Au Chalet de la Marionnette
Vue d'ensemble
Date d'ouverture :
Le 12 avril 1992
Type de restaurant :
Restauration rapide
Crédit Photos :
Flavie Madeleine David
 

Le synopsis

Niché au beau milieu d'un pittoresque village tyrolien, l'établissement Au Chalet de la Marionnette accueille ses hôtes dans une atmosphère des plus conviviale. Une fois les portes de la demeure poussées, la chaleur du feu de cheminée et les odeurs de plats concoctés en cuisine submergent l'odorat des visiteurs. Ces derniers sont d'ailleurs invités à prendre place à leur table dans un décor où sculptures en bois, fresques murales et autres accessoires confèrent à l'endroit un joli cachet. Les plus attentifs voyageurs observeront même qu'une histoire leur est narrée à travers ces éléments, celle du visiteur le plus célèbre et apprécié des lieux, Pinocchio !

L'expérience

C'est situé au pied des montagnes, au cœur d'un charmant petit village d'inspiration tyrolienne, que se situe l’établissement. Proche du pittoresque Petit Pont Alpin, son entrée est marquée par la présence d'un écriteau en bois sur lequel le nom de l'enseigne y est repris dans un admirable style calligraphique. Le terme « restaurant » y est également indiqué, ne laissant définitivement plus de doute sur la nature-même des lieux. L'écriteau reprend d'ailleurs, dans sa structure générale, les grandes formes et contours de ceux d'un chalet tyrolien, avec leurs toits si caractéristiques. Quelques légers détails colorés viennent égayer le tout, comme les frises et décorations florales, contrastant avec les tons sombres et peu nuancés du bois.

La petite place fleurie devant l'entrée fait office d'extérieur, laissant la possibilité aux invités de se restaurer dehors s'ils le souhaitent. Pour ce faire, quelques chaises et tables sont mises à leur disposition, sous condition, bien entendu, d'avoir une météo clémente. Il leur est également possible de profiter d'une agréable balade dans ce paisible cadre, de jour comme de nuit, la placette étant pourvue de réverbères éclairés. Plusieurs parterres de fleurs épousant des formes arrondies, protégés par des barrières, viennent alors colorer ce décor bucolique. La présence de quelques arbres peut aussi garantir un coin d'ombre aux visiteurs les jours de fortes chaleurs.

En foulant les pavés de la place, les voyageurs ont le loisir de se laisser charmer par l'apparence de la maisonnée. La façade principale hébergeant l'accès du restaurant se veut en effet plus claire que celle de ses voisines, nuançant le bleu clair et le blanc. Au-dessus des portes d'entrée, entourées d'un arc constitué de pierres taillées, domine un balcon en bois fleuri de roses rouges et roses, offrant une vue magnifique sur les extérieurs. Il affiche également l'enseigne en bois du restaurant, semblable à celle de l'entrée de la placette. Plus haut encore, différents agencements de tuiles de multiples couleurs, tantôt carrés, tantôt rectangulaires, ornent les toitures. Aux pentes abruptes, ces dernières peuvent compter sur la présence de tourelles parfois fleuries et de cheminées pour adoucir et diversifier le tout.

L'entrée du restaurant a pour particularité d’abriter un sas constitué de deux doubles portes vitrées en bois de chaque côté. Cet ingénieux système permet à l’établissement de grande renommée de conserver sa chaleur, malgré les allées et venues des clients, en empêchant au froid et au vent de se faufiler à l'intérieur. Une fois franchi, vient alors le long couloir ouvert, à l'aspect assez sombre. Il est le point stratégique donnant un aperçu sur les deux grandes salles de restauration, l'une à sa droite, l'autre à sa gauche. Le bois est prédominant avec de larges poutres apparentes, la structure du plafond, ainsi que trois chandeliers suspendus. À gauche et à droite du couloir, plusieurs arches de pierre laissent entrevoir les vastes salles de l’établissement. De chaque côté également, de magnifiques sculptures en bois peintes sont disposées à hauteur des yeux des visiteurs. L'une représentant le célèbre Pinocchio accompagné de Geppetto, Figaro et Cléo, tous occupés à s'amuser et danser. L'autre, plus avancée dans l'allée, représente à nouveau Pinocchio, mais cette fois accompagné de Grand Coquin et Gédéon. Le restaurant tout entier est d'ailleurs truffé de clins d’œil aux histoires de leur hôte favori, Pinocchio.

Au bout du couloir, les invités se retrouvent au beau milieu d'une imposante cour ouverte, véritable poumon d’air frais du restaurant. Elle relie de façon atypique les salles du restaurant à la cuisine, située droit devant, reconnaissable de par ses nombreux ustensiles et accessoires en tous genres. Au-dessus, les toits de maisons se distinguent avec tantôt, des fenêtres en vitraux. Au plafond, des drapeaux démesurés aux multiples étoffes colorées. Sur l'imposant mur de droite, trois balconnières avec, au-dessous, une immense fresque murale. Cette dernière représente le célèbre Pinocchio ainsi que Grand Coquin et Gédéon, avec entre eux, un tourbillon d'aliments. Sur le tout aussi imposant mur de gauche, une nouvelle fresque peinte de Pinocchio, seul cette fois, se baladant sur la célèbre Île aux Plaisirs.

Sur la droite du couloir principal, une première salle où les visiteurs peuvent prendre place pour se restaurer. Très spacieuse, elle regorge de décorations pour ces derniers qui peuvent en profiter en attendant leurs repas : pendules à coucou, cadres, pots de fleurs et ustensiles de cuisine, pour ne citer qu’eux. La pièce dispose également d’une grande cheminée ouverte pour les plus frileux. Au-dessus de celle-ci trônent deux marionnettes à fils. Le restaurant abrite d’ailleurs plusieurs modèles différents, dont deux arborant les vêtements de cuisiniers. Le clin d’œil à Pinocchio est une fois de plus tout trouvé. Le mobilier de la salle est composé de tables et de chaises en bois, et l’éclairage diffère quelque peu avec des lanternes en vitraux suspendues. Deux imposantes peintures murales ornent les murs de la pièce, l’une à gauche de la cheminée, et l’autre à droite, dans le fond de la salle. La première représente Pinocchio et Jiminy Cricket en mauvaise posture, sous l’eau, bientôt attaqués par la menaçante baleine Monstro. Il est possible de lire « Savez-vous où demeure Monstro...? ». La deuxième, quant à elle, met en scène, de gauche à droite, la Fée bleue, Pinocchio, Jiminy Cricket, Geppetto, Figaro et Cléo dans la maison du vieux sculpteur sur bois. Il est cette fois inscrit une citation inspirante : « Quand on prie sa bonne étoile, les rêves se réalisent toujours. ». L’ambiance est à l'émerveillement avec un Geppetto rayonnant de bonheur de découvrir que Pinocchio est devenu un vrai petit garçon.

L’autre salle de restauration, sur la gauche de l’entrée donc, dispose aussi de son lot d’éléments décoratifs. À commencer par les nombreuses fresques murales, dont la première n’est autre qu'une invitation à se restaurer. Pinocchio, Jiminy Cricket, Figaro, Gédéon et Grand Coquin marchent l’un derrière l’autre dans une ruelle. Pinocchio, en tête de file, tient la hampe du drapeau sur lequel il est écrit « À table ! ». En s'enfonçant un peu plus dans la grande salle de restauration, une immense représentation de Pinocchio le montre accompagné sur scène par une troupe de cancaneuses. À droite de ce tableau se tiennent Gédéon et Grand Coquin, l’air satisfait d’avoir déniché l’artiste du jour pour un Stromboli, à gauche cette fois, ravi de présenter sa nouvelle vedette à la foule. En dessous, sur toute la largeur, est disposé un ruban sur lequel il est écrit les paroles « Hi diddle dee dee. À moi la vie d'artiste... ». Vient ensuite une fresque où il est mentionné « Petite tête de bois », avec un Geppetto appliqué à peindre un Pinocchio encore inanimé. 

Plus loin encore, dans un des coins de la pièce, une petite fresque illustrant Jiminy Cricket brandissant son parapluie avec, en dessous en inscription, « Prenez le chemin étroit ». Juste à côté, une plus grande peinture sur laquelle figure Pinocchio, assis sur une étagère en bois dans la maison de Geppetto, attentif aux dires de Jiminy Cricket. La phrase inscrite n’est autre que « Sifflez vite, vite, alors, votre conscience paraîtra » et plus loin encore, une peinture avec un Jiminy Cricket amusé, assis sur le coin d’un bureau dans la demeure de Geppetto. Il observe avec enthousiasme Pinocchio danser avec le chat Figaro, pendant que Geppetto donne le rythme avec son accordéon. Le texte lisible est cette fois : « Mon gentil petit pantin de bois, apporte la joie autour de toi. ». À la gauche de cette peinture murale, une autre montrant deux scènes bien distinctes. D’un côté Geppetto caressant Figaro confortablement installé sur une table en bois. Et de l’autre, Figaro debout sur un tonneau flottant en pleine mer, tenant une partie de la banderole, sur laquelle est indiquée la réplique « Dis bonjour à Figaro ». La dernière représentation de cette pièce met en scène Figaro, installé dans son petit lit sculpté de bois, prêt à dormir, avec en inscription « Bonne nuit, Figaro ! » . Sont également disposées à divers endroits des assiettes en faïence, parfois suspendues au mur, parfois posées sur une poutre en bois. Dans le fond de la pièce, trois fenêtres en vitraux de couleur bleue représentent Pinocchio et deux autres marionnettes.

Il existe également une autre salle, à l’abri des regards indiscrets. Son accès au fond à droite du restaurant n’est pas indiqué. L’ambiance y est pour le moins particulière et contraste complètement avec le reste de l’établissement. Les murs sont de roche, comme si la pièce avait été creusée au cœur-même de la montagne. Avant de s’engouffrer dans ces lieux, les visiteurs rencontreront deux nouvelles fresques. La première leur montrant un Geppetto désespéré, accompagné de Figaro, dans le ventre de la baleine Monstro. Il est assis sur le rebord de l’épave du bateau, canne à pêche en main, espérant trouver de quoi se nourrir. La citation est la suivante ; « Cette fois, nous sommes perdus, Figaro ». La deuxième fresque, qui est d’ailleurs la suite directe de la scène précédemment décrite, illustre Geppetto pêchant un poisson auquel s’agrippe Pinocchio, ayant encore les traits d’un âne. Se devine d’ailleurs le soulagement de Geppetto à travers le texte indiqué ; « Oh ! Pinocchio... enfin ! ». La décoration de la salle aborde un thème maritime avec des fanions, des rames, ou encore un splendide gouvernail suspendu au mur. Des tonneaux de bois font office de tables tandis que des poêles suspendues au plafond rassurent les visiteurs sur le fait qu'ils se trouvent encore dans un restaurant.

Le restaurant Au Chalet de la Marionnette est une adresse incontournable, à l’atmosphère chaleureuse et à la cuisine généreuse. Les visiteurs y trouvent ainsi un endroit spacieux et convivial où se restaurer et se reposer après de belles balades en montagne, bien à l'abri sous les poutres en bois brut réconfortantes ou les murs rocailleux d’une grotte aménagée pour l’occasion.

La critique

rédigée par Sébastien Tranain
Publiée le 04 avril 2020

Se restaurer dans un Parc Disney, c’est aussi vivre une expérience comme nulle part ailleurs. Chaque établissement des deux Parcs parisiens rivalise en effet d'univers enchanteurs et propices à l’évasion. Au Chalet de la Marionnette, consacré au célèbre pantin de bois rêvant de devenir un vrai petit garçon, fait ainsi partie des restaurants ayant la plus grande capacité d’accueil du Parc Disneyland. Situé à proximité d’attractions iconiques comme Les Voyages de Pinocchio ou Peter Pan’s Flight, il bénéficie d’une visibilité et d’un flux de passage plus qu’important. Sa facilité à accueillir et servir un très grand nombre de visiteurs couplée à son offre de restauration rapide, en font un incontournable pour les personnes désirant se restaurer rapidement et profiter, dans le meilleur des cadres, du Parc.

La première version du restaurant est née le 25 mai 1983 au Disneyland Park, en Californie. Elle portait le nom de Village Inn Restaurant et a, par la suite, adopté celui de Village Haus Restaurant. Le 24 février 2017, l’établissement a rouvert suite à une rethématisation totale autour de l’univers de La Belle et la Bête, sous le nom de Red Rose Taverne. Il existe également deux autres versions, l’une au Magic Kingdom de Floride (Pinocchio Village Haus Restaurant), l’autre à Shanghai Disneyland (Pinocchio Village Kitchen).

La version parisienne, similaire en de nombreux points à la version californienne, a ouvert ses portes le 12 avril 1992 à Fantasyland, dans le Parc Euro Disneyland. Chaque partie de Fantasyland a pour particularité de représenter un lieu géographique de l’Europe. Le cas du restaurant Au Chalet de la Marionnette est pour le moins complexe et mérite une attention toute particulière. Dans le conte Pinocchio, l’action se déroule, il est vrai, en Italie, qui est d’ailleurs le pays d’origine de son auteur, Monsieur Carlo Lorenzini, ayant écrit le conte sous le pseudonyme de Carlo Collodi. L’adaptation de Disney, quant à elle, conserve cette situation géographique, mais s’inspire grandement de l’architecture bavaroise pour illustrer, par exemple, le village de Pinocchio. Disneyland Paris a donc fait le choix de reproduire les lieux inspirés de son long-métrage d'animation Disney dans la partie allemande du Parc, afin de conserver une certaine homogénéité architecturale. De cette façon, le Parc évite d’abriter Au Chalet de la Marionnette et Pizzeria Bella Notte dans la même partie de Fantasyland, italienne donc, avec deux styles architecturaux diamétralement opposés, malgré leurs racines communes. L’harmonie visuelle et l’immersion sont donc conservées aux yeux des visiteurs, au détriment d’une certaine cohérence scénaristique et géographique. 

Au Chalet de la Marionnette, soutenu par la présence de l’attraction Les Voyages de Pinocchio et la boutique La Bottega di Geppetto, ne dérogent finalement pas à la règle de représenter une région de l’Europe. Ils évoquent, malgré les origines italiennes du conte Pinocchio, l’Allemagne, et plus précisément la Bavière, à travers l’architecture des bâtiments. Cette idée est renforcée par la présence, un peu plus loin, de l’attraction Blanche Neige et les Sept Nains ainsi que par la boutique La Chaumière des Sept Nains. Tous deux inspirés du long-métrage, lui-même issu du conte allemand, Blanche Neige et les Sept Nains.

Il est important de noter qu’une partie d’Au Chalet de la Marionnette est géographiquement située à Adventureland, ce qui en fait le seul restaurant implanté sur deux Lands à la fois à Disneyland Paris. Cette particularité se ressent d’ailleurs dans la décoration intérieure de l’établissement. Côté Fantasyland, elle se veut plus fidèle au long-métrage Pinocchio et d’une manière générale, à l’atmosphère du Land. Tandis que côté Adventureland, la salle de repas représente une sombre caverne aménagée en repaire où les visiteurs peuvent se restaurer sur des tonneaux en bois, à l’image de pirates ou contrebandiers. Le panneau d’entrée côté Adventureland arbore d’ailleurs une typographie et un style semblable à celui placé à l’entrée d’Adventure Isle, sous la forme d’un bout de tissu imitant la voile d’un bateau. Certains voient, dans cette décoration et ambiance, un clin d’œil certain à la scène du naufrage du bateau de Geppetto et de Pinocchio, et de leurs mésaventures avec la baleine Monstro.

Pour immerger le visiteur dans l’ambiance du film, de nombreux éléments de décoration sont d’ailleurs disposés un peu partout dans les différentes salles. Des plus subtils comme la présence de marionnettes à fils ou encore de pendules à coucou, à des références plus grossières comme les différentes fresques murales narrant certaines scènes du dessin animé Pinocchio

Petite anecdote ; une des peintures murales représentant le chat Figaro heureux et levant le pouce à côté du panneau « sortie » est en réalité un clin d’œil aux Imagineers ayant conçu le Village Inn Restaurant, en Californie. Une erreur de conception a, en effet, été commise lors de la construction du lieu, et le panneau « sortie » s’est vu être excentré par rapport aux portes de sortie. Pour pallier cette faute, Figaro fut peint tirant le panneau vers le centre à l’aide d’une corde. À Paris, le panneau étant à la bonne place, Figaro félicite cette rectification, rendant le tout plus harmonieux. Depuis, en Californie, suite à la transformation en Red Rose Taverne (sur le thème de La Belle et la Bête), c’est Sultan, le chien devenu repose-pied malgré lui, qui se charge de tirer le panneau.

En ce qui concerne sa capacité d’accueil, le restaurant dispose d’un espace remarquable et peut sans problème accueillir des grands groupes ou familles nombreuses. De par sa belle capacité d'ailleurs, le restaurant peut paraître néanmoins assez bruyant en cas de forte affluence. La boucle musicale composée de morceaux traditionnels du folklore Tyrol, des bals bavarois et de la fête de la bière, l'adoucit toutefois, en immergeant les hôtes dans une ambiance festive et joyeuse. Il est donc possible d’y entendre les morceaux : Petersberger Jodler, Musikball, Lieselotte, Klarinetten Polka, Wiesenpolka, Festtag in Tirol, Kaiserlandler, Hochzeit, Im Jaufental interprétés par Konrad Plaickner, Clarinette Polka, Torka, Fleur du Tyrol, Beer Barrel Polka, Ballade Sis, Bretzel March, Die Perle Tyrol, Marche des Bocks interprétés par Les Joyeux Bavarois, Almseewalzer interprété par Volksmusik Lippauer, Herzenfreude Polka interprété par Woadhauser Musikanten, Hackerbracker Polka interprété par Vienna Session Singers, et enfin, d’autres extraits musicaux comme Not So Bad, Lustige Bauernbaum et Landler. À noter également que dans les pièces du restaurant situées du côté d’Aventureland, la boucle musicale diffère pour correspondre parfaitement avec l’ambiance plus boucanière, invitant à l’aventure comme avec notamment la célèbre chanson Yo Ho A Pirate's Life For Me.

Par beau temps, il est évidemment possible de se restaurer en extérieur sur l’une des deux terrasses ; l’une étant située devant l’entrée principale de l’établissement, côté Fantasyland et l'autre à la frontière avec Adventureland. Cette dernière étant d'ailleurs couverte, les visiteurs en quête d’abris ouverts auront le loisir d’y prendre leur repas en cas de faible pluie comme de forte chaleur.

Au Chalet de la Marionnette est au final l’endroit idéal pour les visiteurs désireux de se restaurer rapidement, tout en restant dans le cadre féerique que propose Fantasyland ou celui plus aventurier de sa partie côté Adventureland. Petits et grands préserveront alors ce sentiment unique d’être les visiteurs de leurs univers favoris en se perdant dans les innombrables détails des fresques ornant ses murs et de son bois omniprésent racontant les aventures inoubliables du plus célèbre pantin de bois.

Poursuivre la visite

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.