C-3PO : Le Membre Fantôme
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 30 novembre 2016
Genre :
Comics
Auteur(s) :
James Robinson (Scénariste)
Tony Harris (Dessinateur)
Nombre de pages :
22

Le sommaire

L'Histoire :
• C-3PO : Le Membre Fantôme : Star Wars Special : C-3PO - The Phantom Limb (13/04/2016)

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 10 novembre 2017

C-3PO : Le Membre Fantôme est le premier one shot de la franchise Star Wars depuis la reprise de la gestion des comics par Marvel en 2015. Un one shot est ainsi une bande dessinée qui n'appartient à aucune une série et qui a été publié en un seul issue, là où une mini-série s'étale, elle, sur quatre à cinq issues et une série régulière sur au moins une dizaine.

Le comics de 22 pages est dû à James Robinson pour le scénario et à Tony Harris pour le dessin.
Né en Angleterre, James Robinson est attiré depuis son très jeune âge par les comics américains. Il travaille vite chez de nombreux éditeurs, principalement pour DC Comics (sur Batman : Legends Of The Dark Knight, The Golden Age, Starman, Justice Society of America...), mais aussi nombre de petits labels et enfin Marvel Comics (sur Cable, Generation X, Fantastic Four et récemment Scarlet Witch). Sur Star Wars, le one shot de C-3PO est sa seule contribution.
Né en 1969, Tony Harris commence, lui, sa carrière de dessinateur de comics en 1989. En 1994, il participe à la re-création de Starman avec James Robinson publié par DC Comics qui lui vaut en 1997 un Eisner Award. Il travaillera principalement chez DC Comcis, même s'il fera quelques incartades chez Marvel notamment sur Dr. Strange ou Iron Man Vol. 3. Sur Star Wars, le comics sur C-3PO est sa seule participation en tant que dessinateur. Il a, par contre, proposé deux couvertures, une Légende (Star Wars Infinities) et une Officielle (Vador : Abattu).

Le point le plus étrange dans ce one shot est assurément le dessin de Tony Harris. Souvent beau, il épouse en effet un trait gras qui est franchement déstabilisant. Il affiche ainsi un côté vieillot avec une apparence donnant l'impression de retourner trente ans en arrière. Or, l'une des conséquences fâcheuses de ce dessin est d'empêcher le lecteur de se connecter vraiment, du moins en première lecture, au récit qui ne sait, dès lors, jamais se rendre avenant. Mais en lui donnant une seconde chance, le graphisme prend alors une autre dimension, presque organique bien qu'il s'agisse d'aventures de droïdes. Le combat entre les machines et la nature prend ainsi tout son sens. Il n'en reste pas moins que certaines planches sont difficilement lisibles et qu'il faut parfois se concentrer pour comprendre ce qu'il s'y passe. La faute peut-être à un côté décidément trop chargé.

Le scénario de James Robinson, sur une idée de J.J.Abrams, part d'une base de départ intéressante. Alors que dans Star Wars : Le Réveil de la Force, C-3PO souhaite raconter à Han Solo pourquoi il arbore désormais un bras rouge et que, naturellement, le contrebandier s'en désintéresse totalement, C-3PO : Le Membre Fantôme, envisage de combler le manque. Le scénariste rend son propos haletant en faisant vivre à une équipée de robots une aventure d'une belle dangerosité. Il propose ainsi un combat de la mécanique contre la nature avec un message sous-jacent plutôt bien construit. Les différents robots se posent, en effet, des questions philosophiques durant leur périple sur le fait de devoir toujours obéir à leurs maîtres et s'interrogent aussi sur la valeur de l'amitié, même entre eux, êtres de métal. Ils ont conscience ainsi qu'ils sont, pour certains, dans des camps opposés selon la volonté de leurs propriétaires organiques et la programmation qu'ils ont reçue. Ils savent également que leurs existences remontent sûrement bien plus loin que leurs souvenirs vivaces puisqu'ils ont pu voir leurs mémoires effacées et reprogrammées. L'appartenance à un camp devient ainsi une variable d'ajustement pour eux car rien ne dit qu'ils n'appartenaient pas à un autre avant leur reprogrammation. La seule chose dont ils sont semblent sûrs est de devoir obéir à leurs maîtres actuels. Leur quête pour leur survie sera ainsi faite de nombreux dilemmes et sacrifices. Il n'empêche : il est difficile pour le lecteur de vraiment s'émouvoir de leur destinée, sans doute parce que l'émotion passe mal via des visages aussi inexpressifs que peuvent l'être ceux des droïdes.

C-3PO : Le Membre Fantôme est un one shot basé sur une bonne idée de départ bien que sa portée relève de l'anecdote. Son dessin, destabilisant au premier abord, s'avère en seconde lecture beau mais rugueux. Enfin, son récit sait apporter son lot de questionnements.

C-3PO : Le Membre Fantôme est au final un comics qui offre, dans l'univers Star Wars, une nouvelle et heureuse expérience aussi bien graphique que scénaristique.

À noter :
En France, C-3PO : Le Membre Fantôme a été publié dans le premier volume des aventures de Poe Dameron.

Poursuivez votre visite

1985 • 2017

Nos Réseaux Sociaux