Matthew Garber

Matthew Garber
Date de naissance :
Le 25 mars 1956
Lieu de Naissance :
Stepney, dans le Grand Londres, au Royaume-Uni
Date de Décès :
Le 13 juin 1977
Lieu de Décès :
Hampstead, Londres, au Royaume-Uni
Nationalité :
Britannique
Profession :
Acteur

La biographie

rédigée par Karl Derisson
Publié le 24 avril 2021

En 1964, les spectateurs découvrent avec enthousiasme le dernier chef d’œuvre de Walt Disney, Mary Poppins. Succès critique et commercial, le long-métrage de Robert Stevenson remporte alors tous les suffrages grâce à son histoire magnifique, sa bande originale mémorable et surtout son casting quatre étoiles. Julie Andrews, Dick Van Dyke, David Tomlinson et Glynis Johns crèvent en effet l’écran aux côtés des deux enfants de la famille Banks incarnés par la mignonne Karen Dotrice et le petit Matthew Garber, un jeune garçon d’à peine huit ans au destin tragique…

Matthew Garber est né à Stepney, un quartier au nord-est de Londres, le 25 mars 1956. Scolarisé au sein de la St Paul’s Primary School de Winchmore Hill, dans l’extrême nord de la capitale, le petit garçon est très tôt plongé dans le monde de la comédie grâce à ses parents, Louis Leonard (L. L.) et Margot Garber, tous les deux acteurs de théâtre.

Sa carrière débute alors grâce à l’entremise du comédien Roy Dotrice, le papa de la petite Karen qui suggère son nom aux directeurs de casting des studios Disney qui recherchent alors de jeunes enfants pour leur future production en Angleterre, Les Trois Vies de Thomasina. Invité à passer le casting comme n’importe quel autre acteur, le petit Matthew se démarque immédiatement des autres grâce à sa bouille ronde, son esprit frondeur et son aptitude à n’en faire qu’à sa tête. Jouant les petits rebelles, l’enfant, qui n’a jamais appris à jouer la comédie, est en effet irrésistible. Sa manière de passer sa main dans ses cheveux, de plisser les yeux et de froncer le nez provoque l’hilarité chez les personnes présentes, en particulier le réalisateur Don Chaffey et le producteur Hugh Attwooll. Ayant immanquablement réussi son coup, Garber obtient dès lors le rôle de Geordie McCab et partage l’affiche avec Karen Dotrice, Patrick McGowan, Susan Hampshire, Laurence Naismith et Finlay Currie.


Les Trois Vies de Thomasina (1964)

Repéré par Walt Disney qui adore son petit côté mutin, Matthew Garber est rapidement choisi pour incarner Michael, le cadet de la famille Banks dans la nouvelle comédie musicale des studios, Mary Poppins, d’après l’œuvre de P. L. Travers. Le garçon partage alors à nouveau l’affiche avec sa copine Karen Dotrice, qui interprète Jeanne, ainsi qu’avec David Tomlinson et Glynis Johns qui prêtent leurs traits aux parents, George et Winifred Banks. Débutant le tournage au mois de mai 1963, Garber retrouve par ailleurs Julie Andrews et Dick Van Dyke qui craquent tous les deux pour lui tout comme la critique et le public qui réservent au film un véritable triomphe.


Mary Poppins (1964)

Absolument craquant, le duo Matthew Garber et Karen Dotrice se reforme une dernière fois dans Gnome-Mobile, mis en scène par Robert Stevenson, le réalisateur de Mary Poppins. Le garçon, alors âgé de dix ans, fait une fois encore hurler de rire les responsables du film. « Veuillez m’excusez, mais une de mes dents est en train de tomber », s’exclame-t-il en effet lors des répétitions. « Ce n’est pas grave », lui répond alors le réalisateur, « Vas-y, tire dessus ! ». Rigolant lui-même de la situation, Matthew Garber obtient le rôle de Rodney et donne la réplique à deux légendes de la comédie, Walter Brennan et Ed Wynn.


Gnome-Mobile (1967)

Connu pour ses bonnes blagues et ses pitreries qui amusent beaucoup la galerie, Matthew Garber revient à Londres après la sortie de Gnome-Mobile. Là, il retrouve sa famille qui s’est agrandie en 1964 avec la naissance d’un petit frère, Fergus. Il revient par ailleurs bientôt sur les bancs de l’école. De septembre 1968 à juillet 1972, il est ainsi scolarisé à l’Highgate School, dans le nord de la capitale anglaise. Amateur de littérature d’aventure, il se découvre alors une passion pour la mythologie et la poésie. Le petit garçon devient par ailleurs un jeune sportif aguerri.


Avec Julie Andrews, Lillian et Walt Disney, et Karen Dotrice (1963)

Devenu en 1977 un jeune adulte désireux de mordre la vie à pleines dents, Matthew Garber se met en tête de faire le tour du monde. Du haut de ses vingt-et-un ans, l’acteur débute son voyage par l’Europe puis l’Asie. Le périple tourne toutefois court. Lors de son séjour en Inde, Garber contracte une hépatite. Rapatrié d’urgence à Londres, il est immédiatement pris en charge par les équipes du Royal Free Hospital. Mais les soins sont malheureusement vains... Matthew Garber meurt d’une pancréatite hémorragique nécrosante le 13 juin… Incinéré au crématorium de St. Marylebone le 16 juin, ses cendres sont placées au cimetière d’East Finchley. Sa mort n’est toutefois pas relayée dans la presse. Elle ne sera connue que des années plus tard lorsque des journalistes américains chercheront à le retrouver pour une interview en lien avec une ressortie de Mary Poppins

En 2004, les studios Disney décident de récompenser les jeunes comédiens de Mary Poppins en leur décernant un Disney Legends Award. Si Karen Dotrice est présente pour récupérer son prix, l’absence de Matthew Garber se fait cruellement ressentir. C’est alors son frère Fergus qui monte sur scène pour recevoir en son nom son trophée.

« Matthew était tout à fait ce à quoi il ressemblait, un véritable lutin », se souvenait Karen Dotrice des années après la mort de son jeune complice à l’écran, « et j’ai adoré être dans son ombre. Sans lui, j’imagine que faire des films aurait été beaucoup moins drôle. Il adorait jouer les petits garçons coquins et cherchait tout le temps à grimper partout. Alors que moi j’étais une petite fille victorienne tout à fait sage qui évitait à tout prix de se salir, lui affectionnait l’humour et le danger. Il a vécu sa vie avec passion jusqu’à ses vingt-et-un ans ».

Poursuivre la visite

1886 • 2021
1989 • 2019

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.