Zodiac Legacy
Le Retour du Dragon

Zodiac Legacy : Le Retour du Dragon
La couverture
Titre original :
The Zodiac Legacy : The Dragon's Return
Éditeur :
Pika Roman
Date de publication France :
Le 28 juin 2017
Collection :
Zodiac Legacy
Auteur(s) :
Stan Lee (Texte)
Stuart Moore (Texte)
Andie Tong (Dessin)
Autre(s) Date(s) de Publication :
Disney Press (US) : Le 26 janvier 2016
Nombre de pages :
420

Le synopsis

Voilà maintenant un an que Steven et ses amis ont vaincu le diabolique Maxwell à la Porte du Dragon, l'empêchant ainsi de s'accaparer les douze pouvoirs du Zodiaque. Reclus dans l'ombre, le cruel mercenaire ourdit déjà sa vengeance... Accompagné de Malosi, qui devait à l'origine recevoir l'énergie du Tigre, Maxwell est sur le point de tendre un piège aux jeunes héros. L'équipe Zodiac, qui se trouve déjà au bord de l'implosion, pourrait bien ne jamais s'en relever...

La critique

rédigée par
Publiée le 05 novembre 2021

Un an tout juste après la sortie de Zodiac Legacy : Convergence, Stan Lee, Stuart Moore et Andie Tong se réunissent pour offrir à leur lectorat la suite des aventures de Steven Lee et de ses amis dans Zodiac Legacy : Le Retour du Dragon. Après avoir sauvé le monde et appris à maîtriser leurs pouvoirs au gré des batailles, les combattants du Zodiaque commencent à s'éloigner les uns des autres, et certains membres envisagent même de quitter définitivement l'équipe... Le moment est bien mal choisi toutefois, puisque l'impitoyable terroriste Maxwell s'apprête à faire son grand retour ! Dans ce nouveau roman, le second de la trilogie littéraire Zodiac Legacy, le trio d'artistes s'attache à approfondir les personnages sans pour autant délaisser l'action un seul instant : batailles épiques, retournements de situation et trahisons sont en effet au cœur de ce livre qui prépare déjà le terrain en vue de l'ultime affrontement.

Plus encore que dans le premier roman peut-être, l'écriture de Stan Lee et Stuart Moore convoque tous les codes propres aux comics. À leur aise dans l'écriture des dialogues, les artistes se surpassent pour offrir des phrases ciselées et diablement efficaces ; chacun des personnages possède une voix propre et une personnalité unique, un exploit loin d'être toujours égalé au sein des romans à destination d'un public résolument jeune. Dès le prologue du roman, l'équipe artistique parvient ainsi à piquer la curiosité du lectorat en venant notamment titiller l'amour (et la haine !) des lectrices et lecteurs pour les grandes figures machiavéliques qui hantent l'imaginaire collectif. Le duo d'auteurs assume désormais davantage la théâtralité certaine du grand méchant Maxwell, qui ressemble plus que jamais à un vilain de comics, avec une touche d'adversaire de James Bond ou d'Indiana Jones. Ses premières lignes de dialogue en font d'ailleurs un véritable concentré de vilainie : un plan à peine dévoilé, une promesse de vengeance, des bobards racontés à un sbire désireux de faire ses preuves et la mention d'un artefact mystique : voilà de quoi tenir le lectorat en haleine ! Toutefois, et même si les dialogues de Stan Lee et Stuart Moore invoquent tous les poncifs possibles et imaginables des palabres de méchants, le duo trouve un bel équilibre et ne tombe jamais dans la caricature : le terroriste est mauvais, cruel et bien plus marquant qu'il ne l'était dans le roman précédent.
Durant ces premières pages, le lectorat fait également la connaissance d'un nouveau personnage : Malosi. Le passé du militaire est à peine effleuré et les descriptions le concernant sont minimes, mais les superbes illustrations d'Andie Tong laissent tout de même supposer que ce nouveau méchant, avec ses traits faciaux caractéristiques et ses bras recouverts de tatouages, pourrait venir de Polynésie. En samoan, le prénom Malosi signifie d'ailleurs « force » ou « puissance ». Avec l'addition de ce nouveau personnage, le trio d'artistes continue de faire preuve d'une remarquable diversité dans sa trilogie romanesque, en imaginant une histoire dont les protagonistes sont issus des quatre coins du monde.

Après ces quelques pages très réussies, Stan Lee et Stuart Moore ouvrent la première partie de leur roman par une scène d'action des plus explosives. Les Zodiac, séparés en deux équipes, se rendent dans les environs de Dubaï où une tempête menace de tout emporter sur son passage. Steven le Tigre et Kim, l'américaine porteuse du pouvoir du Lapin, sont ainsi envoyés en mission sauvetage en plein cœur du désert, afin de porter assistance à une institutrice et à sa classe. Comme c'était déjà le cas dans le tome précédent, les auteurs spécialistes des comics excellent dans le récit des scènes d'action, qui se parent d'une écriture très cinématographique. Malheureusement, les défauts du premier roman ne tardent pas à pointer eux aussi le bout de leur nez dans Zodiac Legacy : Le Retour du Dragon ; comme souvent dans les romans jeunesse édités par Disney, les descriptions et les scènes d'introspection sont réduites au minimum syndical, dévorées par l'action omniprésente et le rythme effréné du roman, qui laisse parfois le lectorat à bout de souffle.
De leur côté Duane le Cochon, Liam la Chèvre et la française Roxanne, habitée par le pouvoir du Coq, s'assurent que les rues de Dubaï sont dégagées et que l'évacuation des civils peut se faire en toute sécurité. Malheureusement pour le trio, un camion renversé sur l'autoroute empêche la fuite des habitants, et l'arrivée de vieux adversaires des Zodiac n'arrange rien à l'affaire : Nicky le Chien et le Cheval Josie sont en effet bien décidés à en découdre ! Grande force de la série Zodiac Legacy, l'impressionnante galerie de personnages continue de se développer dans ce second roman ; l'écriture des auteurs rend parfaitement compte de l'évolution de chacun des membres des équipes rivales tout en préparant le terrain pour le troisième et ultime roman, dans lequel tous devront choisir définitivement un camp.

Dans la première des quatre parties qui composent Zodiac Legacy : Le Retour du Dragon, les deux auteurs font étalage d'une excellente maîtrise des procédés narratifs. Sans jamais laisser l'action de côté, ils parviennent non seulement à montrer comment les adolescents se sont entraînés et possèdent désormais une maîtrise certaine de leurs pouvoirs, mais ils dessinent dans le même temps les premières fractures de l'équipe. Après avoir mis Maxwell en déroute, les jeunes gens, sous le commandement de Jasmine le Dragon, ont commencé à travailler de concert avec les autorités gouvernementales ; devenus en quelque sorte des super-héros, les jeunes gens sont envoyés en terrain dangereux, investis de missions qu'eux seuls peuvent remplir. Seulement voilà, les Zodiac sont avant tout des adolescents encore immatures, et certains commencent à regretter une vie qui était autrefois plus simple. Duane a ainsi perfectionné ses pouvoirs sur les appareils électroniques, en même temps que son génie scientifique s'est étoffé, mais il n'en demeure pas moins inutile sur le champ de bataille lorsque les démonstrations de force sont de mise. Cette impression d'être un fardeau pèse de plus en plus lourd sur le cœur du jeune Sud-Africain qui en vient à se demander si les Zodiac ne s'en sortiraient pas mieux sans lui. Kim, Liam et Roxanne envisagent eux-aussi de quitter l'équipe pour des raisons diverses ; il incombe donc à Steven de maintenir péniblement une fragile cohésion dans ce groupe très hétéroclite. Jasmine, enfin, est de son côté obnubilée par l'idée de retrouver son ami Carlos, qui a disparu il y a quelques mois de cela, lors d'une mission périlleuse.

C'est précisément dans ce contexte de crise imminente, et alors que le terroriste Maxwell s'apprête à réclamer vengeance, que Stuart Moore et Stan Lee écrivent les meilleurs pages de Zodiac Legacy : Le Retour du Dragon. Jamais les relations entre les adolescents ne semblent aussi sincères que lorsque les auteurs les font converser en dehors du champ de bataille, où ils sont libres de discuter de leurs angoisses et de leurs problèmes personnels. Les artistes en profitent également pour explorer succinctement l'histoire et la personnalité de quelques-uns de leurs héros délaissés jusqu'alors. La tête brûlée du groupe, le bagarreur invétéré Liam, trouve par exemple une profondeur nouvelle dans les pages de Zodiac Legacy : Le Retour du Dragon. Les autres personnages secondaires comme principaux ne sont pas en reste, chacun ayant droit à quelques pages dans lesquelles il tient la vedette. Parmi ceux-ci, il faut citer le pétulant Thiago, le fourbe porteur du pouvoir du Rat qui a enfin droit à quelques scènes, après être resté dans l'ombre durant la majeure partie du premier tome. Lié bien plus profondément qu'il n'y paraît à l'intrigue globale du roman, le personnage est tout à la fois drôle, malicieux et imprévisible. Jasmine enfin, le personnage le plus complexe et le mieux écrit de toute la saga, est certainement celle qui a le plus évolué entre les deux tomes ; éreintée par le combat qu'elle mène pour retrouver Carlos, la jeune femme doit en même temps résister au pouvoir du Dragon qui lui confère une force sans commune mesure mais qui menace dans le même temps de la consumer.

Après un premier tome qui n'explorait que très peu la mythologie des pouvoirs du Zodiaque et qui s'était en plus perdu dans des explications scientifiques confuses lorsqu'il tentait d'aborder le sujet, Zodiac Legacy : Le Retour du Dragon s'efforce – parfois maladroitement – de renverser la vapeur. Le discours scientifique demeure, mais le duo d'auteurs y incorpore de solides notions de mysticisme pour donner au roman un souffle fantaisiste très appréciable. Quelques lignes racontées à la manière d'une ancienne légende retracent également l'histoire des tout premiers détenteurs des signes du Zodiaque, participant de fait à rendre plus tangible le monde de Steven et le fardeau qui lui a été confié. Plusieurs pages de plus – et pourquoi pas même un roman complet ? – dédiées à ces premiers guerriers chinois porteurs du Zodiaque n'auraient toutefois pas été superflues, tant le récit antique se révèle passionnant !.
Du reste, Steven n'en a certainement pas fini avec la découverte de ses origines, puisque le jeune Sino-Américain est également confronté à de troublantes découvertes sur l'histoire de sa famille ainsi que sur le destin qui attend les porteurs du Zodiaque. Et si son accession au pouvoir du Tigre n'était finalement pas liée au hasard, comme il le pensait jusqu'ici ? Est-il seulement digne de manier une telle puissance ?

Déjà en charge des planches du premier roman, Andie Tong reprend du service pour illustrer ce second tome avec brio. Teintées de bleu, là où les dessins du premier roman se paraient de rouge, les illustrations de l'artiste continuent de parfaitement soutenir les scènes écrites par Lee et Moore. Ses dessins des quartiers généraux des Zodiac et de Maxwell fourmillent de détails et d'appareils scientifiques avancés retranscrivant parfaitement la froideur technologique des lieux, quant aux séquences de batailles, l'un des points forts d'Andie Tong, elles sont plus dynamiques que jamais. Comme dans le premier tome, quelques petites erreurs, sans doute dues à des problèmes de communication, viennent se glisser dans les illustrations – Jasmine est par exemple dessinée dans une scène alors qu'elle se trouve à ce moment précis de l'histoire à des milliers de kilomètres de là –, mais c'est bien là l'unique reproche qu'il est possible d'adresser au superbe travail de l'artiste.

En bon roman de transition, Zodiac Legacy : Le Retour du Dragon apporte des réponses aux nombreuses questions laissées en suspens dans le premier tome tout en préparant le terrain pour le final explosif de la saga. Dans la droite lignée de son prédécesseur, il assure à son lectorat de passer un excellent moment de lecture en immersion dans un monde fantaisiste emmené par des personnages charismatiques. À destination des jeunes lecteurs, le roman n'en reste pas moins tout à fait plaisant à lire pour les plus grands, qui s'amusent de cette histoire fraîche et de cet univers qui mériterait d'être exploré pendant encore longtemps.

Poursuivre la visite

1994 • 2021

Le Forum et les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.