Daredevil
Tome 1 : Le Scoop

Daredevil - Tome 1 : Le Scoop
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 10 février 2016
Collection :
Marvel Select
Auteur(s) :
Brian Michael Bendis (scénariste)
Alex Maleev (dessinateur)
Nombre de pages :
280

Le sommaire

• Daredevil Vol. 2 #26 (2001)
• Daredevil Vol. 2 #27 (2002)
• Daredevil Vol. 2 #28 (2002)
• Daredevil Vol. 2 #29 (2002)
• Daredevil Vol. 2 #30 (2002)
• Daredevil Vol. 2 #31 (2002)
• Daredevil Vol. 2 #32 (2002)
• Daredevil Vol. 2 #33 (2002)
• Daredevil Vol. 2 #34 (2002)
• Daredevil Vol. 2 #35 (2002)
• Daredevil Vol. 2 #36 (2002)
• Daredevil Vol. 2 #37 (2002)
• Les créateurs

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 28 septembre 2018

Daredevil - Tome 1 : Le Scoop marque le véritable début du travail de Brian Michael Bendis sur le personnage. Après quelques récits écrits en 2001 de Daredevil Vol. 2 #16 à Daredevil Vol. 2 #19, il prend donc la destinée du diable rouge pour une cinquantaine de numéros à partir de Daredevil Vol. 2 #26. Le scénariste fétiche de Marvel des années 2000 trouve ainsi en Daredevil un héros tourmenté lui donnant l’opportunité d’écrire ce qui s’apparente à l'un de ses meilleurs travaux chez Marvel

Né à Cleveland en 1967, Brian Michael Bendis commence dans le marché indépendant, scénarisant et dessinant lui-même ses premiers travaux. Il est vite repéré par les studios de Todd McFarlane, puis, après une courte période, signe un contrat d'auteur exclusif chez Marvel. Il débute alors par la co-création du label MAX, ligne éditoriale destinée à un public plus mâture. Le comics Alias (contant l'histoire de Jessica Jones, il sert de base à la série Jessica Jones) fait partie de ce label. Il est l'auteur de la série Ultimate Spider-Man qui est la première de l'univers Ultimate, terre parallèle qui raconte l'avènement des super-héros dans une époque contemporaine. Il écrit alors la totalité de la série soit quasiment 200 épisodes ! Auteur prolifique, il n'est pas rare de pouvoir lire cinq de ses titres par mois. Il aime en outre travailler sur le long terme et pouvoir développer les personnages dont il a le destin en mains. Il est LE scénariste de Marvel des années 2000 ayant en charge une partie de l'univers Ultimate, la plus grande équipe de super-héros, et signant cinq des plus grands crossovers de cette période.

Son travail sur Daredevil est tout simplement remarquable. Il faut dire que le personnage créé par Stan Lee dans les années 60 est une valeur sûre pour Marvel Comics. Les auteurs se succédant dessus apportent, en effet, constamment une nouvelle façon d’aborder la psyché complexe de Matt Murdock. Frank Miller est le premier à révolutionner le héros en lui rajoutant une noirceur, devenue depuis indissociable du personnage. Daredevil n’est pas un blagueur comme Spider-Man et il n’a pas la popularité de Tony Stark. Il est un héros urbain, qui vit dans des rues malfamées, au contact de la population et de la criminalité. Avocat le jour, Matt Murdock revêt un costume de diable la nuit et n’hésite pas à employer la manière forte avec les criminels. Aveugle depuis un accident traumatisant survenu durant l'enfance, ses autres sens décuplés lui permettent de défendre les habitants du quartier Hell's Kitchen à New York où il habite.
Dans Daredevil - Tome 1 : Le Scoop, Le Caïd, chef de la pègre new-yorkaise fait face à une tentative d’assassinat par un jeune malfrat voulant prendre le contrôle de la ville. L'empire organisé du Caïd s'effondre alors, provoquant une vague de violence inouïe dans la cité. Au même moment, Matt Murdock découvre que sa tête est mise à prix et subit des attaques incessantes. Pire encore, une rumeur sort dans la presse selon laquelle il serait le justicier masqué Daredevil...
Une succession d’événements incontrôlables s’enchaînent alors, poussant l’avocat aveugle dans ses derniers retranchements.

Les auteurs prennent décidément toujours un plaisir sadique à malmener Matt Murdock. Bendis ne déroge pas à la règle. Daredevil est, il est vrai, jeté au sol, sa vie relativement stable volant en éclats. L’auteur s’attaque habilement à Matt lui-même, et pas seulement à son alter-égo. Le talent reconnu de Bendis dans l’écriture des dialogues fait ici des merveilles. Avec Daredevil, tout est brillamment fait : de la trame générale, habilement construite à la composition des planches, fluide et rythmée en passant par la succession des scènes, logique et cohérente. L’utilisation fort à propos des flash-backs ou les références adéquates au passé de Matt Murdock permettent, en outre, d'embrasser tout un héritage d'histoires passées sans jamais perdre le lecteur, aussi novice soit-il. Les dialogues percutants ne sont naturellement pas en reste, tout comme les monologues intérieurs des personnages, révélateurs et profonds. Brian Micheal Bendis offre tout simplement une leçon d'écriture de comics sur le titre Daredevil. Le scénariste se permet même un numéro entièrement muet, Daredevil #28, terriblement efficace rien qu’avec les dessins d’Alex Maleev. 
Ce dernier offre des planches juste magnifiques, entre le crayonné et la pastel. Son trait, subtilement brouillon, s’accorde tout en finesse à la noirceur de l’histoire et au caractère du personnage. Daredevil - Tome 1 : Le Scoop est dès lors aussi agréable à lire qu’à simplement regarder ! Les pages sont belles, dynamiques dans l’action et intimistes dans les rapports humains. Le lecteur est propulsé dans ce New York fantasmé et pourtant ô combien reconnaissable entre les bouches de métro fumante et les citernes d'eau surplombant les immeubles. Le dessinateur signe également les couvertures de l’album, aussi poétiques et lyriques que dramatiques.
Le duo Bendis/Maleev arrive avec ce premier tome consacré à l’homme sans peur à livrer une oeuvre incontournable, et prouve, s'il en était encore besoin, que les comics de super-héros ne sont pas qu’une succession de combats débridés sans fond.

L’album Daredevil - Tome 1 : Le Scoop, édité par Panini Comics, contient donc les numéros #26 à #37 de la série Daredevil Vol. 2. Déjà publié à l'identique dans la collection Marvel Deluxe, l’opus est désormais disponible dans la collection Marvel Select.
Il peut se lire indépendamment de toutes autres séries Marvel et constitue assurément une porte d’entrée idéale pour le lecteur désireux de se familiariser avec le personnage de Daredevil. À noter toutefois, Brian Michael Bendis fait un lien subtil avec une autre série qu’il scénarise au même moment : Alias, mettant en scène Jessica Jones. Le personnage apparaît d'ailleurs brièvement dans l’album de Daredevil, et Daredevil dans celui de Jessica. La même scène est ainsi dépeinte dans les deux titres, avec un point de vue différent, selon la série.
La participation de Bendis et de Maleev sur le personnage reste ainsi l'un des meilleurs arcs narratifs qui lui est consacré. Un arc long, développé sur de nombreux numéros et dont Daredevil : Le Scoop pose les prémices.

Personnage autant plébiscité par les lecteurs que par les artistes, Daredevil revient en très grande forme dans ce premier tome écrit par Brian M. Bendis. Véritable successeur de Frank Miller, le scénariste s'approprie remarquablement l'univers du diable rouge pour livrer une histoire tragique, passionnante et profondément humaine. Plus encore que l'homme masqué, c'est bien l'homme aveugle qui intéresse Bendis, et son apport à Matt Murdock démontre tout son talent dans le développement de personnages brisés, et pourtant héroïques jusqu'au bout.
Daredevil - Tome 1 : Le Scoop est également un régal visuel grâce aux travaux reconnaissables d'Alex Maleev, particulièrement inspiré. 

Daredevil - Tome 1 : Le Scoop est un comics qui dépasse son statut de simple magazine hebdomadaire revendiquant légitimement le statut de chef d'oeuvre du genre.

Poursuivre la visite

1968 • 2015
1966 • 2018

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.