The Hate U Give
La Haine qu'on Donne

The Hate U Give - La Haine qu'on Donne
L'affiche du film
Titre original :
The Hate U Give
Production :
Fox 2000 Pictures
Date de sortie USA :
Le 19 octobre 2018
Le 5 octobre 2018 (avant-première et sortie limitée)
Genre :
Drame
Réalisation :
George Tillman, Jr.
Musique :
Dustin O'Halloran
Durée :
132 minutes
Disponibilité(s) en France :
Autre(s) disponibilité(s) aux États-Unis :

Le synopsis

Starr Carter est une jeune afro-américaine de 16 ans. Elle vit dans un quartier pauvre dont la population est majoritairement noire mais étudie dans une école privée majoritairement blanche. Starr voit ses deux mondes s'écrouler lorsqu'elle se retrouve témoin du meurtre de son ami Khalil par un policier blanc. Afin de lui rendre justice, elle ne devra compter que sur sa seule arme : sa voix.

La critique

rédigée par
Publiée le 08 janvier 2019

The Hate U Give - La Haine qu'on Donne est un film coup de poing qui se révèle juste dans son propos et ses messages. Le long-métrage tout comme le livre dont il est tiré sont alors une inspiration pour la communauté noire et une initiation au militantisme.

Le film est ainsi une adaptation plus ou moins fidèle du premier roman d'Angie Thomas. L'auteure naît en 1988 à Jackson, dans l'État du Mississippi et continue à y vivre. Pendant ses études, elle rédige une ébauche de The Hate U Give sous la forme d'une nouvelle, trouvant alors le moyen de s'exprimer face au racisme et aux brutalités policières qui sévissent dans son pays. À la suite du meurtre d'Oscar Grant en Californie en 2009 par un agent de police, Angie Thomas découvre en effet deux visions de l'incident : chez elle, Oscar Grant était une victime ; à l'école, certains étudiants l'incriminaient. C'est donc en s'inspirant de son vécu et de ses impressions qu'elle continue la rédaction de son roman, poussée par les histoires de Trayvon Martin, Tamir Rice, Mike Brown ou encore Sandra Bland.
Le 28 février 2017, le roman est publié aux États-Unis et devient très vite un grand succès de librairie. La critique l'encense et le récompense de prestigieux prix. The Hate U Give véhiculant aussi une image laudative du mouvement Black Lives Matter, il se retrouve aussitôt dans les bibliothèques et les écoles américaines. Le best-seller se voit néanmoins critiquer par certains syndicats de police, notamment en Caroline du Sud où il est carrément retiré des listes de lecture scolaires accusé "d'endoctrinement à la méfiance policière". Mais dans l'ensemble, le livre reste apprécié pour sa capacité à dénoncer avec justesse les violences et les crimes policiers récurrents commis contre les afro-américains, source première de la défiance totale de la communauté noire envers les forces de police du pays. La ségrégation raciale en vigueur aux États-Unis jusque dans les années 60 et le racisme n'en ont manifestement toujours pas fini de produire leurs effets désastreux dans la société américaine...
Malgré la pression des syndicats policiers et des milieux conservateurs, 20th Century Fox trouve dans le roman le matériel nécessaire à son adaptation cinématographique et valide le projet.

The Hate U Give - La Haine qu'on Donne suit donc le parcours de Starr Carter (jouée par Amandla Stenberg). Au cours d'une soirée, elle retrouve Khalil un vieil ami d'enfance (interprété par Algee Smith) qui lui propose de la raccompagner en voiture. Mais cette nuit, sur le chemin du retour, un policier abat Khalil devant les yeux de Starr, témoin de la scène. Alors qu'elle avait pris l'habitude d'aborder deux facettes différentes de sa vie - une Starr hardie chez elle et dans son quartier, et une Starr 2.0. prudente ne voulant pas faire de vagues dans son école privée - cet homicide l'ébranle complètement. Elle affronte alors l'hypocrisie de certains individus, certaines remarques déplaisantes qu'elle ne discernait pas auparavant, l'injustice et les doutes envers Khalil, mais surtout la haine et la colère de toutes parts.

Le film est dirigé par George Tillman Jr., connu pour des longs-métrages sur la communauté afro-américaine. Né le 26 janvier 1969 aux États-Unis, il a notamment réalisé le biopic Notorious B.I.G sur le rappeur du même nom ou encore Les Chemins de la Dignité sur l'histoire vraie de Carl Brashear, le premier afro-américain à avoir intégré la Navy.
Audrey Wells s'est occupée, elle, du scénario. Née le 29 avril 1960 et décédée le 4 octobre 2018, soit la veille de l'avant-première américaine du film, elle a écrit avant cela pour les films Disney Sale Môme, George de la Jungle ou encore Maxi Papa.

The Hate U Give - La Haine qu'on Donne réussit vite à atteindre son objectif, c'est-à-dire et avant tout parler des vicissitudes liées au racisme sans jamais mystifier son jeune public ou sous-évaluer les enjeux des personnages. L'histoire mêle ainsi habilement brutalités policières, affaires de gangs et parcours initiatique d'une jeune afro-américaine qui se cherche, le tout sans que cela soit indigeste. Malgré la gravité des événements, le spectateur n'est, en effet, pas placé devant une tension constante. Le film s'attarde ainsi sur les préoccupations habituelles des adolescents ; Starr a un petit ami, deux frères avec qui elle aime se chamailler, utilise les réseaux sociaux et se prépare à son bal de promo. Le contraste peut marquer, mais il est utile pour rendre le récit agréable à suivre pour un public jeune.
The Hate U Give - La Haine qu'on Donne est également une bonne adaptation. Les thèmes du livre y sont bien traités, certains dialogues ayant même été repris mot pour mot tandis que les libertés ajoutées au film ne dénaturent à aucun moment son postulat. Certains passages du roman - retirés et modifiés à l'écran - sont certes à la base très intéressants  (De Vante, qui ne veut plus dealer, n'apparaît pas dans le film tandis que Maya, la seconde amie de Starr, devient un personnage tertiaire) - mais les changements opérés s'avèrent pertinents, préservant le rythme du récit. Les quelques sous-intrigues installées ont ainsi tous la même ligne directrice : la crise d'identité de Starr.

Le rôle-titre est tenu par Amandla Stenberg. Né•e (écriture inclusive puisque l'interprète se définit comme non-binaire) le 23 octobre 1998 à Los Angeles, iel (combinaison de "il" et "elle") commence sa carrière au cinéma en 2011 dans le film français Colombiana d'Olivier Megaton. Mais c'est en jouant le rôle marquant de Rue dans le premier volet de la saga Hunger Games qu'iel se fera connaître du grand public. Plus tard, Amandla sera en tête d'affiche du film Everything Everything, puis des longs-métrages Where Hands Touch et The Darkest Minds.
Amandla Stenberg est formidablement convaincant•e dans son rôle. Iel réussit à porter le personnage de Starr avec brio, la rendant attachante et honnête auprès du public.
Face à elle, les personnages secondaires s'en sortent aussi très bien. La mère de Starr incarnée par Regina Hall (de la saga Scary Movie chez Dimension Films) est attendrissante et active quand il s'agit de soutenir sa famille, tout comme le père (joué par Russell Hornsby) qui apprend continuellement à ses enfants à être fiers de qui ils sont. À noter aussi la présence de K.J. Apa (le flamboyant Archie de Riverdale) dans le rôle du petit ami de Starr et de Sabrina Carpenter (Le Monde de Riley pour Disney Channel), qui livrent tout deux une performance plus qu'honorable.

Les décors sont, quant à eux, parfaitement trouvés. Il y a ainsi une différence notable entre les images du quartier de Starr où les couleurs chaudes sont bien présentes, avec les vues de l'école privée qui arborent des tons plus neutres. Ce contraste permet de renforcer le trouble de Starr qui se retrouve à avoir deux personnalités différentes selon le lieu où elle se trouve.
Côté bande originale, la musique de The Hate U Give - La Haine qu'on Donne est composée de titres urbains tout à fait convenables avec notamment des titres de Tupac, un rappeur activiste américain qui a grandement inspiré l'auteure Angie Thomas dans la conception de son roman. Il s'est d'ailleurs fait tatouer sur le ventre les mots THUG LIFE, qui signifient "The Hate U Give Little Infants Fucks Everybody" (en français dans le roman, "la haine qu'on donne aux mômes fout tout le monde en l'air").
D'autres rappeurs tels que Logic, Kendrick Lamar ou encore Travis Scott sont aussi présents dans l'opus. Leurs titres distillent des textes très intéressants qui forment une belle harmonie avec l'image et le thème du film. Mention spéciale à la chanson du générique We Won't Move d'Arlissa qui referme l'ensemble avec maestria sur une note d'espoir.

La première du long-métrage a lieu le 7 septembre 2018 lors de la quarante-troisième édition du Festival international du film de Toronto avant d'être accessible au cinéma le 19 octobre 2018 aux États-Unis. Avec un budget de 23 millions de dollars, The Hate U Give - La Haine qu'on Donne engrange 29.6 millions de dollars sur toute sa carrière aux USA et enchante la critique. Le site Rotten Tomatoes recueille ainsi 97% de bons retours tandis que le site IMDb  lui accorde un honorable 7/10. Le jeu d'Amandla Stenberg est également salué par les critiques, notamment par le magazine Rolling Stone qui souligne une "performance incandescente, une tempête qui gagne en férocité et en émotion à chaque scène". Avec 17 nominations et 17 prix remportés, le long-métrage est donc un pari réussi.
Il faut dire qu'il a touché une grande partie des américains dans sa capacité à dresser le portrait d'un type d'événement hélas récurrents aux États-Unis. Mais l'apport de The Hate U Give - La Haine qu'on Donne ne s'arrête pas seulement là. Il dénonce aussi le racisme banalisé, les contrôles au faciès ou encore le racisme systémique. Il ne laisse donc personne indifférent et parle au delà de son seul territoire ; la France n'étant pas exempte de défauts en matière de discrimination raciale et de violence policière.

The Hate U Give - La Haine qu'on Donne est un véritable coup de poing. Le film dispose de scènes passionnantes qui parlent à tout le monde. Authentique dans son histoire et dans ses personnages, il est inspirant tant son visionnage invite à la réflexion. Une réflexion sur la position du racisme dans la vie de chacun, sur la haine de soi et des autres, sur la voix que chacun possède pour faire changer les choses et faire que plus jamais "The Hate U Give Little Infants Fucks Everybody".

The Hate U Give - La Haine qu'on Donne fait sens. Il est à voir. Absolument.

Poursuivre la visite

2000 • 2020
Films 20th Century Fox
De 2000 à Aujourd'hui

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.