Lucy Must Be Traded, Charlie Brown

Lucy Must Be Traded, Charlie Brown
L'écran titre
Titre original :
Lucy Must Be Traded, Charlie Brown
Production :
Lee Mendelson Film Productions
Charles M. Schulz Creative Associates
United Media Productions
Date de diffusion USA :
Le 29 août 2003
Distribution :
ABC
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Bill Melendez
Larry Leichliter
Musique :
Vince Guaraldi
David Benoit
Durée :
25 minutes
Disponibilité(s) aux États-Unis :

Le synopsis

Charlie Brown se prépare pour la nouvelle saison de baseball. Mais Lucy n'est pas douée. Charlie propose alors à Peppermint Patty un échange de joueurs..

La critique

rédigée par
Publiée le 02 octobre 2020

Lucy Must Be Traded, Charlie Brown est le 42e téléfilm tiré de la série de strips Peanuts écrite et dessinée par Charles M. Schulz. Son intrigue s'inspire quant à elle des comic strips publiés à la fin de l'année 1967 et en 1988.

À partir des années 60, il est d'usage de voir diffusé sur la chaîne CBS des téléfilms tirés des comic strips de Schulz. Des diffusions telles que Joyeux Noël, Charlie Brown ! dans les périodes de Noël, C'est la Grosse Citrouille, Charlie Brown durant les festivités d'Halloween ou encore A Charlie Brown Thanksgiving lors des vacances de novembre sont ainsi devenues des traditions dans le paysage télévisuel américain. En 2001, les droits de certains téléfilms des Peanuts passent chez ABC, la chaîne généraliste, propriété de The Walt Disney Company. Après la mort de Charles M. Schulz le 12 février 2000, la tradition perdure et de nouvelles adaptations sont proposées : A Charlie Brown Valentine le 14 février 2002 et Charlie Brown's Christmas Tales le 8 décembre 2002. Lucy Must Be Traded, Charlie Brown est donc le troisième téléfilm créé après la mort du dessinateur.

Depuis sa plus tendre enfance, Charles M. Schulz a une admiration pour le baseball. C'était donc une habitude de voir dans les cases de sa bande dessinée les personnages de Peanuts jouer au fameux sport américain, inspirée par les souvenirs du dessinateur. Les spectateurs suivent donc de nouveau Charlie Brown, ce petit garçon souvent victime de malchance et portant un tee-shirt emblématique jaune avec une rayure noire. Ce dernier est ainsi impatient que débute la saison de baseball, mais voilà, lorsque Lucy se met à jouer dans son équipe, tout va de travers. La jeune fille autoritaire n'est en effet pas très douée et ses remarques ne font qu'agacer Charlie Brown. Cherchant à tout prix à gagner des matchs, il se met vite en tête d'échanger sa joueuse avec l'un des joueurs de l'équipe de Peppermint Patty. Les négociations commencent et prennent différentes tournures...

S'il s'agit à première vue d'une compilation de gags sur le thème du baseball, le téléfilm réussit tout de même à rester cohérent et à maintenir une certaine consistance à son intrigue. De plus, bien que l'histoire racontée demeure simple et conventionnelle, épousant un rythme plutôt lent, le ton et l'humour ajoutent un charme indéniable à l'ensemble. Le comique de répétition est ainsi plutôt bien amené et les gags sont plaisants à visionner. L'exercice d'adaptation n'est toutefois pas aisé, surtout lorsque le téléfilm est pratiquement recopié case par case des bandes dessinées de Schulz. Néanmoins, les animateurs parviennent à retranscrire à l'écran avec fidélité non seulement les dessins de l'artiste mais aussi toute la fraîcheur de Peanuts.

Cette fraîcheur provient notamment des personnages et de leur écriture. S'ils agissent beaucoup comme les enfants qu'ils sont, les protagonistes de Lucy Must Be Traded, Charlie Brown amènent en effet des réflexions souvent complexes. Charlie Brown est ainsi, comme à son habitude, toujours sujet à l'infortune : il est pourtant loin d'être fataliste et se donne les moyens de réussir ce qu'il entreprend, quitte à parfois prendre de mauvaises décisions. Fort heureusement, il sait aussi se remettre en question et ses interrogations sont loin de plomber le fil de l'histoire ; au contraire, elles contribuent au charme des téléfilms de l'univers de Charles M. Schulz.
Lucy se place elle aussi au centre de l'intrigue. D'habitude plus vindicative envers Charlie Brown ou Snoopy, elle demeure cette fois-ci un peu plus mesurée dans ses propos. Sans doute a-t-elle conscience de sa faiblesse au baseball. Elle persiste pourtant à donner ses conseils et ses impressions ; un trait plutôt puéril qui correspond bien à un enfant.
Le garçon manqué Peppermint Patty est également de la partie tout comme sa meilleure amie Marcie, Schroeder le musicien de la bande qui ici troque son rôle de pianiste pour celui de receveur ou encore Linus, le petit frère de Lucy qui ne quitte jamais sa couverture.
Enfin, la mascotte des Peanuts s'invite évidemment dans le récit : Snoopy le beagle apporte en effet une légère dose d'humour avec ses gags visuels et son animation amusante.

Les téléfilms de Snoopy et Charlie Brown ne sont rien sans leur ambiance musicale jazzy et cette fois encore la bande sonore est l'âme de Lucy Must Be Traded, Charlie Brown. La plupart des compositions sont signées et interprétées par Vince Guaraldi : rien de plus normal, ce musicien de jazz est le compositeur attitré des dessins animés du dessinateur Schulz ! De nouvelles partitions ont toutefois été créées par David Benoit après la mort du jazzman le 6 février 1976. Se retrouvent ainsi des thèmes récurrents comme Memories dont le côté mélancolique touchant clôt à merveille le téléfilm, Peppermint Patty, Oh Good Grief et Baseball Theme épousant un ton un peu plus enjoué et, enfin, le célèbre Linus and Lucy que chaque amateur des Peanuts reconnaît, constituant toujours un plaisir à écouter tant sa mélodie est entraînante.

La tradition des téléfilms de Schulz est par ailleurs respectée : pour doubler des enfants, il faut des voix d'enfants ! La voxographie dans sa version originale est donc particulière car les voix des personnages sont plus spontanées. Au casting se remarquent ainsi Wesley Singerman (Wilbur dans Bienvenue Chez les Robinson) dans le rôle de Charlie Brown, Serena Berman (voix américaine de Elyon Brown dans la série W.I.T.C.H.) dans celui de Lucy ou encore Daniel Hansen (Lewis dans Bienvenue Chez les Robinson) dans celui de Peppermint Patty. Seuls les jappements de Snoopy et les piaillements de Woodstock sont donc doublés par un adulte : Bill Melendez, le producteur de la majorité des téléfilms de la bande de Charlie Brown mais aussi voix attitrée de ces deux personnages, du succès Joyeux Noël, Charlie Brown ! à Snoopy et les Peanuts - Le Film des Blue Sky Studios.

Lucy Must Be Traded, Charlie Brown a été diffusé une première fois le 29 août 2003 sur la chaîne ABC. Le téléfilm est ensuite proposé en VHS et en DVD le 2 mars 2004 par Paramount Home Media Distribution puis le 1er mai 2012 dans la compilation Happiness is... Peanuts: Team Snoopy avec en plus Snoopy's Brother Spike, un épisode de la série Les Aventures de Charlie Brown et de Snoopy originellement diffusée de 1983 à 1985. Cette compilation est distribuée par Warner Bros. Home Entertainment, filiale de Warner Bros.  qui s'occupe de la distribution des téléfilms en DVD et Blu-ray des Peanuts depuis que Paramount lui a revendu les droits en 2007.

Adaptation fidèle des dessins de Charles M. Schulz, Lucy Must Be Traded, Charlie Brown dispose de nombreuses qualités : une animation certes datée mais plutôt bonne, une partition musicale toujours excellente et des gags retranscrits des cases à l'image. Au final, un téléfilm simple mais bourré de charme.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.