Wolverine
Old Man Logan

Wolverine - Old Man Logan
La couverture
Éditeur :
Hachette
Date de publication France :
Le 31 décembre 2015
Collection :
Marvel Comics, La Collection de Référence
Auteur(s) :
Mark Millar (Scénariste)
Steve McNiven (Dessinateur)
Nombre de pages :
234

Le sommaire

• Wolverine Vol. 03 #66 (Old Man Logan #1) (2008)
• Wolverine Vol. 03 #67 (Old Man Logan #2) (2008)
• Wolverine Vol. 03 #68 (Old Man Logan #3) (2008)
• Wolverine Vol. 03 #69 (Old Man Logan #4) (2009)
• Wolverine Vol. 03 #70 (Old Man Logan #5) (2009)
• Wolverine Vol. 03 #71 (Old Man Logan #6) (2009)
• Wolverine Vol. 03 #72 (Old Man Logan #7) (2009)
• Wolverine Giant-Size : Old Man Logan (Old Man Logan #8) (2009)
• Galerie d'illustrations
• Carnet de croquis
• Le scénariste
• Prochaines lectures

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 01 mars 2017

Wolverine - Old Man Logan est un comics publié par Hachette Collection en décembre 2015 dans la collection Marvel Comics, La Collection de Référence. L'album contient les numéros 66 à 72 de la série Wolverine plus le Wolverine Giant-Size : Old Man Logan formant l'intégralité de la saga Old Man Logan écrite par Mark Millar, dessinée par Steve McNiven et parue en 2008. Déjà publié par Panini Comics, il s'agit la du tome 55 de la collection…


Mark Millar est un scénariste écossais né en 1969. Il rejoint dans un premier temps DC Comics où il signe des épisodes de Swamp Thing et l'excellente histoire Superman Red Son. Sous le label Vertigo (Une filiale de DC Comics proposant des séries plus sombres), il reprend le titre The Authority. Arrivé chez Marvel en 2001, il contribue à l'univers Ultimate avec deux titres majeurs, The Ultimates et Ultimate X-Men. Pourtant, Mark Millar reste principalement connu pour ses projets indépendants que sont notamment Wanted, Kick-Ass, Nemesis ou bien Superior. L'auteur garde néanmoins un pied dans la Maison des Idées, scénarisant Civil War en 2006.
Steve McNiven est, quant à lui, le dessinateur d'Old Man Logan. Artiste canadien né en 1967 à Halifax, il fait ses premiers pas dans le monde du comics pour la société Crossgen qui a la particularité de mettre de côté le genre super-héroïque pour se concentrer sur la fantasy et la science-fiction. Il est vite repéré par Marvel qui lui propose de dessiner Marvel Knight 4, la série dédiée aux Quatre Fantastiques. Le label Marvel Knights a cela de très important que, création de Joe Quesada et Jimmy Palmiotti, son succès permet au premier de prendre le poste de rédacteur en chef de Marvel pour une décennie ! Le style de l'artiste se marie parfaitement à l'histoire contée. Les scènes d'action sont, en effet, sous son crayon, très fluides et offrent une lisibilité optimale. Son trait organique permet, il est vrai, de reconnaître chaque héros en un clin d'œil, et la transcription du langage corporel rend les bulles de paroles presque facultatives. Le duo d’artiste fonctionne et Marvel le sait car ils seront amené à travailler ensemble par trois fois pour la Maison des Idées : Civil War en 2006, Old Man Logan en 2008 et Nemesis en 2010 paru sous le label Icon Comics.

Wolverine - Old Man Logan est, dès son postulat, particulièrement alléchant. Cinquante ans ont passés depuis la défaite des super-héros face à leurs nemesis lors d’une attaque à l’échelle planétaire. Les États-Unis sont maintenant divisés en royaumes dirigés d’une main de fer par des super vilains. Rien ne semble pouvoir menacer le nouveau statu quo, les super vilains ayant décimé les plus grands héros, ne laissant que les seconds couteaux en vie.
A Sacramento, Californie, vit toutefois l’un des rescapés. Il est loin d’être un héros de seconde zone mais il refuse de sortir ses griffes depuis cette fameuse nuit. Wolverine est mort et il ne reste, en effet, plus que Logan. D’une manière ou d’une autre, ses ennemis ont fait pire que de le tuer, ils l’ont brisé d’une façon que son facteur auto-guérisseur ne peut réparer. Il mène ainsi une vie de fermier avec sa femme et ses deux enfants. Mais la vie est rude sous le joug de la famille Hulk et les fins de mois difficile, les retards de loyer étant un prétexte pour laisser les descendants de Bruce Banner se défouler sur la population. Malheureusement pour lui, Logan est dans ce cas. Après un passage à tabac devant sa famille, les Hulks lui laissent un mois pour régler ses dettes. Un délai bien trop court pour réunir une telle somme. C'est le moment choisi par un ancien collègue Avengers pour refaire surface et lui demander de l’aide. Oeil de Faucon n’est d'ailleurs lui aussi plus le héros qu’il était : aveugle, il lui est désormais difficile de viser aussi bien. Il propose donc un marché à Logan : l’aider à transporter une mystérieuse cargaison jusqu’à l’autre bout du pays en échange de 500 dollars. N’ayant pas le choix, ce dernier accepte mais prévient son ami : il n’est plus l’homme qu’il a été et il est hors de question pour lui de se battre ou de sortir les griffes. Un long périple de 5 000 km commence…

Mark Millar a décidément un don incroyable, celui de pouvoir aborder de nombreux thèmes avec brio même s'il ne dispose que de peu d’espace pour le faire. Ici, il n'occupe, il est vrai, que sept numéros de la série Wolverine (66 à 72) plus un numéro de conclusion (Wolverine : Giant-Size Old Man Logan #1) ; et pourtant, il arrive à amener le lecteur, ainsi que son personnage principal, dans un voyage d’un bout à l’autre d’un pays qui n’est plus que l’ombre de lui-même. Évoluant entre corruption et violence, que peuvent bien faire deux anciens Vengeurs dans une société comme celle-là ? Seule la loi du plus fort règne : un vieil aveugle et un pacifiste ne peuvent rien y changer ! Mais est-ce une raison légitime pour baisser les bras ? Un combat qui semble perdu d’avance ne mérite-t-il pas d’être mené tout de même, qui plus est si c’est celui de la justice et de l’espoir ? Millar invite ainsi à la réflexion ses deux personnages tout autant que le lecteur sur la raison d’être du combat des héros et de ce qui peut y mettre fin. Des flashs backs feront aussi connaître la fin tragique de Wolverine cinquante ans en arrière lors de l'avènement des vilains, répondant à la question de savoir comment tuer un (quasi) immortel dans une scène incroyablement forte et émouvante.
Mais si Logan est évidemment le personnage principal, Oeil de Faucon assume lui un rôle très important dans ce récit. Il est l’élément déclencheur du mouvement, et entraîne le mutant dans un voyage initiatique tel l'esprit des Noël passés de Charles Dickens, essayant de raviver la flamme héroïque qui est restée trop longtemps éteinte. Car lui y croit encore ! Il pense que les héros n' en ont pas terminé avec leur lutte éternelle et qu'ils ont encore un rôle majeur à jouer malgré leurs faiblesses apparentes. La dystopie dépeinte donne toute sa force narrative à la réaction des deux héros envers le statut quo qu'ils vivent et et qu'ils semblent accepter..
Pour les deux vengeurs, la route sera donc longue et semée d'embûches, remettant en cause leurs convictions, ou, au contraire, les renforçant.
McNiven progresse ici encore d’un cran dans son art et livre des planches impressionnantes par bien des aspects. D'abord, la richesse des détails offre la possibilité de lire et relire le recueil en découvrant de nouvelles références à l’univers Marvel astucieusement cachées. Ensuite, le lecteur peut vivre l'expérience d'occulter le texte pour se concentrer sur les dessins tant l’histoire reste aussi lisible et fluide. Enfin, un large panel d'émotions explose au fil des pages tant l’artiste a su rendre les personnages expressifs et dynamiques.

Le style de Wolverine - Old Man Logan est donc absolument unique. Comics d'anticipation aux références multiples, il est possible de se croire dans un Mad Max : Fury Road lorsque des hordes d'ennemis poursuivent en voitures déchaînées les deux héros sur de longues plaines désertes. Impossible également de ne pas penser à L'Impitoyable, La Route ou la trilogie du dollar de Sergio Leone. Une sorte de western futuriste triste et dépressif qui laisse un merveilleux sentiment de nostalgie. Quand un comics ose aller au bout de son idée, le résultat peut être bluffant et c'est le cas ici !
Wolverine - Old Man Logan a su tellement réinventer le personnage, qu'il n'est pas étonnant de voir la Fox s'emparer de l'univers. Bien que changeant du tout au tout l'histoire contée au cinéma, l'ambiance et le style du comics sont une base solide d'inspiration pour le troisième film consacrée à Wolverine, réalisé par James Mangold, et sobrement intitulé Logan.

Wolverine - Old Man Logan est un chef d’oeuvre qui a marqué l’histoire de Wolverine. Un road trip violent à travers un pays ravagé où son dernier espoir réside dans un héros brisé. Bien que le personnage soit hors continuité et dans un univers parallèle (Terre-807128, et non pas la terre classique, dit Terre 616), Mark Millar le reprendra, en effet, durant son run sur Les Quatres Fantastiques. Brian Bendis le ré-utilisera à son tour le temps d’une saga durant Secret Wars, et il sera même intégré à la nouvelle continuité découlant de cet événement.
Et si, plus que le comics, c'était l'idée d'un Wolverine agé et brisé qui fascine en réalité les lecteurs et les auteurs ?

Wolverine - Old Man Logan est un absolu incontournable pour tout fan de Wolverine !

Poursuivez votre visite

1968 • 2014
1966 • 2017

Nos Réseaux Sociaux