroits dédiés dans les Parcs (utile notamment pour les personnes démunies de smartphones). Il est le remplaçant du VIP FASTPASS.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.