Billy Bob's Country Western Saloon
L'affiche
Date d'ouverture :
Le 12 avril 1992
Type de restaurant :
Bar
Crédit Photos :
Flavie Madeleine David
 

Le synopsis

Au cœur de Disney Village, il existe un endroit pas comme les autres. Un authentique et imposant saloon du Far West américain se tient fièrement sur Disney Village Street, prêt à accueillir toute âme assoiffée et affamée à la recherche d’une aventure au sein de l’Amérique profonde, entre cow-boys sans peur, éleveurs de bétail et musique country entraînante.

L'expérience

La nuit tombée, un vaste bâtiment à l’architecture assez neutre attire pour autant les yeux des nombreux passants de par la lumière et la chaleur qui s’y dégage. Le lieu appartient à un certain Billy Bob, dont le nom figure sur la devanture de ce saloon accompagné des mentions « Country Western ». Il semblerait que soit évoqué ici ce style de musique habituellement joué au sein des autres établissements de ce genre.

« Cowboys and city folks, welcome / Since 1992 » (littéralement, « Cowboys et habitants de la ville, bienvenue / Depuis 1992 »), accueille en lettres capitales tout en haut du bâtiment les cow-boys égarés assoiffés, revenant d’une harassante journée dans les plaines de l’Ouest à la recherche d’une halte salutaire. Les badauds se sentant concernés par cet appel pénètrent dans l’édifice et se retrouvent alors dans une grande salle aux couleurs sombres et emplie de bois. Sur la droite, un immense bar en bois brut s’étend quasiment d’une extrémité à l’autre de la salle. Sont présentés en arrière-plan, une grande variété de liqueurs éclairées par les enseignes lumineuses présentant quelques-unes des marques de boissons préférées du gérant.

Au milieu de la salle, une vaste piste de danse est dominée par un grand podium servant notamment de scène aux groupes de musique locaux. Quelques tables surélevées et tabourets entourent cet espace central et permettent aux habitués du lieu de venir s’accouder pour déguster un bon breuvage. Les places ne manquent pas car deux étages surplombent également la piste à la manière de balcons qui permettent aux visiteurs de s’isoler dans une ambiance plus calme pour savourer un bol de chili con carne. 

Côté décoration, il est évident que le propriétaire a du goût et aime rappeler l’histoire de ses terres. Derrière l’escalier central, à gauche, se trouve ainsi un mur des légendes consacré aux premières idoles country telles que Gene Autry ou Hank Williams. Aux murs, ce sont plusieurs guitares et même quelques vieux lap-steel qui sont accrochés et rappellent l’identité musicale du lieu. Des affiches des plus célèbres films musicaux, émissions de radio ou de télévision sont également placardées dans tout le saloon. Les cow-boys les plus aguerris se souviennent des œuvres Le Guitariste du Kentucky, Mississippi Rhythm, Everybody’s Dancin’, Le Banni, Holiday Rhythm, Nashville Rebel, Chartroose Caboose, Courtin’ Trouble ou encore Song of the Sierras. Des pochettes d’albums sont aussi visibles avec un hommage appuyé à Elvis Presley que le propriétaire des lieux semble particulièrement affectionner. Enfin, ce dernier s’attache par ailleurs à promouvoir les entreprises du pays avec quelques enseignes notamment celle du fabricant de tracteur McCormick ou les cigarettes Wills Star.

Après un bon repas typique de la région pris sur le pouce sur une des tables surélevées du bar ou au buffet de La Grange au troisième étage, agrémenté des plus liquoreuses boissons, il est dorénavant l’heure de danser. Quelques convives, dont certains sont chaussés de bottes en cuir et coiffés d’un chapeau de cow-boy, se rassemblent sur la piste pour danser le Line Dance, cette danse typique des honky tonk américains sur fond de classiques country entraînants. Quelques heures plus tard un cow-boy armé jusqu’au dent fait irruption en faisant claquer ses fouets sur la scène. Pas de panique pour autant, il n’est là que pour divertir les hôtes du saloon. Enfin, le groupe résident du saloon fait son apparition sur la scène pour faire profiter le public de riffs de guitare endiablés jusqu’à une heure tardive de la soirée pendant que d’autres préfèrent rester sur la terrasse extérieure afin de profiter de l’air frais et de l’ambiance festive de Disney Village.

La critique

rédigée par Thomas Darras
Publiée le 12 octobre 2020

Le Billy Bob’s Country Western Saloon ouvre ses portes le 12 avril 1992, au sein et en même temps que ce qui s’appelait à l’époque Festival Disney et qui devint Disney Village à partir de 1997. Il est l’un des deux seuls bars de cette zone de shopping avec le Sports Bar se situant juste en face. Offrant une immersion unique dans le folklore américain, à quelques kilomètres de Paris, le Billy Bob’s Country Western Saloon est devenu à travers les années une institution dans le domaine. Avant tout destiné à proposer aux convives un divertissement orienté vers la musique country et ses dérivés, ce type de bar, aussi appelé honky tonk, est à la base surtout présent dans l’ouest et le sud des États-Unis. L’établissement, hommage au Far West et à la culture américaine, tire d'ailleurs son nom et son inspiration du Billy Bob’s Texas, célèbre honky tonk de la ville de Fort Worth au cœur du Texas. Ce lieu fondé au début des années 80 par un certain Billy Bob Barnett, ancien footballeur professionnel, est en effet devenu au fil du temps une réelle institution aux États-Unis. Conçu dès le départ pour être le plus grand honky tonk du monde, il accueille alors les plus grandes stars de la country comme Willie Nelson, George Strait ou bien Garth Brooks. De par sa notoriété, il héberge régulièrement le tournage de films comme Pure Country avec George Strait en 1992, de séries TV (plusieurs épisodes de la série Dallas y ont été tournés dans les années 80), de clips et se voit même l’hôte de compétitions nationales de rodéo. La réplique parisienne qui s’en inspire, sans être complètement fidèle notamment par sa taille, reste attachée à l’esprit et aux valeurs originales de cet établissement de renom. Elle a d’ailleurs également accueilli quelques tournages comme celui de l’émission Disney Parade avec Jean-Pierre Foucault sur TF1 dans les années 90 ou encore l’émission WRTL Country avec Georges Lang sur RTL

La musique country, qui puise ses racines chez les premiers immigrants européens débarquant en Amérique, est devenu au fil du temps un élément incontournable de la culture américaine. Issue en grande partie des musiques traditionnelles celtes, ce genre musical a puisé son inspiration à travers différents thèmes tels que l’amour, le voyage, la religion mais aussi le mode de vie. Elle a également construit sa signature sonore par le biais de différents instruments comme la mandoline, le banjo, le violon, le lap-steel et évidemment la guitare, instruments qui sont devenus indissociables de cette seule et unique musique malgré leurs origines très diverses. Au fil du temps et après s’être tantôt teintée de blues, de rock et de pop, elle est devenue ce style musical immortalisé dans l’époque moderne par des artistes tels que Johnny Cash, Willie Nelson, George Jones, Lynyrd Skynyrd, Garth Brooks, Brad Paisley ou encore Luke Bryan vu dans le jury d’American Idol sur ABC. Le Disney Music Group lancera d'ailleurs un label consacré à la country entre 1997 et 2010 nommé Lyric Street Records et fera notamment (ré)émerger des artistes tels que SHeDAISY, Rascall Flatts ou Billy Ray Cyrus, vu dans la série Disney Channel Hannah Montana

Les hommages à ce style se multiplient évidemment au sein du Billy Bob’s Country Western Saloon à travers sa décoration et divers instruments de musiques accrochés aux murs tels que deux vieux lap-steel qui semblent tout à fait authentiques. Symbole de la musique country, il est pourtant d’origine hawaïenne. Sorte de guitare qui se joue à plat, en accord ouvert (accordage qui simplifie le doigté d'un accord) et à l’aide d’une petite barre en acier, cet instrument est un incontournable du genre et donc très utilisé dans les arrangements récents ou plus anciens des différents titres country. S’il est quasiment inconnu en France, sa présence au sein du Billy Bob’s Country Western Saloon témoigne indubitablement d’une volonté de précision dans les références, pour aller toujours plus loin dans l’immersion. Des photos d’artistes tels que Gene Autry ou Hank Williams, qui font partie des premières idoles du genre, sont également accrochées au fond de la salle. Des pochettes de vinyles comme celle du méconnu Electric Music for the Mind and Body du groupe légèrement psychédélique Country Joe & the Fish ou The Very Best Of Hank Williams forment aussi le décor tandis que des affiches d'événements ou de concerts au Grand Ole Opry, temple de la country à Nashville, ou à Broadway qui n'a pas échappé à la vague, garnissent également les murs du saloon. De grandes affiches de films musicaux des années 40, 50 et 60 tels que Le Guitariste du Kentucky (A Time To Sing) avec Hank William Jr. ou encore Mississippi Rhythm avec Jimmie Davies côtoient un hommage appuyé à Elvis Presley qui fut une grande source d’inspiration pour de nombreux artistes du genre. Enfin, des billards, évocateurs de l’esprit des vieux saloon, furent un temps exposés pour les férus de jeux mais ont depuis été déplacés.

Les amateurs de cette culture de l’Amérique profonde sont donc ravis de retrouver au sein d’un seul et même lieu toutes ces références pour une immersion complète au sein du Far West américain. Le Billy Bob’s Country Western Saloon n’est d’ailleurs pas le seul hommage rendu à cet aspect du pays de l’oncle Walt au sein du Resort. Le Buffalo Bill's Wild West Show ainsi que Frontierland dans son entièreté et notamment ses restaurants The Lucky Nugget Saloon et Cowboy Cookout Barbecue sont autant d’hommages vibrants à l’ouest américain, mais plutôt celui de la fin du XIXe siècle où régnait la loi du plus fort. Le Disney’s Hotel Cheyenne l’est également puisqu’il évoque dans toute sa thématique les anciennes petites villes de l’ouest. Ces trois lieux évocateurs du Grand Ouest poussent l’immersion dans l’univers à son paroxysme avec, pour mettre le pied à l’étrier, une décoration extérieure époustouflante. Ce n’est en revanche pas le cas du Billy Bob’s Country Western Saloon qui ne respire pas extérieurement le vieux Far West tel que l’inconscient collectif se l’imagine. Sa façade réalisée intégralement en béton et qui accueille au début à ses pieds des machines de jeux d’arcade (aujourd’hui disparues) se fond avec l’architecture moderne décriée de Disney Village, et se retrouve ainsi loin des façades en bois et leurs planches vermoulues des vieux saloons vus dans les western de Sergio Leone ou de John Ford. Quelques inscriptions telles que « Country Western Saloon » ou « Country Music Line Dancing » rappellent toutefois le thème de l’établissement avec une pudeur extrême. Malgré tout, à la décharge des architectes du lieu, les honky tonk américains de l’époque moderne ne ressemblent plus réellement de l’extérieur aux vieux saloons du Far West mais plutôt à des endroits comme celui du saloon du Resort parisien. 

Au sein de Disney Village, il est important de noter qu’il s’agit du seul lieu depuis le milieu des années 2000 où est diffusée de la musique live tout au long de l’année. En effet, le Rock’n’Roll America et la scène centrale disposée en lieu et place de la terrasse du Sport’s Bar venaient compléter l’offre musicale jusqu'à leurs fermetures respectives en 2002 et 2005. Ces discontinuations interviennent dans le cadre d’un changement de politique de Disneyland Paris qui décide alors de réorienter l’offre de Disney Village vers les familles déjà hôtes des Parcs plutôt que d’attirer une clientèle des environs et ainsi se faire submerger, comme ce fut parfois le cas, par un public moins dépensier. L’offre du Billy Bob’s Country Western Saloon a donc connu plusieurs phases depuis son ouverture en 1992. Le spectacle a d’abord été assuré par The Moody Brothers, trois frères américains originaires de Caroline du Nord ramenés par Disney des États-Unis et qui assuraient sept jours sur sept un concert country. Le groupe, composé à l’origine de Carlton, David et Trent Moody, a commencé au début des années 80 en tant que groupe accompagnateur du renommé George Hamilton IV. Ils se produisent ensuite régulièrement à Nashville au Grand Ole Opry et par deux fois à la Maison Blanche pour les présidents américains Reagan et George H. W. Bush.

L’album Cotton Eyed Joe sorti en 1985 chez Lamon et nommé aux Grammy Awards leur permet d’exploser aux États-Unis mais également en Europe où ils ont l’occasion de partir en tournée. En 1988, ils enregistrent un album en ex-Tchécoslovaquie avec l’artiste Jari Brabec qui se vend alors à plus de 100 000 exemplaires, leur faisant décrocher un disque d’or et la distinction de première coproduction entre un label américain et un label tchèque communiste. En 1992, après de nombreuses tournées aux États-Unis et en Europe, le groupe est contacté par Disney qui cherche un groupe de musique country pour se produire dans sa nouvelle destination européenne. Les trois frères et leurs familles déménagent en France et commencent l’aventure au Billy Bob’s Country Western Saloon. Même si au fil du temps, les trois frères ne sont plus que rarement réunis ensemble sur la scène de Disney Village (carrière sur le nouveau continent oblige), le nom des Moody Brothers perdure notamment grâce à Carlton qui reste très fidèle à la France. Un album live sort ainsi en 2012 sous le nom Live from Billy Bob’s Disneyland Paris suite à un retour exceptionnel du groupe en 2012 au Billy Bob’s Country Western Saloon

Au milieu des années 90, le Billy Bob’s Country Western Saloon commence à accueillir des artistes extérieurs, à la réputation déjà faite ou à construire, les week-ends et à l’occasion de divers événements. La scène du saloon se voit d’ailleurs agrandie suite à des travaux à l’automne 1997. Au début des années 2000, le chanteur George Hamilton V, fils de George Hamilton IV, reprend la résidence avec les reliquats des Moody Brothers : ainsi naît le Billy Bob’s Country Band ! Cependant, des conflits en interne l'obligent à quitter le Resort parisien dès 2003. Le chanteur français Joe Barret, disciple de George Hamilton V, qui intervenait ponctuellement dans la programmation de Disney Village, se voit donc proposer la résidence avec les musiciens déjà présents : le groupe Big Joe & The Space Cowboys devient ainsi le groupe résident du saloon. À partir de la fin de l’année 2009, le groupe est renommé en Billy Bob’s Band et la place de la musique country se voit peu à peu réduite à deux puis une soirée par semaine. En parallèle, le guitariste/chanteur Joe Barret garde le nom Big Joe & The Space Cowboy lorsqu’il se produit à l’extérieur du Resort. En 2006, il sort un album, Special Sauce, et se produit de temps à autre avec ce projet en France et à l’étranger. 

Depuis le début des années 2010, l’animation et la programmation musicale s’organisent de la façon suivante : la semaine, le spectacle est toujours assuré par le Billy Bob’s Band. Il se produit alors du dimanche au jeudi en affichant un thème différent tous les soirs. Soirées acoustique, pop/rock, lounge ou encore rock’n’roll se succèdent tout au long de la semaine. Mais c’est bien le dimanche soir que le lieu retrouve tout son sens puisque la soirée dominicale est consacrée à la musique country, concept assez inédit en France, les endroits sur le territoire jouant ce style de manière régulière se faisant rare. Le guitariste/chanteur et leader du groupe, Joe Barret, s’en donne à cœur joie pour reprendre quelques incontournables du genre, modernes ou plus historiques, et reproduit avec précision ce timbre très nasal devenu caractéristique chez les chanteurs et chanteuses de country. Le son est reproduit à la perfection tant dans la voix que dans les arrangements de guitare. Rien ne laisse prédire que ce groupe est composé de musiciens franco-français, l’immersion est alors totale. Le répertoire varie entre classiques du genre tels que le bien connu If Tomorrow Never Comes de Garth Brooks et quelques pépites plus confidentielles de Blackberry Smoke, un groupe de WASP (White Anglo-Saxon Protestant) à la barbe fournie faisant fureur aux États-Unis. Si cette soirée est appréciable, elle l’est encore plus puisque le concert est précédé d’un cours de danse country où une animatrice invite les visiteurs à découvrir les bases de la Country Line Dance (littéralement « danse country en ligne »). Cette danse d’origine anglaise est un enchaînement de pas précis et répétitifs, souvent pratiquée dans les bals à travers le pays de l’oncle Sam.

Habitués et visiteurs d’un soir se rassemblent sur la piste de danse pour (ré)apprendre ensemble plusieurs chorégraphies qu’ils peuvent ensuite mettre en pratique au son des différents morceaux joués dans le saloon. Les vendredis et samedis, le saloon accueille des groupes extérieurs avec des concerts variés et de tous styles, y compris country. Quelques pointures nationales et internationales s’y produisent (comme par exemple Captain Mercier, Eric Bibb, Gaelle Buswel, Gildas Arzel, Ian Scott, Lâam, Laura Cox, Lone Kent, Michael Jones, Patrick Fiori, Soldat Louis, The Dubliners, The Paul Deslauriers Band), démontrant la volonté de Disneyland Paris d'offrir un service de qualité y compris à l’extérieur des Parcs. Le saloon fait également office de scène principale pour plusieurs événements dans l’année. Il est et a été l’hôte de divers festivals et événements tels que le réveillon du Nouvel An, les Festival Rock’n’Roll, New Orleans Celebration, Festival de Blues, Saint David’s Welsh, Saint Patrick’s Day, Festival Celtique, West Coast Festival, Carnaval Samba, Festival Latina et bien sûr la Fête de la Country (tantôt appelée Festival Far West, Country & Western Festival, Festival Country & Line Dance, Disney Village Western Celebration) ; tant d'événements témoins d’une volonté de proposer une programmation riche et variée. Enfin, l’établissement accueille des soirées DJ tous les week-ends tard dans la nuit afin de plonger la clientèle noctambule dans une ambiance de discothèque ou nightclub. Cette programmation peut cependant être chamboulée pour des raisons multiples, comme lors de la réouverture le 13 juillet 2020 du saloon après des mois de fermeture pour cause d'épidémie de coronavirus. À cette époque, le saloon indiquait que seul le Billy Bob's Band jouerait du mercredi au dimanche à partir de 20h30, sans groupes extérieurs, sans cours de danse et sans soirées DJ, une animation donc réduite au strict minimum dans des temps inédits.

Question restauration, l’établissement s’efforce à afficher une offre très complète surtout en termes de boissons. Une large sélection de bières, de vins, de cocktails, d’apéritifs et surtout de whiskies y est présentée. L’accent est en effet mis sur cette eau de vie aux origines celtes et importée vers le nouveau monde, devenue très populaire aux États-Unis. Une dégustation de plusieurs whiskies est même possible sur demande pour les plus connaisseurs. Une carte snack est également disponible et présente quelques classiques de la cuisine tex-mex comme les nachos, ribs, tapas et un savoureux chili con carne qui n’a rien à envier à ceux trouvés de l’autre côté de l’Atlantique. Au troisième étage, caché au fond du bâtiment, le restaurant La Grange qui n’a ouvert, lui, qu’au printemps 1997 après l’abandon du projet de club de jazz, offre une formule plus garnie avec un buffet tex-mex à volonté pour les plus affamés. Il s’agit de plus du seul restaurant à afficher au menu un buffet au sein de Disney Village. De fait, à la manière des House of Blues de Downtown Disney à Disneyland Resort ou Disney Springs à Walt Disney World Resort, le Billy Bob’s Country Western Saloon présente une expérience musicale et gourmande mémorable dans un lieu à l’identité profondément ancrée.

Véritable institution de Disney Village, le Billy Bob’s Country Western Saloon fait irrémédiablement partie de ces lieux où immersion et authenticité sont de mise. Cow-boys d’un soir ou amateurs de bonne musique et de bons breuvages, tous jouissent d’un lieu où tout est fait pour rappeler les aspects les plus intenses et anciens du pays de l’oncle Sam, terre d’origine de The Walt Disney Company et de son fondateur.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.