La Dynastie Donald Duck - Tome 12
1961 - 1962 : Un Sou dans le Trou

La Dynastie Donald Duck - Tome 12 (1961 - 1962)
La couverture
Éditeur :
Glénat
Date de publication France :
Le 23 octobre 2013
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Carl Barks
Nombre de pages :
384

Le sommaire

Le monde de Donald :
• La Joyeuse Ménagerie de Donald et Compagnie
• Une Sorcière Très Particulière
• Des Canards et des Dieux
• Un Défi en Attire un Autre

Les histoires :
• Un Sou dans le Trou (1961)
• Géo Sculpteur d'Arbres (1961)
• Rapport Exact (1961)
• Géo n'Est pas au Point (1961)
• Le Bongo du Congo (1961)
• L'Aventurier des Cavernes (1961)
• Le Jour où la Ferme s'Arrêta... (1961)
• Gontran Toréador (1961)
• Oncle Picsou dans les Pommes (1961)
• S.O.S. ! Sauveteur ! (1961)
• Un Tour dans son Sac (1961)
• Terrifiant Touriste ! (1961)
• Monstreville (1961)
• L'As du Cube-Ball (1961)
• Géo Aime les Ordures (1961)
• SuperGéo l'AntiRapetou (1961)
• Inventeur à Tout Prix (1961)
• Chugwagon Derby (1961)
• Le Marin Insensé (1961)
• Une Planète Mysthorieuse (1961)
• Science Friction ! (1961)
• Pouce ! Je Pèse ! (1961)
• Rencontre Hystérique sous le Signe de Midas (1961)
• Pauvre Perdant ! (1961)
• Embrouilles à la Saint-Valentin (1962)
• Ecrasé par la Concurrence (1961)
• L'Île à la Menthe (1961)
• Panique au Pique-Nique ! (1961)
• Prédictions ou Fariboles ? (1961)
• Limier de l'Opale (1961)
• Un Cadeau de Lion (1961)
• Bluffé par les Buffles (1961)
• Le Roi de la Fourrière (1961)
• Un Halloween Bien Tranquille (1961)
• Pleins Gaz (1961)
• Un Bouc Broute-Billets (1961)
• Goliath et Filament (1961)
• Tempête sur le Cap Couac (1962)
• L'Animal qui Convient (1962)
• Autant en Emporte le Vent (1962)
• Le Bateau Pépite (1961)

Portfolio :
• Mettez le Canard en Première Page
• Le Zoo Déchaîné

Les personnages :
• Grand Loup
• Carabosse

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 07 janvier 2014

Avec ce douzième volume de La Dynastie Donald Duck, l'intégrale Carl Barks arrive à sa moitié. En 1961, Carl Barks est ainsi à seulement trois ans de la retraite. Pourtant dans ce volume, le lecteur se rend compte qu'il n'a rien perdu de sa créativité. Ce ne sont en effet pas moins de deux grands méchants qu'il va créer pour le plus grand plaisir des lecteurs : Crésus Flairsou mais surtout Miss Tick.

Miss Tick (Magica De Spell en anglais) est apparue pour la première fois en décembre 1961 dans la revue Uncle Scrooge#36, au sein de l'histoire The Midas Touch, traduite en Rencontre Hystérique sous le Signe de Midas. Dans cette première rencontre avec Picsou, la sorcière s’efforce de récupérer des pièces touchées par des millionnaires afin de les fondre en une amulette forgée dans le magma du Vésuve ; l’objet magique alors obtenu ayant le pouvoir de lui apporter ensuite la fortune. Dans le feu de l’action, Picsou lui vend par erreur son sou-fétiche. Se rendant compte de sa bévue et sentimentalement attaché à son premier sou, première pierre de son immense empire, il décide aussitôt de tout faire pour le récupérer...
Pour créer sa magicienne, Carl Barks s'inspire de Morticia Addams, la mère de la famille Addams, un personnage qui était à l'origine sujet d'une série de gags publiée dans le journal américain New Yorker. Miss Tick est de la sorte une sorcière originaire de la baie de Naples qui loge dans un petit chalet sur le mont Vésuve et a pour ami et animal de compagnie, le corbeau Algorab. Le personnage acquiert une telle aura que Car Barks l'utilisera neuf fois au total en cinq ans. Une deuxième histoire, Embrouilles à la Saint-Valentin, est d'ailleurs présente dans ce volume. Miss Tick est ensuite reprise par de nombreux auteurs, notamment, en Italie, sa patrie natale. Elle a également droit à une version animée dans La Bande à Picsou, la série de 1987 où elle apparait dans de nombreux épisodes.

L'homme d'affaire, Crésus Flairsou, est, quant à lui, une création de Carl Barks datant de décembre 1961 dans Pleins Gaz, une aventure au cours de laquelle Picsou et lui vont se défier dans une course de bateau pour départager la meilleure essence de moteur produite par les raffineries des deux milliardaires. Ce récit est la seule et unique apparition du personnage dans l’œuvre de Carl Barks ce qui ne l’empêche d’être plébiscité en revanche à l’étranger. Sa première histoire italienne, Picsou et les Kiwis Volants, est ainsi signée de Giampaolo Barosso et Giorgio Bordini et publiée le 1er mars 1963. Par la suite, Flairsou devient le concurrent direct de Picsou dans les histoires italiennes là où Gripsou est lui plutôt utilisé dans les histoires américaines.
Si Flairsou est repris immédiatement par les auteurs italiens, il l'est également par le Studio Program. Ce « programme », qui s’étale de 1962 à 1990, est lancé par la maison mère Disney et est exclusivement destiné aux marchés européens et latino-américains dont le besoin en histoires nouvelles augmente graduellement alors que la production d'histoires américaines en comic books est insuffisante. La plupart de ces histoires sont écrites par des scénaristes américains, tandis que les dessins proviennent d'artistes américains puis italiens et sud-américains. De nombreux nouveaux personnages sont introduits, le plus célèbre étant sans aucun doute le cousin Popop inventé par Dick Kinney et Al Hubbard. La première histoire « Studio » avec Flairsou parait donc en 1964 sous le titre Picsou Boucle le Tour du Monde, écrite par Dick Kinney et dessinée par Romano Scarpa.

L’une des autres grandes histoires de ce volume est assurément Un Sou dans le Trou. De belles influences s’y remarquent, il est vrai. D’une, le lecteur retrouve les terribles Rapetou qui veulent encore dérober le coffre de Picsou. Et de deux, Carl Barks lorgne du côté du film L’Homme qui Rétrécit (1957) dont le film Disney de 1989, Chérie, J'ai Rétréci les Gosses s’inspire aussi. Ici, Picsou, ses neveux et les Rapetou sont réduits à la taille de fourmis ; les insectes reprenant alors l’apparence de ceux des cartoons de Donald, Donald et les Fourmis (1948) et Uncle Donald's Ants (1952). L’histoire mélange ainsi fabuleusement aventure et fantastique.

Enfin, le volume offre une superbe joute entre deux personnages antinomiques. Si Donald et Gontran ont toujours été des rivaux, au grand dam de Donald d'ailleurs qui perd à tous les coups face à la chance de Gontran, il n’en est, en effet, pas de même quand Picsou se frotte à la chance légendaire de son neveu ! Carl Barks a ainsi la bonne idée de les faire s'affronter dans Le Bateau Pépite. L'oncle milliardaire, qui retourne dans le Klondike en Alaska afin de trouver une pépite géante, va devoir faire preuve de toute sa ténacité, son courage et sa capacité de travail contre Gontran à qui tout tombe facilement dans la main. Et la différence avec Donald sera bien là puisqu’au final, dans le derby, c’est certes Gontran qui l’emporte, mais Picsou qui obtient la reconnaissance.

La Dynastie de Donald Duck – Tome 12 est un superbe volume qui démontre une fois de plus l‘étendue du foisonnement créatif de Carl Barks. A savourer !