Le Golf

Le Golf
L'affiche
Titre original :
How to Play Golf
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 10 mars 1944
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Jack Kinney
Durée :
7 minutes
Disponibilité(s) en France :

Le synopsis

Dans la série des "how to", Dingo fait une démonstration sur la façon de jouer au golf...

La critique

rédigée par
Publiée le 01 juillet 2019

Au sein de la collection des "How to", Le Golf est sûrement l'un des cartoons les plus hilarants de Dingo.

En 1937, Dingo perd sa "voix" à la suite du départ de Pinto Colvig du studio de Mickey. Le personnage, privé un temps de ses vocalises originales, les retrouvera toutefois en 1941 à la faveur du retour de son doubleur initial, et ce, jusqu'au décès de ce dernier, en 1967. Dans l'intervalle, la technique de la narration, qui permet à Dingo de rester aphone, est plébiscitée. Disney, bien décidé à sauver coûte que coûte son gaffeur attitré, contourne, en effet, la difficulté rencontrée en le mettant en scène dans des aventures commentées par voix-off. L'artiste John McLeish se voit ainsi chargé du commentaire audio de toutes les péripéties de Dingo. À l'origine, il pense participer à un programme éducatif et utilise donc un ton grave et sérieux. Se rendant compte de sa méprise, il entreprend de modifier son intonation afin de la rendre burlesque. Mais c'est sans compter sur l'intervention des réalisateurs qui le convainquent de revenir à sa prestation première, idéale pour instaurer un contraste hilarant entre le récit et la nature des images qui le supportent. La série des "How to..." est née. Le court-métrage Dingo Fait de l'Équitation, surprenant d'humour décapant, l'inaugure de façon magistrale. RKO Pictures, le distributeur exclusif de Disney à l'époque, trouve le cartoon tellement réussi qu'il décide de l'inclure dans le long-métrage, Le Dragon Récalcitrant, pensant qu'il toucherait ainsi un plus large public.

Le Golf assène une vérité en tout début de cartoon : ce n'est pas un sport de paresseux. Déjà, l'intérêt du jeu est de transformer une zone à l'abandon en terrain vert et agréable où la nature est apaisante. Il est temps ensuite de faire connaissance d'un joueur lambda en la personne de Dingo. Ce dernier fait alors une démonstration de golf. Tout d'abord, il présente les différents matériels nécessaires comme le club qui sert à frapper la balle ou le tee qui permet de surélever la balle par rapport à la pelouse. Le cartoon s'amuse, ensuite, avec le positionnement si particulier des mains sur le club. Les vrais joueurs de golf riront franchement de ce passage où Dingo s'emmêle et s'entortille les doigts tellement la caricature est drôle. Le positionnement correct de ses mains est, en effet, un véritable casse-tête. Une fois le club bien tenu, il faut maintenant réaliser un mouvement parfait. Dingo est alors placé dans un écran bleu tandis qu'une silhouette faite de ligne blanche se met à ses côtés dans l'idée de comparer la bonne gestuelle avec celle maladroite du sportif du dimanche. Et ce personnage va rester jusqu'à la fin du cartoon. Étant principalement graphique, il n'en demeure pas moins drôle et en constitue la véritable trouvaille.

La suite du cartoon se déroule ensuite sur le green où la silhouette va montrer comment faire un putt. Dingo passe à sa suite en prenant toutes les précautions pour réussir son tir, vérifiant tous les paramètres imaginables comme le vent, la température, la latitude ou la longitude le tout en agrégeant ses données grâce à un petit calcul mental. Bien sûr, cela ne l'empêche pas de rater totalement son tir... Dingo entend ensuite démontrer comment tirer une balle longue en prenant garde où elle atterrit puisque le golfeur doit jouer peu importe où elle se trouve : que ce soit au beau milieu de la forêt ou au fin fond d'un bunker de sable ; cette contrainte permettant de jauger son sang froid, le golf étant un sport de patience, dignité et concentration. Dingo va alors s'efforcer de frapper la balle sur tous les terrains où elle se trouve : dans un jet d'eau, sur un tourniquet, sur le museau d'un taureau. Naturellement, l'animal est furieux et décide de poursuivre ceux qui l'ont réveillé : Dingo et l'instructeur aux lignes blanches. La séquence, illustrée musicalement par l'ouverture de Guillaume Tell, l'opéra de Gioachino Rossini, est particulièrement drôle entre un Dingo qui continue à frapper sa balle pendant la poursuite et le taureau qui s'arrête régulièrement pour vérifier si l'eau de l'étang n'est pas trop froide ou s'étonner d'avoir une extinction de voix à force de meugler. Finalement, la course se termine au 18ème trou et les trois acolytes décident alors de finir la soirée au bar en chantant gaiement et fraternellement.

Le Golf est un cartoon hilarant : Dingo y est particulièrement en forme tout comme l'instructeur silhouette et le taureau déchaîné, aussi drôles l'un que l'autre.

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

Poursuivre la visite

1939 • 2007

Les Réseaux Sociaux

www.chroniquedisney.fr
Chronique Disney est un site amateur, non officiel, sans lien avec The Walt Disney Company, ni publicité,
utilisant des visuels appartenant à The Walt Disney Company ou des tiers par simple tolérance éditoriale, jamais commerciale.