La Dynastie Donald Duck - Tome 23
1948 - 1949 : Perdus dans les Andes

La Dynastie Donald Duck - Tome 23 (1948 - 1949)
La couverture
Éditeur :
Glénat
Date de publication France :
Le 21 juin 2017
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Carl Barks
Nombre de pages :
384

Le sommaire

Le monde de Donald :
• Carl Barks en France
• Carl Barks et Moi
• La Naissance d'un Mort-Vivant

Les histoires :
• Sombre est l'Afrique (1948)
• La Chasse aux Dollars (1948)
• La Malchance Sourit aux Chanceux (1948)
• Chasseur de Perles (1948)
• Oiseaux de Malheur ! (1948)
• Un Haricot de Trop ! (1948)
• Renard Rusé qui Fait sa Loi (1948)
• Sécurité Exigée ! (1948)
• Intraitable Maladie ! (1948)
• Radio Quiz (1948)
• Le Pire Cauchemar ! (1949)
• Le Voleur de Chevaux (1949)
• Joyeux Noël ! (1948)
• La Forme ou les Formes ? (1949)
• Au Pays des Jouets (1948)
• L'Article Authentique (1948)
• Test en Direct (1948)
• Un Sapin de Noël en Or (1948)
• Décorations Surprises (1948)
• Perdus dans les Andes (1949)
• L'Ecran de la Discorde (1949)
• Nounou Improvisée ! (1949)
• Le Dernier Mot de la Fin (1949)
• Pêche au Yacht (1949)
• L'Echo Logique (1949)
• Le Zoo Antivol (1949)
• Sur les Traces de Super Duflair (1949)
• Donald est Prévoyant (1949)
• Après Moi s'il en Reste (1949)
• Grenouille de Course (1949)
• Bombie le Zombie (1949)
• Police Buissonnière (1949)
• La Meilleure Façon de Marcher (1949)

Portfolio :
• De la BD au Livre Illustré
• Donald et ses Neveux
• Donald, Officier et Paysan
• Hommages au Maître

Les personnages :
• Edgerton
• Le Général Dublair

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 12 janvier 2018

Le 23ème tome de La Dynastie Donald Duck est l'avant-dernier de la longue intégrale Carl Barks qui touche bientôt à sa fin. Aucune lassitude ne se ressent pourtant à sa lecture puisque ce volume possède encore quelques grands classiques de l'auteur à commencer par Perdus dans les Andes qui lui donne son titre et se voit considéré par de nombreux spécialistes comme le chef d'œuvre absolu du Maître des Canards.

Perdus dans les Andes est, en effet une véritable pépite. Donald et ses neveux y partent en Amérique du Sud à la recherche d'une vallée perdue qui cacherait des poules qui pondent des œufs carrés. Le canard est, en fait, envoyé en exploration par les conservateurs du musée où il est gardien car ils sont persuadés qu'en plus de la découverte scientifique, ce genre d'œuf pourrait changer l'industrie agro-alimentaire grâce à un gain de place et une facilité de transport. Après maintes embûches, Donald et Riri, Fifi et Loulou arrivent donc dans un lieu où tout est carré : des humains aux bâtiments et pas seulement les poules ! La population qui vit dans ce coin reculé de la Terre caché par un brouillard perpétuel n'en est pas moins heureuse : elle ne connaît, il est vrai, pas l'envie, l'argent ou la roue... Elle a carrément banni de chez elle tout ce qui est rond. Sur ce postulat de départ, Carl Barks imagine ainsi une histoire aussi palpitante qu'originale où un simple œuf permet de découvrir une civilisation étonnante.

Parmi les autres histoires, deux personnages créés dans le volume précédent, prennent de plus en plus d'ampleur. Il s'agit de Gontran Bonheur et de l'Oncle Picsou. Le cousin, qui n'est pas encore chanceux, apparaît, en effet, dans trois histoires. La plus drôle est assurément Le Dernier Mot de la Fin où il force Donald et ses neveux à creuser pour lui une plage afin de trouver un trésor. Le milliardaire, quant à lui, participe à trois histoires également mais n'est pas encore un personnage principal, se limitant à seulement quelques cases, la plupart du temps pour lancer le récit. Ce n'est pas encore lui qui part à l'aventure !

L'un des récits où apparaît chichement l'Oncle Picsou s'avère pourtant constituer un autre classique de Carl Barks : Bombie le Zombie. Si Perdus dans les Andes est à l'évidence son œuvre la plus connue, Bombie le Zombie est, elle, la plus étrange. Le Maître des Canards y fait, il est vrai, participer un mort-vivant ! Donald se retrouve ainsi malencontreusement victime d'une malédiction d'un sorcier africain qui, s'estimant spolié, avait lancé un zombie sur la trace du milliardaire. Sauf que la créature sans cervelle met 70 ans à atteindre son but et prend Donald pour Picsou parce qu'il ressemble à son oncle quand il était jeune. Donald repart donc avec ses neveux en Afrique pour lever la malédiction. Cette histoire de Carl Barks est vraiment étonnante car dans l'oeuvre de ce cartésien pur et dur, il est très rare de voir intervenir des éléments fantastiques non expliqués et plus encore quand ils contiennent une connotation macabre difficilement associable à Disney. Il y a là sans doute l'une des raisons qui veut, qu'après sa première publication, l'aventure restera dans les coffres forts jusqu'aux années 80...

Le dernier intérêt du volume est de proposer un certain nombre de récits tournant autour de Noël : Joyeux Noël !, Au Pays des Jouets, Un Sapin de Noël en Or et Décorations Surprises. Si deux sont des gags d'une page, les deux autres sont plus intéressantes. Dans Au Pays des Jouets, l'auteur dessine, en effet, pour la première fois le personnage du Père Noël tandis qu'Un Sapin de Noël en Or voit Donald et ses neveux affronter une vieille sorcière qui veut anéantir l'esprit de Noël. Riri, Fifi et Loulou, partis à la recherche d'un sapin doré, tombent ainsi dans un piège de la sorcière (qui ressemble à celle de Blanche Neige et les Sept Nains) qui entend utiliser les larmes de déception des canetons afin de détruire l'esprit de Noël à jamais...

Le Tome 23 de La Dynastie Donald Duck propose une fois de plus de nombreux bijoux de Carl Barks. Après lui, il ne manque plus qu'un volume pour que le public français dispose enfin de l'intégralité de l'œuvre d'un des plus grands auteurs de bandes dessinées du XXème siècle !

Nos Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.