Where the Red Fern Grows

Where the Red Fern Grows
L'affiche du film
Titre original :
Where the Red Fern Grows
Production :
Crusader Entertainment
Elixir Films
Bob Yari Productions
Date de sortie USA :
Le 21 décembre 2004 (Vidéo)
Distribution :
Walt Disney Home Entertainment
Genre :
Comédie dramatique
Réalisation :
Lyman Dayton
Sam Pillsbury
Musique :
Jeff Cardoni
Durée :
86 minutes

Le synopsis

Dans la région des Monts Ozarks durant la Grande Dépression, Billy Coleman travaille dur et économise pendant deux ans pour réaliser son rêve d'acheter deux chiots, qu'il nomme « Old Dan » et « Little Ann », dans le but de les élever en tant que chasseurs de ratons laveurs.

La critique

rédigée par
Publiée le 30 mai 2021

Where the Red Fern Grows n'est pas à proprement parler un long-métrage Disney ; le studio ayant juste distribué ce joli film en vidéo via sa filiale Walt Disney Home Entertainement.

Where the Red Fern Grows est, en fait, l'adaptation d'un roman de Wilson Rawls. Né le 24 septembre 1913 à Scraper en Oklahoma, il doit quitter l'État avec sa famille au cours de la Grande Dépression. Tous posent finalement leurs valises à Albuquerque au Nouveau-Mexique. Durant les années 30 et 40, Rawls devient charpentier et voyage donc grâce à son métier de l'Amérique du Sud jusqu'au Canada et l'Alaska. C'est d'ailleurs à cette époque qu'il écrit plusieurs manuscrits remplis de fautes de grammaires, d'orthographe et de ponctuation au point de les laisser dormir durant de nombreuses années dans le garage de son père. Dans les années 50, Wilson Rawls se range en s'installant aux États-Unis et travaillant pour l'Atomic Energy Commission, où il rencontre sa future femme. En 1961, il signe son premier roman L'Enfant qui Chassait la Nuit (Where the Red Fern Grows) à partir de l'un de ses manuscrits écrits des années plus tôt. Il faudra ensuite attendre quinze ans pour qu'il en propose un deuxième en 1976, édité sous le titre Summer of the Monkeys. Dans les deux cas, il reçoit de nombreux prix mais estime que sa plus grande récompense, lui qui n'avait jamais eu d'enfants, est l'intérêt que portaient de nombreux jeunes lecteurs à ses livres. L'auteur meurt à l'âge de 71 ans le 16 décembre 1984 à Marshfield dans le Wisconsin. Walt Disney Home Entertainement distribuera en vidéo deux films adaptés de ces deux romans : Malin Comme un Singe en 1998 et Where the Red Fern Grows en 2004.

Where the Red Fern Grows est en fait la seconde adaptation du roman après un premier film homonyme sorti en 1974 par la petite société de production indépendante Crown International Pictures, et mis en scène par Norman Tokar, un réalisateur fétiche des studios Disney dans l'une de ses rares incursions en dehors des plateaux de Burbank. À noter, une suite à ce film, Where the Red Fern Grows : Part Two, sortira en 1992, produite par Jim McCullough Productions.
La nouvelle version de Where the Red Fern Grows aura connu, quant à elle, beaucoup d'aléas de production avant d'avoir la possibilité d'être montrée au grand public. Lyman Dayton, producteur du long-métrage de 1974, décide en effet d'écrire et de réaliser un petit film indépendant dans l'idée de livrer une nouvelle adaptation du roman de Wilson Rawls. Avec un budget très faible, il commence ainsi à tourner en 1999 à Tahlequah dans l'État de l'Oklahoma. Mais alors que le film est quasiment bouclé, il se trouve à court d'argent, obligé d'emprunter des centaines de milliers de dollars pour pouvoir terminer, en vain. Le syndicat des acteurs ordonne alors aux différents membres du casting de quitter le tournage, ceux-ci jouant depuis le début sans être payés et, vu les difficultés financières, n'étant pas prêts de l'être. Le tournage s'arrête donc pour banqueroute. Quelques années plus tard, en 2002, la petite société de production californienne Crusader Entertainment rachète le tout pour 950 000 dollars et investit 3 millions de plus pour le terminer. Elle fait alors appel au réalisateur Sam Pillsbury pour tourner les scènes manquantes. Malheureusement, le premier réalisateur Lyman Dayton prend très mal le rachat de son film capoté et poursuit en justice les nouveaux propriétaires ; procès qu'il perd. Pendant ce temps, Crusader Entertainment diffuse son film terminé dans les festivals, notamment celui de Tribeca Film Festival où il a droit à sa première le 3 mai 2003. La société de production cherche ensuite un distributeur pour le sortir au cinéma dans une combinaison plus large de salles mais n'en trouve pas. Elle arrive tout de même à le vendre à The Walt Disney Company, qui le sort en VHS et en DVD le 21 décembre 2004 via sa filiale Walt Disney Home Entertainement, permettant enfin à un public plus large de le découvrir.

Disney est en fait habitué aux histoires d'amitié entre un garçon et son chien. Le plus connu est sûrement Fidèle Vagabond en 1957 mais il peut aussi être cité Compagnon d'Aventure en 1962, Les Aventures de Pot au Feu en 1972 ou Croc-Blanc en 1991. Where the Red Fern Grows s'inscrit donc dans la même veine avec un récit, certes déjà vu, mais particulièrement bien écrit. Surtout, il est porté par des personnages attachants, en particulier son rôle principal, l'adolescent Billy, qui montre de belles valeurs de caractère faisant que le spectateur s'attache tout de suite à lui. C'est ainsi un garçon travailleur, franc, sérieux, volontaire et droit. Il a des rêves comme tous les adolescents mais sait aussi garder les pieds sur terre. Plusieurs de ses actions inspirent le respect. Il veut certes acquérir des chiens mais se donne les moyens pour y arriver, prenant des petits boulots, économisant pendant plusieurs mois pour être en mesure de les acheter. Avec l'argent qui lui reste une fois les chiots en sa possession, il n'oublie pas de faire des cadeaux à ses parents dans le besoin. Plus tard, à chaque fois qu'une mésaventure lui arrive, il reste toujours du bon côté de la morale. Il refuse, par exemple, de tomber dans le piège d'un pari avec des jeunes de son âge ; c'est son grand-père qui, par fierté, lui demande d'accepter. Plus loin, lors d'un concours, il sait oublier la compétition, et le prix qu'il pourrait gagner, pour secourir un membre de sa famille en danger. Il a chaque fois un esprit chevaleresque qui fait que le public ne peut qu'être admiratif devant lui.

Malgré l'optimisme et les bons sentiments que dégage Where the Red Fern Grows, le récit sait aussi se rendre de temps en temps dramatique. Déjà, il dépeint une famille heureuse mais plutôt pauvre malgré le travail acharné que fournit le père dans la ferme familiale. De plus, le destin et la vie du jeune garçon lui font aussi connaître des drames. Il est notamment tristement témoin d'un grave accident chez un voisin de son âge. De même, l'opus montre la forte amitié, la joie et la fierté de Bill pour ses deux chiens. Il les élève et les dresse pour qu'ils soient des chiens de chasse inégalés pour attraper les ratons laveurs. Mais tous les propriétaires d'animaux le savent : la peine et le deuil lors de la perte d'un animal sont proportionnels au bonheur qu'il a apporté durant des années. Dans le cas du jeune homme, cette disparition marquera une étape importante dans sa vie et son passage à l'âge adulte. D'ailleurs, le titre du roman comme du film fait référence à ce difficile moment d'une façon aussi poétique que touchante désignant à la fois le lieu de son enfance et là où reposent ses chiens adorés : « où pousse la fougère rouge ». Enfin, le long-métrage aborde en filigrane une autre thématique : la religion et la foi, des aspects très présents dans les territoires ruraux américains. Sans faire du prosélytisme, l'opus montre de façon assez subtile combien Billy comme sa famille sont des personnes pieuses. D'ailleurs, la foi du garçon va grandir au fur et à mesure des événements de sa jeunesse, prenant chaque grande étape de sa vie comme des épreuves dont il doit se relever avec droiture et sérieux. Cette croyance en Dieu explique en partie son caractère bon et généreux.

La réussite de Where the Red Fern Grows tient à son casting qui, grâce à l'écriture de ses personnages, permet d'offrir une histoire touchante et inspirante.
Joseph Ashton campe ici un Billy Coleman parfait qui sait se montrer tout de suite sympathique. Son abnégation dans son travail et son amitié avec ses chiens le rendent particulièrement attachant. Mais ce qui impressionne le plus avec le personnage, ce sont les belles valeurs qu'il a dans la tête et dans le cœur, ce que son père résume à merveille en lui disant simplement qu'il est un homme bien.
Will Coleman, le père de Bill donc, est joué quant à lui par Dave Matthews, surtout connu pour être un chanteur folk rock. Il interprète ici un paternel tout en nuance qui aime son fils et sait lui inculquer les bonnes valeurs mais sans fatalement être trop autoritaire ni trop laxiste. 
Sa mère Jenny Coleman (Renee Faia) et son grand-père (Dabney Coleman) jouent aussi un rôle dans le droit chemin que prend le jeune Billy. Sa mère est en effet douce et attentive tandis que le grand-père est chaleureux et encourageant. Tous les deux ont aussi leur propre rêve, tant vis-à-vis de Billy que d'eux-mêmes. Et le garçon sait également être à l'écoute de leurs besoins respectifs.

Where the Red Fern Grows est un joli petit film qui s'intègre à merveille dans la filmographie Disney. Apte à plaire à toute la famille, il offre un récit touchant, porté qu'il est tout entier par un personnage principal vraiment attachant.

Poursuivre la visite

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.