Tom Murphy
Date de naissance :
Le 31 mai 1925
Lieu de Naissance :
Brooklyn, État de New York, aux États-Unis
Date de Décès :
Le 25 mai 2022
Lieu de Décès :
Rye, État de New York, aux États-Unis
Nationalité :
Américaine
Profession :
Dirigeant

La biographie

rédigée par Karl Derisson
Publié le 02 juin 2022

Le succès de The Walt Disney Company repose indéniablement sur les femmes et les hommes qui, à tous les étages, ont apporté années après années leur expertise et leur talent au développement de la société. Parmi eux, figure notamment Tom Murphy, financier de talent qui transforma la petite chaîne de télévision Capital Cities/ABC en un conglomérat de médias lucratifs et mondialement reconnus.

Thomas S. Murphy naît le 31 mai 1925 à Brooklyn, dans le sud de New York. Son père, Charles Murphy, farouche soutien du Parti démocrate, est avocat puis juge à la Cour Suprême de l’État de New York. Sa mère, femme au foyer, s’occupe de ses trois enfants, Charlie, Betty et Tom. Scolarisé à Princeton, Murphy s’engage dès 1943 dans l’U.S. Navy. Après la Seconde Guerre mondiale, il entre à l’Université Cornell où il parvient à décrocher un Bachelor of Science. Diplômé, il poursuit alors ses études à Harvard dès 1945. Se spécialisant dans le management, le marketing et les affaires, il passe ainsi quatre ans sur les bancs du campus de Cambridge d’où il ressort avec un Master of Business Administration en poche.

Tom Murphy débute sa carrière comme vendeur pour la Texas Company. Il devient ensuite gestionnaire au service de l’agence de publicité Kenyon & Eckhardt Advertising avant de passer chez Lever Brothers, le célèbre fabricant de savons et de produits d’entretien. Au bout de cinq ans, c’est grâce à un ami de son père qu’il parvient à mettre un pied discret dans le monde des médias. Lowell Thomas, l’un des animateurs radio les plus en vogue du moment, et son manager Frank Smith viennent de s’associer avec plusieurs investisseurs afin de lancer une nouvelle station, l’Hudson Valley Broadcasting. Ils ont besoin d’un directeur. Tom Murphy semble être le candidat idéal.
Marié à Suzanne Crosby et père de quatre enfants, Emilie, Thomas, Kathleen et Mary, Murphy prend son poste en 1954 et devient, de fait, le premier employé des stations WROW-AM et WROW-TV qui émettent dans la région d’Albany, dans l’État de New York. L’expérience est au départ palpitante mais particulièrement stressante. La faillite est rapidement envisagée. L’entreprise ne réalise en effet ses premiers bénéfices qu’au bout de trois ans. Après sa fusion avec une station de télévision de Durham, elle est bientôt renommée Capital Cities Television Corporation. Cette nouvelle société ne pèse alors pas bien lourd en bourse avec une action estimée à seulement 5,75 dollars en 1957.

En 1960, Tom Murphy est promu et envoyé à New York en tant que vice-président exécutif de Capital Cities Television Corporation dont le nom vient d’être changé en Capital Cities Broadcasting Corp. Quatre ans plus tard, il prend la présidence de la compagnie. La mort de Frank Smith en 1966 lui permet de monter un échelon de plus. Murphy devient alors président-directeur-général et président du conseil d’administration. À ces postes, il tente de partager avec ses employés une philosophie d’entreprise basée autour de trois valeurs essentielles : la maîtrise des coûts, le partage des responsabilités à tous les échelons et une gestion harmonieuse des personnels avec, notamment, une place accordée aux femmes égale à celle des hommes.
Tom Murphy estime également qu’une entreprise médiatique d’envergure ne doit pas seulement se limiter au simple divertissement. La télévision et la radio sont des outils qui, selon lui, doivent aussi servir à éclairer et à faire avancer la société en mettant à sa disposition ses moyens et ses talents. Régulièrement, des émissions et des campagnes sont ainsi mises à l’antenne afin de dénoncer les actes de harcèlement sexuel, encourager à la lecture, avertir des effets terribles provoqués par l’usage des drogues... La télévision est en outre vue par Murphy comme une fenêtre sur le monde et sur l’Histoire. En 1961, un Peabody Award récompense en particulier Capital Cities pour sa retransmission du procès du criminel nazi Adolf Eichmann, l’occasion alors de remettre en lumière l’une des pages les plus sombres de l’Histoire de l’humanité.

Sous la direction de Tom Murphy et de son directeur des opérations, Daniel B. Burke, Capital Cities continue de grandir, encore et encore. Rebaptisée en 1973 Capital Cities Communications, Inc., son poids ne cesse en effet de croître. Sa valeur en bourse s’envole. Plusieurs titres de presse sont acquis dès 1968 grâce à l’achat de Fairchild Publications pour 37 millions de dollars. En 1985, Capital Cities s’offre le réseau ABC. « Le vairon vient d'avaler la baleine », titre alors la presse. D’une valeur de 3,5 milliards de dollars, l’accord donne naissance à Capital Cities/ABC, la firme la plus importante de toute l’Histoire des États-Unis dans le domaine de l’information et des médias. Les records continuent dès lors d’être pulvérisés. Dix ans plus tard, 19 milliards de dollars sont mis sur la table par Michael Eisner, le PDG de The Walt Disney Company, afin de s’offrir Capital Cities/ABC. C’est à l’époque la plus grande opération du genre. La presse économique se délecte de l’information et de cette fusion qui confirme la place de géant de ce nouveau conglomérat. Estimée à 5,75 dollars en 1957, l’action de Capital Cities/ABC vaut désormais environ 12 000 dollars !


Michael Eisner et Tom Murphy

Au sommet de sa gloire, Tom Murphy quitte en 1996 son fauteuil de PDG de Capital Cities/ABC pour une place au conseil d’administration de The Walt Disney Company. En place jusqu’en 2004, il siège également dès 1997 au comité directeur de la société. Invité en 2003 par son ami Warren Buffett à rejoindre le conseil d’administration de la société d’investissements Berkshire Hathaway, Murphy aura aussi siégé au sein des comités directeurs de nombreuses autres compagnies, General Housewares Corp., Texaco, Johnson & Johnson, IBM Corporation. Dans le même temps, il poursuit ses engagements auprès de diverses œuvres de bienfaisances, notamment The Madison Square Boys & Girls Club dont il est l’un des administrateurs depuis 1963. En 1972, il devient par ailleurs l’un des membres du bureau du Langone Medical Center. De 1998 à 2005, il sert enfin comme directeur de l’association Save the Children.

Capitaine d’industrie reconnu pour ses talents d’homme d’affaires, son attachement au service public et son empathie vis-à-vis de ses employés, de ses partenaires et du public, Tom Murphy est récompensé dès 2007 par un Disney Legends Award qui couronne l’ensemble de sa carrière mais aussi son action sans faille en faveur des autres. Sa mort, survenue le 25 mai 2022 à l’âge de quatre-vingt-seize ans, est suivie par de nombreux éloges. « En ce qui concerne les affaires, Tom Murphy m’a appris bien plus de choses que n’importe qui d’autre », note Warren Buffett au moment de l’annonce du décès, « Nous avons été amis et partenaires durant cinquante ans. Il a su tirer le meilleur de chacun d’entre nous ». « Tom Murphy était un homme sans égal », confirme Bob Iger, « Pas seulement pour tout ce qu’il a réalisé en tant que dirigeant, mais aussi pour ses principes moraux impeccables, sa gentillesse inébranlable et la générosité infinie. Ses exigences étaient élevées. Il n’a jamais accepté de faire un quelconque écart à l’éthique. Pour moi, il fut plus qu’un mentor. Il fut une sorte de père. Il a cru en moi. Il m’a insufflé la confiance, a encouragé l’innovation. Il était accessible et il savait aussi bien regretter un échec que saluer un succès. Je n’oublierai jamais ni sa gentillesse, ni son amitié ».

Poursuivre la visite

1989 • 2019

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.