Bob Iger
Date de naissance :
Le 10 février 1951
Lieu de Naissance :
New York, État de New York, États-Unis
Nationalité :
Américaine
Profession :
Dirigeant

Le portrait

rédigé par Karl Derisson
Publié le 01 mars 2020

Le 25 février 2020, l’information frappe comme un coup de tonnerre. Sans crier gare, The Walt Disney Company annonce en effet que Bob Iger, son sixième CEO, est remplacé à son poste de Directeur général par Bob Chapek. Après quinze ans de bons et loyaux services seul à la tête de la société, celui qui a débuté à la télévision il y a près de quarante-six ans partage ainsi la direction de l'entreprise, fort d’une carrière et d’un bilan exceptionnels à faire rougir plus d’un capitaine d’industrie.

Robert Allen (surnommé Bob) Iger est né le 10 février 1951 à New York. Il est le fils aîné de Mimi Iger, l’une des employées de l’école primaire d’Oceanside, et d’Arthur L. Iger, un vétéran ayant servi dans la Navy durant la Seconde Guerre mondiale avant de devenir vice-président de The Greenvale Marketing Corporation. Son Oncle Jerry est quant à lui l’un des auteurs de comics les plus prolifiques de l’Âge d’or ayant notamment fait carrière aux côtés de Will Eisner et travaillé avec de futures légendes telles que Bob Kane et Jack Kirby. Bob quitte Brooklyn avec sa famille à l’âge de cinq ans et grandit à Oceanside, dans la région de Long Island. Élève de la Fulton Avenue School puis de l’Oceanside High School d’où il sort diplômé en 1969, il nourrit très tôt un goût prononcé pour la littérature et la télévision. Depuis l’âge de 15 ans, il rêve en effet de devenir le présentateur vedette du journal télévisé. Il poursuit donc ses études à la Roy H. Park School of Communications, l’une des cinq écoles privées de l’Ithaca College.

Choisi pour animer l’émission Campus Probe diffusée sur la chaîne de l’université, Bob Iger décroche en 1973 un diplôme en sciences de la télévision et de la radio. Il débute modestement sa carrière en tant que présentateur de la météo sur une petite chaîne de télévision d’Ithaca. Devenu en une poignée de jours la star locale contre qui tout le monde vient pester lorsqu’il pleut, le jeune homme travaille à ce poste pendant six mois, d’octobre 1973 à avril 1974. Il est alors persuadé qu’il ne fera jamais carrière…
Un an plus tard, le 1er juin 1974, Bob Iger intègre les équipes d’ABC. Ce passage sur une grande chaîne nationale est le fruit du hasard. Il rencontre en effet un subalterne de l’entreprise alors qu’il accompagne son oncle maternel Bob dans un hôpital de Manhattan. Ce n’est toutefois pas encore l’Eldorado… Pour 150 dollars par semaine, le garçon de vingt-trois ans sert en qualité de simple responsable de plateau. Chargé de répondre dans la seconde aux desiderata des autres membres du personnel et d’accomplir les taches les plus ingrates, il travaille alors sur des séries et des émissions comme La Force du Destin, Ryan’s Hope, The $10,000 Pyramid (l'équivalent américain du jeu Pyramide), Good Night America ou bien encore The ABC Evening News with Harry Reasoner. S’attirant bientôt les foudres d’un producteur de la chaîne, il postule à un autre emploi et passe ainsi au service des sports. Grâce à son nouveau poste au sein d’ABC Sports, Bob Iger parvient à monter quelques échelons de l’entreprise. Notamment placé sous les ordres du producteur Roone Arledge, il commence à collaborer à l’émission Wide World of Sports pour laquelle il voyage beaucoup à travers le monde pour trouver de nouveaux événements sportifs et acheter les droits de diffusion.


Avec Roone Arledge

En mars 1985, Bob Iger est le tout nouveau vice-président d’ABC Sports lorsqu’il apprend qu’ABC a été vendue par son fondateur Leonard Goldenson à la société Capital Cities Communications détenue par Thomas S. (Tom) Murphy et Daniel (Dan) Burke. Prêt à quitter la compagnie pour rejoindre l’agence ICM, il conserve toutefois son poste chez ABC Sports pour laquelle il couvre notamment les Jeux olympiques de Calgary en février 1988. Repéré par Murphy et Burke qui admirent son travail, Iger pense rapidement être promu responsable de la chaîne ESPN. En 1989, il est en fait nommé Président d’ABC Entertainment en lieu et place de Brandon Stoddard, sur le point d’être renvoyé. Avec son épouse Susan, Bob Iger s’envole bientôt pour Los Angeles. Devenant en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire l’un des membres de l’élite médiatique locale, il se charge dès son arrivée de planifier la saison 1989-1990.

Alors qu'il est occupé à lire des dizaines de scripts, ses collègues et amis lui conseillent de se fier à son instinct pour choisir les meilleures histoires à porter à l’écran. Iger porte son choix sur La Vie de Famille, Docteur Doogie et Corky, un Adolescent Pas Comme les Autres ainsi que sur America’s Funniest Home Videos (qui sera adapté en Vidéo Gag en France) qui remporte un énorme succès. Il accepte en outre de prendre un gros risque en diffusant la nouvelle série de David Lynch, Twin Peaks. Le succès, au départ, est gigantesque. Devenue mythique, la série lui permet d’ajouter dans son carnet d’adresses des noms comme Steven Spielberg qui l’invite sur le tournage d'Hook, ou la Revanche du Capitaine Crochet et George Lucas qui lui propose Les Aventures du Jeune Indiana Jones. Iger est également approché par Michael Eisner et Jeffrey Katzenberg qui souhaitent le débaucher et l’inviter à les rejoindre au sein de The Walt Disney Company. L’affaire en reste cependant là. Sur fond de guerre en Irak, Twin Peaks subit un méchant retour de flamme. Régulièrement déprogrammée de l’antenne, la seconde saison, rapidement bazardée, fait un four d’autant plus grand que les fans en espéraient autre chose… Un autre échec se profile bientôt. La série policière et musicale Cop Rock ne trouve pas son public… Bob Iger ne se laisse toutefois pas démonter. Il lance dans les mois suivants la production de New York Police Blues, la série créée par Steven Bochco et David Milch, première du genre à être classée Rated-R (interdite aux moins de 17 ans). Le succès, cette fois, est énorme.

En 1992, Bob Iger est convoqué par Dan Burke qui lui fait savoir que le Président d’ABC se prépare à partir à la retraite. Séparé de sa femme Susan repartie à New York avec leurs deux filles, Kate et Amanda, Iger accepte le poste. De retour sur la côte Est, il prend les rennes de la compagnie le 1er janvier 1993. Il a quarante-trois ans seulement et a désormais sous ses ordres ses anciens supérieurs, son mentor Roone Arledge, mais aussi Ted Harbert ou encore Dennis Swanson. À la fin de l’année, Iger est cette fois convoqué par Tom Murphy qui lui annonce que Dan Burke est également sur le point de prendre sa retraite. En mars 1993, il est promu Vice-président de Capital Cities/ABC, en juillet Executive Vice-President. En septembre 1994, Bob Iger devient Directeur des opérations (Chief Operating Officer) de Capital Cities/ABC.


Avec Michael Eisner

Au printemps 1995, Bob Iger apprend que Michael Eisner, le Président de The Walt Disney Company, envisage l’acquisition de Capital Cities/ABC. Dans le même temps, Tom Murphy lui confie son envie de le nommer CEO de l’entreprise. Il est rapidement question qu’Iger conserve son poste et déménage à Los Angeles. Ne souhaitant pas être éloigné de ses filles et de ses parents vieillissants, ce dernier, marié depuis 1995 avec Willow Bay, la présentatrice de l’émission Good Morning America avec qui il aura deux fils, Robert et William nés en 1998 et 2002, est peu motivé à l’idée de repartir sur la côte Ouest. Le rachat de Capital Cities par The Walt Disney Company est confirmé le 31 juillet 1995 pour la coquette somme de 19 milliards de dollars. La fusion est approuvée par les actionnaires de Disney le 4 janvier 1996. Elle débute le 9 février. Capital Cities/ABC est rebaptisée ABC, Inc.. Bob Iger est nommé Président.

À la tête d’ABC, Inc., Bob Iger constate avec surprise qu’après le décès soudain de Frank Wells, le vernis a commencé à craquer entre Michael Eisner, Jeffrey Katzenverg et Roy E. Disney. Les rivalités n’ont cessé de croître au sein du conseil d’administration. Michael Ovitz, le Directeur des opérations nommé en 1997 et qui ne restera à son poste que seize mois, est sur la sellette. Sur fond de guerre des chefs, le département animation de Disney a commencé à devenir moribond. Katzenberg a démissionné avec perte et fracas dès 1994 et fondé un studio concurrent, DreamWorks S.K.G., aux côtés de Steven Spielberg et David Geffen. La politique d’Eisner est de plus en plus reniée par les fans qui lui reprochent un mercantilisme aveugle notamment basé sur la production à moindres frais de suites des classiques du catalogue de l’entreprise… Le 25 février 1999, Bob Iger est nommé Président de Walt Disney International, un poste qu’il cumule avec celui de Président du groupe ABC. Sous sa direction, la chaîne perd un peu de son souffle même si des séries comme New York Police Blues et Papa Bricole ou The Drew Carey Show battent des records d’audiences. En 1999, Iger, bien qu’il l’ait au départ refusée, valide finalement la mise à l’antenne de Qui Veut Gagner des Millions ?. Présentée par Regis Philbin, l’émission est un énorme succès.


Avec Jeffrey Katzenberg

Le 24 janvier 2000, soit moins d’un an après avoir été nommé Président de Walt Disney International, Bob Iger est promu Président et Directeur des opérations de The Walt Disney Company. Bien qu’une rumeur persistante rapportait que Michael Eisner souhaitait le renvoyer, Bob Iger devient de fait le numéro 2 de la compagnie. Il découvre alors que l’ambiance délétère à la tête de la société est pire que jamais. Les relations entre Michael Eisner et Steve Jobs, le patron des studios Pixar, sont au plus mal. Il assiste au passage à la rébellion orchestrée par Roy E. Disney et Stanley Gold sous l’étiquette « Save Disney ». Suite aux attentats du 11 septembre 2001, Disneyland et Walt Disney World Resort sont exceptionnellement fermés. Le nombre de touristes s’effondre. L’action de The Walt Disney Company dévisse. Les actionnaires sont vent debout. Pis, Comcast menace de racheter la société via une OPA hostile et de revendre ses différences divisions au détail. L’optimisme ambiant laisse place à une cruelle morosité…


Avec Steve Jobs

Face à la tempête médiatique orchestrée par Roy E. Disney, à la dégringolade du cours de la société et à la dégradation sans précédent de sa réputation auprès des fans du monde entier, Michael Eisner accepte de préparer sa succession. Le 13 mars 2005, The Walt Disney Company annonce que Bob Iger sera son successeur. Eisner démissionne finalement de son poste le 30 septembre. À présent CEO de la compagnie, le sixième depuis sa fondation par Walt et Roy Disney en 1923, Iger commence par réembaucher Peter Murphy qui reprend son poste de directeur de la stratégie. L’organigramme de la société est entièrement revu. Roy E. Disney et Stanley Gold sont nommés membres du conseil d’administration. Placé à la tête des Walt Disney Animation Studios, Roy E. Disney est autorisé à relancer l’activité. Les projets de suite sont tous enterrés. La querelle avec Steve Jobs est par ailleurs réglée avec l’acquisition le 24 janvier 2006 de Pixar pour 7,4 milliards de dollars en actions et la mise à disposition des séries à succès du moment comme Lost, Les Disparus et Desperate Housewives sur la plate-forme iTunes. La même année, Bob Iger renoue avec les fans en annonçant le rachat de la première grande star animée des studios, Oswald le Lapin Chanceux jusqu’ici détenu par NBCUniversal et « échangé » avec le présentateur sportif vedette Al Michael qui passe d’ABC Sports à NBC Sports


Avec John Lasseter

Ayant pris l'habitude de se lever à 4h du matin pour faire du sport en se déconnectant de son téléphone afin de prendre le temps et de laisser libre cour à ses pensées, Bob Iger frappe une nouvelle fois un grand coup en annonçant en août 2009 l’achat par The Walt Disney Company de Marvel Entertainment pour 4 milliards de dollars. Un peu plus de deux ans plus tard, le 7 octobre 2011, la nouvelle tombe qu’Iger deviendra Président du directoire de Disney à la suite de John E. Pepper, Jr. qui part à la retraite en mars 2012. Le 15 novembre 2011, le PDG de Disney est par ailleurs nommé membre du conseil d’administration d’Apple, Inc. à présent dirigée par Tim Cook, le successeur de feu Steve Jobs décédé le 5 octobre.


Avec Kevin Feige

En octobre 2012, les fans apprennent que The Walt Disney Company acquiert Lucasfilm Ltd., la société de George Lucas, pour 4 milliards de dollars. Les sagas Star Wars et Indiana Jones rejoignent ainsi la grande famille Disney. Immédiatement, une nouvelle trilogie est mise en chantier. Les discussions sont aussi ouvertes pour un nouvel épisode d’Indiana Jones sous l'égide de Steven Spielberg, son ami qui, en juin, lui remettait en échange de son engagement et de ses actions philanthropiques l’Ambassador for Humanity Award de la part de l’USC Shoah Foundation Institute for Visual History and Education. Fort de ses succès, Bob Iger obtient au passage la confiance du conseil d’administration de Disney qui, alors qu’il était prévu qu’il quitte ses fonctions en mars 2015, décide de prolonger son contrat jusqu’au 30 juin 2016 puis jusqu’au 30 juin 2018.


Avec George Lucas

Évoquant en 2013 à la télévision la possibilité que Disney se lance dans la production de contenus exclusifs pour Netflix, Google et Amazon, Bob Iger est distingué en 2014 par un Milestone Award remis par la Producers Guild of America. En mai 2015, son nom est par ailleurs inscrit au sein du Broadcasting & Cable Hall of Fame qui commémore les grands noms de la télévision. Salué dans le monde entier comme un dirigeant visionnaire, il se fixe comme nouvel objectif la construction d’un second Resort en Chine, à Shanghai, un projet vieux de près de dix ans. 5,5 milliards de dollars sont investis dans l’opération. Shanghai Disney Resort ouvre ses portes le 16 juin 2016. Pour Iger, c’est le plus beau jour de sa vie. Il confiera que c’est également le plus triste. Quelques heures avant de prononcer son discours, il apprend par l’intermédiaire de Bob Chapek, le responsable de la division Parks & Resorts, qu’un enfant a été tué par un alligator dans l’un des bassins du Disney's Grand Floridian Resort & Spa, l’un des Hôtels de Walt Disney World Resort.

Après l’inauguration de Shanghai Disney Resort, Bob Iger envisage de prendre sa retraite. Il s’engage alors dans la campagne présidentielle américaine en devenant l’un des trésoriers d’Hillary Clinton. Le 2 décembre 2016, il accepte de siéger dans le conseil stratégique du président nouvellement élu Donald Trump, un poste qu’il n’occupe que six mois jusqu’à sa démission le 1er juin 2017 suite au retrait des États-Unis des Accords de Paris sur le climat.
Prévu pour s’achever le 30 juin 2018, le contrat de Bob Iger à la tête de The Walt Disney Company est entretemps étendu jusqu’au 2 juillet 2019, avec la possibilité de servir ensuite comme consultant pour la société durant trois ans. En décembre 2017, un avenant est pour la quatrième fois apporté. Bob Iger restera PDG de la compagnie jusqu’à la fin de l’année 2021.

Fort de la confiance que lui portent le conseil d’administration et les fans de Disney à travers le monde, et consolidé à son poste par des succès sans précédent au box-office grâce à des longs-métrages comme Alice au Pays des Merveilles, Star Wars : Le Réveil de la Force, Marvel’s Avengers, La Reine des Neiges, La Belle et la Bête, Le Monde de Dory auxquels suivront avec triomphe Avengers : Endgame, Le Roi Lion ou encore Black Panther, Iger se lance en 2017 dans deux nouvelles opérations d’envergure. En août, il annonce le lancement prochain de Disney+, un service de vidéo à la demande qui concurrencera directement Netflix avec des contenus exclusifs. Au moment de son lancement le 12 novembre 2019, c’est un véritable raz-de-marée avec 24 millions d’abonnés aux États-Unis.


Avec Rupert Murdoch

Dans le même temps, les actionnaires de The Walt Disney Company et de 21st Century Fox donnent leur accord pour un rachat. Le concurrent Comcast entre rapidement dans la danse en faisant monter les enchères. En mars 2019, le rachat de 21st Century Fox par Disney est acté. Rupert Murdoch, le propriétaire de la société, empoche alors 71,3 milliards de dollars ! Le catalogue de 20th Century Fox, avec ses classiques comme La Planète des Singes, Alien, le Huitième Passager, Titanic, Les Simpson et plus récemment Avatar, entre dans le giron de Disney. La bonne tenue des négociations convainc au passage les actionnaires de Disney d’augmenter le salaire d’Iger. Dès mars 2018, celui-ci est donc revu à la hausse et passe de 36,3 millions de dollars à 48 millions de dollars par an jusqu’en 2021. Le 4 mars 2019, il reçoit en outre un bonus de 13,5 millions de dollars pour l’acquisition réussie de 21st Century Fox tout en voyant sa hausse de salaire être annulée. La rémunération provoque immédiatement l’émoi chez certains hommes politiques parmi lesquels Bernie Sanders qui questionne les salaires des grands patrons lors de la primaire démocrate, mais aussi chez certains membres de la famille Disney, Abigail, la petite-fille de Roy O., estimant cette somme tout à fait mirobolante et scandaleuse au vu de ce que gagnent les petites mains de l’entreprise…

En avril 2019, Bob Iger est à la tête de The Walt Disney Company depuis plus de quatorze ans. Le PDG confirme alors son départ en 2021 lorsque son contrat sera arrivé à expiration. Le 10 septembre 2019, Iger démissionne par ailleurs de son poste au conseil d’administration d’Apple afin d’éviter tout conflit d’intérêt suite au lancement de la plate-forme Disney+, concurrent direct d’Apple TV+. Nommé homme d’affaire de l’année par le magazine Time, il publie le même mois ses mémoires, The Ride of a Lifetime: Lessons Learned from 15 Years as CEO of The Walt Disney Company, dans lesquelles il revient sur sa carrière chez ABC puis à la tête de Disney et dans lesquelles il donne ses conseils de réussite.


Avec Bob Chapek

À la surprise générale, The Walt Disney Company annonce le 25 février 2020 que Bob Iger quitte son poste de Directeur général de la compagnie et ce avec effet immédiat. Assurant la transition en tant que Président exécutif et Président du conseil d’administration jusqu’au 31 décembre 2021, celui qui vient de fêter ses 69 ans laisse ainsi sa place à Bob Chapek. Par conséquent, c'est le retour d'une direction bicéphale en haut de l'organigramme de la société avec à sa tête un Président et un Directeur général, une situation qui n'avait plus existé depuis la mort de Frank Wells en 1994. « Au vu du succès de la plate-forme Disney+ et de la fusion réussie avec 21st Century Fox, j’ai pensé que le moment était bien choisi pour assurer la transition avec un nouveau DG », déclare-t-il alors à la presse, « C’est une décision qui peut paraître abrupte aux yeux des gens car personne n’en a jamais parlé publiquement. Cela fait des mois que le comité directeur et moi discutons de cela. Cette situation me donne l’occasion de me focaliser sur le côté créatif de notre société et faire en sorte que celui-ci reste vibrant. »

Arrivé à la tête de The Walt Disney Company alors en plein marasme, Bob Iger a immanquablement marqué durablement de son empreinte l’histoire de l’entreprise créée modestement en 1923 par Walt Disney et son frère Roy. En renforçant le partenariat avec Pixar, en élargissant le champ d’action de la société grâce aux rachats successifs de Marvel Entertainment, de Lucasfilm Ltd. et de 21st Century Fox, en ancrant davantage encore la marque Disney dans les régions émergentes avec Shanghai Disney Resort, ou bien en lançant la compagnie dans de nouveaux secteurs florissants avec Disney+, celui qui sera resté quinze ans PDG a immanquablement permis à Disney d’entrer confortablement dans le XXIe siècle et de devenir, de fait, l’une des sociétés les plus puissantes et les plus appréciées de par le monde. Sous sa présidence, celle-ci a ainsi vu sa valeur boursière être multipliée par plus de trois, passant de 56 à 164 milliards de dollars. Et si les esprits chagrins regrettent parfois une politique finalement peu innovante marquée notamment par la flopée de films de super-héros et de remakes d’anciens classiques animés qui débarquent chaque année dans les salles, force est de constater qu’Iger a évidemment réussi son coup. Alors, juste bravo... et merci !

La filmographie

▼ Aller en bas de la liste ▼
001
Intervenant • Talk Show • 12 Saisons
2001 • 2011
Télévision
2001 • 2011
Télévision
002
Intervenant • Talk Show • 17 Saisons
2003 • ....
Télévision
2003 • ....
Télévision
003
L'Histoire de Pixar
Intervenant • Documentaire
2007
Cinéma
2007
Cinéma
004
Walt Disney Treasures - Disneyland : Secrets, Histoires & Magie
Intervenant • Reportages • Courts-métrages • Épisode Télé
2007
Vidéo
2007
Vidéo
005
Intervenant • Infomercial
2013
Télévision
2013
Télévision
006
Intervenant • Promotionnel • Animation 3D / "Live"
2015
Télévision
2015
Télévision
007
Intervenant • Documentaire
2016
Vidéo
2016
Vidéo
008
Intervenant • Talk Show • 2 Saisons
2017 • ....
Télévision
2017 • ....
Télévision
009
Intervenant • Promotionnel • Animation 2D / "Live"
2018
Télévision
2018
Télévision
010
Intervenant • Promotionnel • "Live" • 2 Émissions
2018 • 2019
Télévision
2018 • 2019
Télévision
011
Il Était une Fois les Imagineers, les Visionnaires Disney
Intervenant • Documentaire
2019 • 2019
Disney+
2019 • 2019
Disney+
012
Une Journée à Disney
Intervenant • Documentaire • 2 Saisons
2019 • ....
Disney+
2019 • ....
Disney+
013
Intervenant • Documentaire
2019
Télévision
2019
Télévision
▲ Retour en haut de la liste ▲

Poursuivre la visite

1859 • 2020

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.