Angry Angel
La jaquette
Titre original :
Angry Angel
Production :
Freeform
Date de sortie USA :
Le 27 novembre 2017
Genre :
Comédie
Réalisation :
Jamie Travis
Musique :
John Swihart
Durée :
83 minutes

Le synopsis

En 2008, une jeune femme, Megan, est emportée par un cancer incurable. Alors qu'elle arrive aux portes du Paradis, elle est jugée sur la vie qu'elle a menée sur Terre avant de mourir et renvoyée en tant qu'ange. Elle change alors son identité pour celle d'Allison Pike et revient à New York pour effectuer une série de bonnes actions. Elle va ainsi tenter de se fondre parmi les vivants en recommençant une nouvelle vie. Neuf ans plus tard, en 2017, la jeune femme a finalement réussi sa mission, et elle est fin prête à s'envoler pour le Paradis. Malheureusement pour elle, à la veille de Noël, Allison tombe nez à nez avec Patrick, son ancien mari qui l'a vue mourir : de douloureux souvenirs sont ravivés...

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 04 décembre 2017

Angry Angel est un téléfilm produit spécialement pour la chaîne Freeform (anciennement ABC Family), et diffusé pour la première fois sur le réseau le 27 novembre 2017.

Bien avant son rachat par The Walt Disney Company, ABC Family, du temps où elle s'appelait encore The Family Channel et Fox Family, marquait les 25 jours de décembre précédant Noël en diffusant des programmes de Noël faits de classiques du cinéma, de dessins animés et autres téléfilms. Elle a bien évidemment conservé cette habitude après son changement de propriétaire. Depuis 1996 et jusqu'en 2013, la chaîne proposait même un, deux ou trois téléfilms totalement inédits, pour la plupart produits par elle, spécialement pour les fêtes de Noël. C'est ainsi vite devenu une tradition que les téléspectateurs attendent avec impatience, le bloc de programmes, 25 Days of Christmas, étant désormais un incontournable des fêtes des Noël et enregistrant de jolis scores d’audience. La tradition semble cependant s'être perdue à la fin de l'année 2013, puisque le téléfilm Un Rêve Éveillé sera le dernier long-métrage produit spécialement par la chaîne avant un hiatus de quatre ans.

En 2016, ABC Family décide de faire peau neuve et de redynamiser son image et son audience. Alors que son mandat était jusqu'alors de proposer majoritairement des programmes familiaux, autour desquels il faisait bon se réunir, la chaîne frappe un grand coup en choisissant une toute nouvelle cible : les jeunes adultes. Désormais appelé Freeform, le réseau souhaite ainsi s'adresser directement aux 15-34 ans, à l'aide d'une ligne éditoriale et d'un habillage entièrement remaniés. Soutenue dans sa transition par un catalogue de séries particulièrement bien reçues auprès des jeunes adultes, telles Pretty Little Liars ou encore The Fosters, la chaîne a su faire montre d'ambition et de prises de risques, en proposant à ses téléspectateurs sa première série d'horreur, Dead of Summer, et en délaissant quelque peu les comédies pour s'aventurer dans des registres plus sérieux, comme la fantasy avec Shadow Hunters ou encore le fantastique avec Beyond. En outre, elle propose toujours quantité de films cultes dont elle possède les droits de diffusion, à l'exemple de la saga Harry Potter, multi-rediffusée sur le réseau. En ces circonstances, et après un passage à vide du côté de la production de téléfilms originaux, Freeform célèbre en 2017, et pour la première fois depuis quatre ans, l'arrivée de Noël avec un long-métrage inédit, Angry Angel.

Pour produire Angry Angel, Freeform fait appel à Jamie Travis, un réalisateur qui cadre parfaitement avec le nouveau credo de la chaîne, celui de s'adresser à la jeune génération. Né le 13 août 1979 à Toronto au Canada, Travis étudie, en effet, le cinéma à l'Université de la Colombie-Britannique jusqu'en 2003, date à laquelle il réalise son premier court-métrage, Why the Anderson Children Didn't Come to Dinner, qui se voit auréolé de nombreux prix prestigieux à travers les festivals du Canada. S'en suit alors une série de courts-métrages qui rencontrent eux aussi un succès similaire, avant que Jamie Travis ne s'aventure du côté du cinéma en 2012, avec la comédie déjantée American Sex Phone (For a Good Time, Call... en version originale). Il travaille ensuite sur plusieurs séries très prisées du public adolescent, dont Faking It (MTV) et The Bold Type (Freeform).

Dès les premières minutes de Angry Angel, c'est donc le jeune public adepte de nouvelles technologies qui est interpellé par le scénario. Pour exemple, les bonnes actions effectuées par les personnages ne sont pas mesurées au moyen d'une quelconque balance cosmique, mais bien plutôt à l'aide d'une banale application sur smartphone ! Allison voit donc en direct depuis son téléphone les miracles qu'elle pourra effectuer à proximité et qui lui donneront les points précieux dont elle a désespérément besoin pour rentrer au Paradis ! Ce système de points n'est bien sûr par novateur, puisqu'il s'inspire en réalité des moyens de juger de la valeur d'un individu décrits depuis des millénaires dans de nombreux écrits sacrés. Associé peu ou prou dans la culture populaire au passage dans l'au-delà, ce système de jugement des actions sur Terre se retrouve ainsi illustré dans nombre d'œuvres, dont les romans du Cycle des Anges de Bernard Werber, mais aussi plus récemment dans la série The Good Place (NBC), qui a recours, elle aussi, aux nouvelles technologies pour mesurer la valeur d'une âme. Que le téléspectateur curieux ne s'y trompe pourtant pas : si le scénario de Angry Angel se veut effectivement à la fois décomplexé et volontairement orienté vers un public dit millénial, tout le monde trouve son bonheur dans ce sympathique conte de Noël !

Emmené par un casting au demeurant excellent, Angry Angel remplit donc pleinement sa fonction de divertissement télévisé d'avant Noël.
Allison Pyke est ainsi interprétée par la très talentueuse Brenda Song, une habituée des productions Disney, elle qui a été révélée au grand public dans les séries Disney Channel Phil du Futur, La Vie de Palace de Zack et Cody et son spin-off, La Vie de Croisière de Zack et Cody. La jeune femme a par la suite joué le rôle-titre dans le Disney Channel Original Movie Wendy Wu, avant de prêter sa voix au personnage de Chloé dans le sympathique cartoon Clochette et le Tournoi des Fées.
Dans Angry Angel, Allison est une jeune femme terriblement sarcastique et qui ne prend pas sa mission très au sérieux. Devant amasser 50 000 points pour prétendre entrer au Paradis, l'ange ne brille pas par ses bonnes actions et occupe un poste de serveuse pour subvenir à ses besoins, tout en entretenant une relation sans lendemain avec son collègue de travail, Barker (Andy Favreau). Bien qu'elle n'ait jamais oublié son mari, Patrick (Ricky Mabe, Preacher, AMC), qui est resté à ses côtés jusqu'à son décès en 2008, la jeune femme n'est pas autorisée à reprendre contact avec quiconque de son ancienne vie, sous peine de voir tous ses points péniblement amassés jusque ici retirés sur le champ.

Pour mener à bien sa mission, Allison est guidée par un mentor, en la personne de Jason Biggs lui-même ! L'acteur, qui est principalement connu pour avoir tenu le rôle-titre dans la saga American Pie, avant de s'illustrer dans Antartica, Prisonniers du Froid et plus récemment dans la série à succès de Netflix, Orange is the New Black, interprète dès lors son propre rôle de manière désopilante. Autrefois médecin bedonnant et chauve, l'homme s'est trouvé, à sa mort, transformé en un jeune homme fringuant et charmeur devenu vedette de cinéma ! Il explique ainsi à Allison que de nombreuses stars sont aujourd'hui des anges, profitant de leur nouveau physique pour acquérir la célébrité : Sandra Bullock ou encore la drag-queen RuPaul seraient de ceux-là ! Protecteur envers Allison mais aussi terriblement imbu de sa personne, Jason Biggs, le personnage, n'est pas sans rappeler un autre acteur qui jouait son propre rôle dans une série télévisée. En effet, en 2012, ABC diffusait l'excellente série Don't Trust the B---- in Apartment 23, dans laquelle James Van Der Beek, l'éternel Dawson de la série éponyme, jouait lui aussi une version décalée et hilarante de lui-même.

À ces deux anges particulièrement attachants vient s'ajouter toute une galerie de personnages secondaires plus ou moins mémorables. Patrick, l'ancien mari d'Allison, mais aussi Barker, le séduisant collègue de travail de cette dernière, sont ainsi de ces personnages qui sont bien écrits, bien que quelque peu éculés. Tout à l'inverse, Leonard, l'un des seuls amis d'Allison, méritait assurément plus de temps à l'écran ! Joué par l'acteur canadien Andrew Bachelor, qui a fait ses preuves dans le registre de la comédie décalée avec la série Black Jesus (Adult Swim) et Fifty Shades of Black, la parodie de Fifty Shades of Grey, Leonard est également un ange en quête de rédemption. Cependant, à l'inverse d'Allison, il a déjà eu un avant-goût du Paradis, mais il en a été éjecté de force après qu'il ait « emprunté » la voiture de sport de... Ghandi ! Hilarant, aussi borné et piquant qu'Allison, Leonard est de ces personnages que le téléspectateur adorera détester en le voyant mettre des bâtons dans les roues de l'héroïne, mais qui l'adorera ensuite lorsqu'il se révélera être un allié précieux de la jeune femme.

Vendu comme une comédie sur la vie d'une jeune femme qui est tout sauf un ange, Angry Angel peine quelque peu à démarrer dans les vingt premières minutes de son scénario. S'il est vrai que la première partie du téléfilm se concentre sur les points qu'il manque à Allison pour atteindre le Paradis, Angry Angel bascule pourtant assez rapidement dans le genre de la comédie romantique. Alors que la jeune ange parvient très rapidement à effectuer assez de bonnes actions pour prétendre au repos éternel, après avoir pourtant peiné plus de neuf ans pour obtenir ses derniers points, le téléfilm débute véritablement au deuxième acte, lorsqu'Allison tombe nez à nez avec son ancien mari, Patrick, à la veille de Noël. Tiraillée entre l'envie de lui révéler sa véritable identité et son désir de gagner le Ciel, elle devra faire un choix qui pourrait bien anéantir près d'une décennie de bonnes actions en quelques secondes.

Au demeurant très simple, le scénario de Angry Angel parvient tout de même largement à remplir sa mission. Il faut dire que, face à un personnage aussi cru et sarcastique qu'Allison, le téléspectateur ne s'attendait véritablement pas à voir celle-ci faire montre d'autant de fragilité, une fragilité qui est d'ailleurs tout à fait bienvenue, empêchant le téléfilm de sombrer dans un second degré perpétuel qui se serait vite révélé agaçant. L'une des bonnes idées de Angry Angel est alors de faire s'adresser directement Allison au téléspectateur, en brisant constamment le quatrième mur. Ainsi, en plus d'obtenir des informations précieuses quant à la mission des anges, le téléspectateur possède un accès direct aux émotions et aux sentiments du personnage, qui pourrait sans cela se révéler trop cynique et peu attachant.
Le réalisateur Jamie Travis parvient ici à insuffler une touche d'émotion somme toute bienvenue à son long-métrage, bien que le scénario semble parfois cousu de fil blanc, ayant même recours à des Deus Ex Machina pour résoudre des situations dont les ficelles sont par trop apparentes, alors que quelques minutes de film en plus aurait sans doute suffi à régler tout ceci avec davantage de finesse d'écriture. Il n'empêche ! Angry Angel sait parfaitement se faire divertissant, en grande partie grâce à son casting de qualité et sa réalisation bien maîtrisée.

Résolument moderne et parfaitement adapté à la nouvelle ligne éditoriale de Freeform, Angry Angel est indéniablement un téléfilm réussi. Sorte de conte de Noël 2.0 capable de faire passer le téléspectateur par toute une gamme d'émotions, lesquelles sont d'ailleurs appuyées par de bons dialogues, Angry Angel est assurément un excellent moyen de se divertir un après-midi de décembre en attendant les fêtes de fin d'année.
Il ne reste dès lors qu'à espérer qu'il sera le premier d'une nouvelle (et longue) série de téléfilms annuels !

L'édition vidéo

Le téléfilm n'est édité, à l'heure actuelle, sur aucun support.

Poursuivez votre visite

Nos Réseaux Sociaux